Les Guerres de Spherus

Forum RPG gratuit dans l'univers BIONICLE depuis 9 ans maintenant!
 
FAQAccueilPortailMondesMembresGroupesConnexionS'enregistrerRechercher

Partagez | 
 

 [Chutes Sombres][Event] La bataille du Col de la croix noire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rehad
Skrall philosophe
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/900  (700/900)
Jauge de Vie:
1000/1000  (1000/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 3100 – DEF : 4150

MessageSujet: [Chutes Sombres][Event] La bataille du Col de la croix noire   Ven 20 Fév - 23:39

Le vent soufflait en rafales, froides et brutales, mais cela ne les dérangeaient nullement. La neige tombée en abondance recouvrait les roches, mais cela ne les ralentissaient nullement. Les canons les pilonnaient depuis des heures, mais cela ne les arrêtaient nullement.


C’était un essaim, un corps noir et belliqueux, donc la seule ambition était la destruction. Les Skralls, Roxtus, le dernier ordre, Raidark, Rehad, Shrecki. Il devait tous détruire. Il n’avait aucune autre ambition, aucun autre objectif que celui-là. Et ils s’exécutaient sans rechigner, à la basse besogne qui leur était assigné.

Tel était le monde pour eux. Une succession de missions à remplir, d’ennemi à détruire.  

Rien n’aurais pu le changer, rien ne pouvaient les faire reculer. L’essaim du protectorat serait bientôt aux portes de Roxtus. La mort, le fer, le sang. Les soldats s’affairaient sur les remparts, sur les murailles, les fortifications diverses. L’armée Skrall savait que ce n’était pas une simple question de battre un ennemi, comme lors de la guerre contre les tribus Bara Magnien. Non. C’était différent. Tel à l’époque, avant qu’ils ne fuient vers le sud. Mais désormais ils étaient cernés. Il ne pouvait plus fuir.

Après des milliers d’années de déclins, un tournant majeur de l’histoire de ce peuple était sur le point de s’amorçait. Son extinction ? Sa renaissance ? Personne ne le savait, mais tous étaient unanimes sur une chose. Cette guerre, si elle était perdu, signifierait la fin de l’empire, des Skralls, et de toutes libertés sur Bara magna et au-delà. Car bientôt les forces de l’univers matorans combattraient eux aussi pour leurs libertés ici, sur les terres désertiques de la planète des sables.

Le bruit des canons se faisaient de plus en plus assourdissant, le paysage changeait de forme toutes les minutes, à mesures que les obus touchaient sols. Tirés des chars, des forteresses, ou de simples mortiers, un déluge d’acier se déversaient contre la carcasse des robots protections, qui pourtant continuaient leurs avancées fulgurantes dans les montagnes enneigés.
Ils avaient neigés les quelques jours précédents la bataille, phénomène s’il n’était pas quotidien dans cette montagne n’était pas non plus exceptionnel, mais le ciel était bleu aujourd’hui, du moins jusqu’à ce que les canons et la poussière ne lui fasse prendre une teinte grisâtre.

Le dernier ordre comptait cependant bien arrêté l’envahisseur. Une majorité de Skralls, une armée de plusieurs centaines d’hommes, mené par le commandant Rehad. La plupart était des Skralls, mais on pouvait apercevoir çà et là des glatorians, chasseurs d’os, Spikit et Vorox. Cette armée se distinguait de l’ennemi par la présence d’élément rouge impérial parsemant les armures ébène de ses guerriers. Tous étaient prêts à arrêter l’ennemi au col de la croix noir. Le Rangörd et le Gunwald étaient présent.

Les cors se mirent à sonner. Les guerriers s’alignèrent sur leurs lignes. Les arbalétriers se mettaient en positions en hauteurs. Les tirailleurs, moins nombreux, se mettaient eux sur le devant du front, pour asséner des coups aux ennemis avant qu’il ne puisse entrer au contact.  L’ennemi serait bientôt visible depuis le col. Les minutes commençaient à s’allonger alors que la tension montait à chaque secondes.
Soudain une silhouette perturba la pâleur de la montagne. L’essaim était là. Rehad, leva son épée et cria d’un seul souffle :

« FEU !! »

Le métal hurla. La bataille commençait vraiment.


