Les Guerres de Spherus

Forum RPG gratuit dans l'univers BIONICLE depuis 9 ans maintenant!
 
FAQAccueilPortailMondesMembresGroupesConnexionS'enregistrerRechercher

Partagez | 
 

 [Le-metru] Ruelles basses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: [Le-metru] Ruelles basses   Dim 19 Oct - 1:29

- Pas cette fois, non. Vous échappé à votre fin pendant trop longtemps. Aujourd’hui, cependant, vous faites face à quelque chose que ne pouvez pas fuir.

Les lignes de votre destin convergent.

Gladius ne bougea pas le petit doigt, se contentant de fixer sa proie qui tentait de fuir ; une futile perte de temps et d’énergie. La toa ne pouvait pas le deviner, bien sûr, mais cela ne semblait pas amusant aux yeux du Guerrier. Elle souffrait, mais elle avait été la cause de bien des maux. Il devait en finir, immédiatement – même si cela lui en coûtait.

Il soupira en se retournant, laissant derrière lui une petite traînée de cristal sur le sol. Lorsqu’il disparut sans le moindre bruit, rejoignant un autre point de l’Existence, à la place de la toa se tenait une magnifique statue de cristal étincelant, figée sans aucun espoir de retour. Dans les rues environnantes, vides en cette heure tardive, une voix grave et discrète résonna ensuite pendant plusieurs minutes, avant de se changer en un murmure incompréhensible qui eut bientôt disparu sans que personne ne puisse l’écouter.


*Puissiez-vous reposez en paix, pour l’éternité.*

***

- Put… naise ! Encore un ?

L’officier de sécurité se frotta les tempes, exaspéré ; il s’agissait du quatrième cas en seulement quelques jours.

- Ouais, la statue a cette fois été découverte à Le-metru, dans une petite ruelle. Toujours les mêmes conditions : aucune trace de combat, et la matière brillante résiste à tous nos outils et explosifs. On a même fait venir des rahkshis de désintégration et des porteurs de Jutlin, rien n’y fait ; le cristal semble réellement plus résister à tout ce que nous avons.

- Bien, bien… je vais réunir mon équipe, vous pouvez vous retirer.

Le matoran, grand pour un membre de son espèce, sortit rapidement de la pièce en fermant sans bruit derrière lui. Le glatorian se gratta le côté droit de la tête, avant de sortir un pad holographique au-dessus duquel apparut bientôt une carte simplifiée en trois dimensions de Metru-Nui. Trois points rouges contrastaient avec les lignes blanches épurées qui formaient le dessin lumineux. Deux à Ta-metru, et un autre dans les archives d’Onu-metru.

L’hologramme se mit automatiquement à jour, et un dernier point rubis apparut dans le sud de Le-metru, non loin des quartiers résidentiels, là où on avait trouvé le dernier « cadavre ».


*Bordel… je suis venu ici pour me la couler douce, mais entre les attaques de monstres géants et les détraqués aux pouvoirs surnaturels, je commencerais presque à regretter Vulcanus.*

L’officier, originaire du canyon de fer, n’avait jamais vu quelque chose d’analogue de toute sa longue chienne de vie. Des décapitations, des éviscérations, des démembrements multiples… ouais, il avait déjà été témoin d’événements plutôt horribles – parfois même indécents – mais jamais de transformations de victimes en œuvres d’art indestructibles. Une belle mort, certes, mais qui restait un crime puni par la loi du Grand Esprit.

Lui qui avait eu le talent - et surtout la chance - nécessaires pour parvenir à décrocher ce poste à la sécurité civile de la Cité des Légendes, il se retrouvait désormais à chasser un sorcier aux pouvoirs surnaturels ; cependant, il ne restait jamais la moindre trace du criminel. Ce dernier semblait venir à sa guise dans tout Metru-Nui, tuer sa proie, puis disparaître sans que quiconque ne l’aie aperçu plus d’une fois. Même les masques de psychométrie utilisés sur la statue de cristal ne donnaient rien de plus que les instants qui suivaient apparemment la soudaine apparition de cette dernière  – l’arrivée des premiers témoins, puis des enquêteurs. Mais aucune image qui remontait avant cet instant fatidique ; les éléments tendaient à prouver que le criminel disparaissait corps et âme
avant de commettre le meurtre. Complètement incompréhensible…

Le glatorian soupira, puis rangea le pad holographique juste après avoir envoyé un bref message à ses coéquipiers… la nuit allait être longue.


***

Gladius réapparut sans le moindre bruit ou le plus petit flash de lumière. Il ouvrit les yeux par réflexe, même s’il n’avait aucunement besoin de ces derniers pour voir se qui l’entourait, au-delà même des murs qui cernaient la salle, du sol ou bien du plafond.

Juste devant lui, ses dernières cibles étaient là – trois steltians. Eux également, furent immédiatement submergés par l’aura que dégageait ce qui fut autrefois le Seigneur Fantôme. Le Guerrier avait bien changé, pourtant…

Nulle gemme ne brillait sur son armure totalement noire et matte, nulle lumière ne s’échappait de son corps. Seulement cette terrible impression, à la fois magnifique et terrifiante, qui empêchait la plupart des esprits d’agir de manière logique. Les deux steltians les plus proches furent complètement immobilisés, incapables de faire le moindre geste. Le plus éloigné tenta de prendre ses jambes à son cou, mais n’eut pas le temps de faire plus de quelques pas. Sans même que Gladius n’ai fait le moindre geste, il avait été changé en une statue cristalline, exactement comme ses deux comparses.


