Les Guerres de Spherus

Forum RPG gratuit dans l'univers BIONICLE depuis 9 ans maintenant!
 
FAQAccueilPortailMondesMembresGroupesConnexionS'enregistrerRechercher

Partagez | 
 

 [Vallée du Labyrinthe] Infiltration dans la Forteresse

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Nui
Chevalier Noir
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
430/500  (430/500)
Jauge de Vie:
700/1000  (700/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 4975 | DEF : 4600

MessageSujet: [Vallée du Labyrinthe] Infiltration dans la Forteresse   Jeu 17 Juil - 20:44

Le voyage avait duré plusieurs jours, ils étaient descendus des montagnes de quartz blanc, abandonnant leurs courbes placides pour celles bien plus angulaires et agressives du massif des pics noirs, lorsque Nui les vit se dessiner à l'horizon il se dit que ce lieu était à l'image des Skrall, et qu'il n'y avait aucun autre endroit sur cette planète qui ne pouvait leurs correspondre plus que celui-ci, un peu comme Destral pour les Makuta, cependant il n'aurait pas l'occasion de les gravir.

Grâce aux informations qu'il avait pris dans la tête de Krévo il trouva bien vite l'entrée d'un chemin de traverse permettant de passer sous les pics et d'émerger à proximité de la Vallée, une voie qu'affectionnaient les éclaireurs à l'époque des fantômes.
La traversée se passa sans heurt, pour avoir été plusieurs fois fréquenté auparavant le chemin avait été nettoyé de tout ce qui aurait pu poser problème aux éclaireurs, une fois parvenus au bout du tunnel ils purent enfin contempler la fameuse Vallée du Labyrinthe.

Le Makuta ne la voyait encore que de loin, mais déjà elle lui renvoyait une image de dédales tortueux, remplis de pièges divers et variés, exactement la représentation qu'il s'en faisait, à un détail près, l'énorme trou dans la muraille rocheuse toute proche, intrigué par ce vide il s'en approcha; il s'avéra qu'il y avait une sorte de gigantesque tranché creusée au travers de la vallée jusqu'à son centre.
Nui n'eut aucun mal à imaginer que cela puisse avoir un lien avec la catastrophe qui avait mis fin aux Fantômes des Sables, mais restait à savoir qui ou quoi avait bien pu faire cela, le Protectorat ? Ou quelque chose d'autre ?

Dans les deux cas croiser ce qui était responsable de cette balaffre dans le paysage serait extrêmement problématique, mais cela pouvait au final se révéler bénéfique pour eux.

En effet, plutôt que de se perdre dans un labyrinthe bardé de pièges ils avaient juste droit devant eux une voie royale vers leur destination, évoluer en chemin découvert ferait sans doute d'eux des cibles faciles pour une quelconque défense à longue portée que le Protectorat aurait pu avoir installée sur la forteresse, mais n'était ce pas plus périlleux de s'engager dans un labyrinthe dont ils n'avaient pas la carte et dont les méandres auraient pu avoir subi une mise à niveau.

Finalement un compromis fut choisi, ils s'engageraient dans la tranchée, mais longerait le bord de celle-ci afin de pouvoir se replier dans les allées latérales encore intactes du labyrinthe en cas de problème.

Ainsi commencèrent leurs marche dans ce no man's land.



Dernière édition par Nui le Mar 22 Juil - 21:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solok
Toa Useless
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
400/400  (400/400)
Jauge de Vie:
980/1000  (980/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 3400/3400 | DEF : 1535/2500

MessageSujet: Re: [Vallée du Labyrinthe] Infiltration dans la Forteresse   Jeu 17 Juil - 22:15

La marche fut fatigante mais le duo d'agent de la Confrérie réussi finalement a atteindre la Vallée du Labyrinthe. Le Toa ne prêta aucunement attention aux décors qui l'entourait, il était là pour fouiller la Forteresse des Grands Êtres. Et il était fatigué en plus de tout ça. Et il faisait chaud aussi, c'est un détail important, et Solok n'aime pas ça. Il suivit Nui au travers des chemins qu'ils trouvaient. Le Makuta trouva une tranchée dans laquelle le duo pourrait passer. Les deux membres de la Confrérie prirent cette étrange chemin, étrange par sa présence et non son apparence, en position de repli. Cependant, le Toa eu un mauvais pressentiment et senti une présence. Il commença a regarder autour de lui, prêt a sortir n'importe quel Kanohi qui s’avérerait utile, et prêt a dégainer son épée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bionifigs.com/u1023
Master Game

avatar

Masculin

MessageSujet: Re: [Vallée du Labyrinthe] Infiltration dans la Forteresse   Jeu 17 Juil - 22:15

Le membre 'Solok' a effectué l'action suivante : Actions

'Rencontre sauvage' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etreinte

avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
800/1000  (800/1000)
Jauge de Vie:
1000/1000  (1000/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 10000 | DEF : 8000

MessageSujet: Re: [Vallée du Labyrinthe] Infiltration dans la Forteresse   Ven 18 Juil - 0:19

Noire. C'était une grande forteresse noire. À mesure qu'ils approchaient, elle se détachait, toujours plus grande, gigantesque roc d'ébonite planté au milieu du sable. Si elle avait autrefois appartenu aux Grands Êtres, elle se distinguait par sa claire appartenance au Maître; chaque pierre du bâtiment radiait une énergie sombre, une brume qui s'étendait aux alentours. La forteresse même semblait enfouir des racines de corruption dans toute la région proche. À mesure que les deux avançaient, les dunes semblaient plus tortueuses, le sable plus râpeux.
Et alors au détour d'une dune, ils les aperçurent; les légions Noires. Les essaims répugnants du Maître, qui bougeaient d'un pas uniforme.
Une chance pour Solok et Nui, qui l'ignoraient, mais le séide en charge de la forteresse avait eut vent de mouvements sur Bara Magna; suivant les ordres de son Maître, il avait donc mobilisé une portion de ses troupes; tout d'abord, vers les frontières, soit le Grand Volcan et le Labyrinthe. Aucun témoin ne serait laissé à marcher sous le soleil.
Aussi, ils pourraient prendre les troupes des univers à revers. Ils s'engageaient donc dans une bataille fratricide...Tombant plus encore dans le terrible étau du Protectorat. Bientôt...Bientôt ils danseraient dans la paume de Etreinte.


Une chance pour Nui et Solok; les troupes étaient en train de se mobiliser vers les frontières. Un moment, pendant leur séparation, ils avaient une nette fenêtre où nul n'observerait par leur direction; une opportunité pour s'engager vers la forteresse, pourquoi pas?

Les portes de cette dernière s'ouvrirent avec un crissement d'acier. En jaillirent alors deux grandes formes noires, accompagnées d'une autre, bien plus menaçante...

Etreinte. Le séide avançait d'un pas lent, comme maladif, jusqu'à arriver face aux bataillons. Il se trouvait alors à une centaine de mètres de la forteresse, encadré par les deux formes noires. Elles étaient difficilement distinguables à cette distance, mais on pouvait apercevoir qu'elles portaient de longues lames.
Le séide commença à parler à mi-voix, à donner peut être des ordres aux troupes présentes.

L'occasion rêvée pour Nui et Solok d'entrer dans la forteresse, laissée apparemment sans garde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nui
Chevalier Noir
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
430/500  (430/500)
Jauge de Vie:
700/1000  (700/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 4975 | DEF : 4600

MessageSujet: Re: [Vallée du Labyrinthe] Infiltration dans la Forteresse   Dim 20 Juil - 22:40

Les dunes de la trahison, au cœur du désert de Bara-Magna; une meute de Vorox se rassemble à l'air libre, ils sont nerveux, le désert change et cela ne leur plaît pas, d'étranges êtres de métal l'arpentent à présent, difficiles à tuer, pas comestibles, pour chacun d'entre eux qu'ils arrivent à abattre plusieurs membres de la meute sont soit tuer soit blessés, ils préfèrent donc les éviter.
L'Eau et la Nourriture se font plus rares, le peu qu'ils arrivent à trouver est souvent empoisonné, une étrange maladie plane sur le désert, les animaux, les plantes, mais aussi les êtres plus évolués, elle n’éparge personne, elle ne tue pas, elle rend...différent, plusieurs des leurs en furent frappés, on les tua afin d'éviter la contagion, ce mal, ils l'avaient nommé le Grand Pourrissement.

Maintenant un Autre, comme eux mais étranger à la meute, vint devant elle, il était Lui-Qui-Trahit, banni, rejeté, venu défier le Mâle dominant pour le commandement de la Meute, son odeur leur faisaient peur, car ils sentaient en lui pire que la Maladie, ils sentaient la Mort.
Il eu un combat, un combat de Vorox, bref et féroce, le chef de la Meute gisait dans le sable, la gorge tranchée, sans n'avoir pu infliger ne serait-ce qu'un égratignure à Lui-Qui-Trahit, ce dernier victorieux s'adressa alors à sa nouvelle meute.
Il leur expliqua que le Monde avait changé, et que pour survivre ils devaient changer avec lui, qu'il leur donnerait la force nécessaire pour changer, pour triompher du Grand Pourrissement.
Il se pencha ensuite sur le corps de son adversaire déchu, un liquide noir s'écoula de sa bouche jusque dans la gorge déchiré du Vorox vaincu, quelques instant plus tard ce dernier ouvrit les yeux, ils étaient devenu complètement noirs, et lorsqu'il se releva tous purent voir que son cou était désormais intact. La Meute elle était terrorisée, son ancien chef avait désormais la même odeur que Lui-Qui-Trahit.


*****

Après avoir marchés pendant près de deux bonnes heures les agents de la Confrérie virent enfin les contours de la forteresse se profiler à l'horizon, sinistre à souhait elle n'aurait pas dépareillée sur un territoire de la Confrérie du temps de Teridax, ils se demandèrent si elle avait toujours été ainsi ou si le Protectorat n'avait pas perdu de temps pour en refaire la décoration, sans doute la seconde hypothèse.

A mesures qu'ils se rapprochaient Nui pouvait sentir l'atmosphère devenir de plus en plus pesante, ce n'était pas qu'une réaction psychosomatique causée par la présence dans son champ de vision de ce lieu d'aspect fort déplaisant, c'était quelque chose d'autre, de plus tangible, une pression sur le plan non pas physique mais psychique qui allait en augmentant.
Ce n'était pas une attaque psychique cependant, La Forteresse, ou ce qu'il y avait à l'intérieur, était le point focal d'une "présence" qui rayonnait au travers de la région, une sorte d'aura mentale, d'abord imperceptible, qui, la proximité de l'épicentre du phénomène grandissant, devenait de plus en plus palpable.

C'est alors qu'il les vit enfin, pour la première fois depuis que lui et son acolyte avaient pénétrés dans leur territoire, pour la première fois d'aussi loin que remontait sa mémoire mainte fois malmenée: les légions du Protectorat, à peine à un kio de lui.
Ses consultations assidues des archives lui avaient permis de savoir à peu près à quoi il allait faire face, il y avait bien sûr une notable différence entre lire des rapports et vraiment y faire face, un seul regard sur ces bataillons de machines tueuses lui suffirent pour qu'il s’arrête de marcher et qu'il se mette à couvert avec le Toa, mieux valait ne pas se retrouver seul face à une armée qui n'était pas avec nous après tout, pourtant il n'arrivait pas à être impressionné.
Il avait fait face à tant de choses si absurdes, si puissantes, au cours de ces dernières années, la leçon du Faucheur, le test du Titan de l'Existence, son cauchemardesque reflet, Le Guetteur, les Légions informes d'Emrakul le Carnage, le Sans-Nom...une armée de Machines commandé par les Seides d'un Grand Être fou paraissait si rationnel à coté, c'en était presque rassurant, peut-être que ce serait juste une bataille cette fois-ci, pas un cauchemar qui le déchirerait corps et âme une fois de plus.

Presque rassurant, car ces troupes étaient un peu trop nombreuses pour de simples patrouilles, c'était une armée qui se mobilisait, mais pas contre eux, par chance on ne les avait pas encore repérés, elle était donc en marche soit pour envahir une nouveau territoire, soit pour défendre celui-ci. Toujours est-il qu'elle était en plein déploiement, il suffisait d'attendre un peu et bientôt ils auraient le champ libre...soudain la pression mentale augmenta d'un cran, et les portes de la Forteresse s'ouvrirent. Trois êtres les franchirent, s’avançant vers le régiment mécanique, à mesure qu'ils se rapprochaient la sensation empira jusqu'à devenir une sorte...d'Étreinte.

C'est alors que le Makuta comprit, le plus grand d'entre eux était non seulement le Séide aux commandes de cet endroit, mais aussi l'origine du malaise psychique. Était-ce là la nature de son pouvoir ou bien une caractéristique commune à tout les Généraux du Maître ?
Les deux autres êtres à ses cotés devaient être sa garde personnelle, aucune guerrier de ce type n'avait été signalé dans les rapports et les récits, cela devait donc être une nouveauté.

Nui se lança dans une rapide série de calculs, un large contingent de soldat, deux membres de la garde d'élite et un Séide; un espace de battement de cent mio entre eux et leur base, les portes sont toujours grandes ouvertes, le couloir au-delà est plongé dans l'obscurité, une direction dans laquelle plus personne ne regardait: il vit une fenêtre de "tir", une opportunité, l'occasion idéale de s'infiltrer à l’intérieur.
La Forteresse était en train de se vider, il devait bien sûr rester un certain nombre de soldats à l’intérieur, mais il pourrait les gérer, peut-être aussi plusieurs de ces guerriers d'élite, en un contre un il avait une chance, quand au Seide, à moins que le Protectorat n'ait changé ses tactiques, il partirait au front avec ses troupes, sauf s'il estimait que sa présence n'était pas nécessaire, auquel cas il rentrerait dans son fief, ce qui pourrait poser un problème, car le Makuta ne faisait pas le poids face à lui, restait alors l'option de l'évitement.

* Le Destin nous est favorable on dirait, aucun d'entre eux ne regarde dans la direction critique, surtout ne bougez pas, ne parlez pas, voir même ne respirez pas, je dois calculer finement.* Dit-il à Solok par télépathie.

Une téléportation, voila ce qu'il préparait, pas juste sur le pas de la porte mais dans le couloir juste derrière, là où l'obscurité les dissimulerait aux mieux, juste le temps de poser comme d'habitude sa main sur l'épaule du Toa et il se lança.
La noirceur qu'il contempla lorsqu'il se rematérialisa fut la preuve de la réussite de sa manœuvre, il déploya aussitôt une aura de silence autour de lui et de son coéquipier pour prévenir les éventuels sons que leurs mouvements pourraient produire.
Ils se trouvaient à présent dans le couloir d'entrée de la Forteresse, il faisait sombre, mais la lumière provenant de l'entrée derrière eux étaient encore trop importante au goût de Nui, et il restait l’éventualité que le Séide ne parte pas avec ses troupes.

* On ne peut pas rester ici, nous serions très vite repérés si quelqu'un décidait de faire demi-tour, il faut continuer à avancer. *

Ainsi ils s'élancèrent plus avant dans les profondeurs du Bastion.


Dernière édition par Nui le Mar 22 Juil - 17:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etreinte

avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
800/1000  (800/1000)
Jauge de Vie:
1000/1000  (1000/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 10000 | DEF : 8000

MessageSujet: Re: [Vallée du Labyrinthe] Infiltration dans la Forteresse   Lun 21 Juil - 21:21

Etreinte observa les troupes s'éloigner de ses trois yeux éteints. Nui et Solok venaient de pénétrer dans la forteresse, qui s'ouvrait comme une lente descente aux enfers. Les murs, le sol, tout était dans la teinte décolorée que le Protectorat semblait apprécier. L'air était lourd, comme chargé d'une pression, les lieux rejetaient ceux qui étaient étrangers, et l'on aurait cru que le bâtiment lui-même avait conscience de la présence des intrus. Pourtant, aucune alarme ne se déclencha.

S'il y avait une garde, elle ne se montrait nullement. Dès l'entrée, on débouchait sur un long couloir de piliers, qui plongeaient dans une morne obscurité. On devinait dans la pénombre d'anciens reliquats de torches, mais qui n'étaient guère utilisés. Toutefois, la forteresse était alimentée en énergie : le long des murs couraient des conduits qui émettaient une lueur rouge sombre par moments, fort probablement l'acheminement d'une quelconque forme de puissance.

On entendit derrière un bruit, un claquement ; et toute la source de lumière provenant de l'extérieur périt, tandis que les grandes portes de la forteresse se refermaient d'elles mêmes. Lorsque les deux battants furent totalement en contact, l'intérieur des portes se veina de rouge, formant un motif qui n'était pas sans rappeler celui sur les boucliers Skrall.

Deux grandes figures en armures sombres marchèrent, et passèrent juste à côté de Nui et Solok – fort heureusement habilement dissimulés par les pouvoirs d'illusion du Makuta. Mais plus inquiétante...La figure qui marchait juste derrière eux, d'un pas comme diminué...

La pression semblait insoutenable. N'était-ce que la pensée était un effort presque douloureux, comme si l'esprit était piégé dans un étau...Etreinte. Le séide avançait, et avec lui, un cliquetis qui résonnait dans le bâtiment, apparemment vide. Un cliquetis, qui couvrait le son des armures des deux êtres avançant devant lui. Ce dernier marqua une pause, et tourna son visage vers là où Solok et Nui se trouvaient. Ses trois yeux fixèrent un instant ce qui semblait n'être qu'une aspérité, luisant d'un rougeoyant maléfice, mais éteints. Ces quelques secondes, l'impact psychologique sur les deux se fit incroyablement plus insistant, comme une Présence qui tentait d'entrer par tous les pores de leur peau simultanément, qui voulait s'insinuer dans leur esprit, un piège terrible qui se refermait lentement. Les trois prunelles sinistres semblaient des globes à présent.

C'est à ce moment qu'un soldat Protector entra dans la salle. Il parla dans un dialecte que ni Nui, ni Solok ne connaissaient. À cela, le Séide relâcha son attention, et l'étreinte disparu
.

- Ainsi, les armées des Insectes se seraient unies...Il semble qu'ils apprennent...Mais tout ceci...Le Maître l'avait prévu...Allez. Venez à moi. Venez que je vous appose mes Chaînes. Aucun n'échappe à l'emprise du Protectorat.

