Les Guerres de Spherus

Forum RPG gratuit dans l'univers BIONICLE depuis 9 ans maintenant!
 
FAQAccueilPortailMondesMembresGroupesConnexionS'enregistrerRechercher

Partagez | 
 

 [Pic de l'épaule] Hauteur des neiges éternelles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rehad
Skrall philosophe
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/900  (700/900)
Jauge de Vie:
1000/1000  (1000/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 3100 – DEF : 4150

MessageSujet: [Pic de l'épaule] Hauteur des neiges éternelles   Lun 3 Sep - 22:11

Le blizzard balayer la neige d'un fort et violent vent. La vision du moindre individu se limitait à, au plus 25 mètres. L'endroit , situé légèrement plus haut que le pic de l'épaule était réputé chez les agoris comme celui où la neige était la plus profonde, et on ne voyait jamais le sol rocheux, en n'importe quel circonstance, même au plein milieu de la saison chaude. Un grand nombre d'étrangers ne connaissant pas bien la région avait été piégé dans le blizzard. Mais depuis l'arrivé de l'ordre cette région avait été "coloniser", et il n'était plus rare de rencontrer quelques natifs de l'univers matoran venu admirer le seul paysage froid de la planète des sables. le vent ne se calmerait pas avant plusieurs heures, mais se couvrant alors le bruit incessant du vent, un bruit distinctive de moteurs, bruyant et signifiant que quelqu'un se trouvait belle et bien au milieu de la tempête.

Une proie potentiel pour les loups de fer. Cette espèce chassant en mette se cache souvent dans les montagne, attaquant sans scrupule les voyageurs égarés et en faisant leurs repas. Et malgré leurs puissance inférieur à la machine, ils savaient qu'avec l'effet de surprise, avec l'avantage du nombre, et que contre un voyageur inexpérimenté, il pourrait se repaitre ce soir. Se mettant alors en place, ils attendirent patiemment que le véhicule se rapproche, avant de fondre sur lui de tout ces côtés. Parvenant à arracher plusieurs morceaux du blindage, il pensait déjà avoir gagné. L'explosion d'un thornax, puis la puissante pince du véhicule égorgeant leurs chefs de meute et blessant plusieurs de leurs membres leurs enlevèrent cette désillusion, les loups battirent en retraite.

Malgré tout la machine ne bougeait pas, après plusieurs minutes son pilote en sortit, il s'agissait d'une glatorianne, vêtue d'habit blanc et d'une cape noir et rouge. Ikinat, aussi chef des fantômes des sables s'était finalement retrouvé là, comment elle avait décidé de revenir ici c'était une longue histoire, mais à peine posa-t-elle le pied à terre qu'un frisson traversa son échine, ce n'était pas le froid, mais les souvenirs douloureux d'un être ayant vécu l'enfer il y a bien longtemps. En un instant cette terreur qu'elle avait ressentit il y a fort longtemps lui revint soudainement. La neige rouge sang.

Elle marcha quelques secondes, et elle ne vit déjà plus son véhicule, trop abimé pour avancé dans ses conditions, celui ci ne bougera pas jusqu'à ce que la tempête ne se lève. Elle le retrouverai bien vite de toute façon. Elle marcha encore quelques minutes faces aux vent, avant de ne s’arrêter subitement, redressant son corps douloureux et regardant aux alentours.

- Montrez-vous.
Ses mots sifflèrent à travers le vent, trouvant rapidement leurs sens quand un groupe, composé d'une douzaine de natif de l'univers matoran se manifesta.
- Belle ouïe, complimenta celui qui apparaissait comme leurs chefs à l'évidence. Maintenant que tu nous à repéré, pourquoi ne pas gentiment nous donné tous ce que tu as sur toi.
- Si vous voulez me dépouiller, pourquoi ne pas directement m'attaquer? Vous obtiendrais de meilleurs résultats. Mais si vous y tenait vraiment je vous ...
* Pas maintenant * Ce sentiment étrange qui envahit son cœur, cette haine profonde et incontrôlable, ce profond dégout de toutes choses vivantes sur cette planète. IL se réveillait, ses instincts reprenait peu à peu le dessus, et malgré tout les efforts qu'elle pourrait déployer dans les prochaines minutes elle savait qu'elle sombrerait bientôt dans sa folie meurtrière, comme à l'époque.
- Tu vas faire quoi exactement faible petit glatorian solitaire? Répliqua le chef, faisant un signe à l'un de ses confrères.
L'un d'eux, un steltian se saisit de son épée, qu'il sortit de son fourreau et il fonça sur la glatorian, qui paraissait avoir baissé sa garde. La lame sifflait dans l'air, se rapprochant rapidement de la chef des fantômes, elle se rapprochait, elle se rapprochait et le sang gicla alors.

La tempête était terminé, le soleil recommençait à brillait sur la neige. Une neige que peu ont vue dans un état pareil, elle s'était en effet imprégné d'une couleur tout autre que son habituel blanc immaculé, ce qui était là aux sols ressemblait plus à un parterre de sang, la couleur pénétrant peu à peu la neige jusqu'à s'imprégner en elle. A terre une vingtaine de cadavres, parmit ceux là plusieurs natifs de l'Um et plusieurs autres rahi, il y avait même un agori qui c'était lui aussi perdu pendant la tempête. au milieu de la scène se trouvait debout, sanglotant Ikinat, son habit lui imprégné de la couleur et de l'odeur du sang.
- Encore, pourquoi cela recommence-t-il maintenant? A ses pieds se trouvait l'épée qui l'avait transpercé lorsque le steltian l'avait chargeait, a ses pieds se trouvait ce qui était aussi l'arme de ce massacre. La lame avait raté ses points vitales, elle s'en était emparé alors, tuant tous ce qui se trouvait aux alentours, elle avait été comme possédait par un démon. Elle resta debout plusieurs heures encore, puis sans un mot retourna a son scopio, et repartit lentement.


* Ma plus grande peur était d'à nouveau tué de sang froid des innocents *


Dernière édition par Ikinat le Lun 3 Sep - 22:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Master Game

avatar

Masculin

MessageSujet: Re: [Pic de l'épaule] Hauteur des neiges éternelles   Lun 3 Sep - 22:12

Le membre 'Ikinat' a effectué l'action suivante : Actions

'Rencontre sauvage' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rehad
Skrall philosophe
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/900  (700/900)
Jauge de Vie:
1000/1000  (1000/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 3100 – DEF : 4150

MessageSujet: Re: [Pic de l'épaule] Hauteur des neiges éternelles   Mer 6 Mar - 0:24

- Cela fait longtemps n'est ce pas ? ...

- Trop longtemps peut être ...

- Pas assez sans doute ...

- Devrions-nous leur rappeler ?

- Pouvons nous faire autre chose ?

- Nous devions faire quelques choses, nous l'avons fait ...

- Mais ils sont restées aveugles !

Ces mots s'écoulaient entre deux bourrasques de vents, transportant flocons, apportant la neige, tapissant le sol d'un blanc plus immaculé qu'il ne l'était déjà... Une légère odeur de sang se répandait dans les environs, une lame s’égouttait de ce liquide poisseux. Une seul silhouette était discernable, un seul vivant. Quelques pas plus loin un cadavre frais, mais déjà recouvert à moitié par la neige, un animal rencontré pendant la route. Un long silence suivit les derniers murmures. L'être de bougeait pas, il fixait l'horizon, à peine percevable dans la tempête. Le silence ne fut rompu qu'une dizaine de minutes plus tard, l'être avait exprimer un besoin nouveau, il venait de se lever et commencer à marcher, calmement d'abord puis à pas affolé. Elle alla jusqu'à une autre silhouette, bien plus loin, en contrebas. Elle lui murmura :


- A votre avis, qu'elle est la réponse?

- La réponse à quoi, Iki' demanda la silhouette d'une voix plus grave que celle de son interlocutrice.

- Si seulement nous pouvions le savoir.

Elle ne semblait pas être totalement là, une partie d'elle vagabondant dans un endroit plus désolé encore ailleurs discuter à une autre personne...

- Pourquoi?

La glatorian marqua une pose, regarda son interlocuteur dans les yeux...