*Et voilà, Takurak… lorsque tu en auras le temps, tu ne devrais pas avoir de mal à suivre cette piste.*

Puis le Guerrier disparut, aussi rapidement et discrètement qu’il était apparu…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Le-metru] Ruelles basses   Mar 21 Oct - 16:20

Une fourmilière, une ruche de rouille et de caillasses, parfois embellies par de grandes flèches brillantes et tordues qui s’élevaient vers le ciel. Les bâtiments cherchaient à assurer une certaine fonctionnalité tout en tentant – malheureusement en vain – de présenter un soupçon d’esthétisme dans les courbes et les formes qui les composaient.

Gladius soupira ; un jour, il y avait de cela une éternité, il avait été émerveillé devant un tel spectacle. A un tel point qu’il avait tout fait pour tenter de le reproduire de ses propres mains, en une œuvre qui avait bien rapidement disparu de la main d’un agent du Néant. Un jour si lointain, et si proche à la fois ; car tout autour de lui, la Cité des Légendes présentait toujours certains stigmates de cette bataille qui avait vu la mort de Kharne.

Parfois, le Guerrier se languissait de ne pas avoir pu lui-même supprimer l’entité génocidaire – un honneur qui était revenu à Zéro. Même si le barbare sanguinaire avait épargné Gladius, le faisant rejoindre un autre monde dès sa mainmise effectuée sur le corps du Seigneur Fantôme, ce dernier avait pendant de nombreuses années rêvé de pouvoir être celui qui pourfendrait son violent alter ego.

Cela restait possible, cependant ; il suffirait d’une petite intervention, et il pourrait « sauver » Kharne juste avant de mettre lui-même fin à ses jours. Mais, au final, qu’est-ce que cela changerait ? Rien, rien du tout. Pendant longtemps, Gladius avait cru pouvoir changer l’univers, le diriger depuis les ombres, afin de le mener à la destinée qu’il désirait tant ; cependant, lorsque Takurak lui avait tenu tête… son propre fils, un « simple » rahkshi, qui osait refuser d’obéir à sa toute-puissance ! Le Guerrier avait compris.

Il n’était pas un dieu ; jamais, il n’aurait l’aura divine qu’il recherchait tant, jamais il ne pourrait complètement maîtriser l’avenir qui l’attendait. Il était un Guerrier, qui vivait pour le combat mais qui ne pouvait pas se laisser aller au conflit sans causer de terribles répercussions – à lui-même autant qu’à ses ennemis. Heureusement, il lui restait une dernière tâche à accomplir, et il priait pour qu’on lui laisse le temps dont il avait besoin.

Car déjà, les lignes de son propre destin commençaient à converger vers un point de non-retour. Le futur n’était plus aussi facilement lisible qu’auparavant ; des zones de flou, parfois très importantes, occultaient sa vision de l’avenir ; ce dernier était en train de changer, de manière irréversible. Et cela ne pouvait dire qu’une seule chose : Ils arrivaient, pour lui. Ils l’avaient enfin trouvé, et seraient bientôt là pour tenter de le ramener et de le juger – s’ils ne se contentaient pas de l’exécuter sur place.

Gladius soupira, puis avança d’un pas ; sautant de la haute flèche de métal, haute de plusieurs centaines de mètres, il se retrouva bientôt dans le vide, s’approchant du sol à une vitesse affolante. Arrivé à mi-hauteur cependant, il disparut soudainement, avant de se retrouver dans les archives d’Onu-metru. La pièce dans laquelle il se trouvait était immense : un cylindre de plus de cent mètres de diamètre, pour au moins vint de haut. Gladius se trouvait à l’extrémité sud de la cavité, tandis qu’une ga-matoran se trouvait tout à l’autre bout ; le Guerrier avait immédiatement rétracté sa puissante aura, empêchant la petite créature intelligente de le sentir approcher.

Gladius ne bougea pas, gardant les yeux fermés. Il y eut seulement un petit bruit, comme un crissement métallique, et l’instant d’après une sculpture brillante étincelait dans le noir presque complet de cette section des archives. Cette dernière représentait une petite matoran en pleine réflexion, semblant absorbée par ses pensées, tandis que ses doigts pianotaient à toute vitesse sur un pad holographique.

Ensuite, le Guerrier commença à marcher, préférant se déplacer sur ses propres jambes que de tirer sur les fils du temps et de l’espace, qui étaient déjà bien assez fragilisés comme cela. Son aura complètement refermée sur elle-même, il ne pouvait plus percevoir les flux de l’existence autour de lui ; seuls ses sens originaux lui donnaient des indications sur le monde qui l’entourait. Il s’agissait d’une sensation à la fois originale et désagréable, comme de une voir une image en trois dimensions soudainement réduite à un plan sans le moindre relief et privé de couleur.

Lorsque Gladius fut arrivé à portée de main de la statue, il l’effleura doucement du bout des doigts.


- Votre sacrifice ne sera pas oublié ; puissiez-vous reposer en paix, pour l’éternité.

Il y eut alors un autre bruit, bien en deçà de ce que les sens biologiques du Guerrier pouvaient détecter, qui retentit silencieusement dans la grande pièce. Si Gladius n’avait pas refermé son aura, il n’aurait pas eu besoin du moindre son pour détecter l’attaque qui fonçait à toute vitesse en direction de sa nuque. Il ne comprit qu’il avait été agressé que lorsque le mur qui lui faisait face – juste de l’autre côté de la statue brillante – s’effondra en poussière, complètement désintégré.

