Les Guerres de Spherus

Forum RPG gratuit dans l'univers BIONICLE depuis 9 ans maintenant!
 
FAQAccueilPortailMondesMembresGroupesConnexionS'enregistrerRechercher

Partagez | 
 

 [Pic de l'épaule] La Forteresse des Fantômes [détruite]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rehad
Skrall philosophe
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/900  (700/900)
Jauge de Vie:
1000/1000  (1000/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 3100 – DEF : 4150

MessageSujet: [Pic de l'épaule] La Forteresse des Fantômes [détruite]   Jeu 10 Jan - 21:25

Forteresse du pic de l'épaule





FORTERESSE DU PIC DE L'EPAULE

De tous temps et de toutes les guerres, les forteresses et autres places fortes ont été des éléments clés dans les plus grandes batailles.
De la forteresse d'Ehlek à celle de Ta-Koro, ces structures de commandement peuvent accueillir près de 5000 unités d'infanteries, soldats, robots, et machines de guerres.

Associez cette structure de base à des tourelles automatiques, unités robotisées, balises de détection (non compris) et imposez la puissance de votre commandement.

Commandement :

Seul le grade de Commandant permet d'administrer une forteresse.

CommandementIkinat
Capacités comptabilisées
Capacités contre croiseurs (RS-K    Canons) :
- ATK :  40.000
- DEF :  0

Capacités contre personnages (HM-V) :
- ATK : 0
- DEF: 0
Défenses- Aucune
Forces assignées
- Aucune
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Pic de l'épaule] La Forteresse des Fantômes [détruite]   Mar 4 Fév - 23:22

Trayx plongea sur le côté, s'aidant de son propulseur dorsal qui effectua une brève mais puissante poussée latérale: un léger flux de plasma s'échappa sur le côté du réacteur, matérialisant l'intense énergie dégagée. Là où il se trouvait quelques secondes plus tôt, un énorme objet rocheux, de forme plutôt ovoïde, s'écrasa avant d'éclater en morceaux.

Puis alors que les débris les plus petits rebondissaient au sol, se propageant sur plusieurs mètres avant de se stopper dans l'épaisse neige, le cœur du petit météore se révéla enfin; les croûtes de différentes roches se s'étant détachées les unes des autres jusqu'à ne laisser plus qu'une sphère métallique parfaitement lisse, une onde de chaleur fit fondre neige et glace sur plusieurs mètres de diamètre, jusque sous les pieds du rahkshi.

Des lignes rouges vives commencèrent ensuite à apparaître sur la boule, jusqu'à former des méridiens réguliers qui reliaient le point le plus haut à celui le plus bas. Lorsque les courbes se furent toutes rejointes, le métal se scinda au à leur niveau, se révélant être une coquille vide plutôt qu'un corps plein. Vide ? Pas exactement.

Les plaques métalliques courbes s'effondrèrent autour du point d'impact, révélant alors en leur centre un passager bien singulier, au moins autant que cet étrange type de transport.

Il s'agissait d'un être d'une espèce totalement inconnue à Trayx - dont la mémoire génétique répertoriait toutes les races intelligentes habitant l'univers matoran, sans oublier les innombrables rahis qui le peuplaient; de plus, une bonne partie des créatures de Bara-Magna étaient également gravées dans ce savoir inné. Il s'agissait donc d'autre chose: d'une mutation, d'une expérience, ou peut-être même d'un étranger venant d'un autre monde, d'une autre dimension.

Le rahkshi se propulsa en arrière, sautant en l'air puis laissant son propulseur personnel effectuer une puissante poussée pour l'écarter de l'étrange créature. Cette dernière ressemblait plus ou moins à un skakdi au niveau du corps, mais sa tête rappelait le visage d'un toa, même caché derrière l'étrange casque à visière opaque qui ne laissait voir que le bas de son visage. Doté d'une armure légère bleu-cobalt brillante, le guerrier possédait une stature plutôt svelte, même si ses épaulières imposantes lui donnaient une impression de force sûrement exagérée.

Trayx dégaina son fusil, commençant à viser son nouvel adversaire; car il s'agissait assurément d'un ennemi, au vu des récents événements.


***

Plusieurs heures plus tôt, Rehad était passé par le passage qui menait à l'univers matoran, souhaitant sûrement se diriger vers l'une des bases impériales; le rahkshi l'avait tout d'abord suivi de près, puis s'était peu à peu éloigné de l'officier skrall, alerté par un étrange signal qu'il avait reçu par le biais des systèmes de communication de son armure.

L'Ombre qui lui avait offert la vie, légué des pouvoirs et donné un but lui ordonnait de se rendre à l'ancienne forteresse rebelle, où des activités plutôt mystérieuses avaient été détectées.

Trayx avait alors cessé de suivre Rehad, pour rejoindre la structure abandonnée; du moins le croyait-il. Car en arrivant sur place, il trouva non pas une citadelle perdue dans les montagnes, mais une place forte correctement entretenue. Des dizaines de petits être bipèdes - encore là d'une espèce inconnue - mesurant un bio à peine s'occupaient de diverses tâches: certains faisaient des allers-retours dans diverses carrières souterraines, semblant ramener minerais et roche à la surface pour purification et utilisation. D'autres partaient dans les montagnes, revenant ensuite chargés de viande fraîche - sûrement des rahis des environs.

Enfin, d'autres s'affairaient à la construction de diverses structures métalliques ou rocheuses, d'étranges machines.