- Est-elle toujours là? Suis-je toujours là? Bientôt j'espère ...
Comprendront-ils? J'attends, j'attends qu'ils comprennent... Quand pourront-ils? Quand pourrais-je enfin quitter ce monde absurde?

- Seul le temps nous le dira Iki'.

- Iki' ... Suis je vraiment elle? Depuis quand est-ce commencé? Depuis quand tout va de travers...

Un nouveau bruit, cette fois n'étant pas originel des deux êtres se fit entendre, sans doute attiré par l'animal, les silhouettes s'éclipsèrent, le silence regagna la zone. Le sang coulait sur le sol blanc, pendant quelques instants encore.

[HRP] Fuite face au Skopio, perte de 100 PDV [HRP]


Dernière édition par Ikinat le Mer 6 Mar - 0:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Master Game

avatar

Masculin

MessageSujet: Re: [Pic de l'épaule] Hauteur des neiges éternelles   Mer 6 Mar - 0:24

Le membre 'Ikinat' a effectué l'action suivante : Actions

'Rencontre sauvage' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Pic de l'épaule] Hauteur des neiges éternelles   Dim 28 Avr - 4:46

Takurak resserrant la prise sur son bâton rahkshi, faisant de même avec sa cape autour de lui. La tempête de neige empêchait ses yeux de voir au-delà de quelques mètres, et il devait utiliser ses pouvoirs pour percer le rideau de neige et percevoir l'ensemble du versant de la montagne sur lequel il se tenait. Derrière lui, une dizaine de glatorians se contentaient de le suivre, aveugles et sourds dans le déluge fondant qui s'abattait sur eux. Gelés jusqu'aux os, ils avaient du mal à se déplacer, même si leur "guide" utilisait son pouvoir de gravité pour repousser légèrement les flocons de neige et créer une sorte de bulle où l'eau glacée ne pouvait pénétrer. Cependant, cela concentrait les cristaux en un dense rideau qui réduisait encore plus la visibilité autour d'eux. Takurak se déplaçait tout même aisément sur les surfaces glacées des pics d'Iconox, posant son pied sûr là où le sol ne risquait pas de se dérober sous son poids. Les glatorians se contentaient de marcher dans ses pas en attendant d'atteindre une plaque de glace ou de roche, là la masse de leur corps et de leur équipement ne risquait pas de les enfoncer profondément dans la couche d'eau cristallisée. Le glatorian qui fermait la marche faisait attention plus que quiconque à cette éventualité; en effet il était, comme tous les Spectres rebelles, l'élite des guerriers fantômes, équipé d'un exosquelette technologique; la résistance ne pouvait pas se permettre de perdre un seul de ces prototypes extrêmement coûteux, rares et difficiles à remplacer. Heureusement pour lui, il avait été doté d'une armure de type Eagle, l'une des plus légères et agiles sur terrain accidenté; le réacteur IGA qui remplaçait le pack dorsal permettait de contrebalancer le poids de l'exosquelette, et empêchait donc le Spectre de s'enfoncer dans la poudreuse, et même parfois de léviter très légèrement au-dessus du sol lorsque la situation l'exigeait. Mais surtout, l'avantage majeur de cette armure était le compromis entre protection et rapidité qu'elle offrait. Le blindage était constitué principalement de protosteel, amélioré, allégé et affiné grâce aux minerais de Bara-Magna, mais le guerrier voyait sa mobilité augmenter grâce aux multiples servomoteurs et au réacteur IGA, sans avoir besoin de se protéger des attaques mineures grâce à la solidité de son exosquelette. Une vraie merveille, qui n'avait été permise que par l'arrivée de l'univers matoran et de ses illustres scientifiques et ingénieurs.

***

Takurak guida le groupe d'intervention jusqu'au point de rendez-vous, une tribu des montagnes glacées; de multiples guerriers emmitouflés dans des fourrures, équipés de lances, de haches ou de lanceurs, surveillaient les alentours depuis la hauteur d'une épaisse et solide barricade en bois. Là, un skopio entièrement blanc les attendait, lui et le peloton. A son bord, Gladius et Epsilon, qui avaient déjà discuté avec le chef tribal des closes du contrat, étaient déjà prêts à partir en route...


Dernière édition par Gladius le Dim 28 Avr - 4:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Master Game

avatar

Masculin

MessageSujet: Re: [Pic de l'épaule] Hauteur des neiges éternelles   Dim 28 Avr - 4:46

Le membre 'Gladius' a effectué l'action suivante : Actions

'Rencontre sauvage' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Pic de l'épaule] Hauteur des neiges éternelles   Dim 28 Avr - 4:51

Et c'est alors qu'une meute de loups de fer surgirent de la tempête blanche, fonçant en direction de la barricade comme si leur vie en dépendait. Malheureusement pour eux, les guerriers de glace étaient très expérimentés et habitués à combattre de telles créatures, même en plein blizzard. Gladius actionna les canons du skopio blanc pour tirer sur les loups, mais il ne réussit à en tuer qu'un seul; tous les autres avaient déjà été abattus par les gardiens de la tribu à l'aide de simples arcs, arbalètes et lanceurs thornaxx...

[HRP] --> gain de 20 points d'expérience suite à une attaque du skopio sur le loup de fer. [/HRP]


Dernière édition par Gladius le Lun 29 Avr - 18:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Pic de l'épaule] Hauteur des neiges éternelles   Dim 28 Avr - 18:05

Le Seigneur Fantôme descendit de son véhicule et rejoignit les guerriers; ses guerriers. Takurak et une dizaine de soldats expérimentés - dont un Spectre de classe Eagle - seraient extrêmement utiles pour la mission qui allait suivre. Epsilon attendait déjà la suite des événements, adossé à la barricade de bois. Ses multiples LED lumineuses dessinaient des faisceaux se différentes couleurs à travers le blizzard, et lorsqu'il bougeait la tête on avait l'impression que des serpents de neige colorés dansaient dans l'air. Les glatorians s'approchèrent de leur roi, s'inclinant légèrement. Gladius les salua de la tête, puis commença à marcher en leur faisant signe de le suivre. La mission qui allait suivre était simple: les Fantômes allaient escorter une caravane marchande jusqu'à Iconox. Cette dernière n'allait pas passer par le versant de la montagne, étant bien trop lourde, mais allait suivre la route qui descendait de l'élévation rocheuse, serpentait dans les multiples interstices qui séparaient les autres formations quartziques, puis rejoignait enfin le village de glace. Cela ferait parcourir au groupe un chemin beaucoup plus long, mais également beaucoup plus sûr... du moins, théoriquement.

Les rebelles ne tardèrent pas à partir en route, essayant de perdre le moins de temps possible. Chacun d'eux voulait en finir le plus rapidement possible avec cette mission, et espérait ne pas faire de mauvaise rencontre; dans ces régions glacées, les loups de fer n'étaient pas la pire menace avec laquelle ils pourraient avoir affaire, loin de là. Lorsque la caravane quitta le camp tribal, la tempête commençait à faiblir; lorsqu'elle atteignit le fond de la vallée, le blizzard s'était complètement stoppé, permettant aux rebelles de recouvrer leur vision et de repérer de loin les adversaires potentiels. Epsilon, entouré de quatre glatorians, était en tête et usait de son sonar pour scruter les environs. Derrière lui, le Spectre et deux autres guerriers étaient postés sur le véhicule de convoi, postés aux tourelles pour les simples soldats et sur le toit pour celui en exo-armure. Enfin, fermant la marche, Gladius et deux glatorians de Vulcanus regardaient régulièrement et tour à tour derrière eux pour vérifier qu'aucun ennemi ne les prenait en chasse; l'ancien skrall utilisait également ses systèmes radars pour compléter ses différentes perceptions habituelles.


***

Au bout de plusieurs heures, le convoi passa sous une arche de roche et de glace. Un craquement alerta les Fantômes, qui s'écartèrent juste à temps: le pont glacé s'effondra autour d'eux, les obligeant à s'enfuir à plus d'une dizaine de mètres du véhicule de transport. Les blocs d'eau solide s'effritèrent suffisamment pour ne pas causer trop de dommages à la caravane proprement dite, mais leur masse combinée l'immobilisait tant que la glace ne serait pas dégagée. Gladius s'approcha du véhicule, l'examina pendant quelques instants, puis soupira.