Lorsque le Guerrier se retourna, il put observer son agresseur à travers le mur convexe de cristal qui s’était élevé de lui-même pour protéger son maître. L’assassin, un être plutôt grand aux membres fins, maniait deux petits poignards qu’il faisait sans cesse virevolter dans les airs ; son corps était entièrement recouvert d’un étrange tissu noir et fin, qui épousait parfaitement les courbes de sa musculature discrète. Autour de lui, des éclairs de Désintégration crépitaient, reliquats de l'attaque qui avait visé Gladius.


- Je te retrouve enfin, Déserteur. Quelle erreur d’avoir abaissé ta conscience – mais il ne s’agit sûrement que d’un autre de tes stupides sentimentalismes. Ton foutu cristal semble encore et toujours vouloir te protéger à ce que je voie, même après ta trahison… voyons donc de quoi il est capable.

- Un exécuteur, venu en personne pour m’arrêter. Quel honneur… j’espère, cependant, que vous attendez des renforts.

L’assassin se téléporta instantanément juste devant Gladius, dirigeant une de ses lames mortelles en direction de la gorge de ce dernier; l’attaque aurait parfaitement pu tuer le Guerrier. Cependant, des pointes cristallines s’érigèrent entre le bras de l’exécuteur et le corps de sa cible, empalant sa main, son poignet et son coude pour l’empêcher de poursuivre son mouvement.

L’assassin ne sembla pas sentir la moindre douleur, et se téléporta de nouveau pour éviter les autres lances de cristal qui s’élevaient du sol pour le transformer en passoire. Gladius ouvrit alors enfin son aura, laissant son esprit parcourir le monde qui l’entourait ; de nouveau, il put ressentir l’Existence dans son entièreté tout autour de lui, sans devoir passer par les primitifs sens biologiques qui lui avaient été légués à la naissance.

La sculpture qui irradiait doucement son dos de lumière, le mur et les lances de cristal qui se rétractaient lentement comme un liquide, les parois de la pièce, la roche et le métal qui l’entouraient sur plusieurs dizaines de mètres d’épaisseur, à part le petit couloir par lequel était entrée la ga-matoran. Bien plus loin, en surface, les civils qui marchaient en tous sens ; tout autour, les innombrables êtres vivants conservés dans les archives. A encore plus grande distance, les autres Metrus qui fonctionnaient sans arrêt.

Mais bien plus proche que tout cela, l’exécuteur, duquel radiaient une haine et un mépris infinis pour Gladius. Ses intentions étaient claires, cependant : capturer le Guerrier vivant, et le ramener dans son univers d’origine pour qu’il soit jugé – puis châtié, de la manière qui convenait. Une grave erreur de la part de ceux qui l’avaient envoyé ici… seul.


- Allez, ma belle… faisons-lui comprendre que les sacrifices que nous avons faits sont à la hauteur de ce que nous en avons tiré.

L’assassin perçut parfaitement les paroles du Guerrier, mais ne put comprendre toute leur portée. Cependant, lorsque Gladius se téléporta derrière lui et lui asséna un coup de poing dont la puissance aurait brisé un mur du Colisée, il n’eut aucun mal à deviner que ce combat serait certainement le plus âpre de toute sa vie. L’exécuteur se retrouva propulsé en direction du mur qu’il avait réduit en poussière, et se téléporta en vol pour se retrouver juste derrière Gladius – fusant alors à une vitesse folle dans sa direction, il s’apprêta à planter ses deux lames dans les omoplates du Guerrier.

Ce n’est qu’à ce moment que l’onde de choc du coup de Gladius atteignit les parois de la cavité, tranchant net ces derniers sur plusieurs dizaines de mètres ; la structure globale, déjà endommagée, ne tarda pas à s’effondrer sur elle-même, s’apprêtant à enterrer les deux êtres sous des tonnes de débris. Le Guerrier soupira alors, se résignant à tirer une fois de plus sur les fils de l’espace et du temps ; immédiatement, lui et l’assassin se retrouvèrent encerclés par une sorte de bulle, autour de laquelle tout se retrouva immobilisé.

Puis vint alors le « coup » de l’assassin, dont les lames s’enfoncèrent profondément dans le corps de Gladius. Ce dernier ferma les yeux, tandis qu’une étrange sensation envahissait son corps ; la moindre parcelle de son esprit et de sa chair se retrouvèrent engourdis, immédiatement plongés dans un sommeil profond. Les yeux de m’exécuteur, cachés derrière le tissu noir, exprimaient une joie féroce, celle du prédateur qui parvenait enfin à mettre à terre une proie réticente.

Cependant, lorsque le corps du Guerrier se transforma en cristal sous ses yeux avant de se briser en milliers de minuscules fragments, son contentement disparut aussi vite qu’il avait envahi son esprit ; il resta alors là, le temps d’un instant, ne comprenant pas ce qu’il venait de se passer. Un moment de doute, d’inaction, qui scella alors son destin. Un puissant froid envahit son esprit, tandis qu’une grande lumière effaçait tous ses sens. Il se retrouva complètement aveuglé, puis sombra à son tour dans un sommeil paisible, tandis que son corps se transformait en un cristal pur.

Quelques mètres derrière lui, un pilier étincelant émergea du sol avant de prendre forme ; des bras s’étirèrent, le corps s’épaissit, puis le tout vira à un noir mat, à part quelques touches colorées mais cependant discrètes. Gladius soupira, faisant jouer ses articulations lorsque sa reformation fut complète.


- Bien joué… merci encore. Je ne sais pas ce que je ferais sans toi, Valae.

Le Guerrier s’approcha de la sculpture de l’exécuteur, figé dans le temps et l’espace avec cet air d’incompréhension sur son visage. Même transformé en cristal, on pouvait toujours ressentir l’agressivité et la haine de l’assassin.

- Vivre dans la colère pour mourir dans la colère… un destin qui aurait pu être le mien.