Le rahkshi tenta de se faire aussi discret que possible, ne s'approchant pas à moins de plusieurs centaines de mètres de la forteresse ou des zones de flux des petits êtres. La couleur blanche de son armure lui permit cependant de ne pas se faire repérer- en premier temps. Trayx s'avança ensuite, lentement, se dirigeant droit vers l'étrange signal que son armure avait détecté. Il s'agissait d'un code plutôt simple, émis en boucle, dont la puissance d'émission croissait rapidement; au départ insuffisant pour être perçu à plus de quelques kilomètres, il était désormais assez intense pour être détecté sur à travers les vallées et montagnes qui entouraient le pic de l'épaule.

Le rahkshi s'était ensuite approché de l'une des lignes de ravitaillement qui apporteraient divers minerais et types de roches en direction de la forteresse; utilisant ses pouvoirs de désintégration, il causa un léger éboulement, obligeant ce qui semblait être des ouvriers à s'écarter chaotiquement des nombreux points d'impact des rochers qui avaient dégringolé du flanc de la montagne.

L'un des petits êtres, cependant, ne fut pas assez rapide, et surtout trop malchanceux; il se retrouva écrasé par un "caillou" de plusieurs tonnes; ses membres s'étaient retrouvés arrachés, déchiquetés, tandis que son corps mince était broyé. Nul sang, nul liquide ne se déversa de son cadavre; seulement quelques étincelles et des arcs électriques, vacillant quelques secondes avant de disparaître définitivement.

Un robot donc, un drone ouvrier facilement remplaçable et ignorant la fatigue. Une simple fourmi, faisant partie de l'immensité de la ruche dont le cœur se trouvait sûrement entre les murs de la citadelle remise en marche. Trayx profita donc du chaos généré par le petit éboulement pour se glisser dans l'un des nombreux chariots d'approvisionnement, relevant rapidement la toile plastique afin de ne pas se faire repérer par les innombrables machines qui l'entouraient.

Il attendit ainsi plusieurs dizaines de secondes, immobile et totalement silencieux, caché entre plusieurs palettes métalliques chargées de lingots de divers minerais, dont certains étaient sûrement précieux. Le rahkshi ne fut cependant en aucun cas intéressé par la richesse à laquelle il aurait accès en s'emparant de ces petits mais lourds pavés métalliques.

Puis le chariot se mit en branle, commençant à se déplacer sur la piste qui menait droit aux portes grandes ouvertes de la forteresse. De la poussière de roche tombait régulièrement sur la visière de la visière bleutée qui cachait son corps organique, très rapidement balayée par les systèmes de nettoyage automatiques. Suivant une très légère courbe, le chariot avança pendant plusieurs minutes, jusqu'à se stopper soudainement. Plus aucun bruit ne retentissait en dehors, et Trayx prit le risque de se relever, doucement et en silence. Il dégagea ensuite la bâche opaque qui l'avait caché au yeux des ouvriers robotiques, pour enfin contempler l'endroit où il avait atterri. Il s'agissait d'un immense hangar, apparemment souterrain, sûrement creusé sous la forteresse même.

Là, des milliers de chariots étaient entassés, certains vides, d'autres pleins.

Un mouvement attira l'attention du rahkshi, qui se cacha immédiatement entre deux de ces innombrables petits transporteurs. La légère pénombre qui régnait lui permettait de ne pas trop être visible, mais il prit tout de même la précaution de ne laisser qu'une infime partie de son armure dépasser de sa cachette improvisée. Activant les réseaux de caméras de son armure, Trayx posa sa main sur le bord supérieur du chariot; immédiatement, l'image captée par les réseaux de fibre optique présents dans sa paume fut retransmise sur la partie intérieure droite de sa visière, non-visible depuis l'extérieur de cette dernière.

Des machines lévitaient au-dessus du sol, à plusieurs mètres de hauteur. Elles voletaient en tous sens, naviguant avec grâce et légèreté au-dessus des chariots. Elles s'approchaient parfois de l'un d'eux, s'accrochait à lui grâce à de fins bras métalliques terminées par une pince, puis  récupéraient un certain type de minerai ou de roche avant de repartir en direction d'une autre salle. Les drones ressemblaient à d'immenses scarabées, dont la partie supérieure, une sorte de carapace semi-ovoïde, devait bien mesurer plus de trois mètres de diamètre; cachés sous cette coque arrondie, des dizaines de systèmes mécaniques, holographiques et électroniques permettaient apparemment le fonctionnement de ces machines. Divers symboles blancs étaient gravés sur le métal bleu sombre et brillant de ces drones, indiquant peut-être le type de minerais ou de roches que chacun d'eux était censé récupérer pour le traitement.

Sans s'arrêter une seconde, les drones voletaient de chariot en chariot, transportant sans relâche les matériaux nécessaires à la construction d'un projet dont la grandeur devait être analogue à la masse incroyable de ressources qui était concentrée en ce lieu. Lorsque les chariots étaient vides, déchargés de tout leur contenu, ils se déplaçaient ensuite automatiquement vers des ascenseurs gravitationnels qui les ramenaient à la surface pour servir de nouveau.