- Il faudra des heures pour déblayer tout ça... Takurak, Epsilon, faites-moi fondre la glace, mais faites attention au transport et à son contenu; si jamais il contient des explosifs et que vous le chauffez trop, on sera tous vaporisé avant de pouvoir s'en rendre compte. Compris ?

Les deux guerriers n'eurent pas besoin de répondre; ils se contentèrent de se rapprocher, et Takurak utilisa ses pouvoirs élémentaires pour déverser de l'énergie sous forme de chaleur directement dans les blocs de glace les plus gros afin de les faire fondre progressivement. Epsilon, lui, éclatait les blocs de roche déjà fissurés par le gel. Le Seigneur Fantôme commençait cependant à s'inquiéter: les probabilités que le pont de glace s'écroule pile lors de leur passage était très faibles, voire quasiment nulles. Tout cela ressemblait étrangement à un piège; mais il n'avait aperçu aucun adversaire lors de leur passage. Si un ennemi les observait depuis quelques minutes, il devait forcément être... camouflé. Ses craintes étaient donc fondées depuis le début. Gladius ordonna aussitôt à tous ses guerriers de se placer en position défensive, et d'abandonner l'extraction du véhicule - pour l'instant.

Le silence régnait dans la vallée gelée, alors que le ciel était désormais vide de toute perturbation. D'un azur brillant et vif, l'atmosphère transmettait intensément la lumière du soleil, qui se reflétait sur la neige et la glace. Les capteurs visuels du Seigneur Fantômes étaient presque saturés, ce pourquoi il ne put s'apercevoir à temps qu'une dizaine de Baterra se déplaçaient lentement sur les flancs des montagnes qui entouraient la vallée. Entièrement blancs, ils étaient quasiment invisibles; et ce n'est que lorsque l'un d'eux passa à l'attaque, désactivant son camouflage et bondissant haut dans les airs, que les défenseurs comprirent qu'ils étaient pris au piège.

Les rebelles resserrèrent les rangs, et les lanciers brandirent leur arme pour obliger les assaillants à reculer, mais le corps à corps avait déjà été engagé. Le leader Fantôme se baissa, évitant de peu la griffe d'un métamorphe, puis le plaqua au sol en le saisissant au niveau de la hanche, avant d'attraper sa tête dans sa main droite et de matérialiser un canon magnétique directement dans son bras. Le tir qui s'en suivit explosa littéralement la tête du Changeant. Derrière Gladius, Takurak était aux prises avec un autre Baterra, utilisant son pouvoir de gravité pour le plaquer au sol; Epsilon put ainsi sauter sur le dos de la créature, avant de transformer son bras en hallebarde et de l'empaler. Le Spectre, lui, utilisait un fusil originaire de l'Ordre de Mata-Nui, qui tirait des balles accélérées magnétiquement à une haute cadence de tir; en tenant un dans chaque main, il lui fallut tout de même utiliser un chargeur entier pour venir à bout des deux créatures qui courraient dans sa direction. Les autres glatorians, cependant, résistaient tant bien que mal aux Baterras; l'un d'eux avait été blessé au bras gauche, tandis qu'un autre boitait. Les change-forme se replièrent subitement, laissant les Fantômes seuls et diminués...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Pic de l'épaule] Hauteur des neiges éternelles   Lun 29 Avr - 0:36

Gladius cracha par terre, éclaboussant la neige du fluide énergétique qui baignait les systèmes de son corps. Il ne ressentait certes pas la douleur de la même manière que les êtres vivants, mais était conscient que les dommages occasionnés à son organisme étaient assez importants pour mettre en incapacité plusieurs des organites cybernétiques qui composaient son organisme. A son retour à la forteresse, il devrait passer de longues et fastidieuses heures à refermer les brèches ouvertes par les griffes des Baterras. Le Seigneur Fantôme leva rapidement son épée, déviant de justesse l'attaque d'un change-forme avant de l'attraper à la gorge et de matérialiser une lance au niveau de sa paume; cette dernière transperça la gorge de la créature et injecta dans son corps endommagé des milliers de nanites, qui dévorèrent une partie des matériaux qui le formaient, se multiplièrent, puis retournèrent à l'organisme du Fantôme pour refermer les dommages les plus importants qui avaient été occasionnés. Ainsi, il pourrait continuer le combat sans se risquer la perte des fluides énergétiques qui permettaient à son corps de se mouvoir.

L'ancien skrall regarda autour de lui, et soupira à la vue d'un corps qui bougeait lentement dans la neige; le corps d'un guerrier glatorian. Le corps de l'un de ses guerriers, qui désormais suivaient ses ordres sans faillir ni douter. A chaque fois que l'un d'eux tombait au combat, Gladius échouait encore un peu plus dans sa tâche de protéger son peuple; la victoire totale et parfaite n'existait pas, les pertes étant obligatoires. Cependant, cela n'atténuait pas la douleur qu'il ressentait lorsqu'il voyait l'un des rebelles succomber au champ d'honneur. Les Fantômes étaient pour lui comme ses fils et ses filles. Un bon souverain ne gouverne que pour ceux qui l'ont désigné comme leader; pour cela, il avait décidé de se concentrer sur la renaissance de Bara-Magna, car seule cette dernière permettrait de sauver les peuples des sables. Même si par miracle les Fantômes parvenaient à soumettre toutes les autres factions à sa cause, cela ne sauverait en rien les enfants du désert. La priorité absolue était donc de préserver le maximum de vies lors des conflits qui allaient se déclencher; ensuite, tous ensembles, les rebelles pourraient vivre heureux et libres sur Spherus-Magna; les peuples de l'univers matoran pourraient récupérer Voya-nui, et l'Empire n'aurait plus besoin d'étendre sa suprématie au-delà de ses frontières. Mais en attendant, le Seigneur Fantôme devait tout d'abord survivre face à une horde de Métamorphes qui s'attaquaient au transport.

Le guerrier faisait face aux créatures les plus meurtrières de Bara-Magna; trois glatorians avaient déjà succombé face à leurs assauts incessants, et Takurak avait tout simplement ouvert des portails pour expédier leurs cadavres au camp tribal de glace. Il avait également tenté de faire de même pour le convoi en entier, mais cela induirait le fait qu'un nombre de Baterras les suivraient, ce qui serait tout simplement inadmissible... Esquivant un coup latéral, le rahkshi planta son bâton dans le torse d'un change-forme, déchaînant une tempête élémentaire de feu et faisant fondre le métal qui composait son adversaire. Il dut cependant effectuer en salto arrière tout en reculant pour éviter de se faire décapiter par l'attaque d'un autre ennemi. Epsilon se chargea de ce dernier en l'empalant de ses deux avant-bras, qu'il avait changés en lances acérées. Le Spectre, quant à lui, se concentrait sur l'esquive des multiples attaques qui le visaient, tandis qu'il s'évertuait à tirer sur tous les adversaires qui s'approchaient; la plupart des Métamorphes tués l'avaient été après s'être pris une balle dans la tête de sa part. L'affichage tête haute permettait au guerrier de viser les parties vitales de ses ennemis sans problème, et les servomoteurs compensaient parfaitement le recul des mitraillettes magnétiques qu'il utilisait. Et enfin, son réacteur IGA lui permettait de reculer tout en tirant et sans se retrouver pénalisé par une baisse de la précision; les change-formes se retrouvaient littéralement sous un déluge de balles perforantes qui ne leur laissaient aucune chance. Les six autres soldats s'étaient positionnés sur le toit du transport, hors de portée des attaques bondissantes de leurs ennemis, et éliminaient tant bien que mal tous ceux qui tentaient de grimper sur le véhicule pour les rejoindre et les tuer.