Gladius se retourna, puis patienta un instant, fermant les yeux et cherchant à travers les mailles de l’Existence un lieu et un temps bien précis - Xia, alors qu’un certain droïde doué de conscience s’apprêtait à se sacrifier pour les siens – avant de disparaître. La bulle de temps éclata aussitôt, tandis que des dizaines de tonnes de gravas ensevelissaient les deux sculptures cristallines – sans leur causer le moindre dégât ni la moindre éraflure.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Le-metru] Ruelles basses   Ven 31 Oct - 20:24

https://www.youtube.com/watch?v=BAzCf0ascW8&list=UU3swwxiALG5c0Tvom83tPGg

L'orage grondait dans le ciel de Le-metru, crachotant de temps à autres, trempant parfois même les metruans sous d'intenses averses qui inondaient rapidement les ruelles les plus basses du secteur technologique de la Cité des Légendes. Le sombre firmament, étouffé par une couche cotonneuse, brièvement strié par de longues et sinueuses griffes de lumière qui hurlaient leur colère sur les vivants qu'elles surplombaient. Parfois, ces griffes frappaient les flèches de verre et de métal qui s'élançaient vers le ciel, sans pour autant les endommager; et tandis que leurs cris de rage résonnaient dans le dédale artificiel, leur lumière apportait parfois autant de clarté qu'en plein jour, mêlant beauté et violence en un singulier spectacle.

- Il est temps, désormais... j'ai n'ai déjà que trop retardé l'échéance de cette dernière bataille.

Gladius ferma les yeux, bloquant un instant son aura; les milliers de gouttes d'eau qui frappaient son corps avec douceur, éclatant au contact en d'innombrables mais minuscules gerbes fluides; le liquide rafraîchissant qui coulait le long de sa peau, reflétant aléatoirement les puissants éclairs qui brisaient le ciel enténébré; le vent léger, presque imperceptible, qui s'insinuait et sifflait dans les étroites ruelles de Le-metru. Tout cela disparut lorsque le Guerrier laissa de nouveau son esprit parcourir le monde autour de lui, traversant aussi facilement la distance que le temps. Il se revoyait, un instant plus tôt, profitant encore de la fraîcheur de la pluie; puis il se voyait, dans un futur à la fois proche et lointain, utilisant sa force contre ceux qui étaient venus le punir pour ses péchés.

- Ha ! L'ardeur du combat... un sentiment si exquis, que j'avais presque oublié.

Des veines de cristal apparurent soudainement dans le sol autour du Seigneur Fantôme, éclairant le corps de ce dernier d'une belle lueur bleue, pure et claire; les filons brillants se propagèrent rapidement sur l'armure du Guerrier, tels des fissures traversant la roche avant de la briser lors d'un séisme de grande ampleur; cependant, nul bruit ne retentit lorsque le cristal traversa le métal, ni lorsque ce dernier mordit la chair de Gladius, pénétrant profondément dans son organisme par les milliards de pores de sa peau.

D'énormes cristaux adamantins affleurèrent alors au niveau de ses épaules et de ses omoplates, émettant une puissante lueur qui rivalisa, le temps d'un instant, sans problème avec les éclairs qui striaient désormais régulièrement le ciel. Les yeux du Seigneur Fantôme furent s'illuminèrent à leur tour, d'un jaune doré qui rappelait l'éclat précieux de l'iris de certains fauves de Bara-Magna.


- Seule l'immobilité éternelle attend ceux qui se dresseront sur notre route.

Gladius disparut alors, sans le moindre bruit; derrière lui, seule une faible lumière résiduelle résista quelques instants avant de disparaître pour de bon; avant même que les dernières lueurs qui marquaient sa présence ne meurent cependant, le Guerrier avait déjà rejoint un autre lieu. Sur le toit d'une immense tour d'acier, le Seigneur Fantôme brillait comme une étoile miniature; dans ses yeux, nulle compassion, nulle sérénité ne brillaient. Seulement une rage carnassière, et l'engouement d'enfin pouvoir goûter à la fièvre du combat après avoir tant attendu.

Un nombre impressionnant d'éclairs frappèrent le toit de l'édifice, à quelques mètres seulement du Guerrier; face à lui désormais, se trouvait un autre être. Aussi grand que Gladius, il était cependant plus large d'épaules; son corps était entièrement recouvert d'un étrange métal souple qui semblait pouvoir se tordre sans problème dans toutes les directions, épousant parfaitement les courbes et les mouvements de son porteur; une seconde peau en somme, mais bien plus résistante et porteuse de nombreuses fonctionnalités mortelles.


- Gladius...

La voix, sombre et grave, dénuée de tout sentiment ni intonation, résonna profondément autour de l'intéressé; les paroles, bien plus qu'une simple vibration de l'air, semblaient s'imprimer dans la matière et le temps au fur et à mesure qu'elles se propageaient.

- Ordre a été donné de te ramener. Mort, ou vif. Sois honoré que le Conseil ait envoyé un Seigneur Exécuteur en personne pour cette ridicule tâche.

Le Seigneur Fantôme eut envie de rire, mais se retint; au lieu de simplement répondre à son interlocuteur, il décida de ne pas perdre de temps. Tenter de raisonner un Exécuteur était peine perdue, pour qui que ce soit; une fois que ces derniers avaient reçu un ordre, rien ni personne ne pouvait les détourner de leur tâche.

