Les Guerres de Spherus

Forum RPG gratuit dans l'univers BIONICLE depuis 9 ans maintenant!
 
FAQAccueilPortailMondesMembresGroupesConnexionS'enregistrerRechercher

Partagez | 
 

 [Laboratoire][Event] Mon bon docteur...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shrecki

avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/700  (700/700)
Jauge de Vie:
1000/1000  (1000/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 4225 DEF : 6100

MessageSujet: [Laboratoire][Event] Mon bon docteur...   Dim 7 Déc - 1:11

Shrecki était dans l'Indomptable. Le char avançait dans le désert depuis de longues heures déjà. Assis sur un siège, le Makuta tremblait très légèrement ; en même temps que le char, dont le moteur fournissait de légères vibrations dans toute la cabine, et par moments des secousses, probablement lorsqu'il passait sur des rochers. La lumière dans l'habitacle était à un niveau très bas. Conscients de leurs propres blessures – et de leur épuisement, Solok, Raidark et Rehad, eux aussi présents près du Makuta, avaient fini par s'assoupir après les premières heures de voyage. Une sage décision. Ils ne leur restait que peu de forces, à n'en pas douter. Les économiser au maximum était la meilleure décision.
Sachant pertinemment que les êtres organiques se reposaient plus facilement dans une luminosité faible, le Makuta avait éteint toutes lumières ; ne restait que celles des appareils de pilotage. Deux Skralls en armures noires et brunes étaient aux commandes, qui projetaient une lumière rouge.

Le cockpit et l'habitacle étaient séparés de dix bios, ainsi, le rouge agressif devenait une lumière adoucie. Ajoutant à cela la chaleur douce à l'intérieur de la machine, les vibrations répétées, et l'on comprenait que le trio ait cédé au sommeil.

Shrecki, lui, poursuivait son œuvre. Les trois lui avaient remis leurs amplificateurs psioniques, que le Makuta avait décortiqués un par un. Il avait ensuite branché leurs cartes de communication sur son communicateur personnel ; de là, il s'était lancé dans une fastidieuse opération pour traduire les protocoles des amplificateurs en des données avec lesquelles il aurait pu travailler – opération déjà facilitée largement du fait qu'il avait conçu lui même ces amplificateurs ; dans le cas contraire cela lui aurait été probablement impossible. Cela faisait donc depuis quasiment le début du voyage, sans avoir donné aucun conseil à ses collaborateurs sur la situation actuelle ni aucun échange de paroles avec eux, les laissant à leur propre esprit, qu'il s'attelait à cette lente tâche.

Il brancha le premier amplificateur, le sien, qui servirait de donnée test. Le communicateur lança alors une suite de lettres décousues dans une console ; des caractères et des symboles qui s'enchaînaient sans être intelligibles le moins du monde.

Le seigneur de la Confrérie, fort de ce succès tempéré, enregistra les données. Le fait de s'être servi de son propre amplificateur venait d'un principe très simple : connaissant sa propre psychée, il pourrait plus aisément établir un principe de fonctionnement stable pour décrypter les données de son amplificateur, sachant pertinemment comment il l'avait utilisé.

C'est ainsi qu'il continua, entreprenant à présent une rapide alternative aux programmes d'analyses divers déjà intégrés dans son communicateur ; se servant de la base de certains, les reconfigurant. Il avait des modules pour analyser les processus cérébraux – un module essentiel pour contrôler le bon fonctionnement d'un Rahi après sa création après tout.

Une autre heure passa, avant que le Makuta n'arrive enfin à un résultat satisfaisant ; très satisfaisant même. L'amplificateur envoyait – conformément aux protocoles de communication prédéfinis dans son système – toutes les données à chacune de ses utilisations : fréquence mentale à laquelle il avait émise, puissance maximale enregistrée, énergie moyenne dépensée, tentatives d'intrusion...

Il pouvait enfin voir toutes les utilisations qu'il a fait de son amplificateur. Étonnant. Étonnant de penser que les esprits n'étaient rien de plus qu'une simple « fréquence ». Un simple paramètre, que l'on pouvait régler, un simple chiffre que l'on avait trait à modifier, pour s'adresser d'une personne à une autre. Les données s'affichaient. Shrecki les contrôlait, les unes après les autres, s'assurant qu'il n'y avait aucune incohérence par rapport à ce qu'il avait effectué pendant la bataille : que les rapports fournis étaient en accord avec la façon dont il avait agis.

Après avoir enregistré ce premier compte rendu, il brancha ensuite tour à tour les communicateurs de Rehad, Solok et Raidark, et enregistra les données sans guère les contrôler ; la phase d'analyse viendrait une fois tous les échantillons récoltés.

Alors qu'il débranchait l'amplificateur qui avait été assigné à Raidark, il sentit que le véhicule se stoppait. Ils étaient donc arrivés. Les amplificateurs disparurent dans le manteau du Makuta ; ce qu'ils contenaient avait été extrait avec succès, il n'en avait plus besoin pour l'heure.
C'est à cet instant que les lumières revinrent dans l'habitacle. Tandis que Solok, Raidark et Rehad se levaient – plus ou moins vivement selon leur état physique, le Makuta ralluma son amplificateur, comme pensif.
[~]
Un instant, il sentit que quelque chose dans son esprit venait de changer. Mais compte tenu de la situation, il décida de n'en pas tenir compte. Rangeant son amplificateur, puis rajustant ses gants noirs, il jaugea les trois survivants, alors que la lumière revenait dans l'appareil, de derrière son casque. Il ne percevait guère que leurs formes, bien sûr. Il ne percevait que leurs flammes vitales, vacillantes, faibles. Il se leva alors. La porte de l'Indomptable venait de s'ouvrir.

Comme avertis par avance, plusieurs personnes attendaient à la sortie de l'Indomptable ; Shrecki observa l'extérieur, d'une des failles de son casque. Il vit alors plusieurs silhouettes, des Agori, qui avaient tout un matériel – quoi que rudimentaire – qui ne laissait aucun doute sur leur identité. Personnel médical. Le spectacle qui se livrait aux yeux du Makuta n'avait rien d'habituel. Les silhouettes traçaient plusieurs trajectoires simultanément. L'Agori du centre, d'un même mouvement, allait vers eux et hésitait en restant sur place. Celui de gauche faisait tomber son matériel ou restait stoïquement en place ; il reculait également, surpris par la figure du Makuta face à lui. Toutes ces scènes se liaient, formant une toile indiscernable, un chaotique mélange de tous les mondes et des futurs. Shrecki se replia dans sa cécité, puis ramena son attention vers les trois blessés.


- Je ne vous rejoindrai dans les ailes médicales qu'une fois que vous aurez reçu les soins appropriés. Pour l'heure, je vous laisse aux mains de ces médecins. Reposez vous autant qu'il le faut. Le prochain bras de fer que vous mènerez, il vous faudra toutes vos forces, car nous ne jouons plus contre un ennemi unique.

Les Agoris, Solok, les brancards, Solok, l'Indomptable, Raidark, Shrecki laissa tout ceci derrière lui. Sa main se referma sur le Vahi, alors qu'il entrait dans l'aile médicale. Il continua à scruter son communicateur, qui se projetait à l'intérieur de son casque. Les données de Rehad corrélaient les siennes ; si les pics d'intensité mentale étaient inférieurs par des facteurs mille, ils n'en restaient pas moins dirigés sur des fréquences similaires. Ses suppositions étaient-elles justes ? Avait-il bien saisi la façon dont ils avaient en apparence atteints Étreinte ? Le Makuta s'adossa contre un mur. De nouvelles images vinrent dans son esprit...

**

Folgost était une grande ville forteresse. Contrairement aux villes que Nolmus avait déjà visitées, celle-ci était tournée entièrement vers un objectif : la guerre. Dans les rues, les marchands, les taverniers, tout le monde portait une armure et une épée à la ceinture. Rien à voir avec les zones plus paisibles où le Toa avait notamment rencontré Vohk. Non, en effet, rien à voir. Ici, tout le monde semblait toujours sur le qui-vive, et une tension pesait dans l'air. Paku avait eu pour ordre d'escorter Nolmus dans la ville, pour l'amener vers les casernes puis une résidence où dormir.
Bien qu'il ait à présent les poings déliés à son soulagement, il sentait sur lui des regards de méfiance ; Paku, peut être par fierté, lui adressait parfois des regards hostiles. Le genre de chose qui mettait mal à l'aise notre héros. Il tenta de détendre l'atmosphère, faute de quoi il n'arriverait sans doute plus à bien réfléchir !

- Euh...Au fait...Qu'est-ce que c'est un roi ?

- Tu ne sais vraiment rien lui renvoya-t-elle. Bon je vais t'expliquer simplement. Nos armées ont toutes des officiers. Tous ceux qui sont sous notre protection produisent pour quelqu'un ; leurs familles en premier lieu, mais également pour tout le reste de nos territoires. Tous les officiers répondent à une personne : c'est ça le roi. C'est le grand maître d'orchestre de tous nos systèmes, c'est lui qui règle tout de façon à ce que cela fonctionne bien. Ses ordres sont absolus : qui serions nous pour les discuter après tout ?

- Donc un roi, c'est un chef, c'est ça ?

- Non, continua Paku. Un roi est aussi un symbole. Lorsqu'il est présent, c'est lui que l'on contemple et qu'on écoute. Il n'a pas d'égal sur le champ de bataille. S'il le demandait, nous le suivrions jusqu'au bout du monde. C'est notre roi, Nirzagil. Sage, mais plus valeureux que tous ceux que nous avons affronté.

- Je vois, sourit Nolmus. Tu aimes beaucoup ce Nirzagil, pas vrai ?

Paku fit des yeux étonnés.

- Aimer ? J'ai du mal à saisir ce que tu veux dire.

- Non, ce n'est pas important, oublie ce que je viens de dire, répondit juste Nolmus. Elle non plus ne connaissait pas cette émotion alors ? Vohk avait peut-être raison. Un phénomène si rare...C'était étonnant.

Paku sembla comme pensive un instant.


- J'imagine que ça doit être comme vouloir absolument quelque chose en particulier hein ? Allez ! Oublions ça. Je crois qu'on est partis d'un mauvais départ, tu m'as pas l'air bien méchant.

Elle se tourna vers lui en lui tendant son poing.


- Je suis Paku, Toa de psychisme et servante de Nirzagil. Bienvenue à Folgost !

Nolmus frappa son poing contre celui de l'autre avec un sourire – et un son métallique.

- Je suis Nolmus, Solitaire des lignes de Front. Merci de votre accueil chaleureux ! Mais...Attend une seconde. Toa de psychisme ? Cet endroit...N'est pas un royaume de Toa de glaces ?

Paku émit un petit rire.

- Cela l'était en effet il y a quelques temps. Mais face à la menace grandissante du Mauvais Roi, les rangs se sont diversifiés. Des réfugiés notamment, ou d'autres personnes des terres environnantes venues prêter main forte.

Le mauvais roi. C'était la troisième fois que Nolmus en entendait parler sur une journée. Pourtant, on avait jamais eu vent d'un quelconque « mauvais roi » depuis les niveaux supérieurs. S'agissait-il d'une sorte de Créature qui n'apparaissait qu'une fois un certain nombre de ses congénères vaincus ? Une créature événementielle comme certains surnommaient les bêtes apparaissant de cette manière ?

- Ce n'est pas ça, dit Paku comme percevant ses pensées. Ses serviteurs le surnomment le Sorcier, et lui-même n'a jamais déclamé ce pseudonyme. Nous ne le connaissons que par ça. Il est venu il y a quelques années, depuis le nord. Il s'est installé dans les Landes les plus froides et a levé une armée...Des créatures sauvages qui habitaient là. Il a altéré leur essence. Leur essence !
On dit qu'il peut voir ces dernières...Et les contrôler. Nous avons réussi jusqu'à maintenant à défendre une partie du royaume...Mais une partie seulement. Tant de personnes déjà...Il a tué tant de personnes déjà.

Paku semblait se remémorer quelque chose qui lui tenait immensément à cœur.

- Si tu avais vu...Si tu avais vu les piles de cadavres...Certaines créatures ne méritent pas d'exister...Il a conquis de ses mains la moitié Est du Royaume...La moins bien défendue...C'était là que se trouvait la majorité des villages les plus pacifiques.
Il n'en reste rien...Que...Que des cadavres gelés et Mata Nui seul sait quelles autres horreurs.

Nolmus resta silencieux. Paku tremblotait à présent, le regard perdu dans le vide. Depuis le début du Jeu...Le désespoir...Une émotion qui s'était répandue comme une traînée de poudre.

- Alors tu l'as vu de tes yeux...murmura-t-il.

- Oui...Nous avions tenté de défendre un village...Mais...Il l'avait prévu...Ses armées nous on prit de court...Nous ont massacré...J'ai à peine...À peine réussi à m'enfuir. Je me suis retournée...Les autres survivants...Tués...Et lui s'avançant au milieu...Il était là, une lame dans chaque main, éclaboussée du massacre qu'il perpétrait...Il portait un diadème d'acier. Comme s'il avait la prétention de nous diriger un jour, ce monstre ! Tous ces gémissements...Des appels à l'aide...Mais il les ignorait tous...Il abattait froidement toute âme qui vive...Il n'a qu'une prétention. Qu'une ambition. Nous éliminer tous.

Paku s'interrompit, incapable de parler plus. Ainsi, il existait des êtres bien pires que ce que Nolmus avait rencontré. Il en avait croisé, des tueurs, des meurtriers dont le seul but était d'éliminer les autres. Abysse Hurlant était un petit ordre qui avait fait des ravages auprès de ceux qui ne faisaient pas attention. Mais pas des massacres de cette envergure. Pas de cette façon. La seule guerre que Nolmus avait jamais menée était celle du Jeu. Du Front. Jamais il n'avait imaginé que d'autres combattaient pour leur survie face à des êtres comme le Mauvais roi. Il serra le poing. Comment...Comment quelqu'un pouvait vouloir tuer sans autre raison que de simplement tuer ? Un instant, il imagina Tsuna, à la place de Paku, seule, entourée de morts, et l'Horreur marchant au milieu. Il posa sa main sur l'épaule de Paku, qui tremblait toujours. L'instinct de Nolmus lui dicta ses paroles.


- Je suis ici, Paku. Nolmus, Toa du Front. Et je vous aiderai à vaincre le Sorcier. Au nom de tous ceux qu'il a tué.

Paku se retourna. Nolmus vit alors que sur son visage, des larmes avaient coulées, ou se faisait-il des idées? Elles les essuya promptement, confirmant ses soupçons, puis adressa un sourire au Toa.

- Je peux lire tes pensées tu sais. Tu n'as vraiment pas un mauvais fond...Peut-être...Peut-être que si plus de personnes étaient comme toi, le monde serait un meilleur endroit...Elle inspira douloureusement, comme pour ravaler ses souvenirs, puis lui adressa un regard renouvelé de défi. Mais avant de te permettre de bouger dans les alentours, je vais devoir te tester au combat ! Clama-t-elle.

Bien que surpris par le changement de ton – et l'affirmation concernant ses pensées qui le dérangeait au plus haut point - Nolmus lui renvoya le regard.


- Dans ce cas, je ne te ménagerai pas ! Répondit-il simplement


***

Shrecki fut tiré de sa réflexion lorsqu'un Agori vint lui parler. Le Makuta revint à lui, abaissant sonr regard vers la petite flamme qui semblait de plus en plus affolée.

- L'un de vos...Amis est en train de semer une véritable panique chez les patients ! Dit l'Agori d'une voix alarmée.

- Amenez moi à lui, et donnez les explications en chemin, trancha calmement le Makuta. L'agori s'exécuta, et alors qu'il tournait les talons d'un pas sautillant, Shrecki lui emboîtant le pas, il reprit d'un ton qui trahissait son inquiétude.

- Celui avec le sourire. Nous l'avons traité ainsi que tous les autres, voilà maintenant plusieurs minutes déjà, et les avons mis dans des chambres de repos. Mais les infirmières m'ont rappelé. Il s'est mis à luire, et d'une couleur pas naturelle, je peux vous le dire ! Si ce n'est pas un de vos pouvoirs élémentaires, je ne sais pas ce que c'est moi !

Pouvoirs élémentaires ? Cela n'était pas possible. Raidark n'avait qu'un pouvoir élémentaire de pierre, pas de quoi émettre des rayonnements. [~]Shrecki songea à ceci, et désactiva son communicateur. L'étude des données pouvait attendre.
Il entra dans la chambre, précédé du médecin. À l'intérieur, le Skakdi brillait d'une bien étrange lueur...



[Rehad, Solok, Raidark, vous êtes donc soignés comme si vous étiez passés par les soins intensifs. Votre énergie élémentaire se régénéra normalement dans les prochains jours. Vos PVs et capacités remontent à leur maximum. Raidark : une étrange luminescence (voir message de Etreinte [à venir] pour plus d'informations)

Note à Nui: ton personnage voit dans son esprit les parties à partir du premier symbole "~" jusqu'au second. ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rehad
Skrall philosophe
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/900  (700/900)
Jauge de Vie:
1000/1000  (1000/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 3100 – DEF : 4150

MessageSujet: Re: [Laboratoire][Event] Mon bon docteur...   Lun 8 Déc - 0:57

- Pourquoi m’as-tu demandé de venir si soudainement Spirithia ? Et où sommes-nous au juste ?

Dans ce couloir immaculé d’un blanc chromé, propre, presque trop pour être honnête, se tenait deux personnes. Ce couloir n’avait qu’une porte par lequel les deux protagonistes étaient entré, cependant aucune issue n’était visible à première vue. L’une d’elle était une matoran à l’armure bleue du nom de Vesna. L’autre était une toa de la foudre, qui affichait une armure blanche et jaunâtre et des capes de plumes, sur son bras et sa jambe gauche.
Les deux êtres s’étaient rencontrés pour la première fois un an plus tôt, lors d’une attaque sur Metru nui qui réduit la ville au chaos pendant plusieurs jours. La matoran et la toa de la foudre c’était liée d’amitié, malgré l’étrangeté de la Toa et la froideur de la matoran. Il y a quelques instants à peines, la toa, comme à son habitude, arriva de nulle part se mit à proférer des propos incompréhensible et crapahuter la matoran jusque ici.  La toa sourit alors, un sourire à la fois pure et réconfortant, un sourire presque enfantin.


- Où sommes-nous, hein ? Je n’y avais pas réfléchis… - elle posa sa main sur l’épaule de la matoran – Allons voir tout de suite dans ce cas !

Vesna ressentit alors une énorme vague de chaleur, la luminosité était grimpé si abruptement qu’elle dût clore les yeux un instant, quand elle les rouvrit, elle s’aperçut qu’elle était dans le vide, semblant flotter au-dessus d’une montagne ardente. De la lave se promenait sur les flancs de cette montagne noire, et au loin, on pouvait voir des nuages noirs s’élevait de ce qui semblait être une grande vallée, sans qu’elle ne put cependant percevoir plus de détail.

Elle se sentait alors tombé dans le vide. Elle tourna les yeux et vue Spirithia avec un grand sourire, elle semblait s’amusé, cependant quand la toa s’aperçut de la peur de la matoran, toutes deux se retrouvèrent à nouveau dans l’étrange couloir. Vesna essayait de reprendre son souffle. Cette étrange toa de la foudre semblait pouvoir se téléporter aussi facilement qu’elle respire, sans même s’en apercevoir parfois. Spirithia posa sa main sur le mur, qui révéla alors une porte. La matoran crut que son cœur s’arrêta alors qu’elle découvrit ce qu’il y avait derrière la porte.