Sur ces sinistres paroles, le Séide, ainsi que sa garde, s'enfoncèrent dans le couloir principal de la forteresse, sans un mot de plus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nui
Chevalier Noir
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
430/500  (430/500)
Jauge de Vie:
700/1000  (700/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 4975 | DEF : 4600

MessageSujet: Re: [Vallée du Labyrinthe] Infiltration dans la Forteresse   Ven 25 Juil - 6:45

Sur la côte nord du Continent Sud, deux êtres, l'un écarlate, l'autre sombre comme la nuit, se faisaient face en silence, ce dernier fut brisé par l'Obscur, qui se faisait appeler Nui.
- Votre Majesté. dit-il en accompagnant ses mots d'un hochement de tête qui se voulait révérencieux.

L'autre créature, qu'aucun et encore moins elle-même n'avait nommée, inclina la tête sur la droite pour signifier sa curiosité.
- Je te comprends, depuis mon réveil j'ai croisé de nombreux êtres, certains même dont la forme m'était familière, et c'est toi, le plus étrange d'entre eux, toi seul que je comprend.
Sa tête bascula sur la gauche.
- Je la sens en toi, la grâce de mon seigneur, c'est elle qui m'a conduite jusqu'ici.
- Ce que vous sentez est la Destinée qui nous unis, transcendant la distance et langage, votre altesse. Répondit le Makuta, répétant sa révérence en y ajoutant un mouvement de son bras qui n'était pas couvert.
La tête de la "Reine" revint à sa position initiale, l'expression sur son visage à présent aussi dure que la Roche en son temps.

- Qui suis-je ? Ce n'était pas une question, c'était un ordre impérieux, lequel Nui exécuta.
- Vous êtes Celo, du Roc Rouge, Reine de tous les Skrall... Elle l'interrompit, finissant la tirade à sa place....ceux qui vivent en ce jour, ceux qui vécurent avant ce jour et ceux qui naîtrons et vivrons après ce jour, pour les siècles des siècles.
Elle avait esquissé un sourire amer en prononçant ces mots.
- Une Reine, oui, c'est ce que j'étais...et ce que je suis encore, même si de mon Royaume il ne reste que le sable sur lequel je marche, et de mon peuple, les fiers fils de la Roche, que ses descendants du Gravier.
Dis-moi, combien de temps, combien d'Ages se sont écoulés avant que je ne m'éveille et n'arpente à nouveau cette terre vaine ?
- Plus de 500 000 ans,
Celo siffla comme un serpent prêt à mordre.
- Le Temps, ce pleutre ennemi, qui, ne pouvant venir à bout de moi, a donc jeter son dévolu sur ce qui était encore en son pouvoir.
Elle leva légèrement la tête vers le ciel, prenant un air affligé.
- Mon Seigneur, tu m'as fait dormir bien trop longtemps.
- Il vous à éveillé en cette ère si lointaine, où pour vous même la Mort à fini par disparaitre, car c'est en ce temps, et seulement celui-ci, que peut s'accomplir le dessein qu'il vous réserve.
Répliqua Nui.
- Qu'à donc ce temps de si particulier ? A part être étrange et décevant bien sûr.

Le Makuta tendit le bras qui jusque là était recouvert par sa cape, son poing était fermé.
- Ce temps, est le dernier, c'est l'Age où tout, les histoires comme les mondes, s'achève.

Il ouvrit alors la main, dans la paume de celle-ci reposait un anneau noir, les lettres N et F ainsi que le chiffre 7 en Matoran s'entremêlaient sur la pierre d'un rouge carmin éteint qui la sertissait.
- Qu'est ce? Demandant l'Antique Reine.
- La Connaissance. Répondit Nui. Toute celle dont vous aurez besoin pour accomplir la tache que notre Seigneur vous à dévolue.

Celo réduisit la distance entre eux deux, assez pour pouvoir tendre le bras et se saisir de l'Anneau, après l'avoir examiné un instant elle l'enfila au majeur de sa main gauche.
La bague commença à fusionner avec son doigt, de la pierre jaillit une multitude de lignes de même couleur que celle-ci, qui s'imprimèrent sur sa peau desséchée, à mesure qu'elles progressaient le long de son corps la Connaissance envahissait son esprit, celle des différents langages que les espèces de cette époque parlaient, celle concernant les bases de leurs technologies, mais aussi celle de tout les événement majeurs qu'elle avait manqué pendant son sommeil.
A mesure que tout cela se succédaient dans sa mémoire la surprise et la colère se relayaient sur son visage.

- ...Grands Êtres, des fous venu des étoiles, désireux de sculpter un monde à leur image...La Roche noyé sous leur métal, ses fils assassinés par leurs automates, son dernier Roi changé en Monstre à leur service...Ainsi périt mon royaume...Ils ont banni les femmes ?! Mes Soeur et mes Filles ?! Stupides couards...Une sélection contre-nature où ce n'est plus ni la force ni l'habileté qui conditionne la survie mais seulement la chance, c'est le triomphe des cafards...Ainsi périt mon peuple...Lui, un Empereur ?!

Les lignes couvraient à présent son visage, projetant une lueur sinistre sur ce dernier.
- Il y a une prophétie, qui stipule que lorsque viendra le règne du dernier Roi des Skrall, je m'éveillerais, alors je viendrais à lui, pour ouvrir sa gorge et boire son sang à la source, arracher son cœur et le présenter à sa cour, le dévorer tout entier avant de prendre la place qui m'est due, ainsi commencera mon règne éternel, mais ce Tuma n'est pas un Roi, et encore moins un Empereur, il ne mérite donc pas de tels honneurs. Je me contenterais de l'écorcher vif avant de livrer ce qu'il restera de lui aux sables du désert.

Les lignes finirent par s'estomper, tandis que Nui reprenait la parole.
- Oui, Tuma et son Empire de poussière tomberont, lui et tout les autres, tout ses soit-disant Puissants, ils plongeront dans les Abimes avec ce monde qu'ils ont créé. Alors seulement pourra commencer votre règne, Reine Celo, non pas en ce monde, mais dans le prochain.

La Reine de tout les Skrall resta un moment silencieuse à contempler l'Anneau qui ne faisait désormais plus qu'un avec elle.
- Tout ce qui saigne Finit-elle par dire. peut mourir, tout ce qui peut souffrir, peut être chassé.

Levant cette main couronnée à hauteur de visage elle prononça le serment qui lierait définitivement sa Destinée à celle de cet être.
- Je suis Celo du Roc Rouge, Reine des Skrall, par la Souffrance je règnerait, par elle la paix viendra.

Ainsi cela fut fait, il n'y eut pas de conséquence spectaculaire à première vue, le sol ne trembla pas, le ciel ne se déchira pas en de lourds nuages de tonnerre grondant, et pourtant, si l'on tendait l'oreille et qu'on savait se montrer attentif au bruit du Silence, on pouvait distinctement entendre le bruit du clou supplémentaire qu'on venait d'apposer sur le cercueil du Monde.
- Et maintenant ? Demanda-t-elle.
- Un autre attend, il n'est pas très loin de nous Répondit-il en se tournant vers l'Océan. nous allons le rejoindre sans tarder.

Leurs anneaux respectifs s'illuminèrent et tout deux disparurent.

*****

Jusque là tout s'était déroulé comme prévu, Nui avait su profiter d'une série d'opportunités favorables et à présent lui et Solok se trouvaient à l'intérieur de la Forteresse des Grands Êtres, qui s'avérait être aussi la Base du Protectorat dans cette région.
Ils s'engageaient donc vers l'inconnu représenté ici par un couloir obscur plongeant vers une obscurité encore plus profonde, mais avant même qu'ils n'aient pu en traverser la moitié un son se fit entendre derrière eux, celui des Portes de la Forteresse qui venaient de se refermer, suivit d'un autre, un bruit de pas.

Deux idées germèrent instantanément dans l'esprit du Makuta, la première était que si ils avaient réussi à entrer sans trop de problèmes sortir s'avèrerait beaucoup plus ardu, la seconde était que quelque chose approchait et qu'ils se feraient repérer si ils ne faisaient rien.
Alors Nui s'empara du Toa de la Glace et se précipita avec lui vers le mur à sa droite, une fois plaqué contre ce dernier il déploya son pouvoir de camouflage pour littéralement se fondre dans le décor, espérant qu'en conjugaison avec l'obscurité la couverture serait suffisante.

Deux êtres en armure apparurent dans leur champ de vision, il s'agissait de la garde personnelle du Séide, ils passèrent devant eux sans notifier leur présence, mais il y avait un troisième être, juste derrière les deux précédents, le Séide en personne, une fois perpendiculaire avec leur ligne de vision ce dernier tourna la tête vers eux, si Nui avait encore eu un cœur, il se serait sans doute arrêté.
C'était le pire des scénarios possibles, non seulement le Séide avait fait demi-tour pour rentrer à la forteresse mais en plus il les avait repérés, ses trois yeux, trois étoiles rougeâtres dont l'éclat était terni comme si on les regardait derrière une vitre teintée, étaient braqués sur eux, aussitôt la pression psychique qui émanait en permanence de cet être décupla.

Cela ne dura que quelques secondes, mais pour Nui ce fut beaucoup plus, son esprit se débattait en ricochant de question en question, le Servant du Maitre l'avait-il senti comme Krévo auparavant ? Ou bien pouvait-il voir au travers des illusions comme avec un Rode ? Jusqu'où cette Étreinte pouvait-elle aller ? Jusqu'à broyer intégralement son esprit ? Il se refusait malgré tout à produire le moindre son, à faire le moindre mouvement, pensait-il après tout ça qu'on ne les avaient pas vu ? Il tenait toujours fermement le Toa, jusqu'où irait son étreinte lorsque celle du Seide grandirait ? Le briserait-il dans sa folle idée que peut-être on ne les avaient pas vus ?
Cela ne dura que quelques secondes, avant qu'un drone ne viennent détourner l'attention de l'Être aux trois yeux, aussitôt la pression s'évanouit, ce fut un soulagement, mais le Makuta refusa de se relâcher pour autant.
Le Seide lâcha quelques mots, avant de reprendre sa route comme si de rien n'était.

Il fallut à Nui un certain temps pour réaliser ce qui venait de se passer, alors qu'il pensait que le Général du Protectorat les avaient repérés et qu'il allait les exécuter sous peu ce dernier se contenta de...s'en aller comme si de rien n'était.
Se rendant compte qu'il tenait toujours fermement le Toa il le relâcha, mais lui-même resta où il était, immobile, passant en revue toutes les implications que cet événement pouvait avoir.
Tout d'abord il y avait les mots du Séide, ils étaient révélateurs de la situation au dehors, l'Ordre, les Skrall et la Confrérie avaient visiblement formé une armée coalisée et s'étaient lancés à l'assaut de la Vallée du Labyrinthe.
Ensuite, liée à ceux-ci, il y avait l'attitude du Séide, ne les avait-il pas vus en fin de compte ? Dans ce cas pourquoi passer autant de temps à fixer un morceau de mur ? L'autre solution était qu'il les avait bien repérés mais avait volontairement choisi de les ignorer, pourquoi ?
Pour jouer avec eux ? Parce qu'il savait qu'ils étaient pris au piège ?
Car c'était le cas, les Portes étaient closes, et il était certain que seul le Protectorat pouvait en déclencher l'ouverture, les Murs étaient trop épais, comme ceux de Karda Nui, rendant la téléportation impossible.
Ils n'avaient donc plus qu'une seule possibilité, suivre le chemin que le Séide avait emprunté, mais est-ce que cela impliquait de suivre le Séide lui-même ? Cela n'était pas sur, il leur restait la possibilité de bifurquer dans un autre couloir dès que l'occasion se présenterait.

C'est à cet instant que Nui se rendit compte de la vacuité de la Mission qu'il avait accepté, il était pris au piège dans la Première de toutes les Forteresse, avec un Séide et quantité d'autres choses allant du drone assassin aux pièges vicieux, tout cela pour récupérer un "Artefact" dont ils ignoraient absolument tout et, qui plus est, il n'était même pas sur que ce qu'il cherchait se trouvait ici.
Il en était à un point où il se disait qu'il suffirait qu'il trouve une technologie du Protectorat suffisamment mystérieuse et dangereuse pour qu'il puisse considérer sa mission comme réussie, s'il arrivait à trouver un moyen de sortir d'ici bien sur. Progressivement il sentait l'irritation le gagner, ses prochaines actions reposeraient en grande partie sur le hasard et la chance, et il détestait ça

Restait aussi le cas du Toa Solok, si lui-même avait eut besoin d'un temps d'arrêt pour encaisser la situation alors ça devait être encore pire pour le Toa, ce n'était pas sa première sortie cependant, ensemble ils avaient déjà fait face au Titan de l'Existence Laentraz, lors des événements de Metru Nui il s'était retrouvé seul face à la Nuée, et il semblait avoir survécu; qu'en serait-il d'un "face à face" avec un Séide ?
Le Makuta espérait qu'il puisse gérer cela car il avait besoin qu'il reste concentré, à ce niveau un moindre faux pas serait fatal.

- Solok, nous sommes piégés, les portes se sont refermées et nous n'avons pas les moyens de les ouvrir ou de les détruire, quand à la téléportation, les murs de cet endroit sont particuliers, ils la bloquent. Dit-il avec une pointe de lassitude dans sa voix. Notre seule option est donc de suivre le même chemin que celui emprunté par le Seide, au début du moins.

Si votre Akaku fonctionne malgré ces murs utilisez le pour localiser...n'importe quoi, des couloirs adjacents, des salles pouvant contenir le fameux artefact, la présence de soldats, le Seide lui-même, voir même une potentielle issue...je ne serait pas difficile.

Ainsi reprit-il, avec plus de prudence que la dernière fois, sa descente dans l'obscurité, involontairement sur les traces du Seide.


Dernière édition par Nui le Lun 28 Juil - 19:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solok
Toa Useless
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
400/400  (400/400)
Jauge de Vie:
980/1000  (980/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 3400/3400 | DEF : 1535/2500

MessageSujet: Re: [Vallée du Labyrinthe] Infiltration dans la Forteresse   Ven 25 Juil - 23:48

Il se trouva que la mauvais pressentiment du Toa n'était que la sortie d'un petit Séide et de sa garde personnelle. J'ai dit petit Séide? Je me trompe peut être, aucun Séide ne peut être dit petit. Ils venaient de quitter la forteresse, cela voulait donc dire qu'ils ne seraient pas à l'intérieur. Enfin, au moins pendant un petit moment, ce qui laisserait le temps aux deux membres de la Confrérie de s'infiltrer dans la Forteresse et la fouiller un maximum. Nui décida, en se rendant compte de cela et avertissant Solok de cela, de téléporté le duo en obscurité, afin de commencer l'infiltration de la forteresse. Le duo commença donc a avancé vers la Forteresse. Après avoir marché a travers la forteresse, Nui se téléporta, sans oublier Solok dans ce déplacement instantané. La téléportation les plaça dans l'obscurité, permettant de ce cacher au yeux de troupes protector qui trainerait dans le coin. Mais il ne fallait pas rester très longtemps dans cette ombre, il fallait se déplacer et fouiller la forteresse. Il y avait une mission après tout, et plus vite l'artefact serait trouvé, plus vite il rentrerait a Destral se renforcer. Ou alors, et il ne le savait pas a cette instant précis, aller taper du Protector dans le désert avec tout le monde, l'Impératrice qu'ils avaient enlevé, l'Empire qui dominait ce cailloux et Shrecki, leader de la faction dont faisait parti le Toa. Et des robots. Mais Solok ne savait pour l'instant pas ce qui se tramait dans le désert, même si la sortie du Séide Étreinte devait avoir un lien avec une action du Protectorat ayant actuellement lieu.

Le Duo de la Confrérie se mis donc a s'enfoncer dans la Forteresse, jusqu'à être interrompu par la fermeture des portes de la forteresse. Joli surprise, ils ne pouvaient plus sortir. Génial. Ils étaient foutus, tel fut la première pensé qui passa dans la tête de Solok. Voila, c'était fini, pas fini la belle vie, mais fini la vie tout court. Caché par l'obscurité, le Toa senti une étrange sensation, très désagréable, dans son esprit. Il senti une pression dans ton son corps, il avait mal a la tête, au corps, partout. Il se serait écroulé s'il n'avait pas une mission a remplir et qu'il s'était résigné a son sort. Cela ne dura que quelque seconde, mais ce fut certainement l'un des moments les plus désagréables de la vie du Toa. Quand la pression s'arrêta, Solok aperçut le Séide en personne, en train de se diriger dans une direction qui n'était pas celle des agents de la Confrérie. Génial, ils étaient donc en vie. Le meilleur choix a cet instant et donc de fuir... Mais non, ce choix n'existe pas, la forteresse est actuellement fermée, donc ils sont toujours foutus. Mais ce n'est pas parce qu'il avait pu bouger les yeux et la tête de quelques centimètres qu'il était totalement remis de cette pression. Il en ressentait encore la douleur et ne se sentait pas bien. C'est alors que Nui fit un topo des possibilités s'offrant aux deux membres de la Confrérie. J'ai dis "des possibilités"? J'aurais plutôt du dire "l'unique choix qui mènerait certainement à la mort." Leur seul possibilité actuelle était de suivre le Séide jusqu'à trouvé un autre chemin permettant de continuer la fouille de la forteresse. Le Makuta demanda au Toa de Glace d'utiliser son Akaku, pour voir s'il était fonctionnel et, si c'était le cas, d'essayer de repéré le plus de choses, chemins, salles, Soldat, le Séide, une issue (s'il y en a une) ou l'Artefact lui même, ou ce qui pourrait y conduire. Mais il faudrait faire cela en commençant par prendre la même route que le Séide aux trois yeux rouges. Toujours derrière son supérieur, qui marchait avec grande prudence, le Toa de Glace continua d'avancer dans la forteresse, tout en activant son Akaku, essayant de repéré toute chose qui pourrait... Aider.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bionifigs.com/u1023
Etreinte

avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
800/1000  (800/1000)
Jauge de Vie:
1000/1000  (1000/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 10000 | DEF : 8000

MessageSujet: Re: [Vallée du Labyrinthe] Infiltration dans la Forteresse   Sam 26 Juil - 2:04

Etreinte continuait à avancer. Le couloir s'était mué en une gigantesque cage d'escalier. Marche après marche, d'un pas lent, le Séide se hissait toujours plus haut. Sa garde marchait devant lui. La forteresse semblait complètement vide de vie, si ce n'était le trio sinistre, et bien entendu Nui et Solok. À chaque pas que faisait la grande forme, le cliquetis se répétait, plus morne et gris que le bâtiment désert où ils se trouvaient.