Gladius se propulsa droit sur le nouveau venu, arrachant une bonne partie du toit de la tour ce faisant; soudainement accéléré à une vitesse folle, l'air s'illumina sur son passage, chauffé par frottement à plusieurs centaines de degrés. Lorsque, un instant plus tard, le Guerrier se trouva à portée de son adversaire, il se contenta de donner un coup de poing droit dans le torse de ce dernier, l'envoyant valser très loin, droit sur une tour d'habitation qui ne résisterait sûrement pas à l'impact.

Juste avant le choc fatidique cependant, une puissante onde de choc éclata depuis le corps de l'exécuteur; se propageant à une fraction importante de la vitesse de la lumière, cette dernière engloba rapidement Le-Metru, puis la Cité des Légendes toute entière. L'instant suivant, tout fut figé, comme glacé à travers le temps; les gouttes qui tombaient en masse, les éclairs qui éclairaient le ciel, les innombrables êtres qui se déplaçaient sans cesse dans la ville technologique, tout cela bloqué en une immense peinture, une image à la netteté infinie, éblouissante de beauté. Mais cette vision parfaite se flouta, puis se dédoubla en deux images jumelles, qui s'écartaient de plus en plus loin l'une de l'autre. Tandis que la première, l'originale, emportait avec elle la vraie Le-metru, ainsi que tous ses habitants, Gladius et l'Exécuteur furent emportés dans l'image miroir, seuls.

Lorsque l'existence retrouva sa netteté parfaite, les deux mastodontes étaient donc isolés de la réalité par cette mascarade de Cité des Légendes, un champ de bataille vide de toute vie - et donc entièrement destructible sans se préoccuper des pertes collatérales; une condition nécessaire à tout Exécuteur qui souhaitait réellement déchaîner tout son potentiel de destruction. Gladius jubilait; ses pensées avaient été remplacées par un flot incessant de sensations d'extase guerrière. Il ne souhaitait plus qu'une chose: se donner au maximum de ses capacités, confronter sa propre puissance à celle de l'Exécuteur; quelles qu'en soient les conséquences.

Le temps reprit soudainement son cours, tandis que l'envoyé traversait un immeuble de part en part comme une balle de revolver aurait transpercé une feuille de papier; sur son passage, l'édifice s'effondra sur lui-même, une bonne moitié de sa structure arrachée par l'Exécuteur. Ce dernier se stabilisa bientôt dans les airs cependant, nullement gêné par le choc extrêmement violent qu'il venait de subir. Le mastodonte sembla alors utiliser un pouvoir analogue à ce lui du masque de lévitation, accélérant brutalement droit sur Gladius; autour de l'Exécuteur, l'air s'enflamma de lui-même, émettant même des volutes de plasma lorsque la température atteignait un seuil critique. Le Seigneur Fantôme n'eut pas le temps de se téléporter; sautant de côté - et finissant au passage de détruire le sommet de l'immeuble sur lequel il se trouvait - il esquiva d'un cheveu la charge de son ravisseur.

Tandis que le Guerrier se retournait dans les airs, faisant de nouveau face à l'exécuteur, ses chairs furent immédiatement consumées, réduites en cendres par la chaleur infernale que le mastodonte silencieux dégageait à chacun de ses mouvements. Sans ressentir aucune douleur, le Seigneur Fantôme ressentit cependant avec une désagréable acuité la mort de chacune de ses cellules, éclatant et brûlant les unes après les autres sans que Gladius ne puisse faire quoi que ce soit sans se mettre en danger. Se propageant comme un raz-de-marée sur une plaine, les flammes formèrent rapidement un cocon destructeur qui ne laissa derrière lui qu'un corps entièrement noir, semblable à un charbon extrêmement dense, dont chaque fibre était veiné d'un cristal bleuté extrêmement pur, brillant même dans les ténèbres les plus complètes. Un squelette décharné, une incarnation de la mort qui semblait cependant plus que tout s'accrocher à la vie malgré les blessures qui auraient dû l'abattre sur le coup.

L'exécuteur termina sa charge à travers deux autres immeubles, qui éclatèrent sur son passage; une pluie de verre et de métal arrosa les rues vides de la fausse Le-metru, tintant bruyamment lorsqu'elle se brisa avec fracas sur le sol. Gladius, ne semblait pas ralenti par la perte de ses chairs, fonça à nouveau sur l'Exécuteur, laissant une longue traînée lumineuse dans son sillage. Plus semblable à une comète qu'un véritable Guerrier, il traversa sans peine l'averse de débris, tandis que les flèches metruanes s'effondraient autour de lui. Lorsque sa cible fut à portée, d'innombrables lances de cristal se matérialisèrent autour de cette dernière, naissant à partir du vide. Formant une bulle mortelle, les armes adamantines s'animèrent soudainement, se propulsant d'elles-mêmes droit sur l'Exécuteur qui ne put pas les éviter.

La plupart des aiguilles ricochèrent sur l'étrange carapace, mais certaines se plantèrent avec succès, n'arrachant cependant aucun cri de douleur à leur victime. Cette dernière écarta brutalement les bras, déclenchant par ce seul mouvement une onde de choc qui repoussa les lances restantes et retrouvant ainsi sa totale liberté de mouvement. Ouvrant minutieusement son aura, l'Exécuteur chercha Gladius de ses sens sur-développés - sans succès. Ce n'est que lorsqu'il sentit une masse l'empoigner par l'épaule puis le jeter en direction du sol qu'il comprit que sa cible avait momentanément fermé sa propre aura, le rendant indétectable aux pouvoirs d'acuité des Exécuteurs.