Gladius sauta de côté, esquivant une attaque verticale, puis déploya sa seconde paire de bras et bloqua les mains du baterra qui lui faisait face. Un tir de canon magnétique en pleine face le réduisit à néant, permettant au Fantôme de se charger du change-forme qui assaillait Takurak. Ce dernier usa de son pouvoir de magnétisme pour repousser plusieurs ennemis qui s'approchaient de trop; ces derniers se retrouvèrent à terre, avant d'être annihilés par Epsilon qui se contenta de projeter une roquette au milieu de leur groupe. Le Seigneur Fantôme se retourna alors, se préparant à un nouvel assaut de ses adversaires... avant de se rendre compte que tous avaient été tués. Le leader rebelle regarda autour de lui, puis rassembla ses troupes près du convoi. Les pertes ne s'étaient pas alourdies lors du feu de l'action, et il en était soulagé. Le Spectre restait adossé au convoi, silencieux comme toujours. Takurak fut également muet comme une tombe, et ce fut tout d'abord Epsilon qui examina les blessures des autres guerriers; aucun n'était gravement blessé, mais s'ils n'avaient pas réussi à grimper sur le haut du véhicule, aucun d'entre eux n'en aurait sûrement réchappé. Gladius soupira de soulagement, mais ne perdit pas sa concentration et surveillait scrupuleusement les détecteurs de mouvement qui étaient liés au sonar de son allié cybernétique.

Le leader Fantôme réfléchit quelques instants à ce qu'il allait dire, puis s'adressa à ses guerriers.


- Mes frères... nous avons gravement souffert. Nous sommes presque tous blessés et épuisés par ces longs combats. Chacun de nous a difficilement survécu lors des dernières heures, se battant pour sa vie et luttant à chaque seconde pour gagner le droit de préserver son existence à travers le temps. Plusieurs d'entre nous... n'ont pas eu la chance de vaincre face à ce destin funeste. Trois d'entre nous sont tombés, fiers et droits, au champ d'honneur. Ils seront honorés lors de leurs funérailles, comme tous ceux qui succomberont aux assauts répétés de nos ennemis. Leur sacrifice de doit pas être oublié; souvenez-vous de leur acte ultime. Grâce à eux, nous avons survécu; en trouvant la paix, ils nous ont permis de résister face aux Baterras, mais rien n'est terminé. Nous n'avons pas encore terminé notre voyage, nous devons continuer à avancer. Iconox n'est plus très loin, mais la nuit tombe, et les prochaines heures seront déterminantes pour la suite de notre voyage. Aujourd'hui, il ne s'agit pas d'un simple combat. Aujourd'hui, nous prouvons au monde que les nouveaux Fantômes des Sables sont forts. Aujourd'hui, nous rallions les tribus de la glace à notre cause !

N'oubliez pas que chacun d'entre nous est un pilier de l'édifice. Nous faisons tous partie des fondations du monument que nous construisons chaque jour un peu plus.

Gladius leva l'un de ses deux poings droits - le plus haut - et cria haut et fort.

- La Liberté ou la Mort !

Ses guerriers reprirent en coeur la devise préférée des rebelles; sans savoir que pour plusieurs d'entre eux, ce ne serait pas la liberté qui s’offrirait à eux, mais bien la deuxième alternative.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Pic de l'épaule] Hauteur des neiges éternelles   Lun 29 Avr - 3:44

Le Spectre se tenait droit debout sur le transport, respirant profondément l'air filtré par les systèmes respiratoires de son armure. De là où il était, il pouvait voir très loin autour du convoi, aidé par les logiciels de reconnaissance visuelle. Il avait l'impression d'être en plein jour alors que la nuit était tombée depuis plusieurs heures, même si les lunes de la planète des sables brillaient intensément et dispensaient leur agréable lueur sur les terres désolées du monde agonisant. Le guerrier d'élite se sentait invincible, mais il savait que la vie ne tenait qu'à un fil lors des batailles. Il avait vécu longtemps, combattu à de nombreuses reprises, tué une longue liste d'ennemis de toute sorte. Il se souvenait parfaitement de tout... il n'avait rien oublié des événement importants - même s'il était impossible pour un guerrier organique de se remémorer cent mille années de guerre, bien sûr. Mais il avait été là...

Lors de la guerre du cœur, il avait servi l'un des seigneurs des éléments, se battant avec courage contre ses semblables pour le protodermis énergisé. Il avait abattu, lors des innombrables batailles, des centaines d'ennemis, peut-être même plus d'un millier. Agoris, glatorians, skralls, vorox, et bien d'autres créatures également. Lors de chaque combat, son expérience s'accumulait encore et encore, lui permettant de parfaire son art de la guerre; à chaque conflit, ses techniques s'affinaient, ses mouvements devenaient plus fluides, plus rapides, plus précis... plus mortels. Il avait ensuite vécu le grand Fracassement, et avait rejoint sa tribu d'origine... laquelle avait été massacrée par les skralls, chasseurs d'os et baterras, quand ce n'était pas d'autre tribus qui les attaquaient. Il avait été le dernier survivant. Le seul et unique ressortissant d'une autrefois glorieuse lignée. Il s'était juré de venger ses proches disparus, mais au fil des ans, en exil dans le désert et éliminant ceux qu'il croyait responsables un par un, il avait fini par perdre tout espoir, se demandant encore quel sens pouvait bien avoir sa vie en ces heures sombres. Il pensait juste tuer ceux qui avaient fait de même avec sa famille, ses amis, avant d'en finir avec sa propre existence.

Et puis lors d'une nuit qui était analogue à celle qu'il vivait actuellement, il les avait vus. Un petit groupe de guerriers, qui se cachaient derrière des capes de couleurs brune ou sable. Une dizaine seulement, qui résistait à des assaillants skralls bien plus importants en nombre et en armement. Cependant, les dissidents s'étaient correctement repliés sur un promontoire rocheux, et faisaient payer cher aux Impériaux chaque pas, chaque avancée vers eux. Le Glatorian en exil avait alors décidé de venir à leur aide... il avait utilisé ses derniers thornaxx pour briser les rangs des serviteurs de Tuma. Les guérilleros en avaient profité pour mener une percée et massacrer leurs adversaires, désunis et divisés. Ensuite, ils avaient rejoint leur sauveur. Ils lui avaient demandé de décliner son identité, ce qu'il avait fait. Ils lui avaient demandé d'où il venait, ce qu'il avait révélé. Ils lui avaient ensuite proposé de rejoindre les rangs des Fantômes... ce qu'il avait accepté. Rapidement, il avait prouvé aux gradés rebelles qu'il était un bon guerrier. Il avait trouvé une nouvelle raison de vivre, et cela lui donnait la force de se battre. Désormais, il combattait pour la liberté des opprimés et la vie de ceux qui résistaient coûte que coûte à l'Empire de Tuma. Pendant des milliers d'années, il avait tué, tué et encore tué des skralls lorsqu'on le lui ordonnait; il avait également épargné ceux qu'il pouvait sauver. Les Fantômes n'exécutaient pas par plaisir, lui avait-on appris, mais par souci de sauver les peuples des sables. Il avait appris la compassion, la justice, mais aussi la douleur de perdre à nouveau les amis qu'il s'était faits. Cependant, il avait réussi à surpasser cette souffrance, et avait connu un nouveau cycle de progression fulgurant. En quelques milliers d'années, il était devenu l'un des meilleurs, l'un des combattants dont les skralls redoutaient le nom. Et puis un jour, un nouveau général - également monté rapidement en grade - lui avait fait une nouvelle proposition: rejoindre le nouvel escadron d'Elite des Fantômes. Il aurait alors accès aux meilleurs équipements, aux meilleures armes... et aux meilleurs chances de survie. Ce général lui avait dit qu'il devait persister encore longtemps, car son expérience et son talent étaient trop précieux pour être perdus. Ce général l'avait convaincu de participer au projet Spectre.