Autrefois, sans doute, les Grands Êtres avaient créé ce lieu, leurs quartiers, comme un temple de la Création. Rien ne semblait en rester ; cet endroit était définitivement sombre, à présent c'était un Autel de Désespoir. Chaque coin où se portait le regard, une ombre rampait, révélant à la vue un sinistre reflet de ce qui avait été, de cette grandeur passée, et soudain le gris présent, la décrépitude triste...Mais étouffante. Oui, étouffante. L'essence du séide était partout. Chaque ombre était sa volonté, chaque courant de l'air irrespirable du bâtiment était son vœu meurtrier.

Pendant plusieurs heures, ils continuèrent ainsi à grimper d'ombre en ombre, de ténèbres en ténèbres, accompagnés uniquement de la terrible sensation d'être constamment observés, et de l'irrévocable poids mental qu’Étreinte exerçait. S'il avait remarqué les deux intrus, son comportement n'avait pas changé ; ou peut être était-ce celui qu'il adoptait face à des intrus justement. Dans un cas comme dans l'autre, cela ne présageait en aucun cas quelque chose de positif.

C'est alors qu'il se fit plus clair ; un son qui, graduellement, s'élevait au-dessus du cliquetis d'acier que le séide projetait à chacun de ses pas irréguliers, qui dominait le frottement métallique des armures de sa garde noire. Un son qui provenait de bien plus haut, et auquel les murs conféraient par résonance un aspect indéniablement dramatique.

Un cri.

Un hurlement, qui s'éleva comme une lamentation mélancolique, pendant un instant, puis se perdit dans les tourments silencieux de la forteresse. Une supplication s'éleva ensuite. Le séide et sa garde venaient d'arriver sur le palier d'un étage, comme tant d'autres auparavant. Mais alors, plutôt que de poursuivre leur ascension, ils s'arrêtèrent sur ce palier, et s'engagèrent dans un nouveau corridor. Une porte plus loin, ils débouchaient sur une large salle...Et un sordide spectacle.

Au centre de la salle était une table épaisse d'une matière noire, qui émanait la même lueur rouge que les veines sur les murs. Et sur cette table était allongé un corps tourmenté. Un être de grande stature, à l'armure d'or et de rouge, mais d'armure il n'avait plus ; son corps était meurtri, sanguinolent. Et on pouvait alors remarquer qu'en réalité, il n'était pas allongé sur la table. Il y était cloué, par de grands pieux d'un fer rouillé. Ses cris se firent panique, lorsque le Séide s'engagea dans la salle.

La source des cliquetis se révéla : hors du manteau d’Étreinte tombèrent de longues chaînes dont chaque maillon était hérissé d'épines. Ce dernier continua à s'avancer vers son captif, qui se débattait avec une énergie étonnante, malgré toutes les souffrances qu'il avait enduré.



- Je répéterai à nouveau...Gardien du labyrinthe. C'était la seconde fois qu’Étreinte s'exprimait. Et sa voix n'était nullement teintée de colère ; une sorte de lassitude tout au plus, mais où résidait un vice éreintant. Parlez. Allons...Révélez moi...Cet artefact. Qu'en avez vous fait ?

Et ce faisait, le Séide avait soudain entouré le corps de sa victime de ses chaînes. Ce dernier lui adressa un bien pâle sourire de défi ; Nui et Solok auraient alors pu remarquer qu'il était, tout comme eux, biomécanique, mais pourtant ne venait pas de l'Univers Matoran. Une création des Grands Êtres à n'en pas douter. Il murmura à nouveau sa défiance.


- Même...Après ma mort...Je ne vous dirai rien...dit-il.

- Ne pensez pas que je vous accorderai la mort. Je n'ai pas l'intention de vous libérer...D'aucunes de vos chaînes...

Alors, les maillons d'acier Protector qui entouraient le torturé se mirent à luire d'une pâle lueur, cadavérique ; et le simple contact sembla brûler les chairs du « Gardien ». Mais Etreinte ne faisait que commencer. Alors, savamment, il commença à tirer sur ses chaînes. Les épines, les maillons, s'enfoncèrent plus profondément dans les chairs de l'autre, qui saignait à présent abondamment. Méthodiquement, il le labourait, morceau par morceau, il l'écorchait vif, mais le pouvoir des chaînes, le sombre pouvoir du Protectorat maintenant l'autre dans un état de Vie, et le livrait à sa souffrance sans lui accorder de libération.


La torture, couverte par les cris du Gardien, se poursuivit ainsi pendant un temps qui sembla des jours. Le Séide semblait inlassable, répétant encore et encore la même tâche, arrachant lambeau de peau après lambeau de peau, muscle après muscle, organe après organe avec le même méthodisme, la même application à sa tâche sordide. Alors que le Gardien semblait sur le point de périr, Etreinte fit vibrer ses chaînes ; ces dernières relâchèrent à nouveau un pâle éclat.

Et le Gardien se retrouva comme il était plusieurs heures auparavant ; bien que meurtri, il n'avait pas encore perdu les majeurs parties de son corps. Il était encore entier. Etreinte continuerait à le torturer ainsi, indéfiniment.


- Assez, assez ! Gémit le pauvre torturé. Je ne l'ai plus...Cela fait bien longtemps que je ne l'ai plus. Il est venu bien avant vous le chercher, après m'avoir trouvé.

- Qui, réclama le séide dans un murmure toujours aussi calme et froid.

- L'Ange Noir, répondit sur un ton faible le gardien. Les Fantômes contrôlaient toujours le Labyrinthe, mais il est venu quand même...Et il m'a prit l'artefact.

- Ange ? Un ange noir ? Vous vous moquez de moi, à n'en pas douter...Très bien. C'en est assez. Je vous laisse réfléchir un peu. Quelques heures tout au plus. Puis je reviendrai.

Sur ces paroles, le Séide sortit de la salle, rapidement suivi par son escorte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nui
Chevalier Noir
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
430/500  (430/500)
Jauge de Vie:
700/1000  (700/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 4975 | DEF : 4600

MessageSujet: Re: [Vallée du Labyrinthe] Infiltration dans la Forteresse   Lun 28 Juil - 19:56

Rapidement leur avancée s'était mué en ascension, mais cela ne changeait pas grand-chose pour eux, la filature continuait.
Cela faisait maintenant plusieurs heures qu'ils montaient ces marches, s’arrêtant parfois pour maintenir une distance raisonnable entre eux et le Seide, distance qu'ils évaluaient en fonction du bruit que ce dernier faisait en marchant ainsi que par la pesanteur psychique qu'il générait.
Plusieurs fois il y eut des paliers, mais aucun ne valait la peine qu'on s'y engage, alors ils continuèrent, Solok balayait les lieux du regard avec son Akaku mais son silence en disait long quand aux résultats de ses recherches. Ils ne rencontrèrent personne d'autres qu'eux et ceux qu'ils suivaient, pas de soldats, pas de pièges, rien à part le vide, et eux.
Nui en vint à se demander si cet endroit était bien celui où les Grands Êtres avaient conçu son monde, et lui-même, si c'était bien le cas alors il s'agissait là d'un des exemples les plus évidents de décadence.

Un son inédit s'imposa alors à eux, un cri qui allait en grandissant, le Seide et son escorte s'étaient finalement arrêtés à un palier qui conduisait à ce qui semblait être une salle de torture.
Posté à l’encoignure de la porte, dissimulé par son pouvoir du camouflage, Nui ne perdit pas une miette de ce qui se passa à l’intérieur, mais ce n'était pas tant la démonstration des pouvoirs du Seide, qui semblaient êtres plus qu’efficace dans le cadre de la torture, qui retenait son attention que l'identité de son prisonnier ainsi que les mots qu'ils échangèrent.

L'espèce de l'être était inconnue à Nui, mais la structure de son corps trahissait l’œuvre des Grands Êtres, sa fonction était de garder le labyrinthe, ou plutôt l'artefact qu'il contenait, il y avait donc un artefact, et assez puissant pour que le Protectorat s'y intéresse.
Hélas pour lui, et heureusement pour les Puissants, quelqu'un l'avait devancé et s'en était emparé avant lui, ce à l'époque où les Fantômes des Sables avaient encore la mainmise sur la région, un certain Ange Noir.
Le Seide ne sembla pas satisfait de cette réponse et quitta la pièce en trombe, quand il atteignit la porte cependant Nui n'était plus là, il s'était téléporté au fond de la salle lors de sa volte-face, certes les murs de l'endroit bloquaient son pouvoir sur de longues distance mais il pouvait encore l'utiliser si il avait la destination dans son champs de vision.

Debout dans l'obscurité Nui contemplait l'Être et réfléchissait à comment il allait procéder, tout d'abord il se demanda si le Seide allait vraiment revenir dans quelque heures ou bien si c'était simplement une ruse de sa part destinée à le piéger lui et son acolyte, mais c'était un faux problème, le Gardien était une source d'information bien trop tentante pour y renoncer, une fois qu'on se jetait dans la gueule du Tathorak autant allez jusqu'au fond n'est-ce pas ?
Ensuite par quel moyen il allait obtenir de cet être ce qu'il désirait savoir, la lecture d'esprit semblait être le plus rapide, mais il y avait plusieurs façon dont le Gardien pouvait être immunisé à ce type de pouvoir, allant du bouclier psychique à une résistance mentale à toute épreuve, ce qui expliquerait la nécessité de la Torture physique d'ailleurs, aussi une autre voie s'imposait.
Au lieu de s'emparer de ses informations par la force il pouvait simplement les obtenir grâce à la coopération du détenteur de ces dernières, pour résumer: le sauver de ses tourments, une approche que n'aurait pas renié l'Ordre de Mata-Nui, du moins dans la forme.
Enfin restait la question du comment quitter cet endroit une fois les informations obtenues, ce dernier point dépendrait en partie des réactions du Gardien, de si il avait la connaissance de cet endroit ou non.

Sortant finalement des ombres Nui s'avança vers l'Être supplicié.

- Gardien du Labyrinthe. Commença t-il à voix basse. Nous n'avons que peu de temps, le Seide peut revenir à tout moment contrairement à ce qu'il à pu dire, aussi serais-je bref.
Je me nomme Nui, comme vous je suis une création des Grands Êtres et comme vous je ne porte pas le Protectorat dans mon cœur, sachez que je peux vous libérer mais en échange de quoi vous me direz tout ce que vous savez sur l'Artefact et cet Ange Noir qui vous l'a dérobé.


Dernière édition par Nui le Mer 30 Juil - 1:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solok
Toa Useless
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
400/400  (400/400)
Jauge de Vie:
980/1000  (980/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 3400/3400 | DEF : 1535/2500

MessageSujet: Re: [Vallée du Labyrinthe] Infiltration dans la Forteresse   Mar 29 Juil - 3:53

Combien de temps? Cela faisait combien de temps que ces jambes marchaient a cette lenteur? Plusieurs heures, plusieurs longues heures ennuyantes et stressantes a poursuivre un gars qui, s'il se retourne vers vous, vous tuera certainement, ou vous gardera en vie pour vous faire souffrir énormément jusqu'à la mort. Ajouté à tout cela un lourd silence et vous l'avez votre ambiance pesante. En plus, ces lieux étaient obscur, ce n'était pas agréable les quelques moments ou le Toa désactivait son Kanohi Akaku, qui ne lui apportait aucun bon résultat. Au bout de quelques étages montés, il avait abandonné et l'avait complètement désactivé pour éviter que cela apporte des problèmes au duo de la Confrérie. Après avoir encore et encore utilisé ses jambes pour avaler les étages, Solok entendu des bruits étranges... Non, pas des bruits étranges... Des cris. Des cris de douleur. Quelques minutes plus tard, le duo arrêta de marché et pu observer, toujours caché par les pouvoirs de Nui, une scène macabre.

Étreinte exécutait une torture impressionnante sur sa victime. La victime, portant une armure dorée et rouge, était allongé sur une table et le Séide lui avait "apposé ses chaines" comme il avait pu le dire quand il était rentré dans la Forteresse. Ces chaines semblaient disposé d'un étrange pouvoir qu'Étreinte utilisait pour maintenir le Gardien du Labyrinthe, comme il l'appelait, en vie après lui avoir mis le corps en pièce... Beaucoup de pièce. Ces chaines servaient a faire souffrir et aider a retirer tout ce qui composait le Gardien... Aucune chance qu'il sorte en vie de cela. Puis Étreinte activa les chaines et le Gardien était maintenant tel qu'il était il y a quelques minutes. Quel était ce pouvoir? Solok ne le savait pas et ne le saurait certainement jamais. Ce qu'il savait en revanche, c'était pourquoi il était utilisé. L'Artefact qu'il cherche avec Nui se serait trouvé dans la Forteresse... Mais un certain "Ange Noir" s'en serait emparé... Mais qui est-il? Après avoir pris cela comme une moquerie, Étreinte quitta la salle de torture et déclara le faire pour quelque heure. C'était le moment de passer à l'action. A peine le Séide eu le temps de tourner la tête que le Makuta eut le réflexe de se téléporter au fond de la salle, en emportant Solok avec lui. Une fois le Séide éloigné, Nui commença donc a prendre les informations au Gardien du Labyrinthe. Il allait falloir qu'il soit coopératif et qu'il le soit vite. Le Toa activa son Akaku pour tenter, certainement en vain, de voir a travers les murs et de détecter si possible une possible attaque qui viendrait par surprise...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bionifigs.com/u1023
Etreinte

avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
800/1000  (800/1000)
Jauge de Vie:
1000/1000  (1000/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 10000 | DEF : 8000

MessageSujet: Re: [Vallée du Labyrinthe] Infiltration dans la Forteresse   Mer 30 Juil - 0:17

Le gardien s'agita, parlant à mi-voix ; et cette dernière bien que faible, tourmentée, n'en demeurait pas moins emprunte d'une étrange sagesse, et d'une grandeur aussi. Il s'agita légèrement, montrant les grands clous d'acier qui le restreignaient.

- Vous voulez des réponses...Makuta et Toa. Vous avez été créé par les mêmes...personnes que moi. Peut être pourrons nous nous entendre. Mais vous pourriez aussi bien être une...une illusion de Lui...Sachez que je ne sais pas où se trouve l'objet que vous cherchez. Il ne veut pas l'accepter...Mais...Je ne sais pas où il est. Retirez moi ces engins de torture...Mais faites...Attention. Ils sont...Ils troublent l'esprit...Pour l'asservir...Je vous...Donnerai vos réponses...Ensuite...

Les grands clous rouillés ne payaient pas de mine, si ce n'était par leur air sinistre, commun à toutes les choses qui suivaient le Protectorat ; mais si Nui et Solok avaient effleuré les barres d'acier, ils auraient senti soudainement un poids sur leur esprit, et une impression, comme si ce dernier était soudainement soumis à une étrange voix, une irrésistible commande qui leur était pourtant étrangère. Alors, ils se seraient aperçus que le gardien avait une volonté bien plus puissante que ce qu'il laissait paraître au premier abord. Depuis combien de temps était-il ici ? C'était une question à laquelle ils n'auraient sans doute pas de réponse.

Une fois libéré de ses entraves, le personnage s'agita un peu, étouffant un soupir de soulagement. Il se redressa alors de toute sa hauteur, et se massa ses membres douloureux et meurtris ; cela ne changeait rien à ses multiples blessures. Une personne normale n'aurait pas même pu se lever avec un corps bardé de tant de cicatrices et de plaies sanguinolentes.

Alors l'être tourna sa tête, visiblement à la recherche de quelque chose ; ce quelque chose se révéla être un simple linge, dont il se vêtit promptement. Avant qu'il ne s'entoure du tissus – pour protéger un minimum ses plaies de tout corps étranger, on aurait pu noter que son corps était très majoritairement organique, complété par des parts cybernétiques. Il était en quelque sorte l'opposé des êtres en provenance de l'Univers Matoran, qui eux étaient un corps cybernétique complété par une chair synthétique...Et de ce fait, il risquait bien plus par ses blessures. Un liquide rouge s'écoulait sans cesse, dégouttant jusqu'à ses pieds, où il formait déjà une petite flaque sombre.


- Je vous avait...Promis, dit avec peine l'autre, toujours à mi-voix. Je suis le gardien du...labyrinthe. J'ai été placé ici par (il étouffa une quinte de toux, dont le bruit résonna dans le couloir)...Par les Grands Êtres continua-t-il difficilement. Très peu...Savaient mon existence...Je devais protéger leur...Trésor, que ce Séide cherche...
Un Artefact.
Lui...L'Ange Noir...Ses ailes s'étendaient dans toute cette pièce...Un comme vous je crois, dit-il en regardant Nui. Non, corrigea-t-il, il était...Tout autre...Il est venu...A parlé du futur et je ne sais quoi...Et a prit l'Artefact...Où ? Je ne sais pas...Mais ce que je sais, c'est que...

Le gardien s'interrompit tandis qu'un bruit de déflagration résonnait ; la tour s'ébranla. Les veines sur les murs explosèrent en lumières. Une alerte ? Les yeux du grand personnage rayonnèrent.

- Mes créateurs m'ont conféré une...Vision limitée...Du futur proche...Dehors...Sans vous, vos amis mourront...Ils sont là...Tous avec leurs armées...Attendez. Vous devrez ouvrir la Porte. Ou bien personne ne pourra vaincre lui. Je...Mes créateurs n'auraient pas voulu...Que je fasse ainsi. Mais, ce bâtiment (il écrasa une nouvelle quinte de toux ; et dans sa main se trouvait à présent le même liquide rouge qu'à ses pieds)...Ne servait qu'à...L'artefact...Le protéger...
Vos trois vertus...Elles ouvriront la Porte...Tout en bas de la tour...Complètement en bas...Ne vous faites pas attraper...Doucement...Vous prendrez longtemps avant d'arriver en bas...Evitez Le...Partez...Vite.


***

Etreinte se tourna, tandis que les murs s'illuminaient de rouge. La forteresse était donc attaquée? Le Séide fit un pas sur le côté, et effleura le mur de la paume de sa main; alors, de nouveaux motifs apparurent.

- De pauvres existences...Qu'elles tombent entre mes griffes...Elles partageront toutes les mêmes contraintes morbides...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nui
Chevalier Noir
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
430/500  (430/500)
Jauge de Vie:
700/1000  (700/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 4975 | DEF : 4600

MessageSujet: Re: [Vallée du Labyrinthe] Infiltration dans la Forteresse   Sam 2 Aoû - 19:48

Le Gardien semblait vouloir coopérer, aussi Nui entreprit-il de lui retirer ses entraves. A en juger par le sentiment d'oppression qu'il ressentit quand il les toucha il comprit que ces pieux n'étaient pas qu'un moyen sadique de maintenir le prisonnier à sa place, c'était une partie intégrante de la méthode de torture du Seide, affaiblissant autant le corps que l'esprit, que le Gardien n'ait craqué que maintenant donnait une assez bonne idée de sa volonté.