Trayx décida alors de chercher ce à quoi pouvaient servir toutes ces ressources, sortant de sa cachette pour rejoindre les accès par lesquels passaient les drones volants chargés de minerais. Il dégaina tout d'abord son fusil, puis visa un point au plafond loin derrière lui avant de tirer une rafale de trois balles imprégnées de son pouvoir de désintégration; au contact des projectiles, une onde d'un bleu électrique se propagea en cercles sur une dizaines de mètres à travers le métal. Immédiatement, un éboulement eu lieu, tandis que la structure même du plafond se désagrégeait peu à peu. Des pans de plusieurs tonnes commencèrent à tomber au sol, ravageant tout sur leur passage - drones volants et chariots. Profitant de nouveau de la cohue, le rahkshi utilisa son réacteur dorsal pour pénétrer dans l'un des multiples passages qu'utilisaient les scarabées métalliques chargés de ressources.

Là, il se retrouva ensuite dans une autre salle, extrêmement vaste, qui s'enfonçait encore plus profondément sous les fondations de la forteresse fantôme. Sur les murs, d'immenses fours, de plusieurs dizaines de mètres de haut et de large, alimentaient en chaleur des fonderies qui servaient sûrement au traitement des ressources acheminées jusqu'ici. De nombreuses chaînes de production étaient présentes; diverses pièces métalliques défilaient sur d'innombrables tapis roulants; des robots les assemblaient au fur et à mesure de leur avancée. Trayx commença à accélérer, filant dans les airs aussi discrètement que possible. Les atténuateurs de bruit à la sortie de son réacteur permettaient de minimiser grandement le son qu'il émettait, mais ce dernier était de toute manière amplement couvert par le vacarme ambiant des forges et des chaînes de production.

Suivant les lignes de fabrication, le rahkshi arriva bientôt dans une autre salle, bien plus petite cette-fois. Une seule chaîne s'y arrêtait, tandis que toutes les autres continuaient leur chemin. Trayx s'arrêta cependant, se posant au sol pour que les systèmes de son armure vérifient leurs calculs.

Le signal qu'avait détecté le kraata depuis la surface provenait de cet endroit; au centre de la cavité se trouvait une tour qui reliait le sol au plafond. Elle était formée d'un cœur, parfaitement cylindrique, autour duquel semblaient avoir été greffés des centaines d'appareils diverses au fonctionnement inconnu. Certains émettaient de la lumière, d'autre pulsaient lentement; certains étaient la source de quelques bruits, d'autres semblaient totalement inertes. Tandis qu'au sol, des drones volants récupéraient les appareils apportés par la chaîne de production pour les additionner à la structure déjà existante. A chaque fois qu'une modification était effectuée sur cette dernière, le signal qu'elle émettait était très légèrement modifié. Quelques lignes de codes changeaient, tandis que la fréquence augmentait légèrement; mais surtout, sa puissance augmentait de manière exponentielle. Bientôt, il pourrait être assez efficace pour pénétrer même à travers la paroi de l'univers matoran.

Trayx attendit ainsi plusieurs secondes, jusqu'à ressentir Sa présence; l'Ombre le félicita pour sa découverte, tandis que le rahkshi ressentait un sentiment de contentement remplir son esprit. Il L'avait rendu fier, et cela était une immense victoire.

Cependant, Son esprit était entaché par le doute, l'inquiétude, l'anxiété. Le signal n'était pas un simple code; il s'agissait d'une balise de localisation, qui permettrait à quelque chose - quelqu’un - de repérer cet endroit afin de s'y rendre. L'Ombre lui intima de quitter les lieux le plus rapidement possible, et Trayx ne se fit pas attendre pour obéir.

Il sortit rapidement de la salle, mais ne tourna pas les talons; au lieu de rebrousser chemin, il préféra s'enfoncer encore plus profondément dans les galeries souterraines du mystérieux complexe. Traversant plusieurs couloirs de plus en plus petits et fins, il parvint finalement dans une nouvelle cylindrique, mesurant au moins 600 mètres de diamètre, mais bien plus profond – au moins deux kilomètres. Des centaines de petits projecteurs illuminaient la pièce, mettant en valeur la structure centrale.

Un immense vaisseau de guerre, bardé de milliers de tourelles et armes auxiliaires, doté d’un canon principal monumental qui aurait sûrement réduit à lui seul le Némésis et le Sechât en un tas de cendres vitrifiées à l’aide d’un seul tir. Sa coque très épaisse devait sûrement être protégée par plusieurs systèmes de boucliers, tandis que des systèmes magnétiques de déviateurs de tirs permettaient de modifier la trajectoire des projectiles adverses, voire de les renvoyer sur eux si l’énergie allouée à ces systèmes était suffisante.

Heureusement, le mastodonte de métal n’était pas encore opérationnel, loin de là ; si l’avant du cuirassé n’attendait plus que quelques couches de blindage supplémentaires, l’arrière quant à lui demanderait encore plusieurs mois de travail. Le réacteur n’avait pas encore été commencé, et seule la partie centrale avait été finalisée. Cependant, si jamais une telle œuvre parvenait à son terme, aucun vaisseau des Puissants ne saurait jamais capable de résister à un tel monstre, qui rappelait par sa taille – et sûrement par sa puissance – le Poing de l’Ombre lui-même. Ironique, alors que le Protectorat refaisait parler de lui depuis quelques jours seulement.

Etait-il possible qu’il s’agisse là d’un projet mené par le Maître ou l’un de ses Séides, qui tentaient de créer un outil de domination aérienne sans pareil à la surface de la planète des sables ?