[hrp]
Tous les combats entre joueur de cette bataille se dérouleront dans des combats rp.
Nui, Tanika, Trayx, vous faîtes parties du bataillons protectors cependant les robots présents ne sont pas sous votre commandement. Les robots protectors restent jusqu'à ce qu'il soit détruit.
L'armée Skrall représente les troupes présente dans les montagnes des pics noirs. Sera disponible après cette bataille une boutique où vendant des mercenaires Skralls.


Armée Skrall
25 Bataillons de 10 artilleurs rapidité par bataillons : 350
12 Bataillons de 10 défenseurs rapidité par bataillons : 200
2 bataillons de 5 lieutenants rapidité par bataillons : 375
25 bataillon de 5 attaquants rapidité par bataillons : 300
1 bataillon de 5 défenseurs rapidité par bataillons : 100
[b]Artilleurs Skralls[/b]
[b][/b]
Les Artilleurs Skralls. Aussi lents que les Skralls de bases, mais un peu moins puissants qu'eux, ils sont suffisamment puissants pour causer d'énormes dégâts dans une bataille et ainsi faire la différence. Ils sont très bien équipés, et peuvent être très dangereux. La plupart de ces Skralls, malheureusement dépourvus de leur intelligence, n'ont aucun sens de la logique, de la stratégie. Ils ne sont là que pour être rémunéré, ou simplement parce-qu'ils y sont obligés. Très limité intellectuellement, ils ne communiquent presque pas, ils obéissent simplement aux ordres de leur supérieur, quitte à mourir. Traités comme des anmiaux, individuellement, ils ne sont pas important aux yeux de Tuma et de ses subordonnés, mais c'est la masse qui fait la terreur de cette armée.
[b]Nombre[/b]250
[b]Capacités[/b]ATK : 1000 – DEF : 1250
[b]Rapidité
[/b]
35


.





[b]Attaquants Skralls[/b]
[b][/b]
Les Attaquants Skralls sont presque deux fois plus rapide que les Skralls de base. Ils sont très entraînés, possèdent une maîtrise des armes très avancée. Ils utilisent plus leur bouclier en guise d'arme - grâce aux tranchants aux lames autour du bouclier - qu'un outil défensif. Leur rapidité ainsi que leur attaque les rendent très dangereux.
[b]Nombre[/b]125
[b]Capacités[/b]ATK : 1800 – DEF : 400
[b]Rapidité
[/b]
60


.



[b]Défenseurs Skralls[/b]
[b][/b]
Les Défenseurs Skralls, comme leur nom l'indique, ils sont présent simplement pour la défense. Ils sont munis d'un très lourd bouclier, et plus grand que les boucliers basiques. Ils sont aussi équipés de plusieurs renforcements. Mais toute cette artillerie sur eux les rendent vraiment très lents. En général, ils sont en première ligne lors d'une bataille, pour entrer en contact avec l'adversaire.
[b]Nombre[/b]125
[b]Capacités[/b]ATK : 400 – DEF : 1800
[b]Rapidité
[/b]
20


.



[b]Lieutenants[/b]
[b][/b]
Les Lieutenants sont non seulement beaucoup plus puissants que tous les guerriers de l'armée, mais ils sont aussi très rapide, et intelligent. Ils possèdent tous les points positifs d'un guerrier, et c'est d'ailleurs pour cela qu'ils sont lieutenants. Sur-entraînés depuis plus d'une quinzaine d'années, ce sont eux qui dirige les bataillons de Skralls. Ils se font souvent protéger par les guerriers lors d'une bataille, mais lorsqu'il le faut, ils combattent, et n'ont pas l'habitude de perdre un combat...
[b]Nombre[/b]10
[b]Capacités[/b]ATK : 2000 – DEF : 2000
[b]Rapidité
[/b]
75
Armée du Protectorat :
Les Soldats Protector sont par bataillon de dix, pour une rapidité par bataillon de 250 pour un total de 400 robots soit 40 bataillons.
Les Assassins Protector sont par bataillon de trois, pour une rapidité par bataillon de 120 pour un total de 100 robots, soit 33 bataillons et un Assassin isolé.
[b]SOLDAT PROTECTOR
[/b]
[b][/b]Les Soldats Protector sont des unités robotisés habiles et puissantes qui contribuèrent grandement à l'écrasante invasion du Protectorat de l'Ombre dans l'Univers Matoran. Ils auraient été créés par le Maître lui même.