Cependant, après qu'il ait franchi le point de rupture restait-il encore quelque chose à exploiter de lui ?
En premier lieu son corps n'était pas ce que le Makuta pensait, majoritairement organique avec une addition de multiples implants il partageait la même structure que celle des formes de Vie Bara-Magniennes, ainsi que les mêmes faiblesses. Il ne tenait debout que par sa volonté déjà pas mal esquintée et arrivait difficilement à aligner plus de trois mots sans cracher le peu de fluide qui ne s'était pas déjà écoulé par ses blessures.

Quand à son esprit...c'était une catastrophe, en plus d'être confus et évasif au possible ses propos ne lui apprirent rien à propos de l'artefact et si peu concernant son voleur, cet Ange Noir serait donc un Makuta, ou quelque chose s'en approchant, avec des ailes, très grandes.
Nui manqua de se prendre la tête entre les mains à cet instant précis, si il se contentait de cela le rapport qu'il ferrait à Shrecki serait sans doute l'un des pires de l'histoire de la Confrérie, il allait donc devoir faire un travail d'approfondissement.

Il passa en revue les êtres de sa connaissance qui pouvaient être l'Ange Noir, il écarta Phantrakk pour trois raisons, il était mort, il ne possédait rien de plus que les pouvoirs liés à son espèce et enfin dans les derniers moments de sa vie il avait perdu tout intérêt pour les affaires du monde.
Tericarax correspondait parfaitement à la description du Gardien, il possédaient des ailes de fort belle tailles, bien qu'il ressemblaient à un Makuta il était en réalité infiniment plus et enfin même les murs de cette forteresse n'étaient pas en mesure de l’empêcher d'y pénétrer si il le désirait, restait la motivation, pourquoi le Seigneur des Morts prendrait-il la peine de subtiliser un artefact des Grands Êtres ?
Un instant il imagina que cela puisse être le Guetteur, mais c'était absurde, il n'avait existé dans cette réalité que pendant quelques instants, sur Destral, avant de regagner sa dimension d'origine, de plus si cela avait vraiment été lui il aurait tué le Gardien, simplement parce qu'il était là.
Il restait un dernier candidat, Shrecki, certes ils ne remplissait guère de critères, mais il avait en sa possession des pouvoirs qu'aucun autre Makuta ne pouvait se targuer de posséder, et étrangement, à chaque fois qu'un événement improbable se produisait, on en revenait toujours à lui, aussi, par mesure de précaution, il l'incluait d'office dans l'équation.

Alors que le Gardien allait enfin, peut-être, délivrer une information digne d'intérêt il se fit interrompre par une explosion qui secoua la Forteresse tout entière, et fit brutalement changer de sujet le Protecteur de l'artefact au grand dam de Nui.
Ce qui était en train de se passer le Makuta pouvait le deviner, selon les dires du Séide les armées des Puissants s'étaient lancées à l'assaut de la Vallée, ils étaient visiblement arrivés jusqu'à la Forteresse et manifestement tentaient d'ouvrir une brèche dans celle-ci.
Il ignorait si ils avaient réussi mais le changement de luminosité des murs signifiait au moins que le Protectorat était en alerte, et voilà que le Gardien, via une sorte de capacité de précognition, affirma que si ils ne se dépêchaient pas de les rejoindre ils ne pourraient pas gagner cette bataille, et leur donna la clé pour ouvrir les portes de la Forteresse, enfin une information utile, puis les pressa de s'en aller.

C'est à ce moment là que Nui décida que le spectacle avait assez duré, il leva la main pour intimer au gardien de se calmer.

- Pas si vite justement, Gardien. Le Makuta se tourna alors vers son acolyte. Solok allez faire le guet, si quoi que ce soit approche prévenez moi. Il reporta ensuite son attention sur le Gardien. Je me préfère à penser que votre confusion est une conséquence des longues séances de torture que vous avez dû subir et non une tentative navrante de me dissimuler des informations, il est un peu trop tard pour cela je pense. Alors vous allez faire un effort pour rassembler vos pensées et vos souvenirs en un bloc commun puis nous allons procéder par étapes, il y a trois questions auxquelles je veux une réponse claire.

Premièrement, l'Artefact, qu'est-il, sa forme, sa taille, ce qu'il peut faire, vous ne me ferez pas croire que vous puisiez ignorer tout de l'objet que vous êtes sensé garder, sinon comment auriez vous pu remarquer qu'on vous l'avait volé ?
Deuxièmement, contrairement au Séide je vous crois en ce qui concerne cet Ange Noir, j'ai eu l'occasion de croiser le chemin de choses bien plus étranges encore, je suis cependant surpris que vous n'ayez rien fait pour l’empêcher de voler l'Artefact, a t-il simplement été trop rapide pour vous ou votre capacité de précognition vous a averti que vous n'auriez aucun moyen de l'en empêcher ? A-t-il parlé du futur, vous souvenez vous de quelque chose qu'il aurait pu dire ? Vous étiez sur le point d'ajouter quelque chose à son sujet, juste avant que nous soyons interrompu par cet événement, quoi ?
Troisièmement et dernièrement...

Nui marqua une pause, il venait de se rendre compte de quelque chose, les derniers propos du gardien, concernant la Porte et ses "Amis", peut-être les avait-il interprétées trop hâtivement.
- Nos "amis" sont là dehors, toutes leurs armées rassemblées comme vous dites, en quoi deux guerriers de plus feraient-ils la différence ?
Non, ce n'est pas ça le plus important, quand vous dites "lui", ce n'est pas du Séide dont vous parlez n'est-ce pas, de même que cette Porte n'est en rien celle que nous avons prise pour entrer en ces lieux, il s'agit d'une autre, quelque part dans les fondations de la Forteresse, mais si vous dites que cet endroit n'existe que pour protéger l'Artefact, et que cet Artefact à bien été dérobé, alors qu'y a t-il derrière ?
Qu'allons nous y trouver une fois que nous l'aurons ouverte ?  

Répondez et nous partirons, sinon nous resterons, et tout le monde mourra, et le Séide reviendra, et cette fois-ci, personne ne vous sauvera.[/i]

*****

Un Baterra, terreur des Skrall, fantôme d'une guerre sans vainqueur hantant les montagnes des pics noirs, fléau créé par les Grands Êtres qui eux-mêmes furent incapables d'arrêter.
Les jambes de l'implacable machine à tuer étaient secouées de convulsions tandis que la partie supérieure de son corps disparaissait dans une mâchoire triangulaire, cette dernière terminait un long tentacule qui lui-même se rattachait à un cauchemar mouvant.
Ce dernier était autrefois un skrall du nom de Krévo, maintenant il n'était plus qu'un parmi d'autres au sein de la Masse, seul un fragment de Lui subsistait, prédominait, sa Haine envers celui qui l'avait tué, qui l'avait condamné à cette damnation éternelle, Mehvem, ce lien entre eux, entre la victime et son bourreau, guidait la Masse sur ces traces, d'un bout à l'autre de cette planète.

La Masse avait été endommagée, elle s'était adaptée aux dommages, avait évolué à partir d'eux, la Pierre et la Neige n'avaient pu la retenir, pas plus que la distance ne la découragerait. La Masse était étrangère à tout courage et à toute lâcheté, elle avançait, inexorable.

Quand les montagnes se dressèrent devant elle la Masse ne chercha pas, comme Mehvem, un passage pour les contourner, par une série de bonds successifs elle escalada les sommets, dévala les cols et enjamba les gouffres.
Elle traversa ce paysage redouté animée par une seule pensée, sa proie était de l'autre coté, parfois des choses croisaient son chemin, et devenaient une partie d'elle, comme ce Baterra par exemple.

Il n'était pas vivant, mais la Masse pouvait sentir l'énergie qui l'animait, la boire, et s'en délecter; il avait essayé de l'attaquer, mais qu'est ce que des lames, aussi affutées soient-elles, face à elle ? Ces lames, et tous le reste, faisaient partie de la Masse à présent.

 Il vint un moment où les montagnes s'achevèrent et que devant la masse s'ouvrit une vallée, il vint ce moment où une constellation de supernova explosa à ses sens, l'Énergie.
Celle des vivants, mais aussi celle des machines, ils étaient des milliers juste devant elle, à la fois trop loin et pas assez.
L'excitation de la Masse grandit au point de submerger même le désir persistant de Krévo, mue par l'instinct premier qui régissait son existence elle s'élança alors vers cette galaxie de lumières avec une seule idée en tête, toutes les éteindre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etreinte

avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
800/1000  (800/1000)
Jauge de Vie:
1000/1000  (1000/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 10000 | DEF : 8000

MessageSujet: Re: [Vallée du Labyrinthe] Infiltration dans la Forteresse   Dim 3 Aoû - 0:25

Le gardien s'appuya sur la table qui l'avait retenu de longs mois captif. Ses yeux s'illuminèrent vivement. Probablement une autre vision du futur proche ? Quoi que ce fut, il s'étouffa à nouveau, avant de ne prendre une nouvelle inspiration, à la recherche de son souffle.

- Connaissez votre place...Makuta. Nous savons tous les deux...Que je ne sortirai pas...Vivant...Je ne fais que vous aider...Montrez un peu de gratitude à cet égard...Il...Etreinte...Il est descendu et sorti...Ou ne va pas tarder...Il ira face à vos amis...C'est le moment...Oui...Il ne peut pas être...Battu...Pas normalement...Tant que son Union subsiste...Il accomplira le Devoir ayant détruit sa Destiné...

L'artefact...Il pulse...C'est l’Énergie qui coule en vous, petites machines...Le Souffle qui permet à vos créations d'être ce qu'elles sont...Vivantes...Intemporelles...

Je n'ai pas pu...Empêcher l'Ange Noir...Ses pouvoirs...Il était là...Il manipulait les pouvoirs de la Vie. Il ne devrait y avoir que l'Ignika à pouvoir le faire...Il le faisait si...Facilement...Comme un...Jeu... « Nous préviendrons le Futur, en dénouant le Passé »...Voilà ses...Paroles...Il a parlé d'un...Voyageur...Devant accomplir sa Destiné...Des âmes liées...De morts qui marchent...Et d'une ombre sur les terres...

Il m'a prévenu...Du Protectorat...Je n'étais pas assez puissant...Pour le stopper...Il est parti...Le monde...Vibrait avec lui...


Vous êtes entrés...Par une porte, oui...Mais celle qui mènera au Dénouement...Elle est bien plus basse...Maintenant qu'Il s'apprête au...Jeu de massacre...Dehors...Elle y mène...Aux armées...Vous n'avez plus rien à craindre...Pour...Vous deux...Méfiez vous...Des...Ravageurs...Clé...La tête...Le Maître...Il y...


Là-dessus, l'être s'adossa contre un mur, et glissa, jusqu'à se retrouver au sol ; il avait vraisemblablement perdu connaissance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nui
Chevalier Noir
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
430/500  (430/500)
Jauge de Vie:
700/1000  (700/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 4975 | DEF : 4600

MessageSujet: Re: [Vallée du Labyrinthe] Infiltration dans la Forteresse   Mer 6 Aoû - 18:47

Nui contemplait le corps du Gardien gisant sur le sol, avait-il rendu son dernier souffle ou seulement perdu connaissance ? Dans tout les cas il avait utilisé ses dernières forces pour communiquer le plus d'informations possibles avant de sombrer.
Le Makuta passait à présent en revue chacune d'elles, l'Artefact lui avait été décri de façon très abstraite, Il serait l'Énergie coulant en chacun d'eux, la Vie ? Mais ça ne pouvait pas être l'Ignika, il avait disparu après la bataille du Codrex, sans doute pour revenir à son emplacement d'origine. Le Protodermis ? Il aurait employé une terminologie différente dans ce cas, Nui se décida donc de le classer comme une "Source d'énergie", assez puissante pour intéresser le Protectorat.
Quand à l'identité de son voleur, le fait qu'il semble pouvoir commander à la Vie le confortait dans l'idée qu'il ne s'agissait ni plus ni moins que de Tericarax; le Faucheur d'âmes semblait avoir agi de façon préventive, prédisant, avec raison, le retour du protectorat il se serait donc emparé de l'Artefact afin qu'il ne tombe pas entre les mains du Maitre, mais comptait-il le restituer à ce monde en temps voulu ?
Il avait aussi délivré une sorte de prophétie: le Voyageur pouvait évoquer son univers traversant le cosmos, les âmes liées ne lui disaient pas grand chose, les morts qui marchent par contre cela lui parlait déjà plus pour en avoir croiser plusieurs, quand à l'Ombre sur les terres, cela pouvait être le Protectorat, ou autre chose.
Un détail inquiétant, dans la phrase que le Gardien se remémorait parfaitement, le Faucheur employait le Nous, or, pour l'avoir affronté, il savait qu'il n'était pas quelqu'un d'imbu de sa personne au point d'utiliser le "Nous" pour se qualifier lui-même, ce qui signifiait qu'il collaborait avait d'autres personnes, les implications en étaient vertigineuses.
Il restait enfin une ultime possibilité, que ce ne soit pas le Seigneur des Morts mais un autre être capable d'avoir un contrôle sur la Vie, une perspective qui était tout sauf réjouissante.

Concernant la Porte Nui avait vu juste, située dans les profondeurs de la Forteresse, bien en dessous du niveau de celle par laquelle ils étaient entrés. L'insistance du Gardien à vouloir qu'ils l'ouvrent semblait être liée à une autre vision du futur qu'il avait eu, le Seide et ses armées sortant pour affronter les Puissants, mais selon le Protecteur de l'Artefact le Servant du Maitre ne pouvait être terrassé par des moyens conventionnels, pas tant que son union serait intact, mais son Union avec quoi ? Le Maitre ?
Toujours est-il que dans l'état actuel des choses les Puissants n'avaient aucune chance, à moins que cette porte ne soit ouverte, le seul avantage cependant était que la Forteresse était à présent vidée, ils pourraient donc atteindre leur destination sans trop de problèmes, cependant avant de tomber dans l'inconscience l'être avait fait une ultime mise en garde à l'encontre des Ravageur, il faisait surement référence à la Garde personnelle du Seide, ils seraient donc restés à l'intérieur, qu'à cela ne tienne, il pensait pouvoir en venir à bout si par malheur il en venait à tomber sur eux.

- Vous avez entendus comme moi, Solok, en l'état actuel les Puissants ne pourront pas vaincre le Seide, leur seule chance, et la notre, est d'ouvrir cette porte. La Forteresse s'étant vidée de la majeure partie des ses occupants, si ce n'est de tous, cela devrait nous garantir un trajet sûr.

Alors qu'il s’apprêtait à partir avec le Toa Nui se sentit obligé de lâcher quelques mots à destination du Gardien.
- Lorsque je vous ai vu pour la première fois je vous ai méprisé, tout ce que je voyais était un gardien qui par deux fois avait failli à son devoir, la première en se faisant voler l'Artefact et la seconde en divulguant des informations au Protectorat, puis j'ai compris que, comme moi, vous vous êtes retrouvé pris dans quelque chose de bien plus grand que vous, à faire face à des puissances qui vous dépassent.
Avec vos dernières forces vous nous avez transmis tout ce que vous avez pu, des informations utiles c'est vrai, mais plus que ça, vous nous avez légué votre devoir, ainsi que l'espoir que nous fassions payer le juste prix à ceux qui vous ont forcé à y manquer.

Adieu Gardien, je ne vous oublierais pas, ni vous, ni votre devoir, et encore moins votre sacrifice, allez en Paix.

Sur ces mots Nui quitta la pièce, laissant derrière lui un être de valeur que le destin n'avait pas épargné, et s'engagea à nouveau dans l'escalier qui l'avait conduit jusqu'ici, la descente fut similaire à la montée, si ce n'est que l'atmosphère était légèrement moins oppressante du fait que cette fois-ci ils ne menaient pas une filature, ils se permirent même d’accélérer un peu le pas, ne sachant pas combien de temps les Puissants pourraient tenir face à un Seide potentiellement invincible.
La descente dura moitié moins de temps que la monté, une fois qu'ils furent revenus au Niveau de l'Entrée ils se rendirent compte qu'il s'agissait d'un palier comme un autre et que les escaliers continuaient de descendre plus bas, alors eux aussi continuèrent.


*****

La côte ouest du Continent Nord; deux êtres arpentent le bord de mer, ils se nomment Nui et Celo, respectivement un Makuta et une Reine Skrall déchue, ils cherchent quelque chose et les cris qu'ils entendent leur indiquent qu'ils sont sur le point de le trouver.

A une dizaine de bio devant eux des oiseaux Rahi se rassemblent autour d'une forme échouée sur le rivage, le Makuta reconnaît l'espèce, maritime -des charognards- la mer a du rejeter une chose morte et ils se sont précipités. Ce n'est pas le cadavre d'une créature marine cependant mais celui d'un Sapiens, le grand nombre d'oiseaux qui le recouvre toutefois rend une identification précise impossible.
Une des mains du corps étant encore visible, un carnassier vient s'y poser, aussitôt elle se referme sur lui, apeurés ses congénères s'envolent précipitamment, dévoilant l'identité de l'être qu'on avait hâtivement considéré comme mort.

Nui le reconnut, il s'agissait de Déféo, le membre de l'Ordre Noir qu'il avait eu l'honneur de rencontrer sur ce croiseur pendant les événements de Metru-Nui et à qui il avait donné l'Anneau Noir. Il l'avait toujours, dans le creux de sa main gauche tandis que la droite tient fermement l'oiseau.

Avec une lenteur exagérée et quasi-mécanique il se relève, à mesure qu'il regagne une posture plus approprié pour un être bipède son étreinte sur le Rahi grandit, arrachant à la créature des cris de douleur de plus en plus intenses, de même que son sourire de Takea.
Quand il fut finalement sur ses deux pieds un craquement sinistre indiqua qu'il venait de briser les os du charognard, il jette alors sa carcasse au sol sans y accorder plus d'attention et s'avance vers ses visiteurs.

- Grand Makuta. Dit-il d'une voix mielleuse en s'adressant à Nui. La Destinée nous réunit à nouveau. Puis, sans crier gare, il se tourna vers Celo, inclinant la tête de la même façon qu'elle l'avait fait auparavant face à Nui pour exprimer sa curiosité.
- Mais qu'est-ce que vous êtes ? Demanda t-il.