Il avait été testé pendant plusieurs mois; combat au corps à corps, à distance, maîtrise des armes, techniques de survie, tactique stratégique, infiltration, sauvetage, opération spéciale, et bien d'autres domaines lui avaient été désormais accessibles. Il avait passé toutes les épreuves avec brio, et était devenu l'un des premiers Spectres. Le jour de son intégration, on lui avait remis son armure Eagle. Fabriquée dans les laboratoires perdus des Grands Êtres, à partir des savoirs de l'univers matoran, de leurs ingénieurs et scientifiques. Dès lors, il était devenu un véritable dieu de la guerre, tout comme ses confrères. Il avait décimé des compagnies entières à lui tout seul, sans être repéré. Il avait détruit des installations et des complexes stratégiques, sans jamais être capturé ou blessé. Et alors qu'il pensait ne plus jamais rien risquer, il avait été envoyé en mission dans l'univers matoran. Il devait participer à la bataille de Voya-nui. Ce fut... un véritable carnage. Des milliers de morts dans chaque camp, la terre vitrifiée ou brûlée, les bâtiments totalement rasés voire désintégrés par les armes technologiques des deux camps. Et dans le ciel, les forteresses volantes qui échangeaient leurs salves de feu et de fer, tandis que des nuées de chasseurs se prenaient mutuellement en chasse avant de se détruire les uns les autres. Le guerrier n'avait jamais vu cela... une telle violence, tant au sol que dans les airs et sur les mers. Il avait survécu, cependant; nombre de ses amis n'avaient pas eu cette chance, mais il avait réussi l'exploit de persister dans l'histoire. Et lorsque la bataille s'était terminée, un constat l'avait à la fois réjoui et accablé: aucun Spectre n'avait été tué dans la bataille. Pas un seul, et il ne comprenait pas pourquoi. Certes, la garde d'Elite des Fantômes réunissait les guerriers les plus puissants et les plus expérimentés, dotés des équipements les plus avancés... mais ces armes avaient également un prix. Et le guerrier fut prévenu - après la bataille - qu'ordre avait été donné à plusieurs compagnies et pelotons de se sacrifier pour permettre l'extraction de nombreux Spectres. La survie de quelques uns s'était faite au détriment de la mort de dizaines d'autres. Le glatorian avait enragé en apprenant cette nouvelle, et était allé se plaindre directement à Gladius, le général de la Légion Fantôme, qui réunissait toutes les troupes rebelles de l'univers matoran.


- Nous ne pouvons PAS nous permettre de perdre un seul d'entre vous... vous êtes extrêmement puissants, rapides, furtifs, intelligents; les Spectre sont les dieux de la guerre. Mais ce n'est pas tout. Lorsque nous avons ordonné à certaines de nos troupes de se sacrifier pour permettre votre repli... elles n'ont pas hésité une seule seconde. Savez-vous pourquoi ?

Le guerrier n'avait pas eu le temps de répondre.

- C'est simple... pour eux, il était normal de mourir pour vous. Ils savaient que nombre d'entre eux n'en réchapperaient pas - ce qu'il s'est malheureusement passé. Mais ils ont accepté d'aller au devant du danger pour avoir une chance de sauver un Spectre. Ils voulaient avoir l'honneur de permettre à l'un de vous de survivre et de se battre encore. Car il leur suffit de vous savoir sur le champ de bataille pour retrouver courage et force. Il leur suffit de vous voir pour ne plus ressentir douleur et désespoir. Depuis que vous avez été créés, vos exploits ont été relatés dans le monde entier - et même dans l'univers matoran. Tous redoutent les Spectres, car ils vous pensent invincibles, immortels. Vous savez que cela est faux... mais eux, non. Ils vous considèrent comme des Dieux de la guerre, et sont prêts à tout pour vous aider.

L'espoir... c'est ce dont il s'agit. La seule évocation de votre nom redonne espoir à nos troupes et à notre peuple. La seule évocation de votre nom pousse un peu plus les tribus indépendantes à nous rejoindre. La seule évocation de votre nom réduit encore et encore le moral des forces ennemies. Une guerre ne se joue pas que sur le front, et vous le savez très bien. Le moral joue un rôle extrêmement important. Une armée fière et prête au combat est au moins deux fois plus efficace qu'une autre qui serait mieux armée et plus nombreuse, mais dont les guerriers douteraient de leurs motivations, de leurs chefs et des buts à atteindre. De telles troupes se disloqueraient dès les premiers instants de violence. Il s'agit donc d'une motivation militaire... mais pas seulement.

A Voya-Nui et sur Bara-Magna, nos familles, nos amis, nos connaissance... notre peuple vous connaît désormais. Et encore une fois, le fait d'entendre parler de vous redonne du courage aux guerriers, mais également à leurs compagnes et à leurs enfants. Vous êtes l'une des dernières lueurs d'espoir qui leur reste et qui leur permet de tenir. Si jamais vous tombez au champ d'honneur, ou si vous échouez... alors une des rares lumières qui nous éclairent s'éteindra, laissant les Ténèbres s'approcher plus encore du cœur des rebelles, et donc de celui de la planète des sables. Ce monde agonise, et nous devons faire tout notre possible pour retarder sa mort. Gagner du temps, afin de pouvoir trouver une solution, de le faire revivre. A chaque fois que vous survivez, vous nous faites encore gagner de ce temps précieux. Vous êtes le fer de lance des Fantômes. Vous êtes notre oeuvre la plus accomplie, et nous ferons en sorte que vous persistiez dans votre existence. Union, Devoir et Destinée... les trois valeurs des habitants de l'Ultime Machine, mais qui sont également les trois valeurs des Spectres. Car votre armure - l'apparence dont vous êtes vus sous la forme de Dieux - est originaire de l'univers matoran. Vous représentez également le maigre espoir qu'un jour les deux univers puissent marcher main dans la main vers la Renaissance de Spherus.

Les Spectres sont Unis, depuis leur création jusqu'à leur éventuelle mort. Vous êtes tous liés au même Devoir, celui qui vous fait combattre au nom des Fantômes. Et chaque jour, votre Destinée s'accomplit plus encore... Comprenez-vous ce dont je vous parle, Guerrier ? Comprenez-vous maintenant pourquoi votre survie est l'un de nos objectifs les plus prioritaires ?

Le glatorian n'avait pas répondu, se contentant de sourire, de saluer son supérieur puis de sortir de la tente de campagne. Plusieurs mois plus tard, il était présent - sans son armure, et donc de manière anonyme - à l'intronisation du Seigneur Fantôme. Il l'avait vu prendre les commandes des rebelles. Et désormais, il avait encore combattu à ses côtés, il était à moins de trois mètres de lui. Il était fier d'être un Spectre, mais savait qu'il portait sur ses épaules une partie du destin de sa faction toute entière. Il n'avait tout simplement pas le choix: il devait vaincre, ou disparaître sans laisser aucune trace. La victoire, la liberté... ou l'oubli et le néant. Cela lui convenait parfaitement. Il allait vivre, tuer ses adversaires, faire se répandre la volonté des Fantômes autant qu'il le pourrait. Et si un jour il devait mourir... et bien, il rejoindrait les ténèbres en toute sérénité, sachant qu'il avait fait partie des Spectres. Et sous la nuit étoilée qui éclairait d'une agréable lueur les terres glacées des montagnes quartziques, le glatorian respirait en paix, attendant que l'ennemi s'approche. Les réserves d'énergie, d'oxygène, d'eau et de nutriments de son exosquelette étaient encore optimales, malgré de nombreux jours sans repos ni repas... son stock de munitions était bien entamé, mais il en restait encore bien suffisamment pour cette mission.

*Qu'ils viennent... pensa le guerrier, enfoncé confortablement dans son armure, et si un seul d'entre eux survit, il saura ce pourquoi nous sommes appelés les Spectres !*

Tandis qu'au loin, se dessinaient lentement les contours du village d'Iconox...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Pic de l'épaule] Hauteur des neiges éternelles   Lun 29 Avr - 18:17

Les guerriers courraient, suivis par le transport; derrière eux, une marée robotique les poursuivait, tantôt en courant qu'en effectuant de puissants bonds dans les airs pour gagner de la vitesse. Les rebelles n'étaient pas aussi rapides que leurs assaillants, et la seule chose qui leur permettait de garder leur avance était le Spectre qui éliminait un par un chaque métamorphe qui s'approchait de trop. Le guerrier d'élite prenait son temps, faisant bien attention afin de ne pas gaspiller la moindre munition; chaque tir se devait d'être parfait, et il faisait en sorte d'attendre le bon moment pour loger une balle dans la tête de chaque Baterra qui risquait de toucher l'un des Fantômes présents. Takurak usait également de ses pouvoirs de magnétisme et de gravité pour les ralentir, mais il ne pouvait utiliser de grandes quantités d'énergie, ce qui aurait réduit sa propre vitesse de pointe.