Autour du mastodonte silencieux, l'univers se brouilla, happé par la torsion de l'espace-temps que Gladius accompagnait de son simple geste; lorsqu'il frappa le sol, l'Exécuteur traversa la roche et le métal sur plusieurs dizaines de mètres, traversant sans problème les fondations de la ville. L'impact fut tel qu'il déclencha un puissant séisme, faisant s'effondrer les bâtiments sur plusieurs centaines de mètres; alors que quelques instants auparavant, les rues pavées s'alignaient à la perfection, formant un dédale labyrinthique, ces dernières avaient désormais été remplacées par un énorme cratère, avec en son centre un puits de quelques mètres de diamètre qui s'enfonçait profondément sous Le-metru.

Gladius écarta les bras, levant légèrement la tête; autour de son squelette veiné de cristal, d'immenses ailes de cristal se déployèrent, s'agglomérant à partir de milliards de particules adamantines qui naissaient du vide. Protégées par des élytres d'un verre complètement transparent, les quatre appendices géants illuminèrent les ruines sous-jacentes d'une puissante clarté bleutée. Les ailes, tout d'abord rachitiques, s'épaissirent au niveau des "os" cristallins, sur lesquels poussèrent d'innombrables plumes de saphir, jusqu'à cacher le ciel autour du Seigneur Fantôme. Brillant comme un astre nocturne, Gladius canalisa une grande partie de sa puissance en direction de l'étroit puits au fond duquel était censé se trouver l'Exécuteur, sûrement sonné par l'impact.


- Observe donc, envoyé du Conseil ! Incline-toi devant la pureté du dernier Archange !

Les quatre ailes de Gladius s'écartèrent soudainement, tandis qu'autour de chacune de leurs plumes de minuscules particules dorées naissaient, brillant et contrastant avec la lueur bleutée du Seigneur Fantôme. Les particules s'agglomérèrent rapidement en quatre imposantes sphères, chacune placée à l'extrémité des immenses ailes.

- Notre destin est déjà scellé, Exécuteur; puisse ce message faire comprendre à tes maîtres qu'il leur sera inutile de sacrifier davantage de leurs envoyés.

Les quatre sphères lumineuses disparurent soudainement; l'instant qui suivit, un fin rayon blanc frappa le sol, sans causer le moindre dommage apparent. Puis, alors que Gladius fermait ses yeux carbonisés, tout explosa. Le-metru, ses souterrains, le Colisée, les autres secteurs, rien ne fut épargné. La Cité des Légendes, perle de l'univers matoran, venait d'être réduite en un désert de cristal étincelant. La couche de nuages orageux avait complètement été soufflée par l'explosion, laissant un ciel complètement noir, dénué de toute étoile ou autre astre nocturne. Les ténèbres régnaient complètement désormais, éloignées seulement par la lumière presque divine du Seigneur Fantôme.

Ce dernier soupira, tandis que ses ailes disparaissaient peu à peu; les plumes tout d'abord, puis le squelette rachitique, et enfin les élytres transparentes, se fragmentèrent en innombrables débris cristallins qui retournèrent au néant. Gladius se posa avec grâce sur le sol de diamant, faisant tinter ce dernier d'un son extrêmement pur lorsque ses pieds squelettiques, entourés seulement de l'armure noire et des cristaux brillants, touchèrent avec douceur la surface brillante.

Un lourd silence s'était posé sur les ruines de Metru-Nui, voilant tel un linceul de mutisme les échos du combat qui venait de se dérouler. Quelque chose d'illogique cependant, frappa soudainement l'esprit du Seigneur Fantôme. Si le Seigneur Exécuteur était mort, la dimension de la seconde Metru-Nui aurait dû disparaître avec lui.


- Tu fais honneur à la réputation des Archanges, déserteur. Mais toutes ces capacités, vous les devez uniquement au Porteur de Destruction, qui à sa mort, a laissé sa puissance infinie se propager sur ceux qui l'avaient vaincu. Toi et tes homologues n'êtes rien, sinon les légataires d'une monstruosité impie.

Gladius se retourna tout en s'écartant de son ravisseur, qui se tenait debout désormais juste en face de lui, à quelques mètres seulement du Seigneur Fantôme. Il avait non seulement survécu aux attaques portées contre lui, mais bien plus impressionnant, il avait échappé à la cristallisation. Son corps, toujours entièrement recouvert de ce métal souple qui épousait parfaitement ses courbes, semblait intacte. Il s'agissait là d'un adversaire autrement plus tenace que l'éclaireur auquel le Guerrier avait précédemment eu affaire. Ceci était... intéressant, aux yeux de Gladius. Enfin un ennemi qui lui donnait du fil à retordre. Un cadeau dont il comptait profiter au maximum.

Le Seigneur Fantôme laissa les prémices d'un sourire apparaître sur son visage, tandis qu'une dizaine de lances cristallines s'élevaient depuis le sol pour empaler l'Exécuteur. Ce dernier frappa le sol des deux points, déclenchant une onde de choc qui repoussa les projectiles; cependant, le mastodonte était désormais entouré d'une mer de cristal. Ainsi, lorsque le sol tout entier se souleva pour happer l'envoyé du Conseil, ce dernier n'eut d'autre choix que de se téléporter pour ne pas se retrouver broyé par la poigne de millions de tonnes de diamant animé.

Gladius n'eut pas besoin de bouger, tandis que des milliers de serpents de cristal se formaient à partir du sol; se dirigeant droit vers l'Exécuteur qui s'était matérialisé plus loin de sa cible, ils n'eurent aucun mal à s'enrouler autour de ses membres, mordant sans relâche l'étrange armure qui protégeait ce qui se cachait en-dessous. Le mastodonte, jusque là plutôt silencieux, laissa échapper un long et puissant hurlement de rage; sur son passage, l'onde qui était bien plus qu'une simple perturbation de l'air brisa le cristal comme du verre, transformant les serpents et le sol en d'innombrables débris brillants qui retombèrent au sol, inanimés.