Trayx n’avait cependant pas de temps à perdre, et il suivit immédiatement son instinct, s’approchant de la paroi supérieure de la cavité cylindrique. Arrivé à une centaine de mètres de la surface rocheuse, il ralentit légèrement et la scruta, analysant le moindre de ses détails. Les chaînes de production dégageant une chaleur infernale, cette dernière devait absolument être évacuée en surface par un système de ventilation ou de refroidissement par liquide.

Le rahkshi repéra rapidement une petite ouverture, et s’y engouffra aussi rapidement que possible. Il pénétra alors dans un tunnel très étroit, d’à peine quelques mètres de rayon. Et, au loin, une lueur orangée brillait faiblement. La lumière du soleil couchant.

Trayx commença son ascension, augmentant petit à petit sa vitesse tout en faisant attention de ne pas dévier de sa trajectoire pour éviter tout contact avec les parois du petit passage. Bientôt cependant, un grondement sourd attira son attention vers le bas. Alors qu’il n’était pas encore arrivé à la moitié du chemin, le tunnel de refroidissement avait été activé ; et, lorsque le grondement se tut, il fit ensuite place à une énorme déflagration, tandis qu’une vague de plasma surchauffé était évacuée dans le conduit.

Le rahkshi poussa immédiatement son propulseur dorsal au maximum de ses capacités, tandis qu’un flux mortel se rapprochait dangereusement de lui. Des arcs électriques ressemblant à des pattes se formaient régulièrement entre la vague destructrice et les parois métalliques, donnant l’impression qu’il s’agissait d’une bête monstrueuse qui poursuivait Trayx pour l’engloutir et le réduire à néant, détruisant aussi bien la chair que le métal. Si jamais ce monstre atteignait sa cible, c’en serait finit du rahkshi, dont on ne retrouverait jamais que les cendres dispersées aux quatre vents.

Le kraata avait beau dériver l’énergie de tous ses systèmes – vitaux y compris – en direction de ses réacteurs dorsaux, la vague de plasma gagnait bien trop de terrain pour qu’il puisse espérer atteindre la surface en un seul morceau – en un seul morceau non fondu, si possible.

Trayx réduisit alors très légèrement sa vitesse, suffisamment pour pouvoir viser précisément avec son fusil. Et ainsi, poursuivi par un flux mortel de gaz ionisé porté à plusieurs dizaines de milliers de degrés, le rahkshi tira une centaine de balles en seulement quelques secondes, épuisant entièrement le cube métallique qui servait de chargeur.

A chaque impact des projectiles, une onde bleutée et brillante parcourait la paroi avant que cette dernière ne se désagrège sur plusieurs mètres de diamètre, formant une « bulle » à l’intérieur de laquelle le métal se transformait selon sa proximité avec l’épicentre du choc. Au contact, le matériau était réduit en poussière extrêmement fine ; plus on s’écartait du point d’impact, et plus les grains grossissaient. Au-delà d’un mètre, il s’agissait de graviers et gravillons. Tandis que plus loin, jusqu’à dix mètres environ du centre de l’onde, les éboulis pesaient chacun plusieurs tonnes.

Ces innombrables masses métalliques finirent inévitablement par créer un « bouchon » qui obstrua le passage – bloquant ainsi la vague de plasma. Temporairement du moins ; car tandis que le flux mortel percutait cette barrière, la pression augmentait énormément à l’intérieur du tunnel, jusqu’à atteindre une valeur suffisante pour faire sauter le bouchon. Ce petit temps de latence suffirait-il à Trayx pour atteindre la sortie du tunnel ?

Le rahkshi sentait la chaleur augmentait derrière lui, au fur et à mesure que le plasma s’approchait de lui. Chaque seconde semblait interminable, tandis que le point lumineux s’était transformé en un cercle bien discernable. Bientôt, la température devint insupportable pour le petit kraata pâle enfermé dans son armure. Les capteurs de surface clignotaient tous au rouge, indiquant un milieu mortel à l’extérieur. Tandis que le cercle était suffisamment grand pour permettre à Trayx de discerner le ciel à travers la petite ouverture.

Puis enfin, ce fut la délivrance ; le rahkshi se retrouva soudainement à l’air libre, tandis qu’il activait les propulseurs latéraux pour sortir de la trajectoire de la vague de plasma qui le suivait juste derrière. Tandis qu’il s’éloignait de sa trajectoire initiale, il put observer l’incroyable puissance du monstre qui l’avait poursuivi tout le long de son ascension. Le plasma se déchargea immédiatement dans l’atmosphère, créant de nombreuses séries d’éclairs. L’armure du kraata, totalement isolée, fut cependant protégée de ce bref mais intense orage électrique. Bientôt, le brouillard incandescent se dispersa dans les airs. Trayx regarda alors autour de lui.

Il se trouvait au-dessus de la forteresse rebelle, à quelques dizaines de mètres au-dessus du sol. Son instinct de survie le poussait à s’écarter immédiatement, le plus loin possible de cet endroit. Mais sa conscience primitive lui disait cependant qu’il n’en avait pas encore fini. L’immense vaisseau de guerre, ainsi que toutes les autres armes potentiellement en préparation, risquaient de servir à l’ennemi – et de réduire à néant les plans de Celui qui l’avait créé. Il ne pouvait pas fuir ainsi. Pas avant d’avoir complètement anéanti ce complexe et tout ce qui se trouvait à l’intérieur.

Le rahkshi se posa sur l’une des nombreuses flèches d’observation de la forteresse. Il s’accroupit, posa la main sur le métal, puis laissa une très légère onde de désintégration affluer dans le matériau. Sous ses doigts, la surface devint poussière en l’espace d’un instant, ne laissant intact qu’un cube parfait qu’il attrapa de la main gauche, avant d’engouffrer dans le réceptacle dédié de son fusil. Ainsi rechargée, l’arme avait retrouvé toute son efficacité.