La lèvre supérieure de la Skrall des temps ancien se souleva, dévoilant ses dents aiguisées, en une moue méprisante.
- Je te retourne la question.

L’intéressé fit durer le silence, ne le troublant que par quelques claquement de dents.
- .....................................................Je suis Déféo. Finit-il par répondre.
- Parce que je suis un homme joyeux, et que c'est un jour joyeux, dans un monde joyeux.
Le regard de la Reine se perdit sur l'Anneau que l'ancien membre de l'Ordre Noir tenait.
- Tu as déjà reçu ton anneau, mais tu ne l'as pas mis, curieux.
- La voix dans ma tête il tapota son crâne du bout de son doigt. est celle d'une femme, ce n'est pas un anneau, c'est une bague.
- Assez. Le ton de sa voix était à peine plus haut que la normale mais cela suffit à reporter sur lui toute leur attention. Déféo, cette anneau que je vous ai donné, il s'accompagnait d'une proposition, que vous vous trouviez à nouveau devant moi signifie que vous êtes enfin prêt à me donner une réponse.

L'intéressé s'avança lentement vers son interlocuteur, son sourire se faisait discret et sa voix était presque un murmure.
- Je suis une personne bien éduquée, pour chaque chose que l'on m'offre je me dois d'offrir quelque chose d'équivalent en retour...que m'avez vous offert ? La liberté ? Plus de masques, plus de limites...un rôle dans la grande comédie qui s'annonce ? Que pouvait-je, moi, offrir en retour à cela ? J'ai trouvé, et ainsi je suis là...

Il s'arrêta juste en face de Nui, bras grands ouverts, tenant l'anneau entre les doigts de sa main droite.
- Deux cadeaux pour moi...deux cadeaux pour vous...

Lentement il approcha l'Anneau, ou la Bague selon les interprétations, du majeur de sa main libre.
- Ceci est le premier...

A mesure que la distance le séparant du doigt destiné à le porter se réduisait l'anneau tremblait de plus en plus, mais ce n'était pas un effet de mise en scène grandiloquent: mu comme par un étrange magnétisme il échappa à l'emprise de Déféo pour s'enfiler de lui-même à son doigt, contrairement à Celo pour qui cela fut aussi simple que si il s'était s'agit de n'importe quel bijou cette union semblait vouloir se faire dans la violence. Passé la première phalange de minuscules pointes jaillirent de la surface intérieure de la bague et vinrent s'enfoncer dans celle-ci, passé la seconde l'anneau ne fit plus qu'un avec le doigt de l'ancien membre de l'Ordre Noir.

Alors qu'avec la Skrall se furent des lignes rouges aux tracés angulaires pour lui c'étaient des veines noires qui remontaient lentement le long de son bras, à mesure qu'elles progressaient son membre tremblait de plus en plus, non, grelotait serait plus exact, comme si quelque chose d'incroyablement froid circulait à l'intérieur.
Sa respiration devint saccadé quand elles commencèrent à se répandre sur son torse, cependant il ne montra aucun signe de panique et c'est avec le sourire, bien qu'un peu crispé, qu'il contempla le phénomène.
Quand elles arrivèrent au niveau de sa plaque pectorale -le souvenir de cet agréable moment où une main était passée au travers de son thorax- elles ne la traversèrent pas comme le reste des surfaces de son corps, mais se fondirent littéralement en elle, le rouge sombre de l'ajout cybernétique s’obscurcit alors de plus en plus jusqu'à devenir aussi noir que les veines qui l'infestaient.
Ces dernières remontèrent le long de son cou, contournant sa mâchoire pour mieux pénétrer dans son crâne. Son casque et ses implants, conquis par la noirceur, se mêlèrent à elle au point de devenir indissociables.
Quand elles envahirent son bras gauche, une prothèse, une sorte de rouille se développa à sa surface, effaçant les couleurs de l'Ordre Noir, de même que son allégeance, fictive ou non, à cette organisation.

Désormais, à chaque expiration il exhalait de la brume, comme si il était au prise avec un froid extrême alors que la température dans cette région était plus que raisonnable. Les veines étaient à présent en train de descendre le longs des jambes, Nui et Celo eurent un mouvement de recul quand ils se rendirent compte qu'elles n'allaient pas s'arrêter en si bon chemin et qu'elles continuaient à se propager dans le sol autour de Déféo, striant la plage de gravier de leur présence, cependant, le phénomène ne progressa pas plus loin qu'un cercle d'un demi-bio autour de l'être.

La totalité du corps de l'ancien agent de Zéro était à présent recouvert de ses veines, sa respiration cacochyme se changea alors en un râle interminable tandis qu'une énergie sombre et immatérielle commençait à suppurer de chacune d'elles.
Cela s'accentua, ce n'était plus des veines à présent mais des fissures, des crevasses desquelles s'échappait un vent des plus sinistres, un souffle noir qui se mêlait à celui-ci du fou, sans cesse grandissant.
Puis vint le paroxysme, le corps de Déféo se mit à vibrer, si fort qu'on eut dit qu'il n'était qu'une image tressautant sur un moniteur de mauvaise qualité, son râle se changea en un cri de soulagement, et alors, tout cessa.
Les veines, le vent, le cri, tous disparurent, balayés par l'Onde qui se libéra de lui et qui se propagea aussi loin que porte le regard, aussi impressionnante que sa naissance pouvait être ce n'était pourtant pas une force de destruction, les deux êtres à proximité immédiate de son point d'émission ne furent même pas bousculés, aucun cailloux sur le sol ne fut dérangé, aucun feuille dans les arbres ne tressaillit plus que raison, cette onde de non-énergie semblait inoffensive, pourtant chaque être vivant traversé par elle ressentait un inexplicable malaise au plus profond de son être, et avec lui la certitude, que désormais, la Mort était parmi eux.


*****

La descente leur parut interminable, une morne et monotone progression consistant à dévaler des marches à n'en plus finir, ils ne rencontrèrent rien en chemin, renforçant cette impression de vide, le décor répétitif à souhait n'arrangeant évidement pas les choses, la seule différence notable avec les niveaux supérieurs était l'espacement grandissant entre les paliers.

Quand finalement ils arrivèrent à la fin de l'escalier les Agents de la Confrérie ressentirent comme un soulagement, c'était le signe qu'ils étaient enfin arrivés au dernier palier, les fondations de la Forteresse.
Celui-ci était composé d'un court couloir, étroit mais haut, menant à une large salle circulaire bordée de piliers, aussi vide que les autres pièces de cette forteresse au premiers abords elle était en réalité la plus importante de toutes à leurs yeux, car à l'autre bout de celle-ci se trouvait la clé de la Bataille qui se tenait en dehors de ces murs, la Porte.

Sauf que ce n'en n'était pas vraiment une, pas comme celle de l'Entrée, c'était plus un mur, mais plus qu'un mur.
La façon dont ce dernier se découpait par rapport au reste des parois de la pièce, les impressionnante dimensions du dit découpage, le symbole complexe que les lignes d'énergie rouge traçaient à sa surface, il n'y avait pas de doute à avoir, c'était la "Porte".

Nui traversa la salle à grandes enjambées jusqu'à celle-ci, le Gardien lui avait donné les "clefs" pour l'ouvrir, les Trois Vertus, dans un sens c'était assez bien trouvé, pour lui et les autres êtres de son Univers c'était la base, mais considérant la haine des habitants de ce monde pour les Grands Êtres et tout ce qu'ils avaient créé, ils n'auraient jamais pu penser à cela.
Restait un seul problème, il avait la "Porte", il avait la "Clé", mais où était la "Serrure" ? Il y avait-il une commande vocale ou tactile pour transmettre la "Réponse" ? Il se décida de tenter le plus simple pour commencer.
Une fois face au mur le Makuta posa sa main dessus et commença à réciter.

- Union...Devoir...Destinée...


Dernière édition par Nui le Sam 9 Aoû - 21:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solok
Toa Useless
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
400/400  (400/400)
Jauge de Vie:
980/1000  (980/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 3400/3400 | DEF : 1535/2500

MessageSujet: Re: [Vallée du Labyrinthe] Infiltration dans la Forteresse   Mer 6 Aoû - 20:25

Nui réussi a obtenir des informations de la part du Gardien du Labyrinthe bien plus vite que le Toa de Glace le pensait. Il donnait les informations même sans être sur de l'identité du duo de la Confrérie. Il jouait a un jeu dangereux, mais heureusement pour lui, Solok et le Makuta étaient tout deux des êtres réel et non une illusion de "Lui". Qu'est-ce que "Lui" d'ailleurs? Était-ce réellement le Séide ou autre chose? Le Toa n'était pas spécialement d'humeur a se faire des réflexions très poussées a vrai dire. Les informations sur l'artefact semblait assez concrète, elles permettraient aux membres de la Confrérie de trouver l'artefact plus rapidement que prévu, ou pas, mais Solok avait espoir que cela serait le cas. Mais ce qui avait le plus importé au Toa était que "ces amis étaient en danger". La première chose qui vint a l'esprit du Toa fut de se faire la réflexion qu'il n'avait pas de vrai ami. Puis il se dit, plus sérieusement, que les paroles du Gardien voulaient parler du fait que dehors, toute les factions encore debout en ces mondes se battaient contre quelque chose. Serait-ce un combat contre le Séide? Certainement, car il se souvint avoir entendu une explosion il a peu, peu probable que des Bara Magniens s'attaquent a la Forteresse comme ça. Ils ne ferraient que courir droit vers la mort, alors que l'Ordre de Mata Nui, l'Empire Skrall, et la Confrérie auraient un semblant de chance.

Après avoir effectué un petit arrêt pour certainement réfléchir, Nui décida d'approfondir et de poser plus de question au Gardien, il demanda au Toa de faire le guet. Il se plaça pas loin des escaliers, prêt a dégainé l'épée a tout moment. Il posa plusieurs questions, mais Solok se concentrait plus sur la surveillance demandé, attrapant quelques phrases a la volée de la conversation, en se faisant quelques réflexion sur ce qu'il entendait, mais rien de bien intéressant. Cependant, c'est au derniers mots du Gardien que le Toa décida de jeter un coup d’œil, en tournant un peu sa tête vers Nui et le Gardien. Ravageurs? Clé? Le Maître? La tête? Tout le reste de ces derniers mots n'avait aucun sens, ceux cité aussi. Le Toa n'avait une idée que de ce qu'était le Maître, le leader du Protectorat. Il se fit la réflexion que les Ravageurs pourraient être des soldats du Protectorat, mais pas des petits. Mais il ne ce l'a fit qu'une fois la descente vers l'étage le plus bas de la tour. Une fois tout en bas, ce fut presque un soulagement. C'était peut être fini d'avaler les étages. Un couloir court déboucha sur une grande salle, au bout de celle-ci ce trouvait la fameuse porte. Elle sortait du reste du mur grâce a ces symboles et ces lignes rouges. Nui fit une première tentative pour ouvrir la porte, en prononçant, comme le Gardien l'avait laisser entendre... Union, Devoir, Destinée. Solok avait des doutes et ce dit qu'il ne serait surement pas aussi facile d'ouvrir cette porte. Mais il espérait que cette porte s'ouvrirait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bionifigs.com/u1023
Etreinte

avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
800/1000  (800/1000)
Jauge de Vie:
1000/1000  (1000/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 10000 | DEF : 8000

MessageSujet: Re: [Vallée du Labyrinthe] Infiltration dans la Forteresse   Ven 8 Aoû - 18:13

Union, Devoir, Destinée. Les trois mots que Nui avait prononcé n'étaient pas anodins. Les valeurs même que Mata Nui défendaient, voilà ce qu'ils signifiaient, des valeurs qui lui avaient été inculquées pour ne pas reproduire la même erreur que lors de Spherus Magna...Mais aussi dans le cas où un jour, Mata Nui lui même serait venu chercher des réponses auprès de ses créateurs, dans cette forteresse. La porte face à eux émit un instant une voix grave, un son étrange.

- Vous qui venez ici, que désirez vous que vous n'ayez déjà obtenu ? Quelle Union le Destin doit il toujours présenter ? Quels tourments avez vous enduré pour parvenir jusqu'ici guerriers ? La corruption s'étend. Avez vous la motivation pour y mettre fin ? Venez vous pour sauver ce monde ou précipiter sa fin ?

La voix se tut ; la porte alors se veina de rouge, comme des flammes dansant au cœur de la roche. On entendit un bruit, un loquet peut être. Alors, devant Solok et Nui, les portes s'ouvrirent. Avec un grincement d'acier et de pierre frottée d'abord, puis dans un silence rafraîchissant. Une bouffée d'air frais. Mais la porte elle même, si large qu'elle fut, menait vers un long couloir. Devant eux, entre ce couloir et la galerie se trouvait une image; une image résiduelle, et pas la personne elle même, car elle avait trop de reflets anormaux, et par transparence on pouvait apercevoir par ses habits la pierre derrière elle. Il s'agissait d'une grande forme. Zéro.

- Vous voici finalement, guerriers. Il est temps. Ce Séide n'a qu'une faiblesse. Soyez prévenus...Tous n'ont pas les mêmes failles. Ne pensez pas que la même combinaison fonctionne à chaque fois. Vous qui avez prouvé votre valeur, je vous remercie par avance. Allez. Avancez. Plus bas, vous trouverez le moyen de vaincre les atrocités du Maître. Votre Destinée se poursuit comme l'avait prédit Mata Nui. Allez. Ne laissez personne vous stopper. Merci de votre passage. Jusqu'à la fin. Jusqu'à la fin, survivez.

Là-dessus, l'image disparut, laissant la pièce dans un étrange silence. Nuui et Solok, par manque d'options, continuèrent donc leur route. Après la grande porte, il s'agissait d'une simple galerie naturelle. Une pente douce d'environ une trentaine de marches taillées à même la pierre...Dont provenait une lumière. La pièce suivante était complètement circulaire. Un grand dôme parfait. Sur le sol étaient dessinés des motifs, dans la langue Matorane. Mais c'était une forme vieille, que seuls quelques experts du langage auraient pu déchiffrer ; au centre de la pièce se trouvait néanmoins quelque chose digne d'attention. La source de la faible lumière pâle. Les bords de la salle n'étaient guère visibles, tant cette dernière était diffuse. C'était un grand portail rectangulaire, au centre duquel dansait de l'énergie, tremblotante. Un pas supplémentaire dans la pièce.
Soudain, dans tous les angles s'allumèrent des pierres de lumière. Un cliquetis d'armure résonna ; et derrière eux, Nui et Solok purent alors distinguer deux grandes formes noires.

C'étaient des êtres à l'armure d'ébène, et dans leurs yeux brillaient la même lueur qu'ils avaient vu dans les prunelles de Etreinte. La garde du Séide. Les Ravageurs Protector.

Les grandes formes ne se firent pas attendre; ils sortirent des armes à l'allure sinistre, et alors le combat s'engagea...




RAVAGEUR PROTECTOR
Les Ravageurs Protector ont une origine inconnue. Si les Soldats Protector et les Assassins Protector sont de simples robots, les Ravageurs, eux, sont des créatures à part; bien qu'ils soient capables d'agir en groupes, ils travaillent plus efficacement seuls.

Ils portent généralement de grandes lames et armures noires, et certaines rumeurs affirment qu'ils disposent de pouvoirs sur les émotions de ceux qu'ils rencontrent.




Les Ravageurs Protector sont considérés comme la garde d'élite des Séides.








Capacités
ATK : 4000 - DEF : 3500 - PV: 400 - RAP: 50
Techniques
Garde d'honneur
Lien Sombre
Manipulation Sordide
Arme viciée
Caparaçon surnaturel
Nombre présent
2


Actions:

→ Un Ravageur lance une attaque sur Nui, le second une attaque sur Solok (la rapidité étant ignorée).
→ Notez que les Ravageurs ne comptent pas comme des robots. Ce sont des ennemis à part entière. Dès le tour suivant, ils auront donc un profil comme tout "joueur" normal.


Dernière édition par Etreinte le Ven 8 Aoû - 18:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Master Game

avatar

Masculin

MessageSujet: Re: [Vallée du Labyrinthe] Infiltration dans la Forteresse   Ven 8 Aoû - 18:13

Le membre 'Etreinte' a effectué l'action suivante : Actions

'Initiative de rapidi' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nui
Chevalier Noir
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
430/500  (430/500)
Jauge de Vie:
700/1000  (700/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 4975 | DEF : 4600

MessageSujet: Re: [Vallée du Labyrinthe] Infiltration dans la Forteresse   Mar 12 Aoû - 0:58

Déféo se tenait immobile, les bras le long du corps, la tête levée vers le ciel et le sol noirci à ses pieds, lentement il leva les mains jusqu'à sa tête et commença à caresser son visage.
- C'était...vivifiant...
Ses doigts descendirent le long de son cou.
- ...je me sens...purifié...
Ils se croisèrent sur son torse avant de partir sur ses bras.
- ...Littéralement...un homme neuf...
Ils se rejoignirent au bout de ceux-ci avant de repartir chacun de leur coté.
- ...Homo...Novus...

La tête toujours tendue vers les cieux l'ancien membre de l'Ordre Noir scrutait les quelques oiseaux marins que l'agitation des derniers événements n'avait pas fait fuir, continuants de tournoyer au dessus de lui en poussant des cris stridents; il souriait.
Il tendit une main vers eux, comme si il voulait les saisir, puis avec son autre main saisit l'un des doigts de la première...et le brisa.

- Quelle est cette pestilence que je sens ? Dit-il sans montrer le moindre signe de douleur.
Il répéta l'opération une seconde fois.
- Cette cacophonie que j'entends.
Une troisième fois.
- Cette laideur qui s'étale toute entière devant moi.
Une quatrième fois.
- C'est une maladie qui infecte notre monde et son nom est...
Il prit son dernier doigt valide et d'un seul mouvement le cassa lui et son poignet avec.
- LA VIE !

Il couvrit sa main endommagée avec celle encore valide puis, après un mouvement de prestidigitateur minable, la dévoila à nouveau, elle était intacte, il agita même ses doigts pour le prouver. Cinq oiseaux tombèrent alors du ciel, trois dans l'eau, deux sur la plage de galets, quatre avaient les ailes brisées, un tout le corps, et tous étaient morts.
- On appela un docteur poursuivit-il comme si rien ne s'était passé. au chevet de notre pauvre Univers si mal en point, son diagnostic fut sans appel: Que l'on abrège sur le champs ses souffrances.