- Tu es une Ga-matoran, non ? Tu dois t’y connaitre en médecine, pourrais-tu m’aider à la réparer ?

La toa joignit les mains et les mis devant elle, elle se téléporta juste devant les yeux de la matoran, prenant cette pose suppliante, alors que derrière la porte se trouvait une table sur laquelle était monté un corps de femme, et tout autour de la pièce était visible un amoncellement de corps et de membres organique. Du sang avait été projeté un peu partout sur les murs, leurs donnant un aspect effrayant, relevant le moindre default du mur par les reflets de la matière organique. Enfin, l’élément le plus notable fut l’odeur épouvantable qui se dégageait de la pièce, une odeur qui ferait fuir tous kikanalos à 1 kio aux alentours.

- J’ai essayé de la réparé toute seule, cependant j’éprouve quelques difficultés. Elle est cassée au niveau des poumons et de plusieurs veines, et pour l’instant elle n’arrive à bouger que la tête.

Vesna s’arrêta enfin sur l’individu sur la salle. Ce n’était pas un être originaire de l’univers matoran. Son corps était enrober dans une robe noire ensanglanté et découper par devant, on pouvait voir une énorme cicatrice en forme de Y sur son thorax, ainsi qu’une autre plus grossière traversant sa poitrine. Sa tête était enroulée dans une bande de tissu noir, et seul un de ses yeux était à découvert. A coter d’elle, un masque blanc, désormais taché de sang, des traces de doigts ensanglantés sécher sur le métal.

Cependant elle ne percevait aucun mouvement, aucune respiration. C’était vraisemblablement un corps sans vie, un simple cadavre. Pourtant Spirithia semblait dire qu’elle pouvait bouger la tête. Vesna, hésitante avança d’un pas lent vers le corps. Alors qu’elle arrivait au niveau du corps, elle constatait que l’œil était fermé. Elle approcha sa tête de la bouche pour essayer de détecter la respiration de l’être, mais elle n’en perçut rien. Alors qu’elle se retournait pour dire ses constations à Spirithia, elle s’aperçut que cette dernière semblait parler à quelqu’un d’autre.
– La marque ? Quelle marque ? L’autre ? Olmak ? Can’t you speak french ?  

- Tu es sûr d’aller bien Spirithia ?

Spirithia soupira, puis posa sa main sur son menton, prenant une posture réflective, alors que de son autre bras, caché par sa cape de plumes, commençait à crépiter des éclairs. Vesna entendait des bruits de pas. Et instinctivement se rapprocha de la toa de la foudre.  



Rehad s’étirait à l’extérieur du véhicule. Il n’avait pas particulièrement bien dormi, cependant ça aurait pu être pire. Après tous ce n’était que le début de cette guerre. La guerre. Encore et toujours. Tel était la vie d’un Skrall. Arriverait-il un jour où il ne serait plus obligeait de se battre pour sa survie. Il se demandait comment cela était, de passer ses jours, paisiblement, sans avoir à s’inquiéter de sa pitance ou de sa vie. Il s’ennuiera sans doute. Lui, habituer au combat et à la stratégie. Cependant n’avoir aucune vie sur ses épaules serait sans doute quelques choses qu’il puisse vouloir. Combien ? Combien de personnes avait-il dût abandonner derrière lui pour se trouver là aujourd’hui ? Il ne pourrait pas éternellement reculé. Un jour, se serait à lui de se sacrifier. Tel était le destin des Skralls. Et jusqu’à ce que l’un d’entre eux puisse être assez fort pour briser ce destin lui-même, rien ne changerait.


* Et qui pourrait bien le changer ce destin ?* C’était une voix. Aerellys ? Non, ce n’était pas elle mais Rehad qui se posait cette question. Cette question que la sorcière aurait pu poser elle-même. Rehad n’avait pas de réponses à cette question. Peut-être essaierai-t-il de briser ce cycle lui-même. Et peut-être échouerait-il lamentablement comme tous ceux ayant essayé. Tant que le monde brillait encore de ses lueurs multiples, rien n’était perdu. Le commandant suivit le groupe d’Agori vers les centres de soin. Il n’était pas blessé gravement, et apparemment aucun de ses organes vitaux n’avaient été touché. Son armure, par contre demandait d’être totalement reforgé. Il fut placé dans une chambre. Sans doute l’une des plus spacieuses, éloignées de plusieurs couloirs des autres patients. Il était un commandant de l’empire après tout.

- Tant de choses à faire et si peu de temps.

Le skrall entendait une certaine agitation. Cependant il ne s’en préoccupa pas. Il devait réfléchir. Au mouvement de troupes, au point sensible, aux endroits les plus exposés. Il fallait maintenant penser à la suite des évènements.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanika

avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/700  (700/700)
Jauge de Vie:
700/1000  (700/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 4800 | DEF : 2050

MessageSujet: Re: [Laboratoire][Event] Mon bon docteur...   Mar 9 Déc - 2:15

Le tornatus V9 arriva à Tajun. Le pilote chercha alors une place où se parquer. Cordax et Vorona descendirent alors du véhicule. Voilà donc le village agori de l'eau. Un chouette endroit bien rustique avec des maisons construite en terre. Les agoris portaient tous des armures bleus, cela rappelle encore les zones aquatiques de Voya nui ou Metru nui mais avec beaucoup moins d'eau. La particularité de Tajun est d'être l'un des seuls endroit à avoir des nappes phréatiques dans le sol. Le volcan de vulcanus n'est pas très loin, il est tout à fait possible de trouver des sources thermales chaudes. Les agoris de Tajun sont donc enrichit facilement par le commerce et l'exportation de ce liquide vitale si rare dans le désert.
Une patrouille de soldat de l'Ordre arrivèrent vers les nouveaux arrivants, ils avaient l'air pressés, saluant les deux guerriers au passage.

-bonjours, lieutenant Cordax, content de vous voir en forme, la majorité des soldats ayant participé à l'assaut sont ici, beaucoup sont aux soins intensifs à l'hôpital non loin d'ici, Un char d'assaut skrall est également passé ici il y a une dizaine de minute.
-Bien, il semblerait donc que les membres des autres factions soient venu ici aussi, c'est ce que j'appelle de la bonne déduction. Nous allons les voir de ce pas.
-désolé, mais avant cela, nous avons aussi un autre souci plus urgent...

Les soldats de l'Ordre avait besoin de repos et de soins eux aussi tant ils ont été malmené dans le labyrinthe, mais dans ce monde, jamais un jour n'est vraiment un jour de congé. Cordax et Vorona suivirent alors les soldats, montèrent dans un véhicule de transport et traversèrent quelques quartiers pour arriver à un quartier en périphérie. Les soldats de l'Ordre, des skralls et des défenseurs glatorians avaient bouclé le périmètre et restaient aux aguets, leurs armes sorties. Une petite situation de crise comme les membres de l'équipe Alpha en ont déjà connu. Un agori cinglé s'était cloitré chez lui et ne voulait pas en sortir. Il refusait à tout le monde d'entrer et tirait par l'une des fenêtres barricadée de chez lui avec un fusil afin d'empêcher d'approcher. Angoissé et sous hallucinations, un fou a réussi à faire venir une bonne troupe des forces de l'ordre publique.

-il délire, il dit que certains d'entre nous sont à la solde des protectors, la rumeur sur les hauts gradés dont l'impératrice capturée par le séide a des répercussions apparemment.
-il est juste mentalement dérangé, mais pourquoi vous vous bougez pas, répondit Cordax, il est tout seul.
-il affirme avoir posé des explosifs puissants sur toutes les issues de sa baraque. Je me sentirais mal avec un cratère au milieu d'un village sous contrôle skrall.
-compréhensible, alors qui a une idée? dit l'un des glatorians.
-je pense en avoir une, affirma Cordax, apportez moi la Lance de Rohrak.

Il ordonnait ca à des soldats de l'Ordre qui partirent en courant et sortirent du véhicule se qui pourrait ressembler à une très grande lance au bout équipé d'un fer de harpon très solide.

-si on peut pas passer par les portes, on va passer par les murs. Pas de pouvoirs, ca risquerait de déclencher les bombes, on va jouer son jeu.

Vorona s'en souvient encore. A la forteresse à Daxia, elle avait trouvé ces quelques morceaux de ferraille dans un entrepôt d'arme, elle se demander ce que ca pouvait foutre là, Cordax était arrivé en disant de ne pas toucher à ce truc, que c'est un nouveau prototype de bélier dont il se mit alors à expliquer le fonctionnement et qu'il l'avait développé lui même.
Ils se déplacent alors furtivement derrière la maison avec l'engin et plantent la lance droit dans le mur. De l'intérieur, le forcené fut surprit "merde, des mechas géants?" comme quoi il délirait vraiment. La pointe pouvait trancher n'importe quoi, donc rentrait dans la terre glaise comme dans du beurre. Impossible de la retirer... sans faire s'effondrer le mur. Ils attachent le manche à un véhicule qui accélère et tire le tout, en deux secondes, le mur s'effondre. La poussière ainsi levée permet l'effet de surprise à ceux qui vont entrer par le trou.

-les mains en l'air, personne ne bouge, lâche ton arme, tout de suite.

vociférait Cordax, s'avancant, son fusil d'assaut à la main, braqué et chargé. Vorona aussi y entrait en posture de combat avec son flingue en main. L'agori s'exécute et ils purent lui mettre les menottes sans difficulté. En voilà un qui va passer un moment à l'ombre.

Un peu plus tard, alors qu’ils rangeaient le matos dans des véhicules de transport.

-tu devrait le vendre, ton prototype, tu toucherait pleins de makoki.
-désolé, c'est le seul exemplaire que j'ai, de toute façon, on l'utilisera pas souvent, seulement quand il est interdit de se servir de pouvoirs, c'est situationnel. répondit le makuta. Mais nous pouvons y aller, on se donne rendez vous à l'hosto, suivez le chemin, vous autres.

Il parlait aux soldats qui vont se servir d'autres véhicules pour se déplacer.
Une fois arrivé à l'hôpital de Tajun, une modeste clinique bien entendu, déjà bien moins grande que celle de Ga-metru, ils passèrent à la réception.

-on est là pour une visite, on est venu voir les soldats blessés venant du Labyrinthe. Nous savons que les chefs de factions sont ici, nous aimerions leur parler.

les agoris leurs indiquèrent alors l'aile du bâtiment où ils sont et quels chambres.

-au faite, demanda Vorona, auriez vous des cabinets de psychiatrie ou des salles de réunion de libre, j'aurais certainement besoin de vous en emprunter une.

là aussi, ils lui indiquèrent avec succès. Certains médecins psychiatre sont en vacance, elle pourrait emprunter leur locaux pour quelques heures. La psionique demanda alors à son coéquipier si il pourrait demander à Rehad de l’amener à elle si il le trouve. Elle alla s'installer dans un des fameux bureaux et profita du calme des lieux pour méditer tandis que Cordax alla avec les autres soldats rejoindre les membres des autres factions. Heureusement tout le monde étaient là. Shrecki, Rehad, Solok, tous présent pour se reposer et discuter de la suite des événements.

-Commandant Rehad, Commandant Shrecki, je suis le lieutenant Cordax, superviseur des armées de l'Ordre, j'aimerais m'entretenir avec mon supérieur, Raidark...

Un peut plus tard, le makuta accourra vers la salle où se trouvait Vorona, il ouvra vivement la porte, peu importe de la déranger, de toute façon, la situation urgeait.

-Vorona, viens vite, on a un problème avec Raidark, il délire complètement, encore un coup des Protectors, j'en suis sûr.

Ils se mirent à courir à nouveau vers les autres, tandis que le makuta se mettait à grommeler.

*Tanika, Vorona, Raidark... Helryx racontait des conneries ou quoi? y a personne qui est protégé du contrôle ennemi chez nous, c'est dingue.

...

Pendant ce temps, très loin d'ici, à la sortie du tunnel reliant l'univers Matoran à Bara magna, du côté de Mahri nui, un petit nombre de membres de l'Ordre étaient retourné à l'intérieur du robot monde pour établir un rapport à la base principale de Daxia, Bumblebee qui était avec eux recut alors un appel, les communications privées de l'Ordre marchant de nouveau.

-Sergent, qui a t'il?
-Adjudant Miss bourdon, nous attendons votre retour et votre rapport de mission, cela dit, transmettez un message de notre part. Nous avons rencontré des problèmes au Gouffre, ces informations ont été relayées par Hydraxon et Botar.
-quels genre de problèmes?
-une évasion
-Impossible, personne n'est sensé pouvoir s'échapper de la prison la mieux gardée de l'univers.
-Il semblerait que quelqu'un aie brisé le mythe mais c'est aussi car il a reçu de l'aide extérieur, seul il n'y serait pas arrivé. Nous ne connaissons pas ceux qui l'ont aidé à s'évader.
-et qui est le fuyard?
-le Toa fou du nom de Volken, semble t'il.
-quoi? Volken, le toa du fer légendaire? d'après des archives, il aurait été emprisonné car non seulement il est le plus puissant toa de son élément, mais en plus il est complètement mentalement dérangé. Ces enflures auraient alors libéré une arme de destruction massive dans le continent sud.
-désolé de vous en informer, mais nous ne pouvons prendre aucune action actuellement, pas temps que nous n'aurons pas eu de nouvelle des commandants de nos forces, encore bloqués sur Bara magna.
-et merde...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solok
Toa Useless
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
400/400  (400/400)
Jauge de Vie:
980/1000  (980/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 3400/3400 | DEF : 1535/2500

MessageSujet: Re: [Laboratoire][Event] Mon bon docteur...   Mar 9 Déc - 20:59

Il avait manqué de s'endormir, mais il fut réveillé par Rehad qui avait élevé la voix contre le Skakdi. Il avait raison le Skrall, personne n'avait le droit de mettre l'échec de l'attaque sur le dos d'une seule personne. Il n'avait vraisemblablement pas dormi longtemps, dix minutes tout au plus. Le groupe revenant tout juste de l'Enfer se mit à sortir du char, le Toa suivait, a moitié endormi. Il allait falloir monté dans un autre char pour aller à Tesara... Ou Tajun, Solok avait beau avoir écouté, il était un peu embrouillé, car fatigué. Quelques minutes plus tard, Shrecki adressa des paroles au Toa de Glace. Personne n'était irremplaçable? C'était certainement vrai, surtout pour Solok, mais il avait quand même pour dessein de sauver ceux qui avaient été dominés par le Protectorat. On ne lui enlèverait pas l'idée de la tête. Il était comme cela. Puis le chef de la Confrérie évoqua la mission que lui et Nui était sensé accomplir. Ah, cette mission. Il essayait de se remettre les idées en place avant de s'essayer a un rapport, mais la façon dont en parlant Shrecki lui indiqua que ce n'était pas le plus urgent. La prochaine destination du groupe était un endroit où ils pourraient être soigné? Ce fut l'une des meilleures choses que pu entendre le Toa en ces temps. Il ne rêvait que de se faire soigner, mais il espérait que les Agori s'occupant des soins sur la planète ne seraient pas doté du niveau d'incompétence des Matoran de Ga-Metru. Il donna finalement son amplificateur psionique et parti s'asseoir non loin de Raidark, tels étaient les ordres. Solok était trop fatigué pour parlé. Le Skakdi et l'Ordre lui adressa quelques mots à propos de leurs alliées tombés du mauvais côté.

-"On fera se qu'on pourra, je présume... *baille* ...Pour les sauver. Je ne sais pas se qu'il nous est possible de faire... Aucune idée ne me viens... J'espère juste... Que cela sera... *baille* Possible."

Le Toa s’endormit à l'attente du Ragnörd, qui fini par arriver après les quelques heures promises. Il pris place dans le véhicule pour se rendormir dans la même minute. Il fut réveillé, plusieurs heures plus tard, par Shrecki annonçant l'arrivé du groupe a Tajun. Ils avaient enfin atteint les soins. Enfin le Toa allait sentir a nouveau ce que c'était que d'avoir une armure et un corps fonctionnel. Il sorti du char, lentement, au milieu du groupe sortant. Il fut rapidement pris en charge par des Agori. Il ne pu s'empêcher de dire, en rigolant un peu, détendant sa propre atmosphère :

-"Enfin des soigneurs compétents! Ça nous change de ceux qu'on a à Ga-Metru! Agori je vous l'apprends peut être, mais votre service est de meilleure qualité que celui de Ga-Metru!"

Il fut rapidement anesthésié par les services de soin, et un trio d'Agori s'attela à la tâche. Les soins ne furent certainement pas aussi rapide que ceux prodigués a Ga-Metru, car les techniques et technologies n'étaient pas du tout les même, mais puisqu'il était anesthésié, Solok ne nota absolument pas se détail. Il se réveilla, Raidark était encore endormi. Le Toa se mit en position assise sur son lit, même s'il avait encore mal, les sensations étaient fortement atténuée. Il n'était pas sorti de l'Enfer, il y était encore tant qu'Étreinte, et le Protectorat certainement, n'aurait pas été vaincu. Cependant, cette période de calme, prenant certainement place au milieu de deux batailles, était appréciable. Rehad avait été placé autre part, on était sur sa planète, et il est un haut gradé du seul Empire présent, c'était donc normal. Il se retourna, observant Raidark. Il brillait... Attendez une seconde. Un Skakdi qui brille de TOUT son corps? Ceci n'est absolument pas normal.

-"Mais qu... QU'EST-CE QU'IL SE PASSE ICI?!"

Ignorant son état, le Toa se leva, retirant deux trois babioles de son corps, et se saisi de son épée dans sa main droite. Il tapota l'épaule du Skakdi de la gauche, tentant de le réveiller. Il ne connaissait pas très bien cette espèce, cela pourrait être quelque chose de totalement normal, mais compte tenu de la situation, il avait quelques doutes. Il se pourrait que cela soit un effet secondaire du fait qu'il ait été très près de passer de l'autre côté. Dans ce cas, pourquoi Solok lui ne brille t-il pas? Peut être que cela c'était déjà produit et qu'il ne s'en était pas rendu compte? La vérité était tout autre, mais le Toa ne la connaissait pas. Rapidement, Shrecki arriva, il avait été averti de la situation. Rapidement après, deux personnages inconnus au Toa, apparemment affilié à l'Ordre, arrivèrent à leur tour. Le Toa de Glace dit :

-"Quelqu'un sait si c'est normal un Skakdi qui brille? J'ai essayé de le réveillé, mais je suppose que mon tapotage de main n'est pas très efficace, puisque j'ai essayer de le faire de façon discrète car on ne sais jamais... Si ce n'est pas un phénomène normal, qui sais se que cela pourrait être?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bionifigs.com/u1023
Raidark
Main de l'Impératrice
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/700  (700/700)
Jauge de Vie:
790/1000  (790/1000)
Capacités du Personnage: ATK:2050 DEF:0000

MessageSujet: Re: [Laboratoire][Event] Mon bon docteur...   Mer 10 Déc - 21:52

La tactique improvisé du Skakdi fonctionna, et lui permit alors d'utiliser son amplificateur contre Nui, le Makuta de la Confrérie qui est soumis au Protectorat. A cette instant précis, la Main de l'Impératrice se tenais dans un autre endroit totalement inconnu et hors de la bataille qui prenez fin. Partout où son regard se posa, il ne voyait qu'un gigantesque désert de cendres, illuminé par un soleil noir. Continuant d'observé, Raidark voyait une silhouette familière qui s'approchait de lui: Tanika. Le Skakdi remarquait que la stellaire souriait d'un air heureuse alors que la Tamaranienne continuait d'avancer lentement vers lui. Quand elle fut arrivé près de Raidark l'Impératrice posa ses mains sur les épaules du commandant de l'Ordre et elle lui répondit d'une voix douce.