Trayx décolla rapidement, s’élevant dans les airs jusqu’à atteindre une distance qui lui semblait suffisante pour ne pas subir lui-même l’onde de choc du Désastre qu’il allait causer. Le rahkshi visa la base de la forteresse fantôme, se concentrant sur la maîtrise de son élément. La visière bleutée de son armure commença à briller intensément, tandis que des volutes bleutés, matérialisation pure de son pouvoir élémentaire, se dégageaient lentement de lui.

Une puissante onde lumineuse rouge balaya la forteresse ainsi que les terres montagneuses alentour. Lorsqu’elle percuta le rahkshi, ce dernier fut également repoussé en arrière sur plusieurs dizaines de mètres. Ne pouvant maintenir un contrôle correct sur son élément, Trayx préféra annuler son attaque plutôt que de risquer d’être lui aussi anéanti par ses propres pouvoirs.

Diverses alarmes de son armure s’activèrent, tandis que les systèmes électroniques tentaient immédiatement de déterminer l’origine de l’onde rouge qui venait de frapper le rahkshi ainsi que toute la montagne autour de lui, sur plusieurs kilomètres. Lorsque ses capteurs lui indiquèrent qu’elle provenait de la balise de localisation, Trayx ne comprit pas immédiatement ce qui se passait. Cependant, lorsqu’un immense portail dimensionnel s’ouvrit au-dessus des montagnes quartziques blanches, il sut qu’il devait s’éloigner des lieux, et vite.

Un petit croiseur – moitié moins grand que le Sechât, mais infiniment inférieur à l’Immensité qui sommeillait sous la forteresse. Il ne semblait pas posséder d’arme ni de tourelle défensive, et ressemblait à l’un des étranges drones volants qui transportaient les minerais dans les sous-sols de l’étrange complexe. Sa coque supérieure formait une ellipse très allongée mais parfaitement lisse, légèrement bombée sur le dessus. Le dessous, cependant, était totalement plat, si on exceptait les milliers de petites bosses qui dépassaient à peine de la coque principale. Enfin, un cylindre plutôt imposant terminait l’appareil – sûrement son réacteur principal.

Une deuxième onde rouge se propagea depuis la balise de la forteresse, jusqu’à se répercuter sur le vaisseau ; ce dernier sembla répondre, car il émit également le même signal mais cette fois-ci avec bien plus de force. La puissance de l’onde balaya Trayx jusqu’à le faire s’écraser au sol, bien plus bas ; la puissance du choc créa un léger cratère autour de rahkshi, tandis que les robots ouvriers s’étaient déjà cachés depuis bien longtemps hors de portée de l’onde de choc.

La réponse du vaisseau arrivé par la porte dimensionnelle – et par conséquent son arrivée – avaient donc été prévues depuis le début ; la première onde lumineuse était sûrement l’aboutissement du signal que la balise de localisation souterraine avait émis jusque là. Le problème, désormais, était de savoir qui avait répondu à l’appel de cette force inconnue.

Mais l’Ombre n’avait pas de temps à perdre, et décida de faire agir Trayx immédiatement. La volonté de son créateur se fit ressentir dans chaque fibre de son corps organique ; il ne s’agissait pas simplement d’un ordre, mais d’une envie tellement irrépressible que le rahkshi n’aurait jamais pu penser à un seul moment ne serait-ce que de douter du caractère absolu et inévitable de l’accomplissement de sa mission.

Il était temps de passer à l’action, quelle que fut la nature de ces mystérieux envahisseurs. Peut-être étaient-ils des réfugiés, de potentiels alliés qui seraient très utiles face au Protectorat. Peut-être étaient-ils une menace pire encore que ce dernier, faisant passer le Maître et ses armées pour une bande de geignards. Ou peut-être s’agissait-il des Grands Êtres eux-mêmes, venus agir en personne face à l’Ombre qui avait frappé les deux Mondes.

Dans tous les cas, leur destinée s’arrêtait ici et maintenant. Et tandis que le petit croiseur s’approchait lentement du sol, Trayx doucement dans les airs. Autour de lui, des volutes bleutées apparurent de nouveau tandis qu’il concentrait la toute puissance de l’Annihilation dans la moindre parcelle de son être.

Le ciel s’était largement assombri depuis que Trayx était sorti du complexe souterrain, et la nuit était désormais tombée sur les montagnes quartziques blanches. Les étoiles brillaient de mille feux sur le sombre firmament de la nuit. Et parmi elles, une bien plus brillante que les autres les éclipsait toutes. D’un bleu électrique, elle émettait une énergie incroyable en une aura nébuleuse qui semblait l’entourer tel un nuage de puissance pure.

Ironiquement, les prémices de la Destruction pouvaient parfois paraître magnifiques ; L’étoile se mit rapidement en mouvement fonçant en direction du cœur de la forteresse rebelle. Se transformant en comète, laissant une longue traînée blanche et brillante derrière elle, l’astre devenu comète semblait tout simplement désormais impossible à stopper. Un météore incandescent, ou alors un cavalier pâle qui chevauchait un étalon d’énergie pure.