Il fit alors face aux deux êtres qui se tenaient à coté de lui, Nui et Celo, écartant les bras comme pour leur souhaiter la bienvenue.
- C'est pour cela que nous sommes réunis ici n'est ce pas ? Nous sommes ceux qui allons achever le Monde.

Une fois encore son attention à géométrie variable se focalisa sur la Skrall.
- Oh, je suis en présence d'une Reine.

Il leva le bras gauche avant de le rabattre contre son torse, passa le droit dans son dos et s'inclina dans le même temps, le tout forma une sorte de révérence à son attention.
- Mes hommages votre meurtrière majesté.

Puis il se tourna vers le Makuta sans que celui-ci n'ait à le demander, se tenant bien droit il montra le symbole qui était désormais gravé sur le majeur de sa main droite.
- Je suis Déféo, le joyeux, par la Mort je régnerais, par elle la Paix viendra.

Indifférent aux gesticulations de l'individu, Nui demanda le plus calmement du monde la chose suivante:
- Ceci est votre premier présent, quel est le second ?

Déféo sourit de plus belle et tapota du doigt son épaulière, à celle-ci se rattachait un morceau de tissu, sorte de ruban ou d’écharpe, étonnamment cet accessoire avait survécu à la métamorphose de l'être.
Presque distraitement il l'arracha de son épaule, le prit à deux mains et le présenta au Makuta.
Il du avoir activé un quelconque mécanisme car l'écharpe "s'ouvrit", l'être sombre comprit alors qu'il ne s'agissait pas d'un simple morceau de tissu purement décoratif mais belle et bien d'une cartouchière savamment déguisée.
Bien que doté d'une centaine de pochettes seule une vingtaine étaient vraiment remplies, les projectiles qu'elles contenaient étaient fait d'un alliages argenté qui avait quelques chose d'intense au regard, mais leur véritable singularité reposait dans leur partie centrale transparente au sein de laquelle reposait une chose incroyablement lumineuse pour sa taille, un véritable soleil miniature.

- J'ai du faire toutes les poubelles de la Main d'Artakha pour les retrouvées...Lux Macula...[i]Dit le Fou.

- Le Point de Lumière. Treduisit instantanément Nui.
- Une balle capable de tuer un Makuta en un coup, un seul.


*****


- J'ai le devoir d'y mettre fin, sauver ce monde, en détruisant ceux qui le menacent, lui apporter la Paix, enfin, c'est pourquoi je suis là.

Nui l'avait dit plus pour lui-même que pour répondre à la question de la porte, purement rhétorique et posée par une voix préenregistrée.
Toujours est-il que la simplicité avait fonctionné, la Porte s'était ouverte et derrière elle il y avait...Zéro, ou plutôt un hologramme de Zéro, préenregistré lui aussi, à vrai dire c'était sa voix qui venait de la porte.

- Oui Solok il s'agit d'un hologramme de Zéro, non je n'ai pas la moindre idée de comment un hologramme de Zéro a pu se retrouver au fin-fond d'une Forteresse des Grands-Êtres sous contrôle du Protectorat et oui, il n'y a jamais de mission normale quand on fait partie de la Confrérie ou plutôt ceci est une mission normale quand on fait partie de la Confrérie. Lâcha t-il préventivement au Toa de la Glace.

Le Message du Chef de l'Ordre Noir était assez vague, la seule information notable était que quelque soit la méthode pour tuer ce seide, cela ne fonctionnerait que pour lui, il faudrait donc trouver autre chose pour les autres.
- Survivre n'est pas vivre, mais peut-être que pour les êtres comme nous cela n'est pas permis. Plaça t-il alors que l'image se dissipait, dévoilant une énième volée de marches. Cependant elles étaient différentes de toutes celles qu'ils avaient descendu jusque là, en effet elles n'étaient pas faites de ce métal aux lignes rouges qui composait la totalité de la Forteresse mais de pierre, de la simple pierre.
Voyant là un signe encourageant le Makuta s'y engagea avec un minimum d'appréhension, en bas de ces quelques marches l'attendait une salle, encore une. Elle avait la forme d'un dôme parfait, son sol était couvert de symboles que Nui reconnut comme étant du Matoran, si il reconnaissait les lettres leurs sens lui échappa totalement, c'était donc si vieux que ça ?
Comme toutes les autres pièces de l'endroit elle était plongée dans une demi-obscurité, la seul source de lumière provenait de son centre où se trouvait...quelque chose, Nui n'était pas sûr de ce que c'était, une forme rectangulaire imposante avec comme de l'énergie à l'intérieur, et encore moins de ce qu'il était sensé faire avec ça.

Le reste de ses réflexions furent interrompues quand la salle s'illumina soudainement, cela fut suivit par un bruit de pas lent et rythmique accompagné par des cliquetis d'armures.
Lentement le Makuta se retourna pour faire face aux deux êtres qui venaient de faire leur entrée dans la Chambre, vêtus d'armures d'ébènes, le feu éteint de leurs yeux identiques à celui de ceux du Seide, sa Garde personnelle qui déjà dégainait ses lames.

- Les Ravageurs je présume...

Pour toute réponse à la remarque de Nui les dits ravageurs s'élancèrent sur les agents de la Confrérie, le Makuta leva le bras pour parer le coup de celui qui l'attaquait, la lame sombre ripa sur le Protoacier en une gerbe d'étincelles mais ce dernier tenu bon, le guerrier de l'Ombre pivota alors, cela afin de se dégager et d'avoir le temps de sortir sa propre épée, celui du Protectorat fit de même pour porter un nouveau coup qui rencontra le tranchant d'Apocrypha.
Plusieurs passes d'armes s'ensuivirent et s'achevèrent sur un nouveau rapport de force, le Ravageur était bon, il ne faisait aucun mouvement inutile et son bras ne tressaillait même pas malgré toute la force que Nui mettait dans ses coups.
Cependant, il ne s'agissait pas d'un concours d'Escrime mais bien d'un combat à mort, Nui libéra les puissances obscures contenues en lui, ramenant dans la salle des ténèbres que les pierres de lumière postées sur ces murs ne purent étouffer.
L'obscurité se mit à pulser, par vagues successives elle revenait à son invocateur, se déversant dans sa lame, au paroxysme du phénomène Nui ne distingua plus de son ennemi que ses yeux rougeoyants, c'est à ce moment qu'il activa son Crast.
Le Ravageur fut brutalement repoussé en arrière, victime comme tant d'autres avant lui du terrible pouvoir du Masque de la Répulsion, le Makuta enchaina ensuite sur une téléportation qui le fit réapparaitre juste derrière le Garde d'Élite avant que celui-ci n'est eut temps se rétablir, là il asséna d'un revers de sa lame une large entaille dans le dos du Ravageur.
Tel un banc de Takea ayant senti l'odeur d'une proie blessée les ombres de la pièce se jetèrent sur lui, s'engouffrant dans son corps par sa blessure avec pour but de le détruire de l'intérieur, donnant l'impression qu'il venait de lui pousser deux gigantesques ailes noires.



Citation :

Nui
Attaque:4975
Défense:4100
Rap:55
PV:1000/1000
Énergie: 600/600 (Épée du Labyrinthe équipée)
PA utilisée: 8/8
Techniques utilisées:
Spoiler:
 

Actions Effectuer: Utilisation du premier affect d'Obscurité crépusculaire->Utilisation du Premier effet du Crast->Utilisation de 2 Touche d'Ombre-> Attaque Normal. Tout cela sur le Ravageur A (Celui qui à attaqué Nui.)

Récapitulatif:
Spoiler:
 


Dernière édition par Nui le Mer 13 Aoû - 5:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solok
Toa Useless
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
400/400  (400/400)
Jauge de Vie:
980/1000  (980/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 3400/3400 | DEF : 1535/2500

MessageSujet: Re: [Vallée du Labyrinthe] Infiltration dans la Forteresse   Mar 12 Aoû - 4:27

Et bien a l'étonnement de Solok, la porte s'ouvrit en prononçant simplement les trois vertus. Ce fut beaucoup plus facile que prévu que d'ouvrir cette porte. Elle s'ouvrit après avoir transmis les paroles de Zéro, qui avait réussi a mettre son hologramme en ces lieux. Il posa quelques question avant d'ouvrir la porte et de se montré. Qu'est-ce que Solok voulait et qu'il ne possédait pas déjà? Ce foutu artefact déjà, ça serait bien pour lui de quitter cette maudite forteresse. Quelle Union le Destin doit il toujours présenté? Le Toa ne possédait pas la réponse, son sens de l'Union se résumant actuellement a "faire équipe avec la faction dont il fait parti". Les tourments qu'il avait enduré? Traversé une forteresse habité par un Séide peut-il être considéré comme un tourment? Le Toa de Glace pensa que oui. Voulait-il stopper la corruption qu'est le Protectorat? Oui. Veut-il sauver le monde? Ça l'arrangerais de le sauver donc oui. Une fois ces questions posés par la voix qui se révélera donc être Zéro, la porte s'ouvrit. Nui fit une remarque quand a la nature des missions qui étaient souvent confier a la Confrérie, comme quoi le terme de mission classique était différent pour la Confrérie que pour les autres factions.

-"Au moins ce sont des missions intéressantes."

Le leader de l'Ordre Noir expliqua ensuite ce qui attendait les agents de la Confrérie. Tout les Séides ne pourraient être vaincu de la même façon, il faudra donc trouver les failles de chacun d'entre eux. Si Solok était encore vivant après le premier, il serait ravi de les combattre de diverses manières. Puis il dévoila qu'au bout du prochain couloir se trouverait la faille d'Étreinte. Qu'est-ce que cela serait-il donc? Les fameux Ravageurs dont a parlé le Gardien du Labyrinthe? Qu'est-ce que cela pourrait-il être d'autre? Puis il disparu, laissant au duo de la Confrérie l'unique possibilité de continuer leur route.

Le couloir qui se présenta devant eux se trouvait être naturel, contrairement au reste de la Forteresse qui avait été clairement crée par des personnes intelligentes, certainement les Grands Êtres comme son nom l'indiquait. Seul les marches taillées dans la pierre étaient signe qu'il y avait eu une présence ici. Cela marquait une sorte de changement au cour de la mission de Nui et Solok. Certainement que les choses allaient se corser a partir de maintenant. Et bien oui, c'est le cas. La salle sur laquelle déboucha ce couloir était un étrange dôme. Il n'y avait aucun défaut dans sa structure, c'était assez impressionnant. La salle était assez sombre, sa seul source de lumière se trouvait être une grande chose rectangulaire, illuminant la pièce d'une lumière faible. Puis la lumière vint a la pièce, par les pierres de lumière qui s'allumèrent. Puis les Ravageurs ce décidèrent enfin a ce montré. Ils étaient certainement lié a ce dont avaient parlé Zéro et le Gardien. Ils étaient deux, il en restait peut être d'autre donc il faudra faire attention durant le combat, et chacun attaqua un membre de la Confrérie différent. Solok observa rapidement le Ravageur qui fonçait sur lui. A vue, il jugea que l'attaqué physiquement serait inutile sans avoir de vrai faille où frappé. Il n'était ni assez expérimenté, ni assez puissant pour pouvoir se les crée par lui même. Mais il pouvait déjà faire une chose en attendant.


-"Je ne suis peut être pas de taille face a ces êtres tout seul mais j'ai un tour qui devrait me faire gagner du temps..."

Le Toa de Glace changea de Kanohi, passant de l'Akaku au Crast, et il repoussa son agresseur. Le résultat escompté fut un peu en dessous de ses espérances, même son Crast ne lui abimait pas son armure. Qu'a cela ne tienne, Nui affrontait un autre Ravageur, peut être qu'en laissant le Makuta commencer le travail, il aurait une ouverture suffisante pour attaquer ce second Ravageur. En espérant cela, le Toa de Glace reporta son attention sur le combat de Nui, et prépara son offensive. Il fit baisser la température des lieux, qui baissa rapidement et a une température basse. Toute personne qui sentait la température dans la pièce serait affecté par cela. Enfin, le seul ici qui semblait vraiment être inquiété par la température était le Toa, et les grands froids ne lui faisait rien. Donc personne en ressentirait d'effet sur son corps, normalement. Une fois la bonne température obtenue, Solok envoya une colonne de glace sur le Ravageur affronté par Nui et prépara un coup d'épée sur l'être sombre que combattait le Makuta.

Citation :
Nom : Toa Solok
Élément : Glace
ATK : 3400
DEF : 2500
RAP : 60
PV : 1000/1000
Energie : 600/600 (Épée du Labyrinthe)
PA Utilisés : 8/8
Techniques utilisés :
Spoiler:
 
Spoiler:
 
Spoiler:
 

Actions Effectués : Utilisation du Kanohi Crast pour repousser l'attaque du Ravageur B. Utilisation de 3 Givres. Utilisation de Colonne de Glace sur Ravageur A, celui attaqué par Nui. Attaque normale sur Ravageur A.
Récapitulatif :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bionifigs.com/u1023
Etreinte

avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
800/1000  (800/1000)
Jauge de Vie:
1000/1000  (1000/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 10000 | DEF : 8000

MessageSujet: Re: [Vallée du Labyrinthe] Infiltration dans la Forteresse   Mer 13 Aoû - 3:09

La grande créature encaissa les coups ; son armure luisait, sinistre. Si dévastatrices qu'étaient les attaques de Nui, elle ne semblait pas y accorder d'importance. Si noires qu'étaient les ténèbres, elle ne semblait nullement aveuglée. Si acérée était la lame du Makuta que son caparaçon n'en était que plus épais.

Une brèche, Nui parvint à en ouvrir une. Et ses ténèbres gorgèrent l'Armure Noire. Cette dernière fit un pas, deux pas. Solok passa à son tour à l'attaque ; mais le caparaçon était trop épais pour que le Toa puisse vraiment l'ébrécher, pour qu'il puisse frapper mortellement sa cible, qui l'ignorait mais rayonnait toujours plus sombrement...

C'était un grand espadon que l'ennemi tenait. Une arme d'allure sinistre, comme dévorée par la rouille. Et l'espadon se veina d'une respiration sanglante, tandis que s'illuminait le regard de la créature ; la glace à ses pieds ne semblait pas le déranger outre mesure. Il allongea un premier coup vers le Makuta avec la rapidité des plus grands guerriers. Mais alors, il se servit de sa garde comme d'un levier, et allongea un second coup. Il fit tournoyer sa lame, frappant alors une troisième fois. Assurément, c'était quelque chose d'anormal. La créature avait une force surnaturelle, et sa lame avait gagné comme un nouveau tranchant, une assurance sordide et de mauvaise augure.

Il souleva son épée, et allongea un coup d'estoc, un coup final, après une série qui surpassait déjà ce qu'un guerrier normal aurait pu faire. Sa lame luisait d'une lueur terrible, comme si d'elle même elle tirait le sang, qui reluisait et attirait son tribut macabre.


La seconde horreur n'était pas non plus resté inactive ; elle s'était approché de Solok, silencieuse comme une tombe, cruelle comme la mort ; et sa lame avait fauché le Toa, quoi que plus modérément que son confrère Makuta, dans un sifflement d'acier et de métal.


Ce qui partait pour un combat aisé devenait une tâche bien moins facile que prévu...

Citation :
Ravageur 1
ATK: 4000 + 50 x 10 = 4500
DEF: 3500 - (1475/2) = 2762 puis 2762 - (3400 - 2762)/2 = 2393
RAP:
PV: 400 - (340/2) - 70/2 = 185
Energie: 500/500
PA:  1 (Colonnes de Glace) + 3x2 (voir plus bas Manipulation Sordide) = 7/8
Points Chaotiques: 25 - 10 - 3 = 12
Techniques utilisées
Spoiler:
 
Techniques disponibles
Spoiler:
 


Citation :
Ravageur 2
ATK: 4000
DEF: 3500
RAP:
PV: 400
Energie: 500/500
Points Chaotiques: 25
Techniques utilisées
Spoiler:
 

Techniques disponibles
Spoiler:
 


Bilan:
Le Ravageur 1 utilise 10 points Chaotiques pour augmenter son ATK de 500 (10 x 50) de façon permanente. Il en utilise ensuite 3 supplémentaires, possédant 6 PA disponibles, afin de porter un total de quatre (une plus trois supplémentaires) attaques normales sur Nui.

---> Quatre attaques normales sur Nui de la part du Ravageur 1 pour un total de (4100 - (4500 - 4100) = 3700) puis (3700-(4500-3700)=2900) puis (2900 -(4500-2900) = 1300) puis (1300 - (4500 - 1300) = -1900) ...Soit 6000 DEF perdue

---> Une attaque normale sur Solok de la part du Ravageur 2 pour un total de 1500 DEF perdue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nui
Chevalier Noir
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
430/500  (430/500)
Jauge de Vie:
700/1000  (700/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 4975 | DEF : 4600

MessageSujet: Re: [Vallée du Labyrinthe] Infiltration dans la Forteresse   Dim 17 Aoû - 9:05

Quelque chose n'allait pas, Nui le voyait, ses attaques détérioraient le Ravageur, mais en même temps le rendaient plus fort.
Un pas après l'autre l'être d'ébène s'avançait vers le Makuta, son armure puis son épée irradiant d'une puissance indicible; Solok tenta bien une attaque pour le ralentir mais cela n'eut pas le moindre effet.

Le Gardien du Seide s'élança, la glace qui s' accumulait à ses pieds vola alors en éclat, le tranchant de sa lame semblait même repousser l'air sur son chemin. Nui le savait, cette attaque il ne pourrait pas simplement la parer, alors il activa son Crast une fois de plus, mais cela n'eut pas l'effet escompté, le Ravageur se figea dans son mouvement, son arme à seulement quelques centibio du Guerrier de la Confrérie, l'atmosphère entre eux deux parut imploser et ce fut finalement ce dernier qui fut repoussé.
Sous la force de l'impact Apocrypha, sa lame, lui fut arrachée des mains et vola à l'autre bout de la salle, alors que ses pieds crissaient sur le sol, libérant des gerbes d'étincelles, et qu'il luttait pour ne pas tomber, deux choses occupaient son esprit.
La première était le Ravageur qui fonçait vers lui, prêt à délivrer sa seconde attaque toujours avec ce mélange absurde d'incroyable vitesse et d'insoutenable lenteur, la seconde qu'il était désarmé et qu'une parade à mains nues était à exclure.
Heureusement il avait plus d'un tour dans son sac, ou plutôt dans son réservoir dorsal pour ce cas précis, une arme qu'il gardait en réserve et qu'il n'avait jamais vraiment eu l'occasion d'utiliser, une lance.
Une simple lance qu'il avait acheté il y a bien une éternité, elle n'avait pas de pouvoir particulier, elle n'était pas forgée dans un métal particulièrement rare ou résistant, ce n'était rien qu'une petite lance que n'importe qui pouvait acheter aisément.
Dans un combat cependant une bonne arme ne faisait que la moitié du travail, le reste reposait sur les compétences de son manieur, c'était là l'occasion rêvée de vérifier cette affirmation.