Gladius fut alors pris de cours; jusque là, personne - personne - n'était jamais parvenu à n'infliger ne serait-ce qu'une égratignure à ses œuvres adamantines. Le cri de colère, semblable au grondement de mille éclairs frappant le sol à l'unisson avec violence, atteignit alors le Guerrier et le repoussa sur plusieurs dizaines de mètres, l'obligeant à poser main à terre pour ne pas tomber. La puissance de l'onde de choc fit alors éclater son armure, puis ses os, brisant aussi bien le métal que le cristal. Le Seigneur Fantôme fut transformé un amas informe de bris de diamant et de ce qui ressemblait à un charbon compact.


- Impressionnant... vous surpassez de très loin vos pairs, Seigneur Exécuteur. Vous serez une parfaite récompense après ces innombrables années de patience.

La voix avait retenti de partout, semblant provenir de l'île cristallisée tout entière, sans distinction. Grave, puissante et claire à la fois, elle résonna longuement comme le son d'une lourde cloche médiévale sonnée pour alerter de l'arrivée d'envahisseurs avides de destruction.

- Sors de ta cachette, renégat; seuls les lâches fuient et se terrent au lieu de se battre.

- Imbécile... ne nous vois-tu donc pas ? Nous sommes tout autour de toi, au-dessus de ta tête, sous tes pieds. Le cristal est bien plus qu'un simple outil, qu'une simple pierre. Le cristal n'est pas notre arme. Nous sommes le Cristal.

Un énorme grondement retentit tout autour de l'Exécuteur, tandis que des montagnes se soulevaient au-dessus du sol brillant. Le mastodonte se téléporta loin de cette étrange perturbation, comprenant enfin les dires de sa cible. Car devant lui, s'élevant à plusieurs centaines de mètres, le cristal prenait une forme familière, presque humanoïde, mais se rapprochant bien plus d'un reptile ailé géant. Sa tête allongée présentait une mâchoire garnie de dents acérées, tandis que ses épaules massives portaient deux paires de bras musculeux. Quatre immenses ailes, totalement immobiles, se déployaient de part et d'autre de la Créature.

La monstruosité mesurait plus de 300 mètres de haut; un titan de cristal, une incarnation du Porteur renvoyé au néant, un avatar de la destruction invoqué en ce lieu surnaturel. Modelé à partir des ruines de la fausse Metru-Nui transformée en cristal, il n'était en fait rien de plus qu'une part du Seigneur Fantôme, dont la conscience résidait dans chaque parcelle de cristal - y compris les êtres qu'il transformait en sculptures adamantines.

Le Seigneur Exécuteur hésita un instant, ne sachant pas comment s'y prendre pour assaillir une créature aussi titanesque. Ses ordres étaient de capturer ou de tuer Gladius; or, maintenant qu'il savait que sa cible pouvait déployer son existence à travers chaque particule de cristal qu'il avait générée jusque là, cela signifiait qu'il devrait annihiler complètement chaque parcelle de ce maudit matériau, avant que le Seigneur Fantôme ne puisse se régénérer; une tâche tout simplement impossible. Mais, malgré tout, le mastodonte n'avait pas le choix: il combattrait jusqu'à obtenir la victoire... ou mourir.

L'avatar du Porteur se mit soudainement en mouvement, se déplaçant à une vitesse prodigieuse pour un être de sa taille. Il posa la main gauche au sol, ses griffes tintant d'un son pur en percutant le sol; tandis que de son poing droit, il concentra toute sa force physique directement sur le Seigneur Exécuteur. Ce dernier ne put pas esquiver le coup, mais prit une longue inspiration juste avant l'impact. Le choc fut terrifiant; l'énergie cinétique accumulée par le membre de la Créature se déchargea immédiatement dans le sol cristallin, qui refléta cette dernière sous forme de lumière afin de l'évacuer.

Le temps d'un instant, la dimension de la Metru-Nui alternative fut inondée d'une lumière extrêmement puissante, élevant la température ambiante à un seuil critique. L'air tout entier se transforma en plasma ionisé, brûlant instantanément avant de s'éteindre. Puis, alors que la lumière commençait à refluer, un cri de rage extrêmement puissant retentit de toutes parts; le bras droit du Porteur explosa en millions de morceaux, qui s'effritèrent très rapidement avant de disparaître complètement. Là où le poing avait frappé, le Seigneur Exécuteur se trouvait toujours debout, apparemment intact. Seule l'étrange armure souple qu'il portait auparavant, avait éclaté en plusieurs endroits sous la force de son hurlement.


- Une débauche de moyens tout à fait inutile; tu as toujours apprécié les explosions, les actions impressionnantes - là où un guerrier plus sage aurait compris que la discrétion fait loi dans ce genre de situations.

Le Seigneur Exécuteur se téléporta juste devant le visage de l'immense Créature, reculant légèrement la tête avant de donner un puissant coup de boule dans le front de cette dernière, tout en poussant un nouveau hurlement qui fit trembler l'île cristallisée toute entière. L'avatar du Porteur resta immobile pendant quelques instants. Puis, avec un craquement morbide, d'innombrables fissures apparurent sur le crâne brillant du titan de diamant. Se propageant à travers le matériau brillant des milliers d'éclairs frappant le sol, les cassures gagnèrent bientôt tout l'étrange organisme; le géant de cristal s'ébranla, puis s'effondra sur lui-même dans un nuage de poussière de saphir.