Trayx percuta bientôt la surface de la structure, la traversant comme si cette dernière avait été faite de papier ; l’aura de Destruction qui l’entourait réduisait métal, roche et autre matériaux à l’état de fine poussière avant même le contact direct. Puis, lorsqu’il arriva a cœur-même de la structure, le rahkshi dégagea une véritable explosion énergétique, semblable visuellement à un nova blast. Une onde d’annihilation, semblable à une sphère creuse de lumière bleue, se propagea à travers toute la forteresse sans provoquer le moindre bruit, même si l’attaque préliminaire de Trayx avait déjà causé un vacarme assourdissant, somme des effondrements en chaînes et des impacts monstrueux entre les pans de murs et de plafonds, pesant plusieurs centaines de tonnes,  avec le sol et les drones qui s’y trouvaient.

L’onde bleutée eut bientôt englouti toute la forteresse, chaque brique de roche, chaque blindage de métal, chaque composant électronique, chaque drone étant touché.

Puis Trayx libéra la puissance jusque là retenue. Un flash blanc-bleuté, d’une intensité inimaginable, éblouit tous ceux qui auraient pu poser les yeux sur la scène. Le rahkshi lui-même ferma les yeux, tout simplement aveugle à ce qu’il avait lui-même causé.

L’onde de choc déclenchée par l’attaque du rahkshi avait soufflé la neige sur plusieurs centaines de mètres, couché l’arbre le plus bas, détruit le drone le plus résistant. Seul le croiseur avait résisté, s’étant largement écarté de l’épicentre du Cataclysme.

Rien.

Il ne restait plus rien.

Trayx se trouvait désormais au centre d’une sphère de plusieurs kilomètres, à l’intérieur de laquelle il n’y avait plus rien. La Désintégration avait réduit en poussière tout ce qui avait autrefois formé une forteresse, un complexe souterrain entier, ainsi qu’un immense vaisseau de guerre en construction. Tout cela avait été réduit en une fine poussière grise, comme celle qui était parfois soufflée par le vent dans le désert ; comme si une « bulle » de l’univers avait soudainement disparu, laissant un étrange vide derrière elle.

Le rahkshi réduisit peu à peu la propulsion de son réacteur dorsal, planant en direction du vaisseau-scarabée qui s’était éloigné en direction d’une autre montagne. Lorsqu’il arriva à moins d’une centaine de mètre de ce dernier, Trayx se posa tranquillement sur le flanc rocheux qui surplombait l’une des nombreuses et profondes vallées des pics quartziques. Le petit croiseur ne semblait plus réagir, comme si son équipage avait été tétanisé par l’assaut aussi brutal que rapide du rahkshi.

Trayx commençait de nouveau à charger son pouvoir de désintégration lorsque le vaisseau émit un puissant grondement ; on aurait dit que des milliers de sphères métalliques s’entrechoquaient entre elles, produisant un vacarme sans nom. L’onde sonore fut telle qu’elle causa plusieurs petites avalanches, dont l’une d’elles obligea le kraata à s’envoler loin au-dessus du sol et à retarder son attaque.

Tandis que Trayx tentait de trouver un point d’appui stable pour se propulser plus efficacement en direction du vaisseau, ce dernier émit cette fois, de nouveau, une onde lumineuse rouge balayante ; bien moins puissante que la précédente, celle-ci n’eut aucun effet apparent.

Cependant, le rahkshi eut à peine le temps de plonger sur le côté, avant qu’une sphère rocheuse ne vienne s’écraser là où il se trouvait quelques instants plus tôt.


***

Trayx se baissa, juste à temps pour éviter le laser surpuissant qui vint alors frapper le flanc d’une montagne, plusieurs centaines de mètres plus loin. L’énergie du tir se déchargea très rapidement dans la neige, la glace puis la roche ; l’eau solide se sublima immédiatement, avant de se condenser pour former un léger brouillard. Les minéraux solides, quant à eux, virèrent au rouge sous la chaleur du laser, commençant même à s’amollir autour du point d’impact.

Le rahkshi n’avait pas de temps à perdre ; son étrange adversaire, sorti d’un petit météore artificiel, tendait de nouveau la main dans sa direction. Un autre tir, partant de la paume de sa main, qui manqua de perforer l’armure de Trayx au niveau de l’épaule. Se concentrer pour saturer ses munitions en énergie élémentaire serait trop long ; le rahkshi se contenta donc de tirer trois fois sans utiliser ses pouvoirs de Désintégration.

Les projectiles, accélérés à une vitesse folle, foncèrent directement en direction du torse de l’étrange guerrier ; cependant, elles dévièrent rapidement de leur trajectoire pour le contourner, tourner autour de lui… puis retourner à leur propriétaire. Les tirs retours, bien moins précis, ne touchèrent le rahkshi qu’à la hanche gauche, et l’aura annihilatrice de Trayx parvint à réduire en poussière la grande majorité de leur masse. Cependant, la puissance du choc repoussa le rahkshi une dizaine de mètres en arrière ; ce dernier utilisa son propulseur dorsal pour tout de même garder son équilibre.

L’étrange guerrier utilisait donc une sorte de bouclier magnétique répulsif, qui permettait de prendre le contrôle des projectiles métalliques, même si la visée s’en retrouvait apparemment bien moins précise.

Le combat à distance en serait donc grandement affecté ; le rahkshi ne savait pas quelles étaient les réserves d’énergie du dispositif utilisé par l’adversaire, et il voulait en finir rapidement avec ce dernier.