Aussi vite qu'il put il sortit l'arme de son logement et la déploya face à son ennemi, le coup du Ravageur était trop puissant pour être simplement bloqué, son arme n'y aurait pas résisté, cependant il pouvait être dévié.
Appliquant la pointe de sa lance sur le plat de l'épée du Guerrier du Protectorat il réussit à détourner cette dernière de sa cible, lui, la lame frôla de peu la tête du Makuta, lui donnant un bref aperçu du pouvoir qui coulait en elle, derrière lui les ombres furent soufflées, comme la glace et l'air avant elles.
Profitant de l'ouverture ainsi créée Nui enfonça la hampe de son arme dans la cuirasse du Ravageur, ce dernier ne broncha même pas et tourna sur lui-même, brisant net le bout de la lance dans son mouvement, pour assener son troisième coup.
Celui-ci le Makuta ne pouvait le parer d'aucune façon possible, il se contenta de lever instinctivement les bras devant lui, la lame traça son chemin sur ceux-ci ainsi que son torse, une longue entaille parfaitement horizontale.
La force du choc le repoussa en arrière avec autant de violence que si on avait utilisé le Crast contre lui, il vola au travers de la salle et finit sa course contre la paroi de celle-ci qu'il heurta à une vitesse peu recommandée, depuis les bords de la blessure des fissures commencèrent à se répandre à la surface de son armure, sans lui laisser le temps de retomber sur le sol le Gardien du Seide plaça sa quatrième et dernière attaque, une estocade, qui l'empala sur le mur.

Plusieurs morceaux des couches supérieures de son armure s'étaient détachés lors de l'impact, la lame avait pénétré profondément mais pas assez pour quelle ressorte de l'autre coté, il était donc perforé et non transpercé.
Le Ravageur était immobile à présent, figé dans son mouvement comme une statue, dévisageant Nui de ses yeux éteints comme pour le mettre au défi de bouger à nouveau.

Au début la situation avait été à son avantage, puis les choses s'étaient dégradées, le Guerrier à l'armure d'ébène devenu soudainement beaucoup plus fort, qui plus est il ne semblait montrer aucune réaction quand aux dégâts qu'il recevait, était-il comme Krévo ? Ses blessures le renforçaient-elles au lieu de l'affaiblir ? Les mots de Shrecki lui revinrent à l'esprit.

* Partout où il y a de la lumière, il doit y avoir de l'ombre. Mais le Protectorat n'est pas cette ombre; il est le vide qui s'étend et rampe aux confins du monde, prêt à nous engloutir, éclat, noirceur, et tout ce qui existe.*
- Est-ce donc cela...le pouvoir du Protectorat ? Lâcha t-il sans attendre la moindre réponse de quiconque.

Quelle ne fut pas alors sa surprise quand on lui répondit.

* La vois-tu à présent ?*

Nui se raidit instantanément, cette voix il ne la connaissait que trop bien, mais ça ne pouvait pas être lui, il ne pouvait pas pas être ici.
La similitude de sa situation faisait simplement dériver sont esprit parmi ses souvenirs, rien de plus.

* La Main invisible qui broie ce monde ?*

Alors pourquoi la salle était-elle emplie d'une lueur émeraude ? Pourquoi voyait-il cette peau gélatineuse tendue sur ce visage cadavérique juste en face de lui ? Pourquoi n'était-ce plus le Ravageur mais le Sans-Nom qui le clouait sur le mur ?
* Et maintenant, que ressens-tu ? *

Non, c'était une hallucination, il divaguait, il devait se reprendre, si il se concentrait suffisamment sa vision se brouillerait et l'image du Seigneur de l'Oubli s’estomperait pour faire place à celle de la créature du Protectorat.
* De la Peur ? *

Le combat, les Ravageurs, le Seide, les Puissants, le Protectorat, Gagner, la Paix, les Attaques, la clé était les attaques, quatre attaques, il avait lancé quatre attaque, puis plus rien, pourquoi ne bougeait-il plus ? Pourquoi n'achevait-il pas sa besogne ?
* Du désespoir ?*

L'image du Sans-Nom lui apparaissait par intermittence, l'encourageant à réfléchir plus vite encore, quatre attaques, le Crast, un coup d'épée, les ombres, lui aussi à placé quatre attaques, quatre données, quatre reçues, comme un miroir.
Une ultime détail capta son attention, l'extrémité d'une fissure dépassant de la nuque de l'être d'ébène.

* ...de la souffrance ? *

Soudainement le Ravageur retira sa lame de l'armure de Nui, libéré de son entrave le Makuta chuta lourdement face contre terre, c'est lorsqu'il essaya de se relever qu'il pris conscience du niveau dangereusement bas de ses forces.
Apocrypha, sa lame, ne lui permettait pas que de canaliser son pouvoir, elle l'amplifiait aussi, quand il la perdit ce fut son contrôle sur les énergies qu'il perdit dans le même temps, ses réserves s'en retrouvant alors amoindries.
Le Servant d'Étreinte persista dans son stoïcisme, tout au plus fit-il quelques pas en arrière pour conserver son allonge, au cas où il prendrait à Nui l'envie de l'attaquer à nouveau.
Toujours à quatre pattes le Makuta regarda autour de lui pour voir comment s'en sortait Solok, le second Ravageur s'était lentement
approché du Toa et, presque négligemment, lui avait porté un seul et unique coup d'épée avant de se figer à nouveau.
Une seule attaque car le Guerrier de Glace ne lui en avait porte qu'une lui aussi, avec son Crast.

* Un insecte plus un autre insecte, cela ne fera jamais plus que deux petits insectes.*
- Solok ! Ne ripostez pas ! Ce coup vous blessera, il vous fera mal, mais il ne vous tuera pas, alors ne ripostez pas ! Hurla Nui au Toa avant que ce derniers ne fasse quelque chose que tous deux regretteraient. Je sais comment ces êtres fonctionnent ! Ce sont des Gardiens ! Des Miroirs ! Plus fort nous les attaquerons, plus forte sera leur riposte ! Mais si nous ne faisons rien, alors eux non plus ne feront rien !
Vous n'avez attaqué ce ravageur qu'une seule fois, ce qui signifie que ce coup est le seul qu'il peut donner, alors ne ripostez pas et aucun autre ne suivra ! Cette blessure, cette souffrance, considérez là comme un sacrifice nécessaire, pour que nous puissions gagner !

* Les Insectes n'existent que pour être écrasés.*

Nui serra son poing gauche avant de l'abattre sur le sol, l'ombre remonta alors le long de son bras pour former une colonne qui vint s'unir aux ténèbres qui subsistaient encore dans la salle. Porté par la noirceur le Makuta se redressa pour faire à son adversaire, le Ravageur sur lequel se superposait l'image, transparente, du Sans-Nom.
- Je ne suis pas stupide au point de croire que l'on peut gagner une guerre sans faire quelques sacrifices, mais qu'est ce que quelques morceaux d'armures et un peu d'énergie élémentaire contre un monde sans vous !

Nui tendit alors le bras vers la créature du Protectorat, les ombres qui en jaillirent prirent la forme d'une main aussi large que son manieur qui se referma sur l'ennemi de ce dernier, et commença à serrer.
Une fois le Ravageur pris dans son étau le Makuta s'adressa une fois de plus à Solok.

- Ils ne sont pas aussi invulnérables qu'ils veulent bien nous le faire croire, nos attaques leur infligent des dommages même si ils ne le montrent pas, et celui-ci est proche de son point de rupture.
Alors gelez-le ! Faites tomber la température plus bas que vous ne l'avez jamais fait auparavant. C'est le feu de l'enfer qui brûle en eux, et vous, vous allez faire geler l'enfer !

Citation :

Nui
Attaque:4975
Défense:4100 - (4500 - 4100) = 3700 puis 3700-(4500-3700)=2900
Rap:55
PV:1000/1000
Énergie: 167/300 (Épée du Labyrinthe déséquipée.)
PA utilisée: 6/8
Techniques utilisées:
Spoiler:
 

Actions Effectuer: Utilisation du Crast pour annuler la première attaque du ravageur->Équipement de la Lance et utilisation de son effet d'arme perçante pour contrer la seconde attaque du Ravageur-> Les Deux dernières attaques du Ravageur sont encaissées normalement->Utilisation du premier affect d'Obscurité crépusculaire->Utilisation du second effet de Faible Main d'Ombre.
Tout cela sur le Ravageur 1

Récapitulatif:
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solok
Toa Useless
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
400/400  (400/400)
Jauge de Vie:
980/1000  (980/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 3400/3400 | DEF : 1535/2500

MessageSujet: Re: [Vallée du Labyrinthe] Infiltration dans la Forteresse   Lun 18 Aoû - 0:26

La Colonne de Glace n'avait pas vraiment été utile a elle seule. Mais ce premier assaut du Toa n'avait servi qu'a mieux préparé le second. Il avait déjà quelques idées. Mais sa réflexion fut interrompu par un coup du second Ravageur, celui qu'il avait repoussé, lui asséna un puissant coup dans le dos, faisant s'écrouler une grosse partie de son armure. Il passerait encore chez les fainéante de Ga-Metru pour la faire réparé son armure, et déjà a cette idée, il avait envie de faire souffrir ces Ravageurs. Simplement a cette idée, et plusieurs autres. Après avoir observé cela, Nui expliqua a Solok la façon dont fonctionnait les Ravageurs selon ses observations. Il ne fallait pas riposter, bien, il ne riposterait pas. Mais l'envie de lui manquait pas d'envoyer, celui qui venait de l'attaqué, en Enfer. Ces combattants du Protectorat fonctionneraient comme des miroirs. Ils renverraient les attaques de leurs opposants. Ce n'était certainement pas faux, le Ravageur que les agents de la Confrérie avait déjà affaibli avait attaqué le Makuta autant de fois qu'il avait été attaqué par ce dernier. Solok avait utilisé son Crast contre le Ravageur, et ce dernier le lui a rendu. Nui avait raison. Il avait raison sur ses mots suivants aussi. L'armure et l'énergie n'était rien de perdue pour éliminez le Protectorat. Ce n'était même pas de vrai sacrifice de toute façon. Tout cela pouvait se récupéré, pas comme les vies qui seraient perdues. Ses derniers mots furent a propos de "geler l'Enfer".

-"Faire geler l'Enfer? J'aime beaucoup l'idée... Ouais... Cela sera une chose impossible que j'aurais réalisé..."

Le Toa de Glace pointa son épée, qui s'électrifiait sous la pression exercée par son porteur, déterminé a finir cette ennemi, a le gelé jusqu'à ce qu'il ne devienne plus rien. La glace s'accumula rapidement sur son opposant. Elle frappa quatre fois, et sans prendre le temps d'observer son adversaire, Solok disparu. Et réapparut en portant un coup d'épée sur le Ravageur. Le Toa espérait que cela suffirait a terminer se premier ennemi, mais le second attendait... Il attendait son heure. C'était la seuls chose qui lui manquait et la seule chose qu'il méritait, mourir. Il lui faudrait rejoindre son semblable qui s'y dirigeait de plus en plus vite. Mais le Toa savait que les deux êtres noirs avaient certainement certains tours a sortir qui rallongerait le combat...

Citation :
Nom : Toa Solok
Élément : Glace
ATK : 3400
DEF : 1000
RAP : 60
PV : 1000/1000
Energie : 456/600 (Épée du Labyrinthe)
PA Utilisés : 8/8
Techniques utilisés :
Spoiler:
 

Actions Effectués : Utilisation de Colonne de Glace Niveau 1 sur le Ravageur A quatre fois pour 0 énergie (réduction des Givres utilisés au Tour 1) ainsi qu'une attaque normale sur le même Ravageur. Le tout après Nui.

Récapitulatif : Le Ravageur A, s'il n'annule pas mon offensive, perd 210PV (bonus inclus) et 8PA pour le prochain tour s'il arrive a survivre. Le Ravageur A perd ensuite 709DEF. Si le Ravageur A ne contre pas, il est détruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bionifigs.com/u1023
Etreinte

avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
800/1000  (800/1000)
Jauge de Vie:
1000/1000  (1000/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 10000 | DEF : 8000

MessageSujet: Re: [Vallée du Labyrinthe] Infiltration dans la Forteresse   Lun 18 Aoû - 1:25

Le Ravageur était sur le point d'encaisser une vague d'assauts terribles. Ténèbres et glace fondirent sur lui comme un mur d'insoutenable énergie, qui éclata dans un flash aveuglant. Lorsque la lumière revint à son terne éclat habituel, la Sinistre Chose n'était plus. C'était une armure toujours, mais qui avait perdu son éclat ; couverte de givre où s'éternisait une brume sombre.

Et au centre du torse de cette dernière, une grande lance noire était plantée.

Celle de l'autre Ravageur.

Elle respirait de cette même teinte sanguine qui avait animé l'armure à présent sans vie – pour peu que l'on ait pu considérer ce simulacre d'existence comme une vie. Sans une once d'hésitation, l'autre ôta son arme du torse de son semblable, qui éclata en de multiples fragments glacés qui allèrent s'éparpiller dans la pièce.

Avec un mouvement trop expert pour que cela soit rassurant, il fit tourner sa lance ; elle s'embrasa alors d'une braise maudite. La lueur qui brillait dans les yeux de l'être était sans équivoque : la même agressivité latente que son pair tombé. Alors, avec tout autant de sauvagerie, il se jeta sur Solok, portant un premier coup. Et la flamme éclata en une vague rougeoyante au contact du Toa ; puis un second coup de taille, pour faucher les jambes de l'autre. Les trois autres attaques furent portées sur Nui ; sans attendre de riposte, il était sur le Makuta, et enchaîna un premier coup d'estoc, et finit par user de son allonge insolente pour un dernier coup, au niveau du torse déjà abîmé.

Chaque coup était une vague brûlante, de haine et de corruption.

Nui aurait pu – dû remarquer plus tôt. Les coups qu'il avait subi du premier Ravageur, une sorte de présence s'était établie sur son esprit. Une familière identité...

Étreinte. Et alors que le second Séide se remettait dans une posture neutre, la Présence se fit soudain un écrasement psychique remarquable par sa force. Le pouvoir du Séide semblait s'étendre jusque ici.

Citation :
Ravageur 1 [MORT]
ATK: 4500
DEF: 3500 - (1475/2) = 2762 puis 2762 - (3400 - 2762)/2 = 2393
RAP:
PV: 0
Energie: 500/500
PA:  0
Points Chaotiques: 0
Techniques utilisées
Spoiler:
 
Techniques disponibles
Spoiler:
 


Citation :
Ravageur 2
ATK: 4000
DEF: 3500
RAP:
PV: 400
Energie: 500/500
Points Chaotiques: 25 + 12 - 12 = 25
Techniques utilisées
Spoiler:
 

Techniques disponibles
Spoiler:
 


Bilan:
Le Ravageur 1 est éliminé.
Le Ravageur 2 achève le Ravageur 1 par une attaque normale. Il active donc Lien Sombre, récupérant les points Chaotiques du premier Ravageur (soit 12). Ce dernier ayant été la cible de 412 dommages, équivalent de 6 x 60, il peut porter le maximum d'attaques normales qu'il lui est permit (quatre plus une). Une utilisée pour achever son confrère, quatre autres ensuite sur Nui et Solok, à raison de deux attaques sur chacun.
Chacune des attaques est augmentée de deux points de chaos, pour 100 dommages supplémentaires (au prix de 8 points de chaos).
--> 4 + 8 = 12 points de Chaos consommés
--> Par le passif "Arme viciée", Nui et Solok subissent les effets passifs qu’Etreinte inflige (s'il en inflige)

--> Total de 200 dommages sur Nui et perte de toute sa défense si attaques encaissées
--> Total de 200 dommages sur Solok et perte de toute sa défense si attaques encaissées

--> Étreinte pose pour chaque attaque/technique qu'il utilise un marqueur pression. En activant sa technique Présence (voir topic: http://bionicle-universe.forums-rpg.com/t1490p15-vallee-du-labyrintheevent-bras-de-fer-avec-l-etreinte ), Solok et Nui sont également sujets à l'activation de cette technique (après avoir encaissé/évité les attaques de ce tour en revanche)
De ce fait, Nui possède au moins deux marqueurs sur lui et Solok au moins un (sans considérer ce tour).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nui
Chevalier Noir
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
430/500  (430/500)
Jauge de Vie:
700/1000  (700/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 4975 | DEF : 4600

MessageSujet: Re: [Vallée du Labyrinthe] Infiltration dans la Forteresse   Mer 20 Aoû - 23:38

Lentement la glace créée par Solok remontait le long du corps du Ravageur, le froid intense s'infiltrait à l’intérieur par les multiples fissures que l'étreinte de la Main d'Ombre de Nui ouvrait, bientôt le point de rupture serait atteint, la créature du Protectorat gèlerait complétement, à l'extérieur comme à l'intérieur, avant de se fracasser en mille morceaux.
Quand ce moment arriva enfin rien de tout cela ne se produisit, à la place il y eut un flash de lumière aveuglant, quand la luminosité revint à un niveau tolérable la construction de Nui n'était plus, ne restait que l'Armure d'ébène couverte de givre avec deux différences notables.
La première était que ses yeux s'étaient éteints, signe que le feu infernal qui brulait en eux avait finalement pu être surpassé, la seconde était la pointe noire qui sortait de son torse, et qui appartenait à la lance du Deuxième Ravageur.

Quand Nui comprit enfin ce qui venait de se passer il ne restait plus du premier Gardien qu'un peu de poussière givrée sur le sol tandis que le second explosait littéralement de puissance, elle n'était plus seulement palpable, elle était visible à présent, un torrent d'énergie Cramoisie.
D'une manière ou d'une autre, la Créature du protectorat avait réussi à tuer son collègue avant qu'eux-mêmes ne le fassent, ce faisant elle était parvenue à absorber son essence, décuplant ainsi son pouvoir.
Le constat était sans appel, leur manœuvre avait été un échec, au lieu de voir leur nombre réduit les deux ravageurs ne faisait plus qu'un désormais et leur puissance avait atteint un nouveau pallier.