Iconox n'était plus qu'à quelques centaines de mètres, et les skralls avaient repéré les rebelles qui s'approchaient, poursuivis surtout par une horde de ceux qui étaient désormais les pires ennemis de l'Empire. Déjà, de nombreuses tourelles s'activaient, tandis que les réserves de thornaxx étaient utilisées pour recharger les lanceurs placés sur les remparts du village fortifié. Le Seigneur Fantôme jura; si la garnison décidait de faire feu sur les Fantômes, ces derniers ne pourraient pas éviter les tirs et fuir face aux métamorphes. Gladius cherchait une solution, mais la situation semblait malheureusement sans espoir... et les Baterras s'approchaient toujours plus, même si le Spectre remplissait admirablement son rôle. Sans lui, la marée mécanique aurait déjà submergé et emporté pour toujours les quelques guerriers.

Le leader rebelle regarda à nouveau devant lui, se connectant une nouvelle fois avec Epsilon pour bénéficier des données fournies par son sonar. La garnison impériale passait à l'action, et des projectiles furent tirés dans la direction des Fantômes. Gladius soupira, préparant le Dernier Recours de son corps, au cas où il n'aurait pas d'autre choix... la cité d'Iconox était encore loin, mais même à cette distance cette ultime attaque occasionnerait de sérieux dommages aux remparts de la ville. Takurak devrait alors ouvrir un portail pour lui-même et Epsilon si possible, mais personne d'autre; il ne faudrait aucun témoin de la scène. L'explosion vitrifierait le sol, annihilerait les Baterras, et tuerait tout forme de vie sur des centaines de mètres. Un dernier sacrifice, que chaque Fantôme se devait d'effectuer lorsque la situation l'exigeait. Mais heureusement pour le Seigneur Fantôme, cette heure n'était pas arrivée.

Les thornax frappèrent le sol et explosèrent... dans les rangs des change-forme. Des scorpions tirèrent leurs immenses carreaux et flèches incendiaires dans le groupe des robots meurtriers, enflammant ou faisant exploser plusieurs d'entre eux. Le Spectre profita de la désorganisation des créatures mécaniques pour faire un ravage dans leur rang à l'aide de ses deux mitraillettes. Il ne s'arrêtait plus de tirer, vidant chargeur sur chargeur tant qu'il le pouvait. Epsilon attira mentalement l'attention de Gladius vers les portes de la ville, qui s'ouvraient. A travers cette large ouverture, une mer noire et rouge se déversa sur les terres glacées des montagnes quartziques; une Légion Skrall, image même de la puissance de l'Empire, courrait d'un seul bloc à la rencontre des Rebelles et des Baterras. Le Seigneur Fantôme ordonna immédiatement à ses hommes de virer sur la droite afin d'éviter le choc mortel qui s'en suivrait; si les guerriers se retrouvaient pris entre les deux armées, les survivants fantômes seraient peu nombreux...

Le petit groupe prit donc un virage serré, tandis que le Spectre vidait ses deux derniers chargeurs sur ses adversaires. La pluie de thornaxx ne faiblissait pas, ni le déluge de projectiles mortels et variés qui ralentissaient et ravageaient les corps des métamorphes. Si bien que lorsque l'armée impériale arriva enfin au contact, il ne restait plus qu'une dizaine de Baterras déjà endommagés. Le combat ne dura qu'un instant, alors que les officiers skralls de la première ligne, lourdement armés et protégés, firent un carnage à l'aide de leurs lances et épées. Les créatures mécaniques furent littéralement démantelées en quelques secondes. Aussitôt, un guerrier immense, qui dépassait Gladius de deux bonnes têtes, s'approcha de ce dernier et le salua.


- Nous avons été mis au courant des dernières nouvelles... et heureusement pour vous, ou nous vous aurions laissés vous écraser sur les parois de notre citadelle, rebelles ! Remerciez l'honneur des skralls, Seigneur Fantôme, et remerciez votre sagesse pour avoir cessé les hostilités avec notre Empereur, le grand Tuma !

Gladius souriait, heureux de voir que la vertu ultime des guerriers de la planète des sables persistait encore parmi les membres de l'Empire. Et surtout, heureux de voir que le nombre de victimes n'avait pas encore augmenté. Et enfin, heureux de voir que la mission était un succès; la caravane marchande entrerait dans le village d'Iconox, où son contenu serait distribué. Et d'ici quelques jours, les tribus de glace rejoindraient les rangs des Fantômes.

Le Seigneur Fantôme rejoignit les abords du village, où l'un des chefs tribaux l'attendait avec son skopio; ce dernier était passé par un long détour pour éviter de passer par les endroits à risque, là où personne ne risquait de l'attaquer. Le skopio blanc n'avait subi aucun dégât. Les rebelles entrèrent dans le monstre de métal, et partirent pour la vallée du labyrinthe. Tandis que dans les rangs des skralls, l'image du Spectre en train de massacrer à distance des dizaines de Baterras se répandait comme le brasier dans une forêt sèche...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Pic de l'épaule] Hauteur des neiges éternelles   Jeu 9 Jan - 21:47

Un silence de mort régnait autour des pics d'Iconox les plus élevés; alors qu'une tempête de neige avait récemment sévi pendant plusieurs heures, recouvrant d'un écrin brillant les rares zones dégagées des pics quartziques, le ciel était désormais entièrement dégagé, d'un bleu sombre qui contrastait avec la blancheur pure des montagnes au frimas éternel. Aucune vie ne pouvait résister bien longtemps dans ces hauteurs, mortelles à bien des raisons. Le froid lui-même était le principal prédateur de ces contrées hostiles, mordant aussi bien les chairs que l'acier, tuant sans distinction aussi bien le roi que l'esclave. Les tempêtes fréquentes, la présence notoire de Baterras, ainsi que les quelques créatures mortelles qui s'aventuraient de temps à autres en ces lieux n'étaient également pas étrangers à la disparition de nombreux voyageurs imprudents qui avaient tenté de traverser les montagnes blanches à travers ses plus hauts pics. Ne restait d'eux plus que quelques traces infimes: cadavres congelés, os rongés, armes cassées, parfois même des véhicules à moitié ensevelis par les précipitations glacées.

Cependant, alors qu'aucun bruit n'avait osé rompre le silence depuis plusieurs heures, un craquement sourd résonna à travers les profondes vallées du Pic de l'épaule; le son, réverbéré sur les immenses surfaces qu'offraient les non moins monumentaux massifs montagneux, causa même quelques légères avalanches - sans pour autant causer de victimes à part quelques petits animaux qui n'avaient pas eu le temps de déguerpir. Quelques instants plus tard, un autre son, métalliques cette fois, résonnait de nouveau dans les montagnes blanches; ce dernier provenait d'une grotte profonde, creusée à l'intérieur même de la roche et de la glace. Au fond de cet étroit corridor, une porte métallique était ouverte manuellement par plusieurs guerriers.

Au nombre de trois, tous des glatorians, ils poussaient de toutes leurs forces afin de permettre à la lourde structure de bouger malgré le gel qui s'était installé dans ses mécanismes internes. Plusieurs minutes furent nécessaires pour permettre à porte de ne s'ouvrir que de quelques centimètres; épaisse de plusieurs dizaines de centimètres et entièrement blindée par diverses couches de métaux différents, elle devait peser plusieurs tonnes. Une voix interpella ensuite les trois guerriers, essoufflés après leurs efforts peu fructueux; provenant de derrière eux, bien plus profondément dans les entrailles de la montagne, elle avait adopté un ton plutôt neutre, même si l'agacement pouvait facilement se sentir dans son timbre.


- Et bien ! Nous aurions le temps de tous mourir plusieurs fois avant vous ne puissiez ouvrir cette fichue porte !

Une voix féminine et autoritaire, provenant d'une toa de l'eau.

- Aqua, nous sommes désolés mais la protection thermique n'a pas tenu; le gel a bloqué tous les mécanismes internes, et cette foutue porte est beaucoup trop lourde, bon sang !

- En ce cas, au lieu de vous acharner comme des idiots, demandez de l'aide à un Spectre... toi, là-bas, en armure Atomiom. Défonce-la moi vite fait, s'il te plait !