Trayx prit appui sur le sol, se recroquevillant légèrement avant d’effectuer une puissante poussée, autant avec ses jambes que grâce à son réacteur dorsal. Fonçant droit sur son adversaire, il renforça significativement l’intensité de l’aura annihilatrice qui l’entourait ; lors de son attaque, cette puissante énergie forma comme une pellicule lumineuse autour de sa peau, le faisant briller à travers les montagnes enneigées comme une petite étoile.

Le rahkshi ne ressentit nul choc, nulle résistance, et dut même effectuer une contre-poussée de son propulseur pour se stabiliser ; et pour cause : il avait traversé son adversaire de part en part, réduisant la grande majorité du corps de ce dernier en une bouille moléculaire informe. Cependant, comme pour les petits drones automatisés, nul élément organique ne composait le guerrier qu’il venait d’anéantir. Il n’était formé que de systèmes mécaniques, holographiques et électroniques. Un autre, robot, mais autrement plus performant que ceux auxquels il avait eu affaire jusque là. Cependant, sa mémoire génétique reconnut cette fois aisément le type de fabrication du drone de combat qu’il venait de renvoyer au néant.

Il s’agissait là de robots extrêmement chers, fabriqués à la chaîne à Ko-voya voilà une éternité ; cela faisait plusieurs centaines d’années qu’on avait plus vu un seul exemplaire de ce type de modèles. Mais l’Ombre qui avait donné vie à Trayx connaissait parfaitement leur créateur, qui était également le seul qui aurait été capable de les utiliser.

Cependant, le rahkshi n’eut pas le temps d’étudier plus en détail les restes du robot en miettes, car tout autour de lui des centaines de petits météores s’écrasaient avec fracas contre la neige, la glace et la roche. Tous ne tardèrent pas à se fracturer, révélant là encore des coquilles métalliques qui libérèrent aussitôt une véritable légion mécanique.

La troupe de drones était apparemment composée d’une dizaine de modèles différents, tous reproduits en de nombreux exemplaires. Trayx n’eut pas le temps d’énumérer tout ces nouvelles cibles ; de nombreux points rouges lumineux, annonciateurs de tirs lasers en préparation, commençaient déjà à s’allumer tout autour de lui.

Le rahkshi frappa le sol de son pied droit, dispersant une légère onde de désintégration sur plusieurs mètres de profondeur ; aussitôt, la structure rocheuse qu’il surplombait se désagrégea, bientôt réduite en poussière. Lorsque les dizaines de tirs rougeoyants furent lancés contre lui, il se trouvait ainsi hors de portée. Les lasers continuèrent alors leur course, frappant le sol, les reliefs plus éloignés… ou des robots qui avaient eu la malchance de se trouver sur leur trajectoire. Quelques petites explosions eurent lieu, signe que les barrières magnétiques semblaient apparemment inefficaces contre la lumière elle-même.

Trayx attendit quelques instants, puis sauta en l’air, retournant immédiatement à la surface ; de nouveau, des tirs tentèrent de le toucher. Virevoltant dans les airs, effectuant une vrille puis un salto avant de se propulser sur le côté grâce à son propulseur, le rahkshi parvint alors à se reposer sans recevoir de dommage significatif.

Trayx se trouvait alors seul, au milieu de centaines de drones, tous désormais programmés pour détruire celui qui en avait fait de même avec leur avant-poste et leur précieux – et surtout extrêmement puissant – cuirassé. Une multitude de points rouges s’allumaient à chaque seconde, le calme avant la tempête laser qui allait bientôt déferler sur le rahkshi.

L’atmosphère était extrêmement pesante, alors que la nuit approchait de son heure la plus noire, seule la lumière des étoiles parvenant à percer la sombre obscurité du firmament. L’air semblait presque solide, tandis que plus aucun bruit ne résonnait dans les montagnes enneigées si on exceptait le léger vrombissement des armements énergétiques faisant partie des robots.

Trayx avait l’impression que le temps avait ralenti, jusqu’à se stopper complètement. Il se trouvait désormais comme dans une image suspendue en dehors de la réalité, tandis qu’un flot inimaginable de puissance convergeait de son corps organique en direction de sa main droite mécanique. Le kraata pouvait, à travers sa visière bleutée, percevoir le moindre détail de ce qui l’entourait. La légère poussière, créée suite à ses multiples attaques, immobile dans les airs ; la neige, piétinée par des centaines d’être robotiques, étrangement déformée ; les armures de tous les drones qui l’entouraient, quasiment immaculées ; les innombrables points lumineux qui pointaient dans sa direction ; et même, au loin, des flammes pétrifiées émettant une faible lueur, tandis qu’un drone peinait à s’extirper de la coquille métallique qu’elles entouraient.

Puis le temps reprit son avancée, comme un ballon de baudruche rempli d’eau que l’on aurait éclaté à l’aide d’une aiguille, déferlant tel un torrent après ces étranges instants de calme et de silence total. Tout se passa en l’espace d’un instant.

La main de Trayx brillait désormais comme l’un des phares qui entouraient les nombreux ports côtiers de l’univers matoran ; mais contrairement à la lumière salvatrice de ces derniers, la lueur du rahkshi n’augurait rien de bon pour ceux qui la voyaient. Ce dernier leva alors la main, avant de l’abattre sur le sol, fermant le poing. Sous la force de l’impact, la glace se brisa en mille morceaux, tandis que la lumière de sa main se transférait dans la glace, la neige et la roche.