Équipés de griffes puissantes, de pieds béliers massifs, d'un paquetage générateur de magnétisme, et de vision infrarouge et pouvant faire des bonds gigantesques, il sont aussi agiles dans l'air et dans l'eau autant que sur terre.
Ils sont considérés de loin comme les unités robotisées actuelles les plus évoluées technologiquement.






x 400
[b]Capacités unitaires
[/b]
ATK : 1200 - DEF : 1200
[b]Rapidité unitaire
[/b]
25
[b]Quantité présente
[/b]
400 unités

[b]ASSASSIN PROTECTOR
[/b]
[b][/b]Les Assassins Protector sont des unités robotisés habiles et puissantes redoutables. Amélioration d'un Soldat Protector par un potentiel offensif accru, ce modèle se montre beaucoup plus agressif.

Plus agiles que les robots Protector habituels, leur rôle est simple: tuer l'opposition sur le champ de bataille. Brutaux, efficaces, ce sont les troupes d'élite, et leur présence n'est généralement pas bon signe.










x 100
[b]Capacités unitaires
[/b]
ATK : 2500 - DEF : 1400
[b]Rapidité unitaire
[/b]
40
[b]Quantité présente
[/b]
100 unités
[hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raidark
Main de l'Impératrice
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/700  (700/700)
Jauge de Vie:
790/1000  (790/1000)
Capacités du Personnage: ATK:2050 DEF:0000

MessageSujet: Re: [Chutes Sombres][Event] La bataille du Col de la croix noire   Dim 22 Fév - 16:33

Raidark observa les tempêtes qui s'annoncent en ce moment même. En dehors de la tempête de neige qui s'abattit en permanence sur les chutes sombres des montagnes noirs, la seconde; celle de l'armée du Protectorat avança lentement. C'est en cette partie des montagnes au pic noirs appelé par certain Skralls le Col de la Croix Noire que le Dernier Ordre se trouvent après leurs voyage de Tajun. A la premières aperçus des robots Protector, les cors sonnèrent tandis que les guerriers Skralls se mit positions.

-Préparez l'offensive !

Ordonna le commandant de l'Ordre de Mata Nui, auquel les unités robotiques se mit en formation tandis que la nouvelle armée du Protectorat continuait d'avancer. Et à cet instant, le Commandant Skrall sonna l'attaque.

[hrp]Les bataillons de Maxilos: 25 bataillons de 4: un bataillon correspond à 180 de rapidités.
Les bataillons d'Exo-Toa: 9 Bataillons de 5: un bataillon correspond à 175 de rapidités.


MAXILOS PR-7
Le Maxilos PR-7 est un robot seconde génération des Maxilos imaginés par Artakha pour aider le Geôlier Hydraxon.
Mais n'ayant servi que dans le Gouffre, les Maxilos ne se firent jamais connaitre.

La génération PR-7 leur ont aujourd'hui donné une seconde vie, et les bataillons de Maxilos servent dans les plus grandes armées des Puissants.
À leur libération du Gouffre, les Seigneurs Barraki reprenant Xia, commandèrent des modèles inspirés des robots détruits qu'il avaient ramené de la région de Mahri Nui.
Les premiers bataillons ne seront livrés qu'après l'assassinat des Barraki par le Protectorat.
x100
CapacitésATK : 2000 - DEF : 2000
Makoki8000
Rapidité45
EXO-TOA B-32
De tout temps, les Exo-Toa ont servi les armées de la Confrérie des Makuta.