"Lord Darkness ne t'a donc rien appris, Raidark ? C'est uniquement une question de pouvoir, et cela l'a toujours été.
Quelques soient les rêves que l'ont puisse avoir, ils ne ne seront jamais rien d'autre sans le pouvoir pour de les concrétiser, un pouvoir qui te fait tant défaut. Tu es faible, ma très chère Main, très faible, un être tel que toi, est indigne d'avoir un tel rêve."

Concrètement c'était des mots qui aurait touché Raidark dans son orgueil, cependant ces mots ne serait jamais sortie de la langue de la stellaire. C'est pourquoi l'expression de la Main resta maussade et finit par répondre d'un soupir exaspérant.

-Vous perdez votre temps Nui. Cette ruse est un échec en cause que vous ne connaissiez pas parfaitement Tanika Quand j'ai usé de cette appareil pour la raisonner, j'ai vus que malgré cette sombre aura dans ses yeux, elle reste toujours l'Impératrice compatissante que j'ai suivi jusqu'à aujourd'hui. Mais ce que je vois devant moi est froid et sans "cœur", comme tout les Makuta. Et cette plaie en est la preuve.

Il désigna de la tête le bas du ventre de Tanika, le flan droit pour être précis. Ce qui changea l'expression de Tanika et observa alors le flanc droit. Une plaie s'était ouverte et du sang noir coulait légèrement. Marmonnant cette plaie comme une blessure insignifiante, Le Makuta Nui dévoila son vrai visage alors qu'il changea la position des mains pour serrer le cou du Skakdi.

"Je suis certain que vous vous êtes déjà demandé ce qu'il pouvait y avoir sous ce masque."

-Ça aussi, c'est une perte de temps.. Je sais parfaitement que c'est de l'Antidermis...

Répondit la Main de l'Impératrice bien qu'avec mal suite de son étreinte. C'est alors qu'un troisième bras sortit du Makuta et se posa sur son visage et ce dernier lui répondit finalement.

"Je vais vous dire un secret, je ne porte pas de masque."

-Qu..quoi ?!

Alors à cette instant le soumis retira son "masque". Raidark ne voyait pas d'Antidermis, mais un noir abyssale auquel des sortes de vrille en sortirent. Le Skakdi se retrouva impuissant face à ce que Nui compte faire mais avant qu'une vrille commencèrent à toucher le visage de Raidark il fut d'un coup arraché de l'esprit de Nui.

...

Ce moment reviens dans la mémoire de Raidark alors qu'il se retrouva seul dans dans un vaste noir abyssale. Cependant une chose est différent sur le Skakdi; tout de son corps est d'un noir avec des reflets bruns. Seule une fine aura blanche faisait la différence de couleur entre le noir abyssale et le noir du commandant de l'Ordre qui a finalement été soumis à la Peste du Protectorat. Son interaction avec Nui, l'explosion de la forteresse par Shrecki, et la téléportation jusqu'à l'Hecatonchire, a permis à Noir Destin d'avoir finalement eu raison de lui. Mais la situation de Raidark fut des plus intéressantes. Car compte tenue que les membres du Dernier Ordre ignore encore que le commandant de l'Ordre est soumis, Raidark resta physiquement le même mais avec une tâche bien précise: être les yeux et les oreilles du Protectorat au sein du groupe. Un Agent Double.

Et jusqu'à présent, personnes ne méfier de lui alors que leurs voyages vers les centres de soins de Tajun. Les divers médecins Agoris décidèrent de mettre les blessé sous anesthésie afin d'opéré tranquillement. Ce fut une chance pour la Main de l'Impératrice, qui ainsi alors qu'il se plongea dans son sommeil voyagea jusqu'au plus profond de sa conscience pour y faire part de son "rapport" au Protectorat.


-Ce qu'il se passe de mon coté marche comme prévu. Ils me croient pour le moment que je suis "indemne" de cette bataille inutile. Mais une autre éclatera dans peu de temps.

L'esclave du Protectorat disait cela dans le vide. Mais dans ce lieu abyssale, tout ce qui peut être dans ses ténèbres se convergent vers un point précis. Un vent glacial souffla sur le Skakdi. Bien qu'il tremblota un peu il écouta le souffle, comme si le vent lui parlait.

-Les amplificateurs sont au mains de Shrecki, il a dit qu'il compte recueillir les données reçus. Mais moi même j'ai compris que cet insignifiant Makuta n'avait pas compris pleinement ses machines. Il dois surement à l'heure actuelle faire des nouvelles versions dans l’espérance inutile de nous ramener à sa tyrannie.

Finit-il par répondre à une possible question que le vent aurait donné. Ce fut ensuite que le vent souffla de nouveau, toujours d'un coté glacial avec une étrange tiédeur. Quand le vent effleura Raidark, il sentit en lui une chaleur douce mais finissant par devenir glacé. Ce fut pour lui une sorte d'extase comme il en n'avait connu depuis longtemps.

-Ce cadeau restera une bénédiction pour les décennies à venir, mais je vais devoir faire preuve de plus de tacts pour éviter les soupçons.

Ce alors qu'une lumière apparu derrière le Skakdi. La lumière du réveil. Comprenant qu'il y en ait fini pour le moment avec le vent mystérieux, Raidark se détourna et avança vers la lumière et il répondit une dernière fois dans le vide, en faisant en sorte que personne à l'extérieur de sa conscience n'ait entendu quelque mots qui puisse mettre en déroute son rôle d'agent double.

-Il semble qu'ils ont "découvert" votre cadeau. Je tacherais de faire part d'un nouveau rapport de situation une fois que je serait tranquille ou que j'ai rejoins les autres. Au revoir.

...

Raidark ouvrit les yeux lourdement à cause de son sommeil justifié. Les Agoris ont put faire ce qu'il fallait pour le remettre en bonne état de santé. Tournant la tête, l'esclave du Protectorat regarda autour de lui et voyait Shrecki, Cordax, Vorona et Solok debout entrain de discuter. Ils put entendre qu'ils parlait de lui. Alors il se mit en position assit et voyait qu'il brillait d'une aura totalement inconnu pour les autres. Seul la Main de l'Impératrice sait de quoi il il s'agissait. Il se leva et s'approcha du groupe qu'ils voyait alors que le Skakdi est réveillé. Ce fut ensuite qu'il répondit au Toa de la Glace de son ton habituel.

-Il faut plus qu'un petit tapotage pour réveiller un Skakdi, Toa de Glace. Il détourna légèrement du regard jusqu'à voir le Leader de la Confrérie. Allez droit au but Shrecki, pensez vous que cette espèce d'aura soit un effet secondaire à ceux qui ont réussi à s'en sortir de peu de la Peste du Protectorat ? Et ci c'est le cas pensez vous que c'est temporaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Laboratoire][Event] Mon bon docteur...   Sam 20 Déc - 2:19

Avant que qui que ce soit ait pu répondre au skakdi - désormais Réprouvé, retourné contre les siens dans l'espoir de les affaiblir depuis l'intérieur - l'une des portes qui menait à la salle de réveille s'ouvrit avec fracas, frappant durement la pierre avant de se stabiliser. Plusieurs des guerriers présents sortirent instinctivement leurs armes, prêts à en découdre avec un assaillant, tandis que d'autres, plus confiants - ou conscients du fait que les probabilités qu'un assassin soit parvenu à s'infiltrer si profondément dans le laboratoire sans être repéré étaient nulles - ne frémirent pas le moins du monde. Ses pas, alors qu'ils entraient dans la pièce, ne produirent pas le moindre bruit, tandis que de multiples pièces métalliques cliquetaient dans son dos.

L'étranger possédait un corps plutôt fin, se déplaçant avec grâce et droiture. Entre ses mains, une arme étrange, longue de plus de deux mètres, était composé d'un bâton central métallique, autour duquel de multiples dents brillantes et acérées n'attendaient que de lacérer la chair et l'armure de ses ennemis. Son corps était recouvert d'une armure épaisse mais légère, renforcée autour des articulation mais laissant les points vitaux étrangement découverts - un détail qui permit à nombre des êtres présents de comprendre qu'il ne s'agissait pas d'un guerrier organique ou biomécanique, dont les protections corporelles auraient cherché à éviter au maximum les blessures au niveau des points vitaux. Une créature cybernétique donc; mais commandée par un être totalement vivant. Car la voix qui résonna ensuite dans la pièce était à n'en pas douter celle d'un kraata de niveau supérieur, capable de pensées aussi complexes que celles d'un toa ou d'un makuta. Un rahkshi, unique en son genre.


- Bien... je vois que la plupart d'entre vous sont revenus sains et saufs de votre périple. Enfin... si se mettre à luire comme une lanterne peut être pleinement qualifié de "sauf".

Le guerrier regarda un à un les membres réscapés du Dernier Ordre; anciens représentants de l'Empire, de l'Ordre et de la Confrérie, ils s'étaient de nouveau ralliés face à un ennemi commun, comme des chacals qui devaient faire front uni face à un lion. Et qui, qui une fois la victoire obtenue - s'il restait encore la moindre chance de gagner cette guerre, du moins - recommenceraient à se chamailler comme des chiens enragés cherchant à ronger la plus grande partie de l'os.

- Pour ceux qui ne le savent pas encore, je suis Takurak, Seigneur-Commandant des Prométhéens.

Je vais tâcher de faire vite, j'imagine que chaque seconde est importante au vu de notre situation - qui je dois l'avouer, me semble bien piteuse. Nos forces, qui étaient chargées d'empêcher l'ennemi de vous engager sur un second front, se sont retirées en bon ordre suite à votre... revers. Les pertes sont minimes, l'ennemi nous ayant largement sous-estimé; à moins, probablement, que le Maître et ses sbires aient décidé de nous réserver un accueil bien autrement plus chaleureux dans un futur qui risque d'être bien trop proche à mon goût.

Je ne vois plus l'Impératrice Tanika, notre supérieure directe, ainsi que Nui ou Trayx; que leur est-il arrivé ? Sont-ils perdus... définitivement ?
Revenir en haut Aller en bas
Shrecki

avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/700  (700/700)
Jauge de Vie:
1000/1000  (1000/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 4225 DEF : 6100

MessageSujet: Re: [Laboratoire][Event] Mon bon docteur...   Lun 22 Déc - 12:51

Shrecki observait la situation. Troublant. C'était tout à fait troublant. Raidark brillait de cette étrange lueur ; elle ne ressemblait pas à ce qu'il avait vu dans le Labyrinthe ; elle était différente, les vibrations ne correspondaient pas. Le Makuta entendit que Cordax – qu'il avait brièvement entre aperçu dans les couloirs – l'avait rejoint. Sur le côté, la flamme de Solok, et Shrecki sentait l'acier entre ses mains. Cette scène pouvait être interprétée de bien des manières. Une simple erreur de jugement, et il tomberait dans le jeu du Protectorat – si le Protectorat était toujours à l'oeuvre...

Le masqué resta immobile. Raidark s'approcha, le Skakdi voulait savoir – toujours d'un ton si détaché et à la limite de l'insolence – s'il s'agissait ici d'un des effets secondaires de sa libération à ce qu'il nommait la « Peste du Protectorat »...Libération ? Cela impliquait en premier lieu que Raidark était libéré. Si c'était le cas, alors pourquoi Solok n'avait-il pas une telle aura ?
La réponse était claire ; il y avait toujours un des deux, de Solok ou de Raidark, qui était sous l'influence du Protectorat.

Et la situation se complexifia plus encore.

Entra dans la salle une nouvelle présence, pour augmenter plus encore le nombre de variables inconnues dans les calculs de Shrecki ; un Rahkshi à sa flamme, mais qui s'exprimait comme un Toa, un certain Takurak qui semblait posséder trop d'informations pour que cela lui soit bon. Mais quelque chose retint bien plus son attention. Prométhéens. Groupuscule formé, derniers reliquats des Fantômes, dans l'espoir d'accomplir ce que l'Ordre Noir avait esquissé.
Le groupe que le Makuta avait recherché à Xia, avant de ne trouver quelque chose de bien plus intéressant sur sa route...
Mais il s'en était fallu de peu. Ce que le leader de la Confrérie aurait fait en trouvant ces fameux Prométhéens...Une question qui – heureusement pour l'Histoire du monde – resterait à jamais sans réponse.

Il y avait beaucoup de situations qui s'entrecroisaient soudainement. Trop. Shrecki se tourna vers Takurak.

- Vous semblez en savoir bien long. Pourtant il semble que plusieurs de vos informations soient erronées, Kraata Takurak. Toutefois, j'ai plusieurs problèmes plus urgents qui réclament mon attention ; des problèmes pour lesquels je dois vous maintenir dans l'ombre de l'ignorance. Commandant, non...Seigneur Raidark. Avant que toute cette histoire ne soit tirée au clair, il me semble judicieux que le Makuta Cordax ici présent soit mis en charge de la réorganisation des troupes de l'Ordre de Mata Nui. À présent, laissez moi seul s'il vous plaît, avec Raidark et Solok, dit le personnage sur un ton sinistre.

Attendant que tous sortent, il entendit l'Agori, insistant pour rester. Il y avait encore des soins à apporter aux patients ! Mais le caractère de Shrecki mit fin à toute objection, et il se retrouva enfin seul avec le leader de l'Ordre de Mata Nui, et son soldat.
S'il avait voulu tuer Raidark, et par la même occasion la dernière tête de l'Ordre de Mata Nui, c'était le moment rêvé.

Nui, Tanika, Trayx. Entre les mains du Protectorat. Un nouveau Kraata faisant son apparition, héritier de Gladius. Arrivée de Cordax et Vorona ; les trois au même instant par un étrange hasard. Raidark et Solok, réchappant de la bataille par l'intervention de Shrecki. Rehad blessé gravement. Raidark et cette lueur. Cette lueur et ceux jetés à bas par Etreinte. Cette lueur et les motifs. Séides. Des relais.

Il était tout à fait possible que parmi les deux en face, à travers l'un – comme les deux – ce soit le Séide qui s'exprime. Mais cela même n'était pas viable. Nui s'était exprimé de sa voix ; et d'un discours qui ne trahissait pas sa pensée ni son identité. Le Protectorat avait généré une forme de traîtrise plus avancée que ce que les meilleurs agents doubles auraient pu rêver.

Le Makuta fouilla dans son manteau, puis en tira son communicateur. Alors qu'il le montrait, la pièce s'emplit brusquement de noirceur ; des ombres multiples s'étirèrent sur les murs, jaillirent de sous les lits, d'indénombrables bras au sang carmin, qui enserrèrent comme tant de liens les deux autres, des cercueils de ténèbres et de cauchemars.
Shrecki n'avait toujours pas bougé.

Les ombres continuaient à s'étirer. Elles couvraient tous les murs, et plus aucune lumière ne filtrait des fenêtres. Le son était mort. Le Makuta avait disparu dans cette Nuit qu'il avait créé. Les murs, le sol, les fenêtres, les appareils de mesure, il n'y avait plus rien, on se serait cru au milieu d'un puits, mais l'eau était les murs, l'eau était le ciel, et cette eau là était une eau sans lumière et sans couleur, un pétrole sans texture  ni relief mais plus épais que tout liquide répertorié, cette eau là n'était pas une, ELLES étaient multiples, les fils d'ombre tissés hors des bordures du monde, l'esprit labyrinthique de leur maître qui les contraignait à une seule volonté. Soudainement, tout se craquela, la terre avant l'éruption volcanique ; des fissures apparurent, des gouffres soudain.


- Le Protectorat...murmura Shrecki...Serait incomparable à l'expérience que vous vivez ici. Sa voix était partout à la fois, dans tous les espaces que les sens organiques des deux pouvaient percevoir. Elle semblait comme un murmure de vent, mais un écho qui emplissait l'esprit, qui y résonnait sans cesse, s'amplifiant alors encore et encore. Dans  les fissures en dessous, on pouvait apercevoir des silhouettes, qui tentaient de se hisser le long des crevasses ; elles grimpaient, les murs noirs dévoraient leurs membres, corrompaient leurs chairs ; mais les silhouettes s'en moquaient. Alors Solok et Raidark auraient pu s'en apercevoir, c'étaient des Toa, des Skakdi, des Matorans, des espèces de l'Univers Matoran, mais qui n'avaient plus guère de vie dans leurs yeux ; des cadavres ambulants, grimpant le long de la paroi.

- Les âmes damnées, dit le Makuta.
Au delà des ombres, par delà la Nuit, dans son Royaume il réside, au milieu des morts.
Tous chantent la vie, mais nul ne le chante Lui.
Et dans son silence,  de son trône il contemple le monde et sa fin.
Le roi sans couronne alors s'avance, sa main pointe ceux qui ont Tort ;
Les ombres jumelles, le flux sans limites, et tous les seigneurs carmins.
Qu'ils dansent ! Car – inéluctable – le jugement est sien.
Qu'ils chantent ! Car de leur fatalité il n'existe aucun lendemain.
Qu'ils crient ! Car le destin n'écoute aucun vœu.
Qu'ils pleurent !  Car le Seigneur de la Mort est parmi eux.
Froid soit la main et le cœur et les os.
Froid soit le sommeil sous la pierre.

Des âmes. C'étaient des âmes. Un nombre sans limites d'âmes qui grimpaient, une sinistre marée sans couleur, sans charme, terne. Soudain, au milieu de l'ombre apparut une lueur ; un or étrange.

- Ils n'y peuvent rien. Toujours courant après les vivants. Toujours voulant rattraper le temps perdu. Toujours à la recherche de ce qu'ils n'ont jamais eu. Mais à leur maladie il n'y a aucune cure. À leur folie, le seul remède est ce sommeil, cet éternel sommeil. Mais tout ce qui dort n'est pas mort, et au fil des siècles peut mourir même la mort ; des cycles sans fin où elle va et vient, le Faucheur qui assure à tous que parfois, l'Ordre et le Chaos sont sans lendemain. La Terreur sans Nom, la Fatalité sans Raison.
Ils courent toujours, à vouloir rattraper le temps perdu. Folie. Car au final, tout le monde épuise son temps.

La lueur dorée se précisa ; c'était le Vahi. Face à lui, les âmes s'effritèrent, et avec des mimiques de douleur, tombèrent en poussières, emportées par un vent qu'aucun sens ne percevait.


Shrecki était de nouveau dans la pièce. La lumière filtrait de nouveau à travers la fenêtre. Au dehors, on entendait de nouveau les bruits faits par les soldats de l'Ordre de Mata Nui, le cliquetis des Rahkshi, on entendait à nouveau les sons du désert, et des appareils de mesure. Des ombres, il n'y avait aucune trace. Le Makuta était toujours dans la même posture que lorsque l'expérience de Solok et Raidark avait débuté.


- Au rythme où les choses vont, le temps de ce monde sera bientôt épuisé.