Immédiatement, des milliers de veines brillant d’un bleu électrique se dispersèrent à la surface du sol, s’insinuant même jusque sur les armures des drones militaires. L’instant d’après… les robots, leurs équipements, les roches sous leurs pieds… tout n’était plus que poussière. Aucun drone, aucune pierre n’avait été épargnée. Même les cristaux de neige avaient été détruits, remplacés par une poussière d’eau glacée extrêmement fine.

Trayx lévitait alors au-dessus d’un cratère de plusieurs centaines de mètres de diamètre, parfaitement circulaire. Il perdit rapidement de l’altitude, afin de se poser, et de reprendre ses esprits après la décharge surpuissante d’énergie qu’il venait de propulser dans le sol.

Le rahkshi se reposa ainsi pendant plusieurs minutes, ne faisant pas le moindre bruit et profitant du silence de la nuit. Le ciel, sombre toile noire parsemée de perles brillantes, était parfaitement visible au cœur des montagnes quartziques. Nul vent ne soufflait, nulle neige ne tombait ; tout était immobile, comme une photo que l’on aurait prise, et qui semblait pouvoir durer toute une éternité. Trayx ne pensait plus à rien, préférant profiter de l’instant présent et de l’occasion qui se présentait à lui pour admirer le spectacle magnifique qui s’offrait à lui ; les montagnes quartziques blanches reflétant la froide lumière des étoiles n’avaient que peu d’égales à travers les Deux mondes.

Puis, tandis que les minutes avaient passé, le rahkshi se détourna du paysage, puis commença à s’écarter du champ de bataille. Rien ne pourrait jamais témoigner de la bataille qui s’était déroulée ici ; la moindre preuve étant complètement désintégrée, annihilée. Seules la poussière et les étranges cratères parfaitement circulaires pourraient peut-être un jour mener quelqu’un sur la piste des événements qui avaient ici conduits à l’annihilation d’une armée entière.

Les ennemis du Porteur de Destruction n’avaient aujourd’hui pas été puissants pour lui résister, et ce dernier continuait sa route afin de retrouver le commandant impérial qui devait lui permettre d’accomplir sa mission et d’avancer sur la route de sa destinée.

Tandis que, cachée dans l’Ombre, la véritable menace semblait endormie, n’attendant que le bon moment pour de nouveau se réveiller et tout ravager sur son passage.


Utilisation de Brise-Fondations au niveau 4, à deux reprises (8 pa) sur la forteresse des Fantômes

Spoiler:
 

Utilisation de Faiblesses (passif), au niveau 4 (ici, actif sur les deux utilisation de Brise-Fondation, j'ai vérifié avec Schrecki)

Spoiler:
 

Utilisation de l'effet de du bâton rahkshi (types pouvoir niveau 2) qui réduit de 10% les coûts en énergie des pouvoirs.

--> La forteresse perd 20 000 pts de défense, et en perdra 20 000 pendant les 4 tours suivants; étant abandonnée, je suppose qu'on peut la considérer comme d'ores et déjà détruite.

--> Trayx perd [150 - 50 - 15] x 2 énergie, soit 170 pts d'énergie. Il lui reste 1 pa.
Revenir en haut Aller en bas
Master-Game's Hand

avatar

Masculin

MessageSujet: Re: [Pic de l'épaule] La Forteresse des Fantômes [détruite]   Ven 7 Fév - 20:09

Attaque effectuée !

@ Trayx : vous perdez (150 - 150*0.1 - 50)*2 = 170 énergie. Il vous reste 1 pa.
La défense de la fortesse descend à 20 000.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Pic de l'épaule] La Forteresse des Fantômes [détruite]   Ven 7 Fév - 20:36

Trayx était désormais parti des pics quartziques, non sans avoir déclenché une légère onde de désintégration lors de son départ, afin de s'assurer que nul n'avait résisté à son assaut...

Utilisation de Brise-fondations au niveau 3.

? OU fait perdre 8000 de défense à un bâtiment/croiseur ayant 40 000 de défense au plus.

Utilisation de Faiblesses au niveau 4 (passif)

Utilisation du bâton rahkshi au niveau 2 (arme de type pouvoir)

--> Trayx perd 80 - 50 - 8 = 22 énergie.

--> La forteresse perd 8000 pts de défense, plus 20000 pts à cause des deux Brise-fondations au niveau 4 du tour précédent; la forteresse ets donc détruite.
Revenir en haut Aller en bas
Master-Game's Hand

avatar

Masculin

MessageSujet: Re: [Pic de l'épaule] La Forteresse des Fantômes [détruite]   Dim 9 Fév - 20:29

Attaque effectuée !

@ Trayx : vous perdez (80 - 80*0.1 - 50) = 22  énergie. Il vous reste 6 pa.
La défense de la forteresse descend à 0 et est détruite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Pic de l'épaule] La Forteresse des Fantômes [détruite]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Pic de l'épaule] La Forteresse des Fantômes [détruite]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Forteresse] Forteresse de Karda-nui [Détruite]
» La forteresse du Val sans Retour
» Mon mur de forteresse (premier décor)
» Forteresse of doom Dark Angels de planetstrike
» Le Chaos aux portes de la Forteresse.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Guerres de Spherus :: Mondes débloqués :: Reste de Bara Magna :: Montagnes Quartziques Blanches :: Pic de l'Epaule-
Sauter vers:  

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit
BIONIFIGS.com | Le Mur de l'Histoire | Espace des Joueurs | Centre de communication | Nuvapedia.com | JDR Hero Factory | Lettre d'infos