- Mais, madame, nous ne pourrons plus l'utiliser à l'avenir ! Nous devons attendre les ordres du Seigneur !

- Oui, bien sûr, et crever de froid en attendant qu'il se décide à nous appeler !

Un autre voix, bien plus calme, intervint alors; posée, grave et plutôt lente, elle semblait appartenir à un guerrier doté d'une grande sagesse.

- Aqua, du calme. Cependant, tu as raison. Soldat, ouvrez cette porte; elle est de toute manière bloquée, et maintenant qu'elle est entrouverte si nous ne faisons rien nous finirons tous gelés d'ici quelques heures.

Le Spectre en exo-armure lourde s'approcha lentement de la porte, jaugea sa résistance physique puis lui asséna un coup de poing prodigieux; ce dernier, dirigé contre la structure en son centre, eut l'effet de l'arracher de ses gonds puis de l'envoyer s'écraser sur le sol gelé de la grotte, plusieurs mètres plus loin.

- Rien à dire, Takurak, tu sais y faire avec tes hommes... même si je suis sûr que le fait que je sois une femme n'est pas étranger à leurs réticences. Mais bref, nous avons une sacrée trotte à faire. Quelle est la destination, déjà ?

- A force d'étudier les poissons dans les aquariums de Ga-metru, tu as apparemment adopté leur intellect ainsi que leur impressionnante mémoire...

Cette fois, il s'agissait d'une voix totalement artificielle, dotée d'un ton mécanique et tout à fait sarcastique.

- Epsilon... je te jure que si je n'avais pas si froid, je te botterai le derrière vite fait, ici même.

- Oui, bien sûr. Moi aussi, je t'aime bien.

- Oh, je vais te ..!

- Il suffit.

Ces deux simples mots, énoncés calmement par Takurak, eurent l'effet escompté; Aqua et Epsilon se turent, même s'ils se défiaient toujours du regard. Les guerriers, qui avaient déjà reçu leurs ordres, commencèrent à sortir de la grotte par groupes de quinze personnes.

- Et, Aqua: je te rappelle que nous rejoignons immédiatement l'univers matoran afin d'y chercher des secours. Il y a plusieurs jours, nos hommes cachés dans le désert ont subi un assaut éclair. Nous avons perdu tout contact avec eux en seulement quelques minutes; les réseaux de sécurité ont seulement pu capturer l'image d'un guerrier étrange qui était parvenu à s'introduire dans la cache, mais la connexion était tellement mauvaise que nul n'a pu le reconnaître.

- Comment l'Empire aurait-il pu découvrir notre cache ? Son emplacement était tenu secret, et elle était totalement camouflée; non, il doit s'agir d'autre chose... les baterras, sûrement, mais si les images montraient un guerrier, il doit s'agir d'autre chose. Une force d'intervention, entraînée et préparée, aurait peut-être pu prendre d'assaut nos hommes dans le désert. Mais de là à les éradiquer en seulement quelques minutes... avons-nous reçu des messages avant la perte totale de contact ?

- Oui. Un seul et même message, repassé en boucle pendant plusieurs minutes jusqu'à la coupure définitive.

"Il arrive".

Aqua sentit un étrange frisson, tout sauf agréable, lui parcourir le dos de bas en haut. Une sensation désagréable ne tarda pas à naître en elle. De toute sa vie, elle n'avait connu qu'une seule force capable de raser des villes et des camps armés en seulement quelques minutes. Une force qui avait été détruite, démantelée dans le Codrex grâce aux efforts conjoints de toutes les factions de l'univers matoran.

- Non... non, c'est impossible. Il doit s'agir d'autre chose. Obligatoirement... autrement... nous sommes finis.

- De quoi parles-tu ?

- Montre-moi ces images. Vite. Immédiatement. Epsilon, rapproche-toi; peut-être tes compétences - aussi ridicules soient-elles - nous permettront d'accéder à des informations que les ingénieurs auraient laissé passer sans s'en rendre compte.

Takurak appela immédiatement l'ingénieur des communications, qui avait soigneusement enregistré toutes les donnés vidéos et audios qui avaient précédé la destruction pure, simple et définitive de la base cachée des Fantômes dans le désert. Le petit agori sortit un disque crypté de son barda, enveloppé dans plusieurs couches protectrices, puis le remit à Epsilon; ce dernier commença ensuite à lire les données écrites. Les diodes lumineuses présentes sur son visage s'animèrent alors d'une violente lueur, tandis qu'une image était projetée sur l'une des parois de la base cachée des montagnes quartziques.

La vidéo était très instable, tandis que d'innombrables grains noirs semblaient s'agglutiner peu à peu sur les caméras, jusqu'à les obstruer entièrement. De temps à autre, on parvenait tout de même à capter l'image d'un grand guerrier, lui-même entouré de ces étranges et minuscules entités.


- La vidéo n'est pas mauvaise... ces points ne sont pas les signes d'une qualité d'image médiocre mais sont bien réels. On dirait des... insectes. Un nuage d'insectes.

- Epsilon, tu en es sûr ?

Aqua paraissait de plus en plus inquiète, presque terrifiée. Elle parvenait à peine à contrôler les tremblements qui parcouraient ses membres.

- Oui... notre ennemi a donc pris le contrôle d'une nuée d'insectes agressifs et apparemment mortels pour prendre d'assaut la base du désert. Cela explique la rapidité avec laquelle notre campement a pu être... "nettoyé". Cependant, les défenses manuelle ne se sont pas activées. De très rares coups de feu, et aucune explosion - alors que nous avions des escouades de tireurs de thornaxx sur place. Ils semblent avoir été... neutralisés, avant même le combat. Une attaque psychique ou chimique foudroyante. Puis enfin, le nettoyage par les insectes. Terriblement efficace.

Puis l'image s'arrêta sur le visage de l'Intrus. Grand, tenant une sorte de masse d'arme étrangement longue, sa face était trop pâle pour pouvoir appartenir à un être vivant; doté de trois yeux, il semblait être un cadavre qu'aurait animé un noir sortilège. C'en fut trop pour Aqua, qui reconnut là une aura qui lui avait été trop familière.

Une impression extrêmement désagréable, comme si un linceul de désespoir s'était lentement déposé sur elle avant de l’enserrer de plus en plus fort, presque jusqu'à l'empêcher de respirer. Elle sentait la peur dans la moindre fibre de son être; ces longs mois passés dans la terreur et le désespoir, à ne pas savoir si elle vivrait jusqu'au lendemain, alors que les légions infinies du Maître se déversaient comme une inondation, renversant et détruisant tout sur son passage.

Le Protectorat de l'Ombre était de retour; et avec lui, la probable fin de toute chose.

Aqua sombra rapidement dans l'inconscience, s'effondrant tandis qu'Epsilon la rattrapait au dernier moment; lors des minutes qui suivirent, les Fantômes continuèrent de sortir rapidement de la grotte, ne tardant pas ensuite à prendre la route du passage qui menait vers l'univers matoran. Mais tous pouvaient le sentir; nouvelles recrues, vétérans, Spectres, officiers, ingénieurs, civils.

L'Ombre approchait; et avec elle, l'Horreur et la Mort n'étaient jamais loin.
Revenir en haut Aller en bas
Rehad
Skrall philosophe
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/900  (700/900)
Jauge de Vie:
1000/1000  (1000/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 3100 – DEF : 4150

MessageSujet: Re: [Pic de l'épaule] Hauteur des neiges éternelles   Dim 13 Mar - 16:08


Alors que sa peau touchait le masque elle sentit une décharge d’énergie envahir son corps. Sa vision devint flou et peu à peu elle commença à voir des choses qu’elle ne comprenait pas. Ce n’était pas quelques choses d’explicable avec des mots, non, car aucun autre être n’avait vu ce qu’elle voyait en ce moment. Elle avait du mal à le comprendre, c’était comme un océan de lumières et de couleurs se mélangeant pour donner d’abstraites figures, à la fois magnifique et grotesque. Elle sentait que son coeur battais comme il n’avait jamais battu, d’une frénésie qui ne reflétait que son déboussolement. Elle voyait le monde s’éteindre, en mille lieux et mille heures, et ne rester de l’univers qu’un vide froid et éternel. La peur, le désespoir, tous ces sentiments semblaient si futile alors que sur elle s'abattait la fatalité des dizaines, des centaines, des milliers de fois. Devant ses yeux se répétait le même drame, la même fin et elle l’observait sans sourciller, à la fois fasciné et résigné. La beauté éphémère du monde en train de se consumer, telle une flamme, brillant de plus belle avant de s’éteindre à jamais. Son coeur battait ardemment dans sa poitrine.  