Shrecki ouvrit alors son communicateur ; devant, il y avait trois écrans projetés de façon holographique, afin que Solok et Raidark puissent les voir. Shrecki, ayant abandonné la vision, avait modifié son communicateur afin que l'appareil lui transmette des sensations que des dispositifs internes de son armure traduisaient ensuite directement à son esprit.
[*]Des données, qui défilaient à un rythme tranquille, mais qu'aucun des deux ne pouvait tout à fait saisir de façon intelligible...Jusqu'à ce que Shrecki appuie sur un nouveau bouton de son bien étrange communicateur. Alors les données furent remplacées par trois textes clairs. L'écran de gauche était un compte rendu des émissions que Solok avait effectué. Une émission était mise en relief ; il en avait effectuée une sur lui-même.
L'écran du milieu étaient les émissions de Shrecki. Une émission était mise en couleur ; une vers Solok.
Enfin, l'écran de droite était les émissions de Raidark. Il n'y avait nulle couleur dans l'image.

Le Makuta posa son communicateur au sol, puis désigna les portes et fenêtres ; de nouveau, il n'y avait plus aucun son.


- Permettez moi d'épuiser le temps, dit le Makuta. La glace couvrit alors soudain toute la pièce, les murs, le sol, la porte, tout était couvert de glace...Cela incluait Raidark et Solok. Shrecki en contrôlait la température ; il contrôlait la glace au delà de tous les paradoxes physiques que cela impliquait, pour qu'elle ne gèle aucunement les deux. Si Solok avait tenté de briser cette glace, il aurait senti quelque chose d'étrange ; cette glace semblait s'opposer à sa volonté, refusant nettement son contrôle.

Le Seigneur de la Confrérie s'approcha enfin de Raidark et son étrange lueur.

- Voyez vous cela, Séide ? Entendez vous les pensées de vos serviteurs. Par quels yeux nous observez vous ? Ceux de ce Skakdi ? Ceux de ce Toa ? Les miens ?

Le Makuta se plaça derrière Raidark, le dominant de plus de deux têtes ; alors, il leva ses deux mains gantés, les appuya sur les tempes de Raidark tel un psychique prétendant sonder l'esprit de sa cible. Mais il n'en était rien. Un instant, un instant. Shrecki sentit l'énergie qui coulait en Raidark couler en lui ; il comprit avec une clarté soudaine l'élément que maîtrisait le Skakdi, il sentait toutes les roches autour de lui qui murmuraient, leur respiration apaisée, leur type, tout devint clair à son esprit ; mais il sentit autre chose. Autre chose, une sensation qui n'avait rien à voir. Soudain, il sentit son esprit, contorsionné, à mesure que l'étrange essence coulant dans son armure, cette énergie étrangère et indomptable, ce poison qu'il extrayait de la plaie du Skakdi. Il sentait une volonté étrangère, il entendait des voix multiples. Il sentait sa perspective s'estompant. Et une autre énergie l'emplit alors; soudain, il défilait, le monde était arrêté, et lui bougeait en accéléré. Soudain le monde allait trop vite, et lui était immobile. Soudain le monde se rembobinait, et lui en spectateur. Le Temps, oui le Temps qui défilait.
Et alors il rit. Froid. Glacial. Ce rire était probablement le pire son qu'on ait entendu dans une vie de Toa.


- La Peste Protector. Mais si faible, si faible par l'éloignement, continua-t-il. Si faible, si fragile. Sur un seul esprit, oui. Mais éloignée de celui qui la commande, étirée hors de sa cible, forcée vers une volonté nouvelle et jamais érodée, si fragile, si frêle. Une nouvelle volonté vous échappe, Séide.

Il y eut un craquement sonore ; et une sorte de sifflement qui s'éleva. Toute la glace du Makuta éclata en même temps, en des dizaines d'échardes qui s'évaporèrent. Shrecki revint face à Raidark, ramassa son communicateur.

- Je vais à présent répéter ma question, Raidark. Comment vous sentez vous ?

Le général désactiva son communicateur, attendant la réponse du Skakdi. Et le Skakdi ne rayonnait plus d'aucune lueur.


**

Les bataillons de Rahkshi étaient alignés de façon parfaite, ils attendaient les ordres de leur dirigeant, formant des colonnes d'acier froid sur le désert, rouges, gris, bleus.
Les troupes de l'Ordre attendaient quant à elles des ordres ; sans doute Cordax s'était-il mis à l’œuvre, ou avait-il discuté avec Takurak. Les deux furent néanmoins interpellés, lorsque sortant de l'hôpital vers eux, venait Shrecki, mais accompagné de Raidark et Solok. Le Makuta se stoppa à quelques pas.


- Vos premiers ordres seront déterminants pour la suite, Raidark. Une fois que le commandant Rehad sera prêt, nous nous retrouverons pour discuter de stratégie. Pour l'heure...Il faut que vous repreniez les rênes de cette armée.

Laissant le Skakdi avancer, le Makuta se tourna ensuite vers le Toa.

- Vous aviez bien des questions en tête, Toa Solok. Quelles sont elles ?


[Comme auparavant, Nui, ton personnage verra [dans un certain décalage dans le RP par rapport à l'autre vision bien sûr, compte environ un message] ce qui est entre
[*].
Raidark, ton personnage est libéré de l'emprise Protector.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Laboratoire][Event] Mon bon docteur...   Sam 27 Déc - 3:48

Takurak s'impatientait; dans son esprit, les idées s'entrechoquaient sans cesse. Chaque seconde semblait être plus longue que la précédente, transformant l'attente en un véritable calvaire; et, tandis que Shrecki reparaissait, accompagné de Raidark et Solok, le rahkshi voulut immédiatement lui poser la question qui lui brûlait la langue depuis déjà plusieurs heures. Une simple phrase, toute simple en fait; le kraata ne savait pas s'il voulait vraiment entendre la réponse à son interrogation. Il était en fait déjà persuadé de ce que tout cela induirait, les conséquences désastreuses d'un passé révolu mais qui revenait les hanter.

"Les fruits empoisonnés de la souffrance", avait-il dit. Jusque là, Takurak avait cru que le sacrifice des héros permettait au bien de triompher - ou au moins de se relever face aux Ténèbres qui approchaient. Mais c'était faux. La mort ne pouvait rien apportait de bon, sinon de nouveau la souffrance. Un cycle infernal, sans fin.


*Garde espoir, tout n'est pas perdu...*

Le Seigneur-Commandant tentait de se rassurer, sans succès; si ses soupçons se révélaient vrais, il ne pensait plus avoir la moindre de chance de victoire face aux armées du Traître - et de même pour tous ceux qui se lèveraient vainement face à lui. Cependant, le kraata était sûr d'une dernière chose...

Quelle que soit la vérité - horrible, ou finalement porteuse d'espoir; il se battrait. Même si cela signifiait sa mort, ainsi que celles de tous ceux qui lui étaient proches. Il lutterait, se soulèverait contre l'oppression - qu'elle soit incarnée par le Protectorat ou par n'importe qui d'autre. Car telle était la voie qu'il avait choisie en devenant le leader des Prométhéens. Il préserverait la Flamme que lui avait transmise le Seigneur Fantôme. La liberté ou la mort; la sienne, ou bien celle de ses ennemis.

Le kraata soupira, presque amusé par l'ironie du sort, puis prit la parole avant que les autres puissent répondre à Shrecki.


- Nul doute qu’Etreinte, ou l'un de ses semblables, portera bientôt le combat sur nos terres. Nos actions ont sûrement titillé le Maître, et sa réponse ne saurait se faire attendre.

Bien évidemment, étant directement sous les ordres de Tanika - et donc de Raidark en son absence - je ne peux que vous proposer de vous aider en cas de conflit - que ce soit en participant directement à la bataille, ou en œuvrant indirectement, encore une fois. Cependant, avant toute chose, j'ai quelques questions à vous poser; libre à vous d'y répondre, ou pas.

Je ne sais pas si je veux réellement entendre ce que vous allez me dire, mais j'ai le devoir, au moins, de tenter d'obtenir des informations, qui pourraient être capitales. Pas seulement pour moi, ou le Prométhéens; pas seulement pour l'Ordre de Mata-Nui, ou même l'univers matoran tout entier, mais bien pour tout ce qui vit, l'intégralité des êtres doués de conscience des Deux mondes.

Comme je vous l'ai déjà demandé, qu'est-il arrivé à Tanika et Trayx ? Sont-ils perdus, ou reste-t-il encore de l'espoir les concernant ? Mais, bien plus important encore... et qui risque peut-être de vous étonner, même si j'en doute. Ceci concerne les Énigmes, envoyées dans l'univers matoran pour vous prévenir de la première invasion du Protectorat, il y a plusieurs années de cela; la Stèle, et le mystérieux Messager.

D'où viennent-ils ? Qui les a envoyés ?

[HRP] Je poste mon message en avance par rapport au roulement des tours, mais vu que j'ai tu temps à perdre... ^^ libre à vous de le prendre en compte ou pas, merci d'avance ! [/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Rehad
Skrall philosophe
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/900  (700/900)
Jauge de Vie:
1000/1000  (1000/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 3100 – DEF : 4150

MessageSujet: Re: [Laboratoire][Event] Mon bon docteur...   Dim 28 Déc - 1:19

Dans son repos léger et troublé, le Skrall entendait l’agitation venu de pièces plus loin. Tous les bruits semblaient provenir d’une même pièce. Un son, la porte de sa chambre. Une petite agori de la tribu de l’eau venait le voir, lui apportant la demande qu’avaient formulée des agents de l’ordre. Le commandant soupira, dominant de toute sa taille l’agori. Lorsqu’il regarda l’agori, il s’attendait à la voire trembler, hésitante devant le commandant de l’empire, Bras droit de Tuma, elle qui venait de le déranger si nonchalamment. Cependant, il ne rencontra dans ses yeux que la détermination. Il comprit aussitôt, non pas par le poignard à peine camouflé à sa ceinture, non pas aux insignes qu’elle abordait sur son armure et son casque, mais par ses yeux et il posa sa main sur le pommeau de son épée.

- Je ne veux pas tuer plus de monde aujourd’hui, et tu ne veux sans doute pas mourir inutilement. Peu importe ce qui te motive, aucune cause ne vaut d’y donner sa vie.

L’agori s’apprêta à prendre en main son poignard, cependant à peine eu-t-il  prit en main son arme qu’il sentit la lame de Rehad contre son cou. L’agori ne pouvait rien faire.  Il le savait, s’il tentait quoi que ce soit sa tête volerait… Cependant même s’il se rendait, sa tête volerait également. S’il était condamné autant se battre. Ce fut sans doute ce qui traversa son esprit. Elle utilisa le plat de sa lame pour bloquer la lame du Skrall et l’empêcher de la décapiter, et dans un même mouvement glissa vers el Skrall dans l’intention de le poignardé dans ses organes vitaux. Cependant, le Skrall saisie l’agori au cou et la souleva d’une seule main. Les pièces métalliques de l’unique gantelet du Skrall commençaient déjà à s’enfoncer dans la chair de l’agori, qui faisait ce qu’elle pouvait pour se débattre et respirer. Alors que le manque d’air commençait à faire perdre connaissance à l’agori, Rehad la lança contre un mur où elle s’écrasa violemment.

- Si voulez recouvrez votre liberté, si vous voulez prendre notre place, allez-y. Mais ce seras à vous d’affronter nos ennemis, eux ennemis de toutes choses conscientes. Et si vous ne pouvez nous vaincre, nous les Skralls, vous n’aurez aucune chance contre eux. Croyez-moi, vous n’êtes pas les plus à plaindre, Agori.

Sans plus de cérémonie, le commandant Skrall quitta la pièce, rangeant son épée dans son fourreau et se dirigeant dans les couloirs sombres et rocheux de l’hôpital de Tajun. Cette agori qui l’avait attaqué, sans doute un autre vestige des mouvements terroristes conduit auparavant par les fantômes des sables. Le faîte qu’elle ait pu arriver si proche du commandant cependant n’était pas forcement bon signe. La sécurité était à ce point mauvais en ces lieux ? Il devrait reporter l’incident au force en présence, cependant il se décida d’attendre un peu avant de le faire, il y avait des choses biens plus urgents et des ennemis bien plus puissant à combattre. Il s’inquièterait de ces broutilles une fois la menace du protectorat éliminé. Après tout, tel était son rôle dans l’empire. Tel était la mission qui lui avait été confié, protégé l’empire de ceux voulant sa chute. Que ce soit les habitants de cette machine géante trônant impertinemment sur Bara magna, la mort silencieuse envoyé par les grands êtres, ou tout autre ennemi, la mission de Rehad était de préserver l’empire, de préserver la race Skrall.

- J’ai entendu dire que vous me mandiez, dame Vorona ? Je suppose que c’est en rapport avec… La demande d’entrevue… Soyons bref je vous prie.

Rehad semblait mal à l’aise. Cela pouvait se comprendre, les Skrall ont toujours été méfiant envers ce genre de pouvoirs, allant même jusqu’à exiler leurs sœurs quand un pouvoir similaire s’est manifesté chez elle. Cependant Rehad savait qu’il ne pourrait continuer ainsi longtemps. Il regrettait avoir à l’admettre, mais c’était un problème qu’il ne pouvait régler seul. Le Skrall s’assis finalement sur l’une des chaises dans la salle, il mit sa main sur sa lèvre et gratta quelque peu sa lèvre alors qu’il cherchait ses mots. Il épiait Vorona d’un regard méfiant, tous en sachant en sachant pertinemment que c’était sans doute la seule personne qui avait les capacités de résoudre son problème et qui parallèlement ne voulait pas encore sa tête…

- Je ne sais pas vraiment ce que c’est… Ni exactement comment vous pouvez m’en défaire… Tss, pour faire simple, je veux que vous me débarrassiez de ce qui m’a fait m’évanouir avant la bataille du labyrinthe, ni plus, ni moins. Je n’ai pas besoin de votre « psychologie » ou de vos tours de passe-passe. Faîtes juste en sorte qu’elle me laisse tranquille.

****

Cette espace était vide, ainsi on ne pouvait distinguer ni ciel ni sol, ni haut, ni bas. Les seuls points de repères étaient comme des failles dans l’harmonie de ce lieu, donnant sur des lieux bien plus sombre et horrible. Des guerres, du sang, la neige rouge. Toujours cette neige rouge. Elle aurait pu se souvenir d’avoir vu une image similaire dans l’esprit d’Ikinat. La neige ensanglantée du sang de ces semblables. Cependant ce n’étaient ni la même neige, ni le même sang. Chaque faille menait sur une souvenir, ayant marqué le Skrall, et tous semblaient empreintes des mêmes tons grisâtres et rougeoyant. Cependant ce n’étaient que des bulles minuscules dans cet océan blanchâtre. La majorité de cette espace était constitué de vide. Ou du moins si ce n’est de vide, de quelques choses d’intangibles.
Soudain, la Vortixx se rendit compte de quelques choses. Présent depuis qu’elle avait pénétré en ces lieux, elle ne se rendit compte de sa présence que maintenant, comme si cette chose avait été occulté depuis tous ce temps et qu’elle se dévoilé soudainement.  Cependant, quand elle se rendit compte de la présence e de cette chose, la seule question qui lui venait à l’esprit était comment avait-elle ne pas pu se rendre compte plus tôt de sa présence. La première chose qui la caractérisait était le bruit qu’elle émettait, qui était sourd et intense, presque trop intense pour être perçu. C’étaient le bruit d’une chute, comme si s’effondrait un pan entier d’une falaise sur le sol de galets, cependant le bruit ne cessait pas, il continuait comme figer dans un même instant. Ce n’était pas la roche qui se désagrégeait, mais cet univers lui-même, qui s’effondrait et se voyait remplacer par autre chose. Cette chose. La deuxième chose qui la caractérisait était son apparence. Elles prenaient la moitié de l’espace, semblant séparer le ciel et la terre de cet univers. D’un côté l’univers de souvenirs de Rehad, de l’autre, cette sorte de plaies emplies de pustules, une masse informe, visqueuse et noirâtre mais pas complètement opaque. De faibles lumières semblaient se détacher, comme des étoiles, lointaines et impénétrables, brillant si faiblement qu’on put douter même de leurs présences.
Cette masse soudaine s’agitât. Et ce format une longue chaîne, descendant de la masse pour se retrouvait à quelques bio à peine de Vorona. Une masse se démarqua de la chaine et la masse qui occupait et formait ce ciel ébène, cette plaie figé dans ce flot infâme et indescriptible, se mit à se mouvoir. Dans un chaos incertain ils convergèrent tous vers la masse proche de Vorona, se condensant dans ce petit espace correspondant à peu près à celle d’un Bara magnien. Elle acquerra progressivement une forme qui au fur et à mesure se détaillait. Une silhouette, une tête, un visage, un masque. Née du chaos, venait de se former un corps, celui d’Aerellys. Celle-ci sembla s’assoir dans le vide, comme si une chaise invisible était apparue pour la soutenir et un sourire se dessina aussitôt sur son visage, le même sourire que tous les autres, narquois, hautain et provocateur. Elle inspecta la nouvelle venue dans l’esprit du Skrall, d’un œil rapide mais vif, semblant en un instant relever toutes les informations digne d’intérêt sur son interlocutrice.


- J’aurais dût me douter qu’il finirait par s’en rendre compte.

[hrp] Je propose à Tanika de continuer ce rp en flashback cette partie dans nos prochains postes, pour ne pas entraver la suite des évènements. [hrp]

****

Des ombres, fantômes transparents et noirs, masses informes et pourtant identifiables des silhouettes floutés, sans expression, non, elle se contentait d’avancer dans ces couloirs maculé de blanc. Aucune ne semblait porter attention au deux umiennes. La matoran à l’armure bleu parla en première, demandant à la toa ce qu’était ces choses. Cette dernière répondit en mettant sa main sur sa hanche.

- Je croyais pourtant m’en être débarrassé la première fois que je suis venu ici… Ne t’inquiète pas Vesna, tant que tu es avec moi tu ne risques rien.

****

La pièce était clairement divisé en trois parts se faisant fasse l’une par rapport à l’autre. Réunie autour d’une même table circulaire était assis Raidark, actuellement responsable de l’Ordre de Mata nui, Shrecki chef de la confrérie Makuta, et Rehad commandant de l’empire Skrall.
Le but de cette réunion était clair, décider de la nouvelle tactique des forces du dernier ordre contre le protectorat. Après la débâcle de la Vallée du labyrinthe, beaucoup était à dire, beaucoup était à faire, mais rien n’était joué. Cette guerre ne faisait que débuter.