Deux coups, il avait suffi de deux coups au Guerrier d'ébène pour mettre le Toa Solok à terre, et quand il se jeta sur le Makuta ce dernier pensa qu'il devait essayer de parer de quelque manières que ce soit, avec sa lance, son épée, son Crast, mais ce fut avant de se rendre compte que ses bras n'existaient plus, pulvérisés simplement pour s'être retrouvés sur la trajectoire de l'épée.
Quand la pointe de la lame toucha son torse abimé ce qu'il restait de son corps fut emporté dans une explosion d'énergie écarlate.


* La Haine, un pouvoir si puissant, ni le temps, ni la Mort ne sont capables de la restreindre.*

Un rire.

* Dis moi petite chose, où est ta Paix à présent ? Pourquoi n'invoquerais-tu donc pas cette charmante épée avec laquelle tu m'as si bien diverti ? Ne serait-ce pas un jeu d'enfant que de se débarrasser de ces patins avec ? L'aurais-tu...Oubliée ?*

Il y avait un rire, son rire.

* Que disais-tu déjà ? Que la Paix était un feu ? A peine allumé et déjà éteint, un feu bien médiocre ne penses tu pas ?

Il était là, dans sa tête.

* Sais-tu contre quoi tu te dresses ? Le Destin. C'est douloureux n'est-ce pas ? C'est normal, c'est une partie du processus, c'est...naturel, nécessaire pour que tu comprennes, tes petits "amis" là-dehors, eux aussi sont en train de comprendre.
Mais comprendre quoi ? Me diras-tu, la mort de chaque chose est programmée et ce monde ne fait pas exception, sa fin approche, ce que vous appelez le Protectorat n'est rien d'autre que le visage que l'Entropie à choisi pour celui-ci.*

Nui flottait, littéralement, car ce qu'il appelait autrefois son armure n'était plus qu'un tas de morceaux de métal éparpillés au travers de la salle, de ce fait son essence, partiellement entamée par le décharge d'énergie du Ravageur, dérivait au sein de cet espace.

Il y avait un problème, quelque chose n'allait pas avec son esprit, ce n'était pas la première fois qu'un terrible combat le mettait dans un état critique, mais jamais cela ne s'était accompagné d'hallucinations jusqu'à maintenant, pas depuis...Lui.
Sans qu'il ne s'en rende compte une force insidieuse s'était infiltrée dans sa psyché, si il n'en trouvait pas la source rapidement et ne la jugulait pas c'est sa raison toute entière qui pourrait, à terme, s’effondrer.

Au lieu de se concentrer sur le réel, comme il le faisait jusqu'à présent, il commença à se focaliser sur les visions, les laissant emplir l'espace de ses sens jusqu'à ce qu'il ne reste plus qu'elles, lentement sa conscience s'enfonça dans les profondeurs de son monde mental.[/i]

*****

Le sol sur lequel il se tenait était une mer de sable liquide, de sable noir, la terre, le ciel, tout ce qui se trouvait entre les deux, tout étaient noir, non pas tout, il y a quelque chose là-haut, à la fois si proche et si loin, une boule de feu argentée dont la lumière peinait à briller parmi toute cette noirceur.

La terre sur laquelle il se tient est une mer de cendre liquide, un vent qui n'en est pas un souffle dans son dos, soulevant des vagues-tempêtes aussi loin que porte le regard qui ne voit pas sur un horizon absent. Il y a une voix maintenant.


*R̢et̀o̶̢u͠r͘n͢͡e̡ ̧̕t̴̢ǫ̕i̶.̡̢.̛͝.̛͘Ręto͜͢ur͠ne͟҉̡ T̨͝oi̴̧.̷͟.̴̶.R̵͟ę͢͡t̢͜͠óu͟͝r̢͘ne ̀͘T̵͢oi͏ *

Il ne veut pas se retourner, il sait ce qu'il y a derrière lui et il ne veut pas y faire face.

*L̶ầ̴͞c҉̸ḩ͞͝e͢ ͢!̨ ̛͢F͡a͏it҉ ͏mó̧͟ì͠ ̨͘f̀ace͢ ̴̷!̶̴̡ *

Il ne peut pas bouger, mais il ne peut pas se retourner non plus, alors ça lui convient.

* J̸e̵ s̵u͡i̴̛͢s͞ d͞ȩ͘r̸r̶i̵̡è̸͞re̶ ̛t̷͘̕o͝͝i,̴̵̡ ҉j͏e҉ ̡͘͜s҉èra̡͘i̶͢t̵̡͟ ̕d͟é͡v̵a̕n̕t ͏̛t̴ơì͟,͘҉ ̕ą̧̀ ́t͏̛è̕͟s̨ c̷̵ò̕t̢̀é͜s̢͢,҉͢ ̶fais͝a̷͡ņ͞͏t̶̛͡ ̸̀͝par͠t̨̀i̷ȩ̶ ͏i̡nt̕ég̛r̕a̴n͘͘t́͢e ̵d͏e͞ ̶t̕o͠ǹ̕ ̸̷́m̸̢̀ơ̧͏nde͘͝.̷.̴͞.̢̢J̷͟è͜ ҉̷̢s̨͏eŗ̵a͠i̡͞t͟ ̛̀͘To͘҉į̸.*

Le Rire était revenu, de l'océan de poussière une forme sombre émergea, la forme du Sans-Nom, sombre il ne le resta pas longtemps, s'illuminant de sa lueur verdâtre habituelle, sa voix plus intense qu'à l'accoutumée.
* Ou est ton cher ami à présent ? Pourquoi ne vient-il pas te sauver comme il l'a fait la dernière fois ? Comme toutes les autres fois ?
Je vais te dire un secret, cette homme, ne peut interférer avec le pur et absolu Destin.
Le Protectorat vois-tu, fait partie de l'histoire, du Destin, si ta destinée est réellement de mourir de leur main, alors il n'interviendra pas.
*

Il y avait une seconde forme à présent, ailée et opposée symétriquement au Sans-Nom, elle se détachait du ciel et de sa noirceur elle commença à envelopper l'astre d'argent, à l'éclipser.

* Sais-tu pourquoi le Protectorat va vraiment gagner ? C'est amusant, car cela n'a rien avoir avec le Destin ou une quelconque grande horlogerie cosmique, non, c'est simplement parce qu'ils sont beaucoup plus forts que vous.
La Nature et ses lois sont si bien faites, ne trouve tu pas ?
*

Écho renversé à la chute de la seconde forme, le sans-nom commença son ascension vers le Soleil déjà à moitié dévoré.

- Vous n'êtes pas le Sans-Nom, ni...le Guetteur, alors qu'est ce que vous êtes ? Furent les premiers mots que Nui réussit à prononcer.

* Qu'en savons nous, c'est ton esprit après tout, ce sont les masques que tu as choisi de nous faire revêtir.*

Les deux formes se rejoignirent, par leur présence réunie la flamme avait désormais l'apparence d'un œil gigantesque à la pupille d'argent qui lentement se refermait, avec toute l'énergie du désespoir il réussit à lever le bras gauche vers le ciel, comme pour saisir l'ultime éclat de lumière avec que celui ne disparaisse, en vain, peut-être le Sans-Nom avait raison, peut-être avait-il oublier la chaleur.
L'éclipse, l'obscurité parfaite et totale, les images du Sans-Nom, du Guetteur, du Ravageur et du Seide apparurent successivement avant de se superposées en une seul et unique forme grotesque qui trônait dans ce ciel sans astres.


- Vous êtes...le Protectorat.

* Il n'y a personne ici à part toi, i̡͠l̶̛ ҉͢ǹ̢͜'̶̛͜ỳ̵̧ ̵a̛ ̧ŕi͞en̸ ̶i͏̡͟c̢̕͡i̛̛͝ ́͝q̡̧u̵̵͝e ̸̶c͡e͡ ̛͝q̶͢͜ue̢ t͟ừ͜ y̢ ͟a̷̛͜ ͏̶a̸p͝p͢͝or̶t͘er͞ , nou̸s̨ s̀ơm̴m̛es͟ ̷l͢'éc̕li͏pse d͡e͠ to̕n â͢m͡è*

La Voix de la forme était un patchwork de celles de ses composants, s'exprimant parfois simultanément parfois l'une après l'autre, bien qu'il ne respirait pas le Makuta se mit à suffoquer, une pression insoutenable comprimait son esprit.
Cette présence qui l'envahissait ne lui était pas tout à fait étrangère, il avait appris à la connaitre et à la redouter, c'était celle du Seide, c'est alors qu'il comprit, le ravageur, n'était pas seulement un gardien, mais aussi un canal au travers duquel le pouvoir de son Maitre pouvait se déverser, comme c'était le cas à présent.


* F͞ąibl̨e, s̀i fai̛bl̛e͜,͢ ̴l̕'̨es̷prit ̕eḿpl͠i̛t de͞ q̀u̕e͘s͟tións͡ ̶s̢an͢s r̵é̡p̨o̡n̡s͢e̡s̢,͘ d̵e fa̡nţôme͘s҉ d̛e̡ se̷s ͟p̧ȩu̕rs̴..҉.͘d̨e͝ chaines.*

L'éclipse parut exploser, des dizaines de chaines jaillirent d'elle, leurs maillons étaient un prolongement de la noirceur omniprésente et leurs pointes chauffées à blanc avaient la couleur du cuivre, l'une après l'autre elles plongèrent dans cette mer de cendre, arrachant à chaque fois un cri de douleur au Makuta, ces choses perforaient littéralement sa psyché.

* Tu es parfaitement inepte, quand il s'agit prononcer de belles phrases sur la Volonté, la force intérieure et la Paix, ou bien de terrasser quelques gros monstres tu es plutôt bon, mais quand il s'agit de combattre le "Mal" à sa source, là, tu t’écroules, pourquoi ? *

Une nouvelle salve jaillit des ténèbres, il y en avait quatre, spécifiquement destinées à Nui, à mi-chemin leur forme s'altéra, dans une infernale rotation les maillions s'unirent à eux-mêmes et se fondirent dans la pointe pour donner naissance à une structure torsadée.
Chaines elles étaient, lances elles devinrent pour finalement transpercer le Makuta, jamais douleur plus cuisante ne lui avait été infligée, d'aucuns seraient tombés dans l'inconscience pour moitié seulement de cela, mais l'état plus qu'atypique du repli sur soi-même de sa psyché ne lui permettait pas un tel luxe, le condamnant à sentir sa force vitale lentement se consumer.

La Voix du Sans-Nom lui parut alors, seule, plus claire et plus basse que jamais auparavant.


* Parce que tu n'es Rien ! Un petit héros ordinaire qui se prend pour le sauveur du monde, mais tu n'es pas un sauveur, tu n'es pas l'Élu béni par le Destin qui terrassera à lui tout seul le Protectorat et apportera la paix éternelle sur le monde.
Tu n'es qu'une petite vie insignifiante parmi tant d'autres, vivotant sur un petit caillou lancé à 30 kio par seconde autour d'une petite boule de gaz en fusion parmi les centaines de milliards qui composent une galaxie sur la myriade que contient cet Univers qui lui-même n'est qu'un parmi un océan de possibles, à l'échelle du Tout tu es moins qu'un atome, alors que moi...tu n'as pas l'embryon d'une idée du niveau de destruction auquel j'ai assisté, auquel j'ai participé et encore moins de l'échelle de causalité à laquelle j’appartiens.*

Les lances entrèrent en rotation, s'enfonçant encore un peu plus en Nui, décuplant une douleur déjà au-delà de l'insoutenable.

* Tu souffriras, tu imploreras et finalement, tu mourras, comme tout un chacun.*

* J̢e̢ te pl̛ai͘n̛s ̷s͘in҉cè͢r͢eme͢nt,̴ ́t͏on ҉b̸u̶t e͢s͏t d̸ès̕ pl͠us͜ no̸bl͞e̡,̧ mai̵s̸ ͝il̀ ҉tę ҉m͟a̛n̸q́u͝e͟ ļe p͏ou̵vo̧i̴r̢ ̵nę́cess҉aire p̢o͘ur̕ ͢dé͟tru̡íŕe ce̕ux qu͏i ͟t̴e͢ f̴ont ͟o̕b̷s͘t̡acles.͘ *

* Cependant, tu n'es pas au-delà de toute rédemption, il te reste une toute dernière chance d'obtenir un vrai pouvoir, te permettant ainsi d'élever le combat à un tout autre niveau. Tout ce que tu as à faire c'est de renoncer à ta vie.*

- Q...quoi ? Réussit-il à lâcher au milieu de son tourment.

* C'est pourtant si simple, tu es limité par ton statut de vivant, toute cette peur, toute cette douleur, toute cette...faiblesse, voilà pourquoi tu es en train de perdre, parce que tu es en vie.
Mais une fois que tu seras de l'autre coté, c'est un tout autre royaume qui t'ouvrira ses portes, un nouvel horizon de possibilités, de nouvelles perspectives, plus rien ne pourra plus te stopper, après tout, comment pourrait-on tuer ce qui est déjà mort ?
A vrai dire, tu n'a pas besoin de faire quoi que ce soit, laisse juste ces lances faire leur travail et tout sera très vite fini.


Il devait se rendre à l'évidence, c'était peine perdue, l'Étreinte était trop puissante pour être combattue de cette façon, la seule chance qu'il avait de s'en sortir était de détruire le Ravageur, de couper la connexion entre le Seide et lui.
Pour cela tout ce dont il avait besoin c'était...d'une étincelle.


- J..ja...Jamais ! Ce qui avait commencé comme un cri de douleur s'était changé en un hurlement de rage. Mon dernier souffle de vie, la moindre particule d'énergie qu'il me reste, je l’utiliserais pour vous combattre !
Si ce jour est vraiment celui de ma mort, alors je vous emporterais avec moi !

Avec ces dernières forces il parvint à faire bouger ses doigts, à les amener dans une position bien particulière.
Les mots de l'Homme en Noir lui revinrent à l'esprit:

* Au commencement était le vide, puis vint une étincelle, une minuscule étincelle qui vint tout embraser, c'est ainsi que le Monde est né.*

Il claqua des doigts, une minuscule étincelle argentée jaillit alors et fonça droit vers l'éclipse.

*****

Des profondeurs de l'Antidermis de Nui un étincelle crépita, de tout ce vert et ce noir une raie de lumière argenté s'échappa, fugitive et éphémère elle chemina jusqu'à Apocrypha qui reposait sur le sol non loin de l'essence de son maitre, elle ne la baigna qu'un instant avant de s'éteindre, mais ce fut suffisant.

La lame vibra avant de libérer un véritable torrent d'ombre, toute l'énergie obscure qu'elle avait accumulé au cours du combat s'en échappait à présent pour se mélanger aux ténèbres environnantes, portée par la noirceur qu'elle exsudait Apocrypha s’éleva dans les airs devenant le point focal d'un véritable maelstrom d'obscurité.

Quelque chose que tous avaient oublié fit son retour dans la salle, la lumière, peu à peu toutes les ombres se faisaient drainer au centre de la pièce, permettant aux pierres de Lumières de donner le meilleur d'elles-mêmes.
Par un effet de contraste saisissant l'endroit était à présent noyé d'une clarté éblouissante qui révélait avec précision tout ce qui se trouvait à l’intérieur, le Ravageur, le Toa Solok toujours à terre, la masse d'énergie verte et noire qu'était l'Antidermis de Nui et la boule de ténèbres compacte, aussi grande que la créature du protectorat, qui flottait juste devant lui.

La sphère de ténèbres ne resta pas immobile bien longtemps, avec une célérité effrayante sa forme changea, s'étirant démesurément tout en perdant son volume, l'une de ses extrémité dont la largueur et la finesse égalait celle des meilleures lames, passa au travers du Ravageur et finit sa course dans le mur derrière lui, l'extrémité opposée fit de même, mais sans traverser personne.

Ce qui était qu'un globe d'obscurité il y a seulement quelques secondes s'était métamorphosé en une lame à la longueur démente qui tenait, suspendue d'un bout à l'autre de la salle, mais ce n'était pas encore fini.
La lame commença à se rétracter, non pas vers son point d'origine cependant, mais à l'intérieur même du Ravageur, quand toutes les ombres eurent disparues ne restait qu'Apocrypha planté dans le torse de l'être à l'armure d'ébène.
C'est alors qu'un étrange phénomène se produisit, le Gardien du Seide vibrait, pulsait plutôt, la créature du Protectorat était prise dans un terrible paradoxe où le pouvoir chaotique qui l'animait était à la fois renforcé et détérioré par l'agression qu'il subissait.

L'issue de ce duel demeurait incertaine cependant, mais Nui savait comment la faire pencher en leur faveur, aussi contacta t-il télépathiquement le Toa de la Glace toujours à terre.

* Solok, relevez vous, ce n'est pas encore fini, nous pouvons en finir, il y a une brèche dans le dos du seide, enfoncez votre lame dedans, et libérez tout ce que vous avez. *

Citation :

Nui
Attaque:4975
Défense:2900 -(4000-2900)=1800-(4000-1800)=0
Rap:55
PV:1000-200(Attaque normales du Ravageur)=800-200(Effet 2 de présence sur les quatre marqueurs de pression.)=600
Énergie: 311/300 (Épée du Labyrinthe équipée.)
PA utilisée: 7/8
Techniques utilisées:
Spoiler:
 

Actions Effectuer:Encaissement des deux attaques normales du Ravageur->Lors de l'activation de Présence choix du second effet, 50 dégâts par tour jusqu'à la fin du combat, pour pour les quatre marqueur pressions->Utilisation de Boule d'Ombre(Trait d'Ombre N2)->Utilisation de deux touches d'Ombre(Trait d'Ombre N1)->Attaque Normal.

Récapitulatif:
Spoiler:
 


Dernière édition par Nui le Jeu 21 Aoû - 23:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Vallée du Labyrinthe] Infiltration dans la Forteresse   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Vallée du Labyrinthe] Infiltration dans la Forteresse
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» infiltration a midi
» Collection oubliée
» [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs
» Jour 2 - Dans la forteresse de glace
» La forteresse du Val sans Retour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Guerres de Spherus :: Mondes débloqués :: Vallée du Labyrinthe :: Forteresse des Grands Êtres-
Sauter vers:  

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit
BIONIFIGS.com | Le Mur de l'Histoire | Espace des Joueurs | Centre de communication | Nuvapedia.com | JDR Hero Factory | Lettre d'infos