Au fur et à mesures qu’elle entrevoyait ces futurs, ces différentes voix conduisant à la même terrible destination, elle semblait réussir à interpréter de mieux en mieux les signaux qui lui parvenaient. Elle s’habituait peu à peu à décoder ces assemblages ineffables, arrivaient à différencier les différents corps, différentes masses qui se mouvaient devant elle. Cette bouillie informe prenait peu à peu sens dans son esprit, et à chaque nouveau passage de ses yeux sur cette infinité mourante, elle réussissait à déterminer un peu mieux comment interpréter ses formes et couleurs inconnues, les mécanismes à l’oeuvre pour les faire se mouvoir. Pourtant, il y avait quelques choses, une ombre menaçante qui ne bougeait pas. Dans cet univers en perpétuelle mouvement, se précipitant vers sa propre chute, elle restait là, fixe, immobile mais pesante, frêle mais imposante. Plus elle la regardait, moins elle comprenait. Qu’était elle? Que faisait-elle là?  Tout autour d’elle semblait se mouvoir par les fils invisibles du destin, mais elle n’était relié à aucun d’entre eux. Elle semblait disposé d’une indépendance, d’une volonté propre, malsaine.

Son corps se tendit soudainement, tous les muscles de son corps furent pris de convulsions incontrôlable. Sa tête lui faisait horriblement mal, saturé ainsi d’information elle semblait oublié jusqu’à sa propre personne. Elle ne faisait plus qu’observer le ballet qui se déroulait devant ses yeux. Elle voyait la fin d’un autre monde et alors qu’elle était absorbée dans cette contemplation de ce chaos final, elle entendait au loin une voix l'appelant, une voix semblant résonner dans toute cette dimension. Elle sentit quelques choses l’attraper, ou peut être le serait-elle à l’avenir? Elle ne savait plus, elle avait perdu toutes notions de temps. Elle était dans le présent et le futur à la fois, les futurs, tous mélangés autour d’elle, submergeant ses sens. Soudain les mots se faisaient plus pressant. Soudain il devenait plus fort. Soudain il prenait un sens. C’était une voix de fille. Une voix aiguë, inquiète, impérieuse résolue à affronter tous pour obtenir ce qu’elle voulait. Elle appelait, quelqu’un, qui? Moi? C’était ce que se demandait la sorcière. Qui est-ce moi, se disait elle ensuite. Lyli’?

Elle sentit la prise sur son bras s'atténuer puis disparaître. Sa vision était indistincte, elle put apercevoir deux êtres, une silhouette plus petite à l’armure éclatante. Elle semblait lancé son bras dans sa direction, mais pour une raison étrange n’arrivais pas à la rejoindre. Quelques choses tenaient son bras malgré la pression. Derrière elle se tenait une ténèbre. Ce n’était pas des ténèbres, c’était une chose unique que seul le mot ténèbre arrivait à décrire. Un être de grande taille enrobé de noir mais au visage pâle. L’instant d’après elle ne voyait plus rien, la lumière n’arrivait plus a ses yeux. Pourtant elle percevait toujours, ces formes grotesques dans le lointain. Soudain cependant ils changèrent radicalement, de lieux, de positions, d’ordres, d’heures. La destination finale était toujours la même, mais les chemins l’y menant avaient tous été bouleversés, plus que la mouvance les faisant habituellement bouger. Elle ferma les yeux, essayant instinctivement de retrouver sa conscience en occultant de sa vision ce spectacle magistrale et tragique.  Et alors elle sentit un choc contre son dos, et un grand froid envahir son corps engourdit. Alors qu’elle ouvrit à nouveau les yeux, elle voyait devant elle Mata nui, debout sur les montagnes quartzites. Que venait-il de se passer? Si elle regardait le ciel, elle pouvait voir ces formes étranges, qui au fur et à mesure qu’elle éloignait son regard devenait de plus en plus nette.


- Spi...rithia… Où... est… elle ...?

Seul le silence vînt répondre à sa question. Elle essaya de bouger, mais ses membres étaient trop endoloris pour cela. Elle arriva à peine à lever d’un centibio son bras. Elle avait froid. Une partie de son corps étaient violemment mordu par ce froid. Elle abandonna et étendit alors son esprit pour chercher de l’aide. Mais ce qu’elle rencontra n’était pas l’aide qu’elle désirait. Elle rencontra une grande terreur, la peur de la mort; la peur de perdre ses proches. Et elle vit, chacune de ses morts, chaque moment où elle pourrait périr de la plus ridicule à la plus grandiloquente. Et elle la vit périr, un nombre incalculable de fois, de la main des créations des grands êtres, les laquais de Mata nui. Elle voyait ce monde en feu et en flamme, sans savoir que ce n’était pas le siens.

Elle se rendit alors compte que ses souvenirs étaient confus, Tuma mort, une sorcière de métal noir, Bara magna réunifier, une guerre contre le monde Matoran, le ciel de Bara Magna en flamme. Elle ne le comprit pas immédiatement, mais bientôt elle se rendit compte que quelques choses n’allait pas dans ses souvenirs. Le ciel était bleu et non rouge sang. Et peu à peu d’autres souvenirs vinrent à elle, moins confus cette fois. Un soldat Skrall qu’elle avait aimé. Un soldat qui l’avait abandonné avec ses soeurs. La peine qu’elle ressentait, sa profonde colère contre lui, son exil avec ses soeurs. Elle compris finalement que certains des souvenirs n’étaient pas les siens, pourtant ils ne semblaient pas faux. Quelqu’un les avait vécu. Quelqu’un de semblable à elle, sans pour autant l’être. Elle se demanda alors qui était cette Spirithia qu’elle avait appelé plus tôt. Elle avait l’intime conviction de la connaître, sans pouvoir mettre un visage sur ce nom, elle ne se souvenait que de cette étreinte. Enfin deux noms vinrent à son esprit, presque en même temps. Tous deux désignés deux êtres différents, mais tous deux semblaient lui appartenir.

Elynah.

Aerellys.

Elle sentit qu’un de ses noms étaient attachés à ces souvenirs étranges qu’elle avait provoquant en elle un certain malaise. L’autre n’avait été prononcé depuis des siècles, si bien qu’elle le trouvait tous aussi dérangeant.

Et alors que son esprit arrivait peu à peu à se reconstruire, reformant ce qui était sa personnalité, son caractère, les formes alors disparurent peu à peu et elle s’étonna à dire “C’est censés être ma malédiction, mais maintenant que je ne les vois plus, c’en est presque effrayant.” Elle ne reconnu ni sa voix ni ses mots. Pourtant il lui semblait que c’était elle qui les avaient prononcés. Elle soupira, abandonnant l’idée de trouver une cause à ce phénomène. Elle voulait juste se mettre au chaud. Lentement elle bougea ses muscles et réussit péniblement à s'asseoir, puis à s’agenouiller et à se relever. Quelque chose tomba alors à terre.

Son masque était brisé. Il lui en faudrait un nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Pic de l'épaule] Hauteur des neiges éternelles   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Pic de l'épaule] Hauteur des neiges éternelles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Pic de l'épaule] Hauteur des neiges éternelles
» [Entraînement] Itegami, dieu des Glaces et maître des neiges éternelles
» Dans la hauteur de la solitude...
» Les neiges du Kilimandjaro
» Petit délire espagnol avec Etoile des Neiges et Etoile de Givre ^^

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Guerres de Spherus :: Mondes débloqués :: Reste de Bara Magna :: Montagnes Quartziques Blanches :: Pic de l'Epaule-
Sauter vers:  

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forumactif.com
BIONIFIGS.com | Le Mur de l'Histoire | Espace des Joueurs | Centre de communication | Nuvapedia.com | JDR Hero Factory | Lettre d'infos