- Il va donc falloir établir maintenant les priorités pour les prochaines semaines et la stratégie pour les prochains mois en face de notre ennemi commun.
Je pense que les deux priorités pour le moment sont de protéger nos territoires faces à une éventuelle riposte ennemie, d’une minute à l’autre, un soldat pourrait venir ici faire son rapport annonçant l’ouverture d’un nouveau front. Je doute que nos ennemis soient du genre à tranquillement attendre qu’on vienne les chargés à nouveau, n’est-ce pas ?
La seconde priorité évidement serait de trouvé un moyen de faire retourner nos « amis » à la raison… Et ci-cela s’avérait impossible de se débarrasser d’eux avant que leurs honneurs ne soient entachés à jamais. Nous ne pouvons tolérés ainsi les effets néfastes que leurs traitrises aura sur le moral de nos troupes… M’enfin je suppose que vous en vous préoccupé que peu de ça, si vous utilisé des troupes ne connaissant rien d’autres que l’obéissance absolu. Je vous envierai presque. Ce n’est pas comme si vous pouviez avoir des remord à les envoyés  se faire tuer comme de la vulgaire chairs à canon. Ce n’est pas comme s’ils avaient un passé, une vie ou une famille l’attendant. Ce ne sont que des machines sans âmes.
Il me semble nécessaire de désigné un chef capable de dirigé le dernier ordre le temps de cette guerre. Si nous nous dispersons encore comme nous l’avons fait à la Vallée du labyrinthe nous ne pourrons sortir vainqueur. J’estime donc qu’il nous ait nécessaire de transmettre le commandant de nos trois armées sous un commandement commun, le temps que sera effectif notre alliance. Et en ce qui concerne qui pourrait bien mener une telle alliance, la logique voudrait que cela soit l’un d’entre nous…
Cependant je vous vois mal, Shrecki, à la tête d’une alliance militaire. Vous êtes une personne très intelligente et sans ferez des ravages au combat… Cependant vous êtes plus un scientifique qu’un guerrier. Vous n’avez sans doute pas les épaules pour endosser un tel poste, et n’avez de toutes manières pas l’intention de l’occuper, n’est-ce pas ?
Cela ne laisserait donc que moi et Raidark. Et je pense que la question est simple pour déterminer lequel d’entre nous serez le mieux affilé à ce poste, Skakdi. Seriez-vous prêt, si la situation l’exigeait à exécuteriez vous-même votre propre chef, sans remord ni hésitation ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solok
Toa Useless
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
400/400  (400/400)
Jauge de Vie:
980/1000  (980/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 3400/3400 | DEF : 1535/2500

MessageSujet: Re: [Laboratoire][Event] Mon bon docteur...   Mer 31 Déc - 23:21

Plusieurs personnages apparurent dans la pièce, Raidark se réveilla. Puis après que chacun ait prononcé quelques mots, ils s'en allèrent, sur ordre du Makuta présent, Shrecki. Seul restaient donc le Skakdi, le Toa, et le Makuta. Puis la salle devint sombre, entièrement. Des bras de sang sortirent de partout, attrapant Solok et Raidark. La scène était terriblement perturbante. Des sensations indescriptibles, aussi bien parce que cela n'est pas une expérience commune que parce que je n'ai pas assez de vocabulaire pour cela. Ils virent, dans cette noirceur complète, des gens morts, provenant de l'Univers Matoran. Shrecki, dont la voix venait de partout dans cette incompréhensible chose, prononça des mots faisant bien comprendre que ces personnes étaient bien mortes comme il le faut. Puis le Vahi, c'est à ce moment précis que Solok a arrêter d'essayer de comprendre se qu'il se passait vraiment. Cela fut renforcé par, quelques instants après, un retour dans la pièce dans laquelle les trois combattants c'étaient trouvé après l'attaque. Il sorti un communicateur fournissant des données que le Toa de Glace n'essaya pas de comprendre. Cela devint compréhensible. C'était une histoire d'émission. "Il en avait effectuée une sur lui même" C'était surement un compte rendu de l'utilisation des Amplificateurs Psioniques, il se souvient l'avoir utilisé une fois sur lui même. Le Makuta, leader de la Confrérie Makuta, en aurait aussi effectué une sur le Toa. Aucune des émissions du Skakdi de l'Ordre de Mata Nui n'avait été mise en valeur. Le Makuta coupa le son, en pointant portes et fenêtres. Tout fut geler. Donc les deux êtres a qui parlait le Makuta. Aucune possibilité pour le Toa d'agir dessus par ailleurs. Shrecki manipula Raidark, semblant comme parler au Protectorat a distance. Avait-il compris que le Skakdi était sous la domination ennemi? Possible, ce qui était impossible pour le Toa qui avait encore du mal a comprendre se qui se passait. Comme souvent d'ailleurs. La glace se brisa, le Makuta demanda son état à Raidark et tout était fini. Il ne brillait plus du tout.

Quelques instants plus tard, le Toa accompagnait Shrecki et Raidark devant les bataillons de l'alliance de l'Ordre, de l'Empire, et de la Confrérie. Shrecki demanda a Solok s'il avait des questions. Le temps passé depuis la fin de la bataille en avait dissipé, par oubli, quelques unes, sans qu'elles n'aient de réponses. Il posa cependant celles qu'il avait en tête :


-"Le temps et le sommeil en on retirer de ma tête une certaine partie... Mais il m'en reste certaine. Est-il possible de ramener a la raison ceux qui ont été... Dominé, si cela est le mot, par le Protectorat? Vous aviez évoqué le fait que cela ne serait peut être pas possible, avez vous une réponse concrète maintenant?"

Il posait celle là en souvenir de l'expérience qu'il venait de vivre quelques minutes plus tôt. Il avait des doutes sur ce que Shrecki avait vraiment fait pour que le Skakdi, chef momentané de l'Ordre de Mata Nui, arrête de briller.

-"Et l'explosion quand nous avons battu en retraite... Était-ce vous ou l'ennemi? Je n'ai pas vu ce qui en a résulté, on du moins, je n'en ai pas de souvenir... Hum... J'ai une dernière question... Pourquoi s'être lancé dans ce combat? Nous n'avions absolument aucune chance... Une fois défait de ses troupes robotisées, Étreinte a juste joué avec nous. Nous n'avions aucune chance. Saviez vous que cela finirait comme cela? Avions nous seulement une chance? Je ne remet la faute de l'échec sur le dos de personne, je pense que notre ennemi était trop puissant... A moins que vous ou quelqu'un autre ait un plan nécessitant cette défaite. Cela me parait possible... Je pense cependant que cette bataille aurait été très utile pour en apprendre plus sur l'ennemi."

Le Toa semblait défaitiste, il ne voyait pas comment le Protectorat pouvait être vaincu vu la défaite, cuisante, que c'était pris le Dernier Ordre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bionifigs.com/u1023
Tanika

avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/700  (700/700)
Jauge de Vie:
700/1000  (700/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 4800 | DEF : 2050

MessageSujet: Re: [Laboratoire][Event] Mon bon docteur...   Jeu 1 Jan - 5:35

Vorona était arrivée en courant derrière Cordax, elle était un peu inquiète qu'il soit arrivé le même sort à Raidark que ce qu'a réservé Etreinte à Tanika, même si elle ne le montrait absolument pas. Shrecki était là, et à ce moment, le kraata Takurak fit irruption lui aussi. Et lui aussi, tout aussi inquiet en voyant des personnes qui manquent à l'appel, en l’occurrence Tanika qui était à la direction des troupes de l'Ordre et donc par extension, de l'escouade des Prométhéens.
Shrecki, quand à lui, observait les deux "malades" qu'étaient Solok et Raidark, le makuta soupconnait l'un des deux, si ce n'est les deux en même temps d'être encore en contact avec Étreinte. la lumière émise par le skakdi en disait probablement long sur lui. Pas de doute que étant l'inventeur des amplificateurs psy, Shrecki aie étudié les résultats enregistrés dans les petits dispositifs. Shrecki mentionna le fait que étant donné que Tanika est sous contrôle du Protectorat et que Raidark l'est probablement également, il demanda à Cordax de s'occuper de l'organisation des troupes militaires de l'Ordre de Mata nui. Le makuta ne répondit pas car de toute façon, c'est l'une des choses qu'il savait très bien faire. Celui de la Confrérie ne savait donc pas vraiment que c'était l'une des initiatives qui lui fut donné par Tanika elle même, ayant déjà fait ses preuves en coordonnant l'entrainement et les actions des troupes lors des manœuvres militaires.
Peu après, Shrecki avait demandé à se retrouver seul avec son soldat et le commandant Raidark, faisant alors sortir tout le monde sauf les trois concernés de la chambre d'hôpital. Puis alors que Cordax, Takurak et Vorona sont devant la porte fermée, ils entendirent alors quelques bruits sourds venant de la chambre, Shrecki entrain de parler fort, dire des mots qui étaient complètement incompréhensible, et un peu plus tard, l'air devenant tout à coup plus froid, baissant de plusieurs degrés. Mais qu'est ce qu'il peut bien se passer là dedans?

-je sais pas ce que fout Shrecki, mais à mon avis, il sait ce qu'il fait, dit alors Cordax. (Le makuta tourna alors la tête vers Takurak.) Ca fait plaisir de voir le chef des prométhéens nous rendre visite, vous nous avez été utile lors de cette bataille. Mais malheureusement, pour tout te dire, nous avons perdu Tanika dans l'affaire, Trayx et Nui aussi, ils ne sont pas morts mais ils sont sous contrôle mental du Protectorat. Il se peut donc qu'on aie à les affronter, un de ses quatre. Bon, je m'en vais, j'ai du boulot qui m'attend. Vorona, donne moi des nouvelles de Raidark si t'en a.

Il s'en alla alors, sortant de l'hôpital. Il alla retrouver les troupes de l'Ordre de Mata nui resté à Tajun pour donner quelques ordres afin que tous se préparent à reprendre la route dès que les autres grands noms des factions les auront rejoints.

Pendant ce temps, Takurak et Vorona marchaient dans les couloirs de l'hôpital, c'est à ce moment qu'ils croisèrent Rehad, qui s'était d'ailleurs rappelé qu'il avait demandé une entrevue avec la vortixx.

- J’ai entendu dire que vous me mandiez, dame Vorona ? Je suppose que c’est en rapport avec… La demande d’entrevue… Soyons bref je vous prie.

dit alors le skrall

-En effet, Commandant, contente de voir que vous vous portez mieux, dit elle alors, toujours avec le visage neutre, la cagoule sur la tête, désolé, Takurak, je dois voir le chef de l'empire skrall en privé, pouvez vous attendre que nous revenions?

Après qu'ils se soient séparé de Takurak.

-alors, dites moi pourquoi vous m'avez demandé à me voir, demanda t'elle.
-Je ne sais pas vraiment ce que c’est… Ni exactement comment vous pouvez m’en défaire… Tss, pour faire simple, je veux que vous me débarrassiez de ce qui m’a fait m’évanouir avant la bataille du labyrinthe, ni plus, ni moins. Je n’ai pas besoin de votre « psychologie » ou de vos tours de passe-passe. Faîtes juste en sorte qu’elle me laisse tranquille.

C'était la réponse de Rehad. La psionique pouvait déjà ressentir les émotions du skrall émaner de lui. Il était plutôt méfiant, il n'avait qu'une confiance limitée en elle. Elle se dit que c'était tout à fait normal, compte tenue de la situation actuelle des skralls, ce qu'ont pu devenir les skralls femelles, craintes et rejetées par les mâles. Mais d'un autre côté, elle sentait que celui ci avait besoin d'aide. Il est aussi évident dans l'esprit de Vorona qu'il n'est pas évident pour un skrall d'avouer avoir besoin d'un coup de main, qui plus est un skrall de haut rang.

-Soit, je vais faire le nécessaire, ne vous inquiétez pas, moi non plus, je ne suis pas du genre à faire du superflus, dit elle, seul le résultat compte après tout. Je suis là uniquement pour faire mon travail, rien d'autre. Si tour de passe-passe il y a, ils seront nécessaire à votre guérison. Dans tout les cas, ne vous inquiétez pas pour vous, ce n'est pas douloureux. Vous connaissez bien mieux votre parasite que moi, donc souciez vous plutôt de savoir si j'en reviendrais indemne de tout ceci.

Vorona, qui était également assise, ferma les yeux et se concentra, elle savait plus ou moins quoi chercher. Cela paraissait évident. Quelqu'un est entrain de parasiter le cerveau du skrall et elle se doutait bien de qui il pouvait s'agir. Accuser le Protectorat aurait été possible, après tout, le skrall est tombé dans les pommes pendant la bataille, mais ce n'était pas possible car les symptômes que le skrall a subit ne sont pas les mêmes que ceux qui sont arrivé à Tanika et Raidark. La télépathie n'étant pas réellement efficace sur à un skrall entrainé pour avoir le cerveau dur comme le roc, du moins pour pouvoir traquer le virus bien en profondeur. Elle devait se servir alors de bien mieux. Une nouvelle fois, une ombre sortit du corps de la vortixx, prenant peu à peu la forme d'un corbeau, battant des ailes puis s'envola droit sur la tête de Rehad. Vorona faisait appel à la projection astrale. Cette forme de télépathie très avancée dont elle s'était déjà servit sur Ikinat et qui consiste à projeter son esprit à l'intérieur de la tête de quelqu'un d'autre. Et justement, Vorona est une experte pour utiliser la projection astrale à des fins médicinales, quand la télépathie ou l'empathie ne suffisent pas. A vrai dire, elle est si douée que peu de patients ont dû avoir recours à la projection astrale. Mais dans ce cas, il s'avère que Vorona savait qu'elle avait affaire à quelqu'un contrôlant également des pouvoirs psy et donc que la situation était déjà plus sérieuse. Elle avait tout de suite pensé à cette soeur skrall étrange qui tournait autour du chef skrall comme un satellite lors de l'attaque de Emrakul sur Metru nui. Qui d'autre aurait envie, non pas seulement d'attaquer Rehad psychiquement, mais en plus de squatter durablement son esprit.

Le complexe neronal du skrall, puis la dimension, royaume de son esprit, là où réside ses émotions et sa mémoire. Un espace vide, sans réelle notion de la gravité, du haut ou du bas, du ciel ou de la terre. l'oiseau nocturne voyageait à travers les différentes parcelles de terrains correspondant aux souvenirs flous du commandant. Elle pouvait distinguer tant de choses qu'elle n'avait encore jamais vu de ses yeux, ou peut être que si, mais uniquement dans l'esprit de Ikinat, quand la vortixx avait tenté la même action sur la cheffe fantôme. Cette fois, le patient ne semble pas vouloir se défendre, une aubaine qui lui permit de continuer. Le désert à perte de vue, des paysages vides, mais aussi une forêt luxuriante, vestige d'un lointain passé. Des troupes de skrall, des légions de milliers de soldats, acclamant leurs chef. Les combats, la fureur des skrall, ces êtres noirs tuant sans pitié pour obtenir ce qu'ils veulent. Encore une fois, ce qui pourrait sembler être les hauts plateaux enneigés de Iconox, des animaux argentés étrange, peut être des loups de fer, après tout, c'est l'une des espèces les plus connus vivant dans les montagnes quartziques. Mais aussi des traces de combat, des affrontement interminables. Vorona voyait beaucoup. Des épées qui s'entrechoque, la neige maculée par le sang des ennemis ou alliés blessés ou vaincu. Encore cette substance liquide argentée et enfin, quelque chose de nouveau mais de particulier. Au loin, le sol qui tremble, un séisme immense, des failles qui se créent, toute la montagne ébranlée par un immense séisme. Un fracassement, une explosion gigantesque, des roches qui s'envolent vers le ciel, certainement due à la détonation. Puis le temps s'accéléra soudainement, jour nuit, jour, nuit se succédèrent et dans le ciel, ces énormes roches s'assemblent pour former... une lune.
Délire, rêve du skrall ou bien véritable souvenir. Elle pencherait plus pour un souvenir lointain. Encore des bruits de roches, sans cesse des effondrements de rochers. Les skrall sont certes le peuple de la pierre du Bara magna mais si en plus dans leur esprit, c'est encore plus remplit de rochers. M'enfin, Vorona écoutait encore ce bruit sourd de roche qui s'effondre, comme si près d'elle, quelqu'un se sert d'une foreuse pour faire un tunnel. Mais c'est alors que la dimension autour d'elle disparut peu à peu pour laisser place à un espace vide d'où il n'était possible de voire qu'une forme étrange, noire. On aurait dit que Rehad avait gardé des souvenirs d'Emrakul à en voir cette chose que Vorona avait devant elle. La matière visqueuse s'approcha alors, s'aggloméra, se transforma et Aerellys, la soeur skrall apparut alors, assise dans le vide, épiant alors la vortixx. Vorona savait depuis le début que en entrant ici, elle était constamment observée. Mais cette fois, le doute n'est plus permis, voilà que sa route prend fin ici, elle est devant ce qu'elle est venu chercher, excellent. Cela n'a pas été aussi dur que prévu, elle qui pensait qu'elle lui opposerait un peu plus de difficulté. la psionique s'envola, se mit à la hauteur de la soeur skrall, séparée d'elle de plusieurs mètres, elle s'assit en tailleur sur le vide, observant alors celle qui lui faisait face, la regardant droit dans les yeux, d'un air sombre et déterminée, elle aussi, jaugeant celle d'en face afin d'en savoir un maximum sur elle, rien qu'au premier regard.

-nous nous rencontrons enfin, n'est ce pas? face à face, je savais que tu te cacherait ici. Ce n'est pas très compliqué de se rendre compte, même pour un skrall, que quelque chose ne va pas. Fatigue, migraines, pertes de connaissance, il était temps qu'il voit un médecin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raidark
Main de l'Impératrice
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/700  (700/700)
Jauge de Vie:
790/1000  (790/1000)
Capacités du Personnage: ATK:2050 DEF:0000

MessageSujet: Re: [Laboratoire][Event] Mon bon docteur...   Ven 2 Jan - 14:06

Le soumis du Protectorat observa la situation qui se complexifie encore plus suite à l'arrivé mystérieuse de Takurak, membre émissaire des Prométhéens, une organisation aidant l'Ordre de Mata Nui. Suite de cela, Shrecki répondit au Kraata qu'il a des choses plus urgente à faire et demanda au Skakdi s'il peut confié la tâche de réorganisation de troupes de l'Ordre à Cordax. Ce que Raidark fit donc et il voyait alors Cordax, ainsi que Vorona et Takurak quitter la pièce, laissant seul Shrecki ainsi que Solok et la Main de l'Impératrice. L'agent double compris que le Makuta a surement compris que soit Solok ou lui est encore sous l'emprise d’Étreinte. Shrecki sorti son communicateur de son manteau et une atmosphère lourde se pesa de plus en plus dans la pièce. C'est alors que la pièce ce changea, d'abord devenu un noir vide, le trio se retrouvèrent dans une mystérieuse bain de sang.

Le Toa de Glace et le Skakdi voyait bon nombres d'âme de leurs semblables ainsi que d'autre race comme les Matorans, Skralls ou autres faire une ascension sur une paroi. Les deux guerriers contemplèrent une aperçu de ce qu'il fut nommer le Royaume des Morts, alors que Shrecki récita un poème au nom de Tericarax. Quand le Makuta termina son poème, une lumière orangé fit surface dans les ombres des cadavres et la lumière prit la forme du Vahi. Suite à cela, la lumière du Masque du Temps éclipsa le décor sombre et ensanglanté, et les trois personnes se retrouvèrent de nouveau dans la pièce de l’hôpital. Des lors le Makuta ouvrit enfin son communicateur et laissa apparaitre trois écran holographique. Le leader de la Confrérie appuya sur le bouton et les trois écrans afficha des couleurs et des textes de codages. L'écran du milieu correspondait à Shrecki, la gauche fut celle de Solok, tout deux sont de multiple couleur, mais Raidark cependant lui n'avait pas une once de couleur.