Le Seigneur Exécuta se laissa tomber au sol, effectuant une gracieux pirouette juste avant l'impact pour se réceptionner tout en douceur sur la surface dure. L'envoyé ouvrit alors plus encore son aura, afin de se préparer à la prochaine attaque de sa cible. Cependant, lorsqu'il sentit un désagréable crissement lui traverser la gorge, ses pensées se stoppèrent net. Ses yeux se portèrent alors sur la pointe noire, totalement matte, qui dépassait de sa trachée. Ensanglantée, elle ruisselait également d'autres liquides artificiels qui irriguaient l'organisme extrêmement évolué du Seigneur Exécuteur. La pointe se retira doucement, laissant le mastodonte porter une main à son cou tout en posant l'autre au sol pour ne pas s'affaler lamentablement sur le sol.


- La "débauche" de moyens aura pourtant bien capté votre attention, me permettant de frapper là où votre armure avait éclaté. Ne nous prenez pas pour des amateurs, Exécuteur.

L'intéressé se retourna lentement, posant genou à terre. Gladius se tenait debout devant lui, complètement immobile. Son corps était totalement noir, mat, ressemblant à du graphite noir que l'on aurait compacté au maximum de ses capacités. Aucune trace de cristal ne veinait ses traits sombres, aucune lueur ne s'échappait de son être - et, un observateur avisé aurait même remarqué que le corps du Seigneur Fantôme avait même tendance à absorber la lumière ambiante, assombrissant peu à peu les alentours.

L'Exécuteur n'avait pas dit son dernier mot, cependant. Rassemblant ses forces, il frappa le sol de ses poings, faisant trembler le sol et créant une onde de choc qui repoussa Gladius sur plusieurs mètres. Le mastodonte se propulsa directement sur lui, usant d'une téléportation bien placée pour percuter sa cible de plein fouet, sans lui laisser la moindre chance d'éviter l'assaut. Sous la force de l'impact, le corps du Seigneur Fantôme se désagrégea, littéralement. Comme une pierre fragilisée qui tombe en morceaux, les membres de Gladius se fragmentèrent puis tombèrent en une poussière noire très fine.

A cet instant, exactement, un léger sifflement retentit; un vrombissement inaudible, un souffle à la fois calme et violent. Car lorsque à peine l'Exécuteur eut-il le temps de se stabiliser sur la surface de cristal qu'une lame adamantine lui transperça de nouveau la gorge, à l'exact emplacement de la première attaque de Gladius. Immédiatement, le mastodonte fut immobilisé, tandis que son corps se figeait, transformé peu à peu en une magnifique et étincelante statue.


- Une fois de plus, nous triomphons de l'adversité. Puisse-t-il reposer en paix, pour l'éternité.

Juste derrière l'Exécuteur immobilisé, le Seigneur Fantôme se tenait droit, fièrement, tandis que sa lame de cristal disparaissait peu à peu, se fragmentant avant de retourner au néant. Son corps étaient entièrement recouvert de l'armure brillante qu'il avait porté la plupart du temps lors de ces derniers mois. Juste derrière lui, cependant, une masse noire ne tarda pas à se former, tirant sa masse depuis le cristal environnant: ce dernier s'assombrissait peu à peu, perdant de sa pureté jusqu'à devenir totalement opaque. Bientôt, des bras, des jambes, puis une tête prirent forme autour de ce noyau compact.

- En tout cas, ses capacités et son savoir nous seront très utiles.

L'être ainsi formé, identique en tous points à son homologue de cristal, fit jouer ses épaules puis soupira - bien que son organisme ne possédait plus de fonction respiratoire. Le Gladius sombre tendit alors la main au Seigneur Fantôme de diamant, qui la serra vigoureusement. Deux Guerriers qui se faisaient ainsi face, se souriant l'un l'autre. Si ressemblants, et pourtant si différents à la fois. L'un brillant comme une étoile, l'autre plongé dans les ténèbres; le jour et la nuit, qui fusionnèrent alors pour reformer un unique combattant, dont l'armure noire matte était à nouveau veinée de cristal.

Autour du guerrier, l'espace commença à se tordre, à se distendre dans toutes les directions, se déformant de manière parfaitement anarchique. Les couleurs disparurent soudainement, tandis que les pouvoirs de l'Exécuteur, qui avaient créé la dimension alternative, commençaient à s'affaiblir, causant l'effondrement sur lui-même de cet univers parallèle. Gladius toucha la statue de cristal de ce dernier, puis tira sur les fils de l'espace et du temps, créant un passage entre l'univers matoran et ce lieu singulier.

L'instant suivant, le Seigneur Fantôme se trouvait de nouveau à Le-metru - la vraie cette fois-ci. Les bâtiments tenaient toujours debout, la cité n'avait pas été cristallisée; la pluie trempait toujours les metruans qui couraient se réfugier à l'abri des averses. Gladius laissa un large sourire lui barrer le visage, puis regarda autour de lui. Il se trouvait dans une petite ruelle des bas-fonds de la cité technologique, avec juste derrière lui la statue cristalline de l'Exécuteur. Le Seigneur Fantôme tapota le front de la sculpture étincelante, puis se téléporta avec cette dernière, très loin de la cité des Légendes.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Le-metru] Ruelles basses   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Le-metru] Ruelles basses
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Ta-Metru] Ruelles de Ta-Metru
» Les ruelles de Konoha
» Course poursuite dans les ruelles
» Les sombres ruelles de l'allée des Embrumes
» Et sinon il y a des gratteux sur le forum ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Guerres de Spherus :: Mondes débloqués :: Metru Nui :: Le-Metru-
Sauter vers:  

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit
BIONIFIGS.com | Le Mur de l'Histoire | Espace des Joueurs | Centre de communication | Nuvapedia.com | JDR Hero Factory | Lettre d'infos