*Oh oh...*

La première idée de l'agent double qui venez en tête et de partir toute de suite. Mais au moment même où il s’apprêta à quitter, une vague de froid s'empara de la pièces, gelant pour ainsi dire la pièce en elle même, mais également le Skakdi et le Toa de Glace. Shrecki est le seul excepté car c'est lui qui a amené ce froid soudain. Le Makuta s'approcha alors de Raidark et il mit ses mains sur les tempes du guerrier. Puis lors après des paroles du Makuta, le Skakdi sentit que Shrecki sondé le pouvoir élémentaire puis alors Raidark voyait sa vision s’accélère, puis repassé au ralentis tandis que le Makuta le guéris de la Peste Protector grâce au fluctuation du temps. Et puis finalement, la glace s'éclata, libérant les deux "captifs" de leur prison froides, Raidark lui ne brillait plus du tout. Il est maintenant libre des chaines qu’Étreinte a imposé. La Main de l'Impératrice sentit comme un vide en lui, mais il reviens à lui même au moment où Shrecki lui posa la question du comment il sentait.

-..Non, je ne vais pas bien. Par ma faute j'ai mis notre coalition en déroute.

Raidark eu un grand mal à faire bouger ses jambes. Et quand il réussi, il faisait des pas minuscules avant de s'assoir sur le lit. Il leva instant la tête pour regarder Shrecki et Solok avant de confesser.

-Ce qui c'est passé la bas et l'explosion, ça ma grandement fragilisé l'esprit. Et la téléportation à suffit pour que je soit soumis au Protectorat. Pire encore, ils m’ont caché mon apparence de corrompu pour que je leurs sert d'espions. Ce qui fait que pendant que les Agoris me soignez, j'ai plongé dans mon inconscience pour leurs parler de ce qu'il s'est passé.

Il avait conclut ses mots en serrant fortement les deux mains l'une à l'autre et il avait la tête baissé. Le Skakdi se sentait vraiment seul alors que le regard des deux hérauts de la Confrérie pesait sur le Commandant de l'Ordre. Enfin de compte la Main de l'Impératrice leva de nouveau la tête pour regarder le Makuta.

-Ces nouvelles versions des Amplificateurs ont réussi à me sortir de leur emprise, mais hélas ils sont une nouvelle fois devenus obsolète. Car les esprits du Protectorat m'ont dit que nos alliés ont tous eu un "cadeau" de leurs parts. Et je doute fortement que les Amplificateurs sera suffisamment puissant pour les délivrés de leurs emprise.  

...

Sur les plaines de la plus grand région du Contient Nord, un robot à l'armure vert et noir marcha avec beaucoup de crainte, son arme à double fonction en main. Depuis l'attaque de la créature de Metru Nui, la disparition soudaine de l'Ordre Noir et à l'insurrection du Protectorat, il se sentait désemparé et chercha ses confrères de l'Ordre Noir qui aurait survécut et cherchant asile. Mais jusqu'à aujourd'hui, ces recherches fut vain. Il craignait au point où à chaque passant qu'il voyais il se mettais en posture de combat pour mettre en garde. Ce fut au bout de quelque minute de marche qu'il entendit un sifflement. Il se retourna pour voir d'où ça provenez, son arme bien en évidence et ce fut à cette instant qu'il se prenez une grenade. La grenade IEM fit son effet et le robot tomba à terre, inconscient.
La personne qu'il a lancé la grenade avança vers le robot. Portant un grand manteau noir, son visage masqué par la capuche, l'être mystérieux laissa échappé un léger soupir tandis qu'il ramassa de son bras gauche le robot vert et noir. Il pensa maintenant que ce unité robotique qui a cru une chose totalement futile et voué à une échec, il est maintenant temps qu'il découvre son origine et de retrouvé ses frères robots.


...

Toutes les troupes du Dernier Ordre sont tous en pleine organisation. Cordax avait fait le nécessaire pour les troupes robotiques, tandis que les Rahkshi furent tous en ligne droite. Ce fut ensuite que les deux guerrier suivait Shrecki pour aller dans une salle interne afin de faire part d'une réunion stratégique. Le Makuta expliqua alors à la Main de l'Impératrice que les premiers ordres de ce dernier seront important pour la suite. Ils retrouvèrent Rehad assis près d'une table ronde auquel la réunion stratégique aura lieu. Il avait en effet beaucoup de chose à dire, et la première d'entre elle est de savoir qui serait prêt pour faire un commandement unique. Le Skrall avait juger que Shrecki est plus une âme de scientifique que celle d'un guerrier, ne laissant que lui ou le Skakdi pour ce rôle. Alors pour savoir directement, Rehad posa une question à la Main de l'Impératrice, si il a le courage pour abattre Tanika si cela venez à arrivé.

-Si le destin ne me laisserait pas le choix, alors je le ferait. Cependant, de nous deux Rehad, vous serez je pense le mieux pour ce rôle de commandant unique. J'ai beau à retourné au combat, je suis encore en convalescent à cause du fait que j'ai été perverti par eux. Ça m'a donné un grand vide en moi, et je ne tiens pas à ce que ce soit un poid mort pour un commandement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shrecki

avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/700  (700/700)
Jauge de Vie:
1000/1000  (1000/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 4225 DEF : 6100

MessageSujet: Re: [Laboratoire][Event] Mon bon docteur...   Mar 20 Jan - 16:26

Un long silence s'installa. Shrecki avait le casque tourné vers les troupes de l'Ordre. Les bataillons écoutaient attentivement les directives de leur nouveau dirigeant. Disciplinées ces troupes, mais uniquement une fois la bataille passée semblait-il. Le Makuta sentit une voix s'instiller dans sa tête. Jamais ils n'arriveraient à vaincre le Protectorat de cette façon.

- Oui, répondit-il enfin. Il est possible de libérer ceux tombés sous le Protectorat de son emprise. Est-il possible en revanche de soigner les balafres laissées sur l'esprit par cette domination ? Avec le temps et des soins appropriés, beaucoup de maux peuvent être apaisés, mais celui-ci ? Seul l'avenir nous le dira. Vous avez fait preuve d'une volonté exemplaire sur le champ de bataille, je m'en souviendrai au moment voulu. Vous allez monter haut Solok, très haut.

L'explosion est en effet de mon fait. J'ai estimé compte tenu de la situation il valait mieux une retraite couplée à une diversion plutôt que de voir plus de troupes tomber. La Confrérie – à l'exception de Nui, n'a d'ailleurs subi aucune perte dans ses rangs.

Cette bataille n'a jamais eu l'espoir de nous voir triompher, pas de face Solok. Mais le Maître ne veut pas nous éliminer, il veut nous dominer. Ironiquement, c'est ce que nous allons le laisser faire. Il prend certaines de nos pièces, et les intègre à son armée. Mais ces pièces, nous les connaissons. Vous avez combattu avec Nui ; et vous avez montré que vous aviez ce qu'il fallait pour combattre face à lui. C'est notre avantage Solok. Le Protectorat a une faiblesse dans ses rangs ; ceux qu'il nous a pris, plus faibles que les Séides.

Est-ce que je savais le déroulement de ce combat ? Non. Mais c'était une éventualité que j'avais envisagé. Parfois on ne peut mener une bataille pour vaincre l'ennemi, seulement pour....jauger sa force. Et avec, mes calculs ont vu certaines variables se résoudre d'elles mêmes. Souvenez vous en. Une défaite sur le combat ne l'est pas sur la stratégie.


**

Shrecki était silencieux, comme à son habitude. Assis à la table circulaire de pierre, du côté Skrall Rehad, mais aussi plusieurs lieutenants – dont le commandant se distinguait surtout par son écharpe colorée. Du côté de l'Ordre se trouvait Raidark, accompagné de Cordax – qui était l'un des lieutenants de Tanika lorsque cette dernière était encore au pouvoir – et Takurak – représentant d'un des corps d'élite secrets de l'Ordre. Du côté Confrérie se trouvait Shrecki, seul. Il avait néanmoins insisté pour que Solok assiste à la réunion, nul n'avait discuté la requête du Makuta. Ainsi, Solok lui aussi était présent, quoi que pas assis à la table – réservée aux plus hauts gradés. Plusieurs Skralls avaient été mandatés par Rehad, et mis près des portes. Étaient-ils là pour garder toute intrusion de l'extérieur, ou pour supprimer les menaces internes si un désaccord venait à s'élever, la question restait en suspens. Solok était lui aussi là en qualité de « garde », encore qu'il sembla évident que Shrecki n'avait aucunement besoin de protection, de toutes les personnes dans la salle c'était lui qui aurait pu poser la plus grande menace.

Il était évident que peu de personnes dans la salle accordaient leur confiance pleine et entière au Makuta ; si les Skrall étaient déjà hostiles aux étrangers venus de l'Univers Matoran, l'apparence du personnage pesait plus encore en sa défaveur.


- Vous parlez sagement Raidark. Votre chute puis libération hors de l'emprise de Étreinte vous fait parler avec une clarté et une maturité surprenante. Toutefois, vous allez un peu vite en besogne, Rehad. Par une simple question, vous prétendez à jauger la qualité à commander et prendre les décisions qui s'imposent dans les moments difficiles...Et pourtant si l'on s'en tenait uniquement à cette question et sa réponse, alors ce ne serait ni vous ni Raidark qui serait le plus à même de commander.
Vous ne le savez probablement pas – à cette époque vous n'étiez pas encore intéressé par les affaires de l'Univers Matoran. Mais je ne suis pas entré sous le poste de haut dirigeant de la Confrérie par une simple promotion.
Je suis monté sur le trône de notre ordre en enjambant le cadavre de Phantrakk, qui dirigeait avant moi, après l'avoir jeté à bas.


Shrecki laissa quelques secondes ses paroles s'imprimer dans tous les esprits.

- Tuer quelqu'un si la situation l'impose n'a rien d'une épreuve, car la situation elle même fournit toutes les justifications nécessaires à cet acte. Vous posez la mauvaise question. Dans l'hypothèse où ceux qui sont convertis reviennent dans nos rangs – ce qui implique que nous ayons mis au point un...Remède d'ici là – alors il faudra mener sur eux un jugement impartial et prompt, pour les actes qu'ils ont commis. Seriez vous prêts à mener ce jugement ? Est-ce que l'un d'entre vous serait capable de séparer la tête et le corps de vos subordonnés comme de vos supérieurs sur une place publique, alors qu'ils sont de nouveau de votre côté, pour leurs actes ?
Voici la véritable question. N'est apte à diriger que celui qui sait concilier clémence et autorité dans des proportions égales et adaptées ; et avec un regard tourné vers l'avenir. La justice d'aujourd'hui peut affaiblir nos rangs demain, et ceux qui criaient au châtiment hurleront ensuite à la vengeance.

Rehad, faut-il vous rappeler sous l'impulsion de qui cette alliance a été forgée ? Quelle présence a permis de tenir les rangs unis lorsque notre défaite était annoncée – et de permettre aux survivants de revenir la tête haute et pas dans une boîte ?

Vous voudriez m'ôter ce que j'ai créé, sous prétexte de mon affiliation scientifique ? Mais j'ai affronté le premier Protectorat. Plus que tous ici, je sais avec une triste clarté de quoi le Maître est capable. J'ai vu chacun des convertis combattre à l'exception de votre Kraata. Je suis le plus à même d'estimer nos chances de victoire, et de mener les armées, et vous voudriez  m'en détourner. Enfin, je suis véritablement l'une des seules personnes qui puisse ordonner aux Rahkshi – qui constituent une portion non négligeable de notre force – la façon d'agir...


Le Makuta resta silencieux quelques instants. Son verdict était clair.

- Eh bien qu'il en soit ainsi. À vous, je vous confie donc la charge de mener les armées vers une victoire militaire, et de défendre votre monde. J'ai plusieurs affaires à régler de mon côté au sujet des amplificateurs. Cela permettra probablement de régler deux des trois points que vous avez abordé.

Pour le dernier point. Le Protectorat ne fait pas la guerre de la même façon que vous et moi Rehad. Ils ne font pas des attaques pour attirer l'attention à un endroit, et frapper ailleurs. Ils frappent au cœur, et ils frappent fort. Si vous voulez bouger, alors amenez le Dernier Ordre au cœur de votre empire, car c'est là que risque de se porter l'assaut. Surveillez également les arsenaux disséminés sur votre monde. Ce sont là les points clés susceptibles d'être attaqués – et les seuls qui méritent vraiment d'être défendus.
Une dernière chose
, dit il en se levant.

Pour vaincre un Makuta comme Nui, vous aurez besoin de quelqu'un qui connaît les Makuta, et qui a déjà marché à côté de l'un d'eux. Vous avez déjà Solok. Toutefois, je ne pense pas qu'il ait encore la force pour tenir tête à Nui seul.

Entra alors dans la salle une nouvelle venue. Par sa stature, c'était une Toa, dont la partie inférieure du visage était couverte par un long tissus, tissus si long qu'il couvrait également le reste de son corps. Au milieu de son visage -  d'un bleu foudre mêlé de gris surmonté  en guise de « cheveux » par trois lames courbées vers l'arrière de son crâne – brillaient des yeux aux semblants reptiliens, d'un brun tirant au jaune délavé.

- Que votre chasse soit bonne, Teliko.

Puis le Makuta quitta la pièce, vers ses propres affaires. Rehad avait vu juste. Shrecki n'aimait pas à œuvrer sous les projecteurs ; il était d'une efficacité mortelle dans l'ombre.

*C'est à vous de jouer Étreinte...*

La partie d'échecs était lancée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanika

avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/700  (700/700)
Jauge de Vie:
700/1000  (700/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 4800 | DEF : 2050

MessageSujet: Re: [Laboratoire][Event] Mon bon docteur...   Jeu 29 Jan - 2:08

[i]La réunion entre les différents protagonistes fut organisé rapidement, un vrai conseil de guerre qui eu lieu à Tajun. le premier sujet mit sur la table fut évidement un bilan de ce qui s'est passé ces derniers temps et le choix d'un chef pour diriger les armées pour les prochaines manoeuvres stratégique contre le Protetorat. Pas de doute que le Protectorat va contre-attaquer, maintenant qu'ils savent qu'ils ont l'avantage de la puissance. Les troupes protector sont pas forcément menacante, mais ce fut prouvé que se sont encore une fois les Séides les plus dangereux.

-Content de te revoir parmi nous, Raidark, déclara Cordax qui était assis à côté de lui

Il ne savait pas trop comment est ce que Shrecki a fait pour l'extirper du mal que subissait le skakdi, Il a été infecté par le Protectorat et le makuta a réussi à le guérir? Très étrange alors que Shrecki parle encore de faire des recherches scientifiques afin de mettre au point le remède à la peste protector ayant déjà fait trop de victimes et surtout des victimes trop importantes aux yeux de tous. Encore une fois le commandant de la confrérie fait parler son sarcasme et son synisme légendaire devant Rehad en lui disant qu'il est très certainement l'être le plus important de cette guerre en ayant monté cette alliance, en faisant marcher les troupes vers l'ennemi et étant l'un des seuls à pouvoir contrôler les Rakshis mais que non, il irait dans son coin faire son travail de scientifique, et que si c'est lui qui a développé le vaccin contre la peste des thornax, il pourra aussi le faire avec ce genre de maladie qui pousse les gens contaminés à obéir aux séides. Cordax se dit que Vorona aurait fait la même chose à sa place, elle non plus n'a jamais vraiment apprécié les feux de la rampe et la célébrité, même en étant un chef des armées célèbre comme Tanika, ou plutôt comme Tanika l'a été.

-ah au faite, elle est où, Vorona, dit Cordax doucement.
-encore en mission, d'après ce qu'on m'a dit, répondit l'un des soldats chargé de la sécurité.
-ok, bah, vu comme ça, ça devait pas être trop compliqué, étonnant qu'elle en mette du temps.

un moment plus tard, quand les autres dont Shrecki eurent fini de parler, Cordax se leva pour prendre la parole.

-Raidark pourra sûrement me le confirmer mais Shrecki a raison sur un point: c'est nos alliés qui ont été enrôlé par le protectorat, m'est d'avis que nous serons forcé de les tuer uniquement si il n'existe aucun remède à leur situation. Dans le cas contraire, l'Ordre de Mata nui sait que faire de ce genre de "traitrise" qui n'en est pas vraiment une. Pourquoi punir de la peine de mort un être qui fut contrôlé mentalement, donc qui peut faire des choses affreuses mais contre sa volonté, je sais très bien que Tanika, notre chère impératrice n'aurait rejoint le Protectorat pour rien au monde. Ce sont techniquement les pouvoirs de Etreinte qui l'a corrompu. Transformé en marionnette, si elle fait des massacres, c'est celui qui la manipule qui a besoin de sanction. Shrecki, Rehad, sur l'accord de Raidark, évidement, nous vous accompagneront sur le champ de bataille pour affronter nos propres alliés pour les faire revenir de notre côté, car personne ne connait mieux Tanika que nous, nous connaissons ses capacités et son caractère, nous savons comment l'affronter. Nous avons déjà un élément clé dans nos rangs afin de l'affaiblir grandement... qui n'est pas ici présent, malheureusement, mais qui sera sur le champ de bataille afin de la stopper le temps qu'on puisse lui administrer l'antidote, c'est la même chose, je présume que le soldat Solok qui affrontera Nui puisqu'ils se connaissent bien. cela dit, avez vous une solution pour Trayx?

Il se rassit et attendit, histoire d'observer les prochains dialogues.

...

pendant ce temps, très loin de là, dans un lieu reculé tenu secret. Un véhicule se déplace, transportant de grandes troupes à son bord. Tanika était avec eux, quelques soldats autour d'elle la regardait, un grand soldat possédant une lourde armure et préparant sa sulfateuse, regardait de haut la toa corrompue.

-mwahahaha, princesse un jour, larbin un autre jour, t'est vraiment tombé bas, petite, ici, c'est les plus costauds qui font la loi, ceux qui se font remarqué par les Séides inspirent le respect.
-je suis plus forte que j'en ai l'air, si j'ai été amenée ici par Etreinte lui même, c'est qu'il y a une raison, et je n'étais pas commandante pour rien, juste que la hiérarchie marche différement ici, donc réfléchis avant de dire n'importe quoi, a-t-elle rétorqué.
-haha, tu as du tact et j'aime ça, c'est sûr, tu leur fera peur à ces vulgaires insectes.

Dommage pour lui, l'armoire à glace qui pensait que en ayant une fille dans les rangs, il s'en ferait un souffre douleur, il est remarquable que la stellaire a également un peut changé suite à son opération, parlant de plus en plus comme tout autres membre de sa nouvelle faction. Après l'opération, Tanika fut entrainée comme une forcenée pour augmenter ses capacités de combat vers un nouveau niveau et surtout un nouveau style de combat, un peu plus protector dans l'âme. Tuer sans réfléchir, sans douter, sans remord, servir jusqu'à la fin de ses jours son chef et vénérer ceux qui vaincront, Vaincre au nom du Maitre et accessoirement apprendre à utiliser ses nouvelles capacités. Mais il s'avère que même si elle fut forcée à suivre les ordres, elle n'oublie pas ses propre émotions et sentiments. Au fond elle trouve que servir le Protectorat est très dur, on lui demande beaucoup, bien plus que ce qu'elle n'avait jamais vécu dans aucune autre armée. même les êtres de chair sont traité ni plus ni moins comme des robot, de simples outils de destruction. Tanika est juste devenu, pour ses nouveaux supérieur qu'un simple canon plasma, puissant, certes, mais relativement ordinaire pour eux. Et on sait bien que un canon plasma, ça ne fait qu'une chose dans sa vie: tirer sur l'ennemi. Triste sort pour celle qui a vécu tant de belles choses même dans un monde ravagé par la guerre. [i/]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rehad
Skrall philosophe
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/900  (700/900)
Jauge de Vie:
1000/1000  (1000/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 3100 – DEF : 4150

MessageSujet: Re: [Laboratoire][Event] Mon bon docteur...   Dim 8 Fév - 1:20

- Oui, Rehad a besoin de voir un docteur. Cependant, ce n’est pas vous, mais moi qui allons le soigner. Je vais le soigner de vous. Je vais démêler ses sentiments fugaces. Puis je le soignerais de lui-même. Après tout, qui pourrais affirmer, maintenant que vous avez pénétré son esprit que ce n’est pas vous qui avez plantez les graines germant en ce moment dans son esprit. Cette magnifique plante en début de vie qui pourrait un jour faire trembler l’univers de révoltes, jusqu’à le repeindre rouge sang. Qui aurait pu le faire trembler. Si le destin en avait décidé autrement… Et si lui n’avait accepté cet foutu fatalité. COMMENT OSENT-ILS M’ABANDONNER MOI QUI SUIS ALLER JUSQU’A MOURIR POUR LUI !

La robe de la sorcière sembla alors se soulever, comme emporter par un coup de vent, mais il n’y avait point de vent. Cependant des ombres de son vêtement s’échappèrent des chauves-souris des sables. Toutes une nuée, en faîtes semblèrent sortir de la robe de la sorcière, obstruant les sens pendant une trentaine de secondes de n’importe qu’elle être présent, dans un mélange de cri et fourrures. Quand cette nué se dissipa, la sorcière avait changé de position, elle fixait d’un air nostalgique un astre lointain, souvenir commun d’elle et Rehad, là où est apparu le peuple Skrall.

- Mais ce n’est pas de sa faute. Il ne supporte pas le fardeau qu’il a sur les épaules. Non pas qu’il n’as pas la carrure pour le porter, mais qu’il ne s’est jamais crut capable de le faire. Toute sa vie il a été conditionné pour penser le contraire, la vérité est d’autant plus dure à accepter qu’il aimait profondément cette vie. Mais le monde continue de l’arracher au bonheur. Le monde continue de nous arracher NOTRE bonheur. Mais je suis un agent du chao. Et si on me refuse, je me contenterais de le corrompre et de l’assimiler. Assimiler. Quel beau mot que celui-là. Qu’arrivera-t-il à votre avis si j’assimile Rehad ? Ou si lui au contraire m’assimile ? Si nous ne faisions plus qu’un ? Que lui et moi ne puissions ne former qu’un. Ne serait-ce pas merveilleux ? Vous ne savez ce qu’est l’amour, vous n’avez pas été programmé pour concevoir cette idée, est-il seulement possible pour vous d’appréhender ce concept ? Pour quelques personnes insensibles, comme le sont ceux de votre monde, il est surement inutile de discuter de cela. Vous ne le comprenez pas. Comme une couleur que vos yeux ne peuvent percevoir.

Un rictus malsain se dessina sur son visage masqué, et l’endroit sembla d’un coup perdre en luminosité. Pendant un instant, Vorona sembla perdre la trace de la sorcière. Comme si elle n’était plus qu’un souffle de vent. Soudain d’autres voix s’élevèrent dans cette espace, des pensées ? Ou bien des souvenirs de Rehad ? Cette voix n’était surement pas connue de Vorona, mais elle était assez intelligente pour comprendre de qui il s’agissait, même sans reconnaitre cette voix. Un Skrall de la classe dirigeante, de là, à savoir si celui-ci était Tuma ou un autre.
- Vous me demandez pourquoi est-ce que je règne sur les Skralls ? Est-ce bien cela lieutenant ? Connaissez-vous seulement la signification des castes de notre peuple ? L’exercice du pouvoir, n’est pas le même que le maniement d’une épée. Un chef doit savoir gouverner, mettre de coter ses ambitions, ses sentiments pour la seule survit de son peuple. Tous ne sont pas capables d’envoyé des hommes, dans une mort certaine. Le choix, de décider qui doit aller combattre, qui doit mourir et qui peut vivre. C’est un poids bien trop dur à porter pour le commun des mortels. Je suis en mesures de prendre de pareilles décisions. J’ai accepté de souiller mon âme pour le bien de mon peuple. Pourriez-vous en faire autant si le besoin s’en faisait sentir lieutenant ?
- Je n’en sais rien.

Le voix d’Aerellys retentit à nouveau

- Le destin n’est qu’une possibilité parmi d’autres. Je les vois se réduire d’heure en heure quand certains les vois se multiplier à chaque secondes. Cependant le destin n’a d’emprise que sur ceux qui y croient. Et la toile ne se dévoile que pour ceux qui ne peuvent l’altéré. Croyiez-vous au destin Vortixx ? Par quoi vous définissez vous ? Votre race ? Votre apparence ? Votre voix ? Votre esprit ? Vos idées ? Vos souvenirs ? Qu’est ce qui définit une personne et la différencie d’une autre ? Avant qu’Angonce ne nous donne, à moi et mes sœurs nos pouvoirs, c’était facile pour nous de répondre… Mais désormais, la question n’est plus aussi tranchée. Tous comme nous, vous pouvez projetez votre esprit ailleurs. N’avez-vous jamais songé à changer de corps ? A transférer esprit et mémoire dans le corps d’un autre ? Seriez-vous alors vraiment vous-même ? Ai-je d’autres choix maintenant que je n’ai plus de corps ? Je ne serais bientôt plus qu’un souvenir douloureux perdu parmi d’autres.
Une main se déposa alors sur la main de la Vortixx, caressant doucement le visage sombre de Vorona.
- Comment comptez-vous me tuer ? Comment comptez-vous me combattre ?



Le Skrall claqua des doigts, et l’un des skralls derrière lui s’approcha et déploya sur la table une carte de Bara Magna. Rehad observa quelques instants la carte, où était griffonné des indications, des notes sur la géographie des lieux, l’état des équipements, la taille de la garnison qui stationnait habituellement dans les lieux, ainsi que d’autres inscriptions illisibles à part pour celui les ayant écrits tellement les lettres se confonde les uns par rapport aux autres. Situant d’un coup d’œil le positionnement des troupes Skralls. Rehad une dague qu’il positionna à la vallée du labyrinthe. Et commença à réfléchir, essayant de ne pas se laisser influencer par les paroles de Shrecki.


- Il y a forte à parier que le gros des troupes du protectorat pour une contre-offensive seront lancée depuis l’antre d’Etreinte. L’endroit le plus exposé ainsi est ... La chaine de montagnes des pics noirs. Cœur militaire de l’empire, il est fort à parié que Roxtus est une cible prioritaire. D’un autre côté, Tesara et Tajun, tous deux situé en bordure des dunes de la trahison, pourrait également être des cibles de choix. Cependant cela impliquerait qu’un autre séide rejoigne la bataille, les terres contrôlés par Etreinte étant séparé du sud de Bara magna, il est peu probable qu’ils réussissent à y emmener une armée importante, du moins pas sans se faire repérer par nos éclaireurs. Le pic de l’épaule pourrait aussi être une cible potentiel, s’il voulait couper les vivres de l’ordre et de la confrérie, cependant les ressources de l’empires ne sont que très peu liée à ces montagnes, leurs seuls intérêts pour nous résides aux quelques minéraux de leurs sols.
Le Skrall se saisit d’un petit morceau de charbon, et inscrivit sur la carte les différents itinéraires possibles à partir de la Vallée du labyrinthe, du moins ceux qu’il ferait faire à son armée s’il était l’ennemi. Rehad constata une nouvelle fois que la zone de Roxtus était la zone la plus exposés à une attaque dans cette configuration, ou du moins la plus facile à atteindre depuis la vallée du labyrinthe. Le chef de la confrérie semblait lui aussi penser que cette zone serait viser, mais pour d’autres raisons.
Rehad soupira, laissant tomber sa tête en arrière.

- Survivre. Votre dieu vous donne des ordres, des tâches à accomplir. Vous êtes ces serviteurs, que vous le vouliez ou non, ce code est inscrit dans votre protodermis. Nous, c’est dans la chair qu’un ordre a été inscrit. Survivre. En dépit de la vie, en dépit de la raison, en dépit de toutes autres choses. Survivre est la seule chose qui anime les choses sur Bara magna. La seule façon que l’empire a toujours eue pour accomplir cet objectif fut de se battre. Et encore une fois nous prendrons les armes, pour défendre notre vie. Mais je me demande, si je pouvais sauver les miens en donnant ma vie, le ferais-je ? La vie est la chose la plus précieuse que je possède. Ensuite viens ma lame, et mon allégeance à mon peuple. Puissions-nous voir une nouvelle aube se lever, chassant les ombres de leurs corruptions. Je tiendrais mon rôle, quoi qu’il advienne.
Le Skrall se redressa alors et se leva, se retournant, lui aussi prêt à partir.
- Nous rentrons à Roxtus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raidark
Main de l'Impératrice
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/700  (700/700)
Jauge de Vie:
790/1000  (790/1000)
Capacités du Personnage: ATK:2050 DEF:0000

MessageSujet: Re: [Laboratoire][Event] Mon bon docteur...   Mer 11 Fév - 20:03

Le Skakdi et le Makuta de l'Ordre restèrent attentif aux monologue de Shrecki à Rehad. Il est évident que le Skrall se méfie grandement du souverain de la Confrérie, alors que c'est lui qui a su mener à bien cette alliance mais également à crée les Amplificateurs. S'il a bien une personne que le Skakdi ferait confiance dans cette situation actuel, c'est bien Shrecki alors que ce dernier décide alors de s'en aller pour réglés les Amplificateurs alors qu'une Toa venez prendre place sur le siège du Makuta.
Par la suite Cordax prit parole disant clairement que c'est au véritable responsables et non au corrompus du Protectorats qui faut mettre la peine de mort. Ce fut à cette instant que Raidark se mit à l'écart et lui parla discrètement.


-Je comprend Cordax, mais je m'en doute de ce qui adviendra ensuite si nous parvenons à la libérer de l'emprise du Protectorat. Ça aura beau que c'est pas Tanika la responsable, je ne peut éviter de faire part d'un jugement sur son sort avec Helryx. Mais pour le moment, tout ce qu'on peut faire pour elle c'est de voir si Shrecki réussi à crée des Amplificateurs beaucoup plus puissant, car je sais que nos alliés corrompus le sont encore plus.

Raidark et Cordax revenais à leurs place tandis Rehad fit installé une carte de Bara-Magna griffonné par endroit. Le Skrall se mit alors à parler de la situation, parlant principalement du fait que comme Roxtus est plus proche de la Vallée du Labyrinthe, ce sera là qu’Étreinte frappera en priorité. Tajun et Tesara son bien évidemment des bonnes cibles, mais Rehad jugea que cela impliquerait l'arrivé d'un second Séide. Le Pic de l’Épaule quand à lui, il jugea comme peu réellement intéressent. Le Chef Skrall prit un bout de charbon et fit des traces sur la carte. Marquant différentes itinéraires que le Protectorat pourrez mener avant de parler une désignation différentes des Umiens de combattre et survivre. Alors Raidark se leva et prit alors la parole envers Rehad.

-Souverain Rehad, en tant que t-elle l'Ordre continueront de venir sur le champ de bataille à vos coté. Cependant je vous sommes de remettre votre jugement à la légère concernant Shrecki. Il a beau à se montrer très froid envers autrui, mais sachez qu'à lui seul, il a sauver notre monde d'un poison, et s'est même opposé contre le Seigneur Sorcier du Royaume des Morts. Et c'est sous sa pulsion qui nous a permis de formé le Dernier Ordre. Concernant votre analyse, je planche plus pour que Tesara et Tajun soit les plus ciblés que votre cité. Ils essayerons de vous affaiblir en prenant ses territoires avant de frappé violemment à la porte Roxtus. Et puis même qui vous dit que lors de ces possibles attaques, se sont nos alliés plutôt qu'un Séide qui vont mettre la désolation ? Il serait judicieux comme Shrecki ait dit, de fortifié les défenses de bases. Vous dites qu'ils ont peu de chance de réunir une grosse armée ? Croyez moi, il ne faut jamais dire ça alors que le Maître en ait le pouvoir.

...

Rohrak Dimensionel courait bien qu'épuisé de cette bataille. Comme il été aussi là lors de la bataille dans la Vallée du Labyrinthe, il put voir les évènements qui en découle. Du début du combat avec les armées Protector à l'échappatoire in extrémis du Dernier Ordre, en passant par le basculement de certains des héros à la cause du Maître. Y compris Tanika l'Impératrice de l'Ordre. Lorsque les héros libres put s’échappait, le Toa Hordika fit marche arrière dans le labyrinthe et put réussir à s'en sortir, et maintenant il essaye de partir le plus rapidement de cette endroit, recherchant où le Dernier Ordre trouva refuge.

Mais alors qu'il continuait de courir, il s'arrêta de sitôt et se mis derrière un rocher, voyant la personne qui se trouvait à 10 mètre d'écart. La personne en question est un robot de couleur vert et argenté. Au niveau de la taille, une cape noir été dressé, mais ce robot pas comme les autres ressemble beaucoup au Toa Hordika. Il s'agit de Néo Métal Rohrak. Le robot prototype savait qu'un de ses pathétiques ennemi juré se trouve pas loin de lui, mais il s'en fichait. Tenant en main un petit sac, le robot se tenait face à un cercle ayant des ondulations à l'intérieur. Tenant encore un petit instant, Néo Métal Rohrak décide alors de franchir le portail dimensionnel qui se referma après son passage. Le Toa Hordika arriva à l'endroit précis où le portail s'était tenue, et plusieurs question se bouscula dans sa tête alors qu'une voix grave se fit entendre.


"J'ai effacé les anciennes plaies de ce monde."

Rohrak Dimensionel se détourna en la direction d'où provenais la voix. Ce fut à cet instant qu'il se fit face à un inconnu. Portant un grand manteau noir, la capuche recouvrit l’entièreté de son visage donnant un aspect mystérieux à ce dernier qui reparla.

"L'Etoile de Tamaran est maintenant connecté."

"Qui es-tu ?"

Posa la question le Toa Hordika à la personne qui fit face devant lui. Il semble en savoir quelque chose concernant la Stellaire puisque l'inconnu resta sourd à la question du Toa et reprit la parole.

"Relié à l'ombre du Protectorat. Elle sera bientôt devenue un Spectre."

Dégaignant ses épines, Rohrak Dimensionel se mit en posture de combat. Il se méfie grandement de l'être mystérieux, pensant qu'il s'agirait peut être d'un des suppots du Protectorat alors que ce dernier sembla pas vouloir répondre aux gestes du Toa Hordika. Ceci en est assez déconcertant, toujours en posture au cas où si l'inconnu comptait faire quelque chose, le guerrier reposa une autre question bien qu'il hésita assez longuement.

"Es ce.. Es ce que tu est bien d'ici ?"

"A cette question tu es dans le vrai, comme dans le faux."

"Donc j'en conclu que tu viens d'une dimension alternative.."

Un léger silence pesa sur les deux individus. Alors l'inconnu au manteau noir reparla, changeant de sujet une nouvelle fois.

"Le réceptacle du Hagah de l'Ordre savait ce que le Destin lui ordonnais. Mais toi tu ne comprend rien."

"Hm ! Qu'importe que je ne sois pas d'ici. Je compte bien aider à ramener Tanika à la raison."

"Ça sera un effort futile. Quand une personne goutte à une chose, jamais elle reviendra comme avant."

Peu après que l'inconnu ait fini de parler, le Toa Hordika se détourna du regard pesant de l'être alors qu'il reçois une communication de Cordax. Le Makuta lui a expliqué que tout le monde se rend à Tajun pour y faire les soins mais également pour parler d'une nouvelle stratégie. Répondant d'un ok, Rohrak éteignit son communicateur et se retourna vers l'inconnu, mais ce dernier n'est plus là. Le héros de l'air se retrouva déconcerté de cet étrange rencontre avant de reprendre ses esprits. Pour le moment tout ce qui devait faire c'est d'aller en la direction de Tajun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanika

avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/700  (700/700)
Jauge de Vie:
700/1000  (700/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 4800 | DEF : 2050

MessageSujet: Re: [Laboratoire][Event] Mon bon docteur...   Mar 17 Fév - 0:23

Un sourire en coin et narquois apparut alors sur le visage de Vorona alors qu'elle écoutait avec calme le monologue de Aerellys. Voilà quelque chose qui était intéressante. Vorona l'avait prévu, elle avait prévu ce qui allait se passer comme si elle avait eu connaissance du futur. Elle savait à quoi s'attendre. Aerellys a agit de la facon qu'elle pensait, défendant son droit de siéger ici, dans les tréfonds des mémoires de Rehad. Après les chauves-souris, Vorona s'envola et sa cape bleue se souleva, dévoilant ainsi con corps noir et élancé. n'ayant qu'une chose qui faisait contraste, son étrange ceinture jaune. Et de la même facon que les chiroptères, des ombres apparurent sous la cape de la vortixx, se transformant en une nuée d'oiseaux noirs de jais, volant en apparence ou bon leur semblait, certains s'attaquant aux chauves-souris. les crocs, becs, griffes et serres pouvaient enfin se délecter de sang frais sous les membranes et les plumes.

-je vois que tu ne sais pas à qui tu a affaire, soeur skrall. Mon apparence raciale n'est que trompeuse. Et vous ne saviez pas que je possède bien plus de connaissance que vous ne le pensez, disait t'elle d'un ton posé. la conscience de Rehad choisira qui de nous deux sera déclaré coupable de ce qui lui est arrivé jusqu'à maintenant, lui qui m'a envoyé en ces lieux. Je peux ressentir vos émotions, elles sont fortes, très fortes. Je n'avais pas vu une telle chose depuis la défaite du protectorat il y a de cela quelques années. j'ai eu l'occasion d'observer de très belles choses, mais aussi de très effrayantes. Et vous, que connaissez vous de plus à propos de l'Univers matoran, si ce n'est de le considérer rien de plus qu'un robot gigantesque. les robots ne vivent pas, vous le savez, et nous autres sont déclaré comme vivants, n'est ce pas? Et tout les êtres vivants ressentent des émotions. les matoran ont bien été programmé pour n'accomplir que leur tâche en ce monde, que l'on appelle Devoir et Destinée, et pour ce faire, ils ont été concu de telles sorte de ressentir certaines émotions, et d'en enfouir d'autres au plus profond de leur esprit. Mais comme dans tout robot, il se peut qu'il y aie des bugs.

Elle mit alors les bras devant elle, faisant quelques signes rapide. ce qui pourrait ressembler à un petit vortex apparut, montrant ainsi des images, celles illustrant ce qu'elle raconte par la suite.

-Sur Stelt, les tribus de combattants steltians possèdent des écrivains et troubadours. Ils racontent mythes et légendes. L'une d'entre elle parle d'une attaque de vaisseau de guerre du chaos, ils étaient en réalité du protectorat. ils menacaient de détruire Stelt toute entière, soit une ile de plusieurs kio de rayon. mais à ce moment, une lumière verte et une lumière dorée seraient apparu et aurait détruit à eux seuls toute la flotte. L'on parle de deux guerriers de légende, les seuls à avoir repousser le protectorat sans engins de guerre. Séparément, ils n'étaient que des êtres normaux, mais ensemble, ils étaient animé d'une énergie incommensurable. Ils ne formaient qu'un, et l'on dit que jamais ils ne se sont séparé... jusqu'à ce que la Mort en décide autrement. Ils étaient dévoués, l'un pour l'autre, emplis d'une joie et une confiance innébranlable. mut par le pouvoir de l'Amour. Vous êtes comme l'un de ces deux êtres, attaché à un autre être unique, que vous aimez plus que tout, que vous lui vouez votre confiance et votre fidélité éternelle. Mais il semblerait que l'élu, choisi par vos propres émotions n'aie pas eu envie de ressentir la même chose que vous, ou bien, ne l'a t'il pas tout à fait bien compris. Vous voulez vous unir à Rehad, mais celui ci n'a pas encore compris ce que vous lui voulez exactement. Dans ce cas, je n'ai qu'une solution: aidez le à faire ce qu'il veut faire, et il vous sera redevable. Regardez en dessous, au sol.

Un peu plus bas, n'était visible alors que le sol sablonneux du désert. puis des détonations retentisent. Des guerriers apparaissent. Puis des machines de combat. Des tanks faisant cracher leur canons de leur puissants obus. Deux armées s'affrontant dans une bataille sans merci.

-Vous avez raison, Rehad et animé par la guerre. Il a été conditionné à servir l'Empire skrall dans son intégralité comme les matorans sont conditionné à refouler certaines émotions. Il vit pour se battre, et se bat pour vivre, tel est le crédo qu'on pourrait donner aux habitants de Bara magna. Mais plus tôt dans la semaine. Une nouvelle bataille eut lieu. Le Protectorat, encore lui. Mais Rehad, fervent guerrier se battant pour sa patrie ne put pas donner son plein potentiel ce jour là. Il est tombé au sol en criant votre nom. Les deux êtres de la légende se sont battu contre un ennemi commun, pas l'un contre l'autre. Seul moyen de nous sortir tout les deux de cette endrois: Convaincre Rehad qu'il a besoin de vous faire confiance et d'accepter votre amour pour terrasser ses ennemis. Quand à moi, à la condition que Rehad n'aie plus l'esprit hanté, je considérerais mon travail terminé et je disparaitrais.

Elle voyait Aerellys se téléporter devant elle et la toucher.

-Comment je compte vous combattre? de la même facon que vous, si vous daignez m'attaquer. A présent, nous nous parlons que en rêve, nous n'existons uniquement sous la forme d'impulsions nerveuses, voyageant dans la matière grise de votre bien aimé. mais vous me voyez, comme je vous vois.

Elle disparait alors dans un nuage d'ombre, et apparut un peu plus loin, elle examina alors dans sa main un petit objet brillant. Une petite broche que la soeur skrall n'a pas vu disparaitre quand elles étaient proche.

-Mon esprit est ce que je suis. mon corps n'est qu'un réceptacle pour celui ci, faconné par mon créateur à mon image. J'irais ou bon me semble, là ou je le jugerais bon. j'ai abandonné ma destinée depuis longtemps, ouvrant à moi une seconde destinée. Vous même pouvez décider de ce qu'il adviendra de vous et de Rehad, seulement. Faites le bon choix.

Elle lanca la petite broche que l'autre rattrapa.

-et les oiseaux sont souvent intrigués par les objets brillants, vous le savez sans doute.

-------

Rohrak dimensionnel courrait dans le désert, en direction de Tajun.

*ce type, je crois savoir qui c'est, mais si j'ai raison alors l'Ordre est en danger, je dois avertir les autres. D'après les archives de ce monde, si une équipe d'élite surentrainée n'a pas réussit à le vaincre après plusieurs années, ayant eu besoin des pierres du chaos pour ca, alors moi même seul ne pourra rien faire. Tanika? elle est belle, magnifique. La meilleure Toa du monde. mais pourquoi je ne l'ai jamais rencontré dans mon monde. le destin as t'il décidé que je mourrais seul?*

pensait il alors que sa course le propulsait à 500 bio à l'heure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solok
Toa Useless
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
400/400  (400/400)
Jauge de Vie:
980/1000  (980/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 3400/3400 | DEF : 1535/2500

MessageSujet: Re: [Laboratoire][Event] Mon bon docteur...   Mer 18 Fév - 2:58

Le Makuta répondit aux quelques questions posées par le Toa de Glace. Il assimila les informations avant de simplement dire "Je vois... Merci de m'avoir répondu.", n'ayant plus rien a demandé, du moins, dans l'instant immédiat. Mais il réfléchissait aux dires de son chef. Solok allait monté haut? Encore faut il qu'il vive pour cela. Car si le Protectorat n'était pas vaincu et que le Dernier Ordre se faisaient encore vaincre sur le champ de bataille, les chances de survie du Toa était minime voir inexistante. Il a réussi par miracle de se sortir d'une situation de laquelle très peu se seraient sorti, mais cela n'arriverait pas une deuxième fois.
Shrecki avait cependant entièrement raison sur un point : "Une défaite sur le combat ne l'est pas sur la stratégie." Et comme le Toa de Glace l'eut évoqué dans ses questions, cette bataille aura été forte utile pour en apprendre plus sur l'ennemi.


Plus tard

Les chefs de la Confrérie et de l'Empire, le second de l'Ordre et d'autres, complètement inconnus a Solok, se réunissaient pour débattre des prochains mouvements de leur coalition pour affronter le Protectorat. Le Toa avait été placé dans cette salle en tant que "Garde", ce qui semblait assez idiot puisque son chef n'en avait nullement besoin.
Il écoutaient les paroles des hauts gradés avec une grande attention, tout en commentant cela en silence, dans ses pensées. Rehad évoqua que si les dominés ne pouvaient être ramené, ils faudrait les tué avant que leur honneur soit entaché. Peut on réellement parler d'honneur entaché quand ils agissent contre leur volonté? Peut on parler de traîtrise lorsqu'ils ont été affecté par le pouvoir d'un ennemi trop grand pour eux? Le représentant de l'Empire dit ensuite qu'il verrait mal Shrecki à la tête des armées de la coalition. Le Toa ne pouvait pas être d'accord avec cela. Il était certainement l'être le plus intelligent présent ici, avec le plus de connaissances sur l'ennemi... Qui plus est, il est celui qui a permis la survie de tout ceux qui sont rentré. Ces propos semblaient tellement absurdes pour Solok. Mais il est peut être vrai qu'il n'était pas dans ses intentions de prendre cette responsabilité... Le Skakdi, Raidark, refusa cette tâche, ne se sentant pas prêt, lié a la domination du Protectorat qui avait fait ses effets sur lui avant l'intervention du Makuta.

Se fut au tour du Makuta de parler. Il évoqua en premier lieu son accès au commandement de la Confrérie. C'était des souvenirs pas spécialement bon pour le Toa, mais la première chose qui lui vint à l'esprit quand il entendit cela fut : "J'ai aidé." Il dit ensuite qu'il faudrait jugé les convertis de façon impartiale pour leur actes... Il sait bien qu'ils n'agissent pas de leur plein gré, mais qu'ils sont manipulés mentalement. De ce fait, cela rend le jugement tel que Shrecki le propose injustifié. Ce fut la pensé de Solok, à quelques mots près. Le Makuta démontra ensuite ce qu'évoqua précédemment : Il est le mieux placé pour dirigé cette armée. Et c'était indéniable. Tout cela pour accepter la nomination de Rehad... C'est une façon de voir les choses... Il prétexta devoir avoir a faire avec les amplificateurs psioniques. Il quitta la pièce quelques paroles plus tard, laissant la place a une certaine Teliko juste après avoir évoqué le manque d'expérience de Solok.

Après avoir tracés des itinéraires sur un plan, Rehad annonça que l'armée rentrerais à Roxtus, zone la plus exposée selon lui par la menace du Protectorat. Mais Raidark contesta son jugement et trouva cela plus intelligent de se diriger vers Tesara et Tajun. Il émit aussi l'hypothèse qu'il était possible que le Séide, Etreinte, ne se déplace pas directement mais que cela soit l'un des convertis qui le fasse. Roxtus, Tesara, Tajun. Trayx, Nui, Tanika. Trois points jugés sensibles pour trois convertis. Il était possible que les trois endroits soit attaqué en même temps si l'hypothèse du Skakdi s'avérait vraie, mais la théorie de Solok avait un point faible : Ces trois convertis étaient loin d'avoir le niveau d'un Séide, commandé une armée du Protectorat leur serait certainement pas possible, ou alors il se ferait vaincre rapidement sur le champ de bataille. Enfin, au moins plus vite qu'un Séide. Solok connaissait assez Nui pour juger qu'il pourrait commander un assaut, Tanika pourrait certainement. Mais Trayx? Il ne savait rien de lui, en fait, il ne sait même pas qu'il s'appelle Trayx, juste que c'est un Rahkshi. Mais ces trois personnes étaient très loin d'être du grade d'Étreinte, il y avait peu de chance qu'il leur soit donné des responsabilités similaires. C'était une théorie dont les chances de réalisation était minime, mais existante... Ou alors, les trois lieux seraient simultanément attaqué, mais les attaques ne seraient pas guidés par les convertis mais par d'autres. Et dans ce cas, cela devenait plus probable.

Mais toutes ses discussions commençaient a ennuyé le Toa. Il ira là où on lui dira d'aller, les ordres sont les ordres. Il décida de sortir. Il s'adossa contre un mur. Il posa ses armes. Se demandant se qu'il pourrait bien se passer maintenant. Il se dit qu'il serait prêt à faire tout ce qui serait en sous pouvoir pour arrêter le Protectorat. Il serra les poings, la haine qui montait. Il lâcha, sentant les poings refroidir puis attendit les ordres des hauts gradés, en espérant qu'il l'enverraient dans un Enfer moins violent que le précédent, mais ce n'était pas gagné. Il fini par s'endormir a force, mais il attendait quand même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bionifigs.com/u1023
Rehad
Skrall philosophe
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/900  (700/900)
Jauge de Vie:
1000/1000  (1000/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 3100 – DEF : 4150

MessageSujet: Re: [Laboratoire][Event] Mon bon docteur...   Jeu 19 Fév - 0:24

- Savez-vous seulement ce que vivre veut dire ? Ridicule, vous affirmer ne pas être semblable à une machine, puis dîtes que vous en êtes une mais que ça ne vous empêche pas d’avoir des sentiments ? Vous ne savez même pas vous-même comment vous définir…
La sœur Skrall fut pris d’un rire incontrôlé qui dura bien une bonne dizaine de secondes. Soudain elle s’arrêta soupira et continua, prenant un visage plus neutre qu’à l’accoutumé.

Ce que je vous ai dit n’est pas un point de vue Bara Magnien, mais celui de l’un des vôtres. La petite ombre s’étant faite avalé par les ténèbres. Comment se nomme-t-il déjà ? Vous savez, ce mot qui signifie « grand » dans votre langue, qu’elle prétention  d’ailleurs ! Ou serait-ce à cause de sa taille ? Pourtant ces êtres étant polymorphes, se basé sur un critère physique pour le nommer est bien sot. Celui qui nomme les Makuta ne doit pas être très futé. Ce ne serait pas la première fois que les grands êtres manquent de sagesse.
Vous dîtes que vous pouvez ressentir ses sentiments. En êtes-vous sûr ? Qui vous dit que ce n’est pas une façade, qu’ils sont bien réels ? Que l’on ne vous a pas programmé pour croire les posséder ? Vous n’avez aucune certitude de rien car vous n’êtes pas maître ni de vous-même, ni de votre destin. Vous continuez cependant à marcher, ignorante, mais avec le désir de comprendre. Puis vous détourner les yeux aux vérités qui vous blessent. Vous avez peur. Peur de vous-même. Peur de ce que vous êtes. De ce que vous pourriez êtres. De ce que vous seriez si les choses n’avaient pas était comme elles sont, de ce que vous êtes car cette part est une partie de vous-même que vous ne pouvez renier.

Vous dîtes vouloir me voir moi et Rehad réunis ? Comme si une personne telle que vous pourrez comprendre ET COMME SI J’ALLAIS ME FAIRE PRENDRE PAR UN PIEGE AUSSI SIMPLISTE ! Vous essayez de m’amadouer et me faire baisser ma garde.
J’ai connu une toa qui pouvait déformer la trame de la réalité même, une enfant à qui l’on avait donné un couteau. Qu’elle idiotie de donner un tel pouvoir à une gamine, une petite fille apeuré… Et avec un esprit aussi instable.  Elle doit être en train de mutiler mon ancienne enveloppe désormais… Ou peut-être essai-t-elle de fuir sa propre ombre ? Même en déformant le monde suffisamment arriverait-elle à se débarrasser de son ombre...  Il me semble qu’elle avait essayé ça, une année avant de se faire enfermé… c’était étrangement captivant… Mais je m’égare.

Vous savez tous comme moi que deux esprits ne peuvent cohabiter dans un même corps. Vous savez tous comme moi que je suis morte et que ma survie implique la mort d’une autre personne. Si vous pensez vraiment ce que vous dîtes allez me chercher une de vos toa du psychisme, tuer là offrez moi son corps.

Peut-être serons-nous capable alors de vivre notre amour. Autrement vous ne feriez que nous desservir, l’un comme l’autre. Vous imaginez ? Le commandant de l’empire à la botte d’une sœur Skrall ? Ses opposants se feraient une joie de le massacrer sur la place publique pour trahison. Rehad s’est attiré de nombreux ennemis en refusant de vous faire la guerre vous savez ? M’enfin vous ne comprenez sans doute rien à la politique dans l’empire Skrall. Je ne peux vous en vouloir, c’est remplit de dialogues inutiles, et de combats à mort dans l’arène. Il y a des choses qui ne changeront jamais.

On n’ouvre pas de nouvelles destinées, ma chère, on ne fait qu’en fermer d’autres. Du moins c’est ainsi que je perçois le monde. C’est ainsi que la réalité s’écoule sous mes yeux à chaque instant. Je vois les possibilités qui se réduise jusqu’à ne former plus qu’une, notre réalité devenu immuable, qui s’enfuit alors tel un cours d’eau vers les vastes plaines abyssal de l’oubli. Des personnes comme Ce makuta pourrait cependant me contredire. Je me demande, pourquoi les perceptions d'une même scènes peuvent être si différent d'une personne à l'autre. Il n'y a pourtant qu'une seule réalité, n'est ce pas?

Cependant il semblerait que vous ne voyez pas la composante la plus essentielle de notre face à face. Est-ce que je vous laisse deviner ? Ou est-ce que je l’utilise tout de suite ? Allez un petit effort ce n’est pas dur à deviner, la prochaine fois qu’il me parlera il essaiera de me tuer à nouveau.


***

- Il y a longtemps, mon empereur m’a demandé si j’avais les épaules pour diriger un empire. Je lui ai répondu que je n’en savais rien. Aujourd’hui, je lui répondrais surement que non. Chaque mort, chaque Skrall tomber au combat contre nos ennemis est pour moi une plaie béante dans ma chair ! Croyez-vous que je sois là par soit ? Vous devez surement beaucoup à Shrecki, et je ne remets pas en cause ses capacités, ni ce à quoi ils seraient prêt à faire pour accomplir à son but.
Je ne fais peut être pas assez confiance à cette homme, cependant, vous, vous lui faîtes bien trop confiance Raidark. Mais en mettant ainsi Shrecki dans l’ombre, je lui rends presque service. Vous avez, tous comme moi, vu à quel point le Séide voulait la mort de Shrecki ? A quel point cette armée dépend de cet homme ? Une armée qui ne dépend que d’un seul homme est condamné à mourir avec lui. S’il tombe à l’heure actuelle, l’ordre entier tombe et ils en ont consciences ! Pensez-vous que dans ces conditions ils soient sages de le laisser se mettre sur le devant de la scène ? Je suis certains que ses marges de manœuvre seront plus élevés s’il ne doit pas se préoccupé d’une armée de pacotille prête à vaciller aux moindres coups de vents.

Vous et moi ne sommes que des pions à ces yeux, sur le grand échiquier qui l’oppose au Maitre. Son boulot est de vaincre le protectorat, peu importe les moyens et les sacrifices. Et c’est en cela que je mettrais ma confiance en lui. Il pourrait sacrifier votre univers entier si cela pouvait lui apportait la victoire.  Le miens, est de faire en sorte que le moins de monde possible soit sacrifié pour apporter cette victoire.
Comment expliquer cela en des termes simples ? Cet homme… Je lui confierais l’avenir d’un peuple, mais jamais la vie de soldats.
Ce sacrifice est peut être nécessaire. Je n’ai pas affronté le protectorat comme vous autres, mais j’ai vu la folie engendré par les créations des grands êtres. Des forteresses, des villes, des armées entières, détruites de manières fulgurantes par des créatures sans âmes. Tuant tous ce qui se trouve à leurs portées de manière systématique. Peu importe les circonstances des choses pareils ne peuvent être excusé ! Je prends cette menace autant au sérieux que si une armée de baterra s’apprêtait à fondre sur Roxtus. Et s’il le faut, j’irais chercher chaque Skrall de l’empire pour combattre cette menace.

Quant aux attaques probables de notre ennemi. Il ne me viendrait jamais à l’idée d’attaqué ainsi Roxtus sans avoir rallié de la carte le reste de l’empire. Seul des désespérés, ou des fous oseraient une tel attaque. Vous comme moi n’attaquerions jamais la forteresse de Roxtus ainsi, cependant notre ennemi n’est pas nous. Seulement notre ennemi ne semble pas avoir le moindre doute sur sa victoire contre nous. Il n’y a pour eux aucune raison de ne pas attaquer Roxtus. Si jamais pas contre nous leurs montrons de la résistance à Roxtus, il est probable que la donne change et qu’il se décide à nous affaiblir.


Si vous voulez fuir, abandonné cette coalition, pour rassembler vos hommes ou je ne sais quoi d’autres, soit. Mais la bataille se déroulera dans les pics noirs à n’en point douter.
Le Skrall sortit de la salle suivit de toutes les personnes de l’empire ici présente. Il s’arrêta un instant devant la porte et s’adressa au toa de Glace.


- Votre chef m’a dit que vous pourriez nous aider à combattre l’un des soumis. Venez à Roxtus. Suivez nous dans le Ragnörd ou utilisé vos propres moyens, comme vous le souhaitez, mais je veux vous voir à Roxtus et vous me livrerez tous ce que vous savez d’utiles sur ce makuta.

Quelques minutes plus tard les bruits des moteurs commençaient déjà à se faire entendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Laboratoire][Event] Mon bon docteur...   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Laboratoire][Event] Mon bon docteur...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Laboratoire][Event] Mon bon docteur...
» Event 5 : Ecriture & Dessin
» event coupe du monde la semaine prochaine
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» - Event II.2 - La Faiblesse des Jedi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Guerres de Spherus :: Mondes débloqués :: Reste de Bara Magna :: Ile du Genoux :: Laboratoire Sous-terrain des Grands Êtres-
Sauter vers:  

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit
BIONIFIGS.com | Le Mur de l'Histoire | Espace des Joueurs | Centre de communication | Nuvapedia.com | JDR Hero Factory | Lettre d'infos