Après la corruption de celle-ci, les Makuta ont dû faire face à un problème de taille : leurs Exo-Toa pouvaient être modulés pour servir d'armure à leurs ennemis Toa.
Face à cette contrainte sur les champs de batailles, le nouveau régime de l'Empire Makuta commanda à leurs concepteur Vortixx de nouveaux modèles uniquement robotisé, ne pouvant être combinés à des Toa.

Ainsi naquit le B-32, équipé d'un puissant poing à deux griffes et d'un lance-rocket bien plus performants que la version précédente.
x45
CapacitésATK : 2500 - DEF : 2500
Makoki8000
Rapidité35
[/hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Chutes Sombres][Event] La bataille du Col de la croix noire   Lun 23 Fév - 1:05

"Pitié".

Les cinq lettres gravées finement étaient à peine sensibles au toucher, couleur acier contrastant avec l'applique noire qui recouvrait le reste de l'arme. Trayx releva son index, satisfait du résultat; après tout, les pouvoirs de désintégration ne servaient pas qu'à la destruction pure. Ils pouvaient également créer ou exacerber. Une facette totalement obscurcie par l'emprise des makutas sur les kraatas, empêchant ces derniers de réellement pouvoir atteindre leur véritable potentiel. Mais de toute manière, cela ne serait plus très long: d'ici quelques mois tout au plus, le Protectorat balaierait les traditions aussi anciennes que dépassées. La confrérie, l'ordre, l'empire... nombre de noms, pour représenter toujours la même chose.


*Un ramassis de fous... rien de plus.*

Le rahkshi releva la tête, alors que les soldats protector prenaient d'assaut le col de la croix noire. Une marée de métal noir, aussi inexorable qu'un glacier, aussi fulgurante que la tempête. En rang, progressant malgré les impacts d'obus et les tirs ennemis là ou tant d'autres auraient fui, ils avaient enfin atteint la ligne de front skrall. Déjà les cris et les râles résonnaient, accompagnés du tempo régulier des canons ou du crissement des fers croisés.

*Faisons en sorte que cela soit rapide. Montrons-leur la vérité.*

Trayx caressa tendrement le flanc de son arme, nouvellement nommée. Pitié était ironiquement une arme qui ne laisserait aucune chance à ceux qui auraient le malheur de se dresser face au rahkshi Protector. Semblant taillée dans un métal pur, sa coque extérieure rappelait celle des croiseurs protector - sombre, matte et complètement lisse. Elle mesurait plus d'un mètre cinquante de long, faite d'un seul bloc, et à défaut d'une épaisse lunette aucun mécanisme apparent ne laissait deviner son fonctionnement; comme le reste du Protectorat, toute compréhension était inutile face à l'efficacité aussi cruelle que définitive font elle faisait preuve. Tant que l'arme fonctionnerait à merveille - tuant encore et encore tous ceux qui se dresseraient sur sa route - le kraata n'en demanderait pas plus.

Le Réprouvé posa un genou à terre, gagnant immédiatement en stabilité et précision; épaulant lentement l'arme, cette dernière émit un très léger vrombissement, à peine perceptible. Trayx fit alors s'ouvrir la tête de son armure, goûtant avec plaisir la fraîcheur de l'air; aux senteurs naturelles s'ajoutaient différentes notes plus agressives - poudre à canon, effluves énergétiques, fluides mécaniques ou organiques.


*Un cadre parfait pour le combat. Profitons-en.*

Tandis que son crâne artificiel se refermait, le kraata regarda à travers la lunette de Pitié. Réglant rapidement le zoom, Trayx visa rapidement l'un des artilleurs skralls, doté d'une arbalète. La petite croix rouge, symbolisant la trajectoire de tir, se cala rapidement entre les deux yeux du guerrier, inconscient de ce qui l'attendait.

*Là... le tir parfait.*

Il pressa la gâchette. Le puissant recul fut parfaitement absorbé par les stabilisateurs de l'arme et de l'armure rahkshi. Une balle fusa, dix fois plus rapide que le son; le bruit de l'arme résonna dans tous les pics noirs, surpassant - le temps d'un instant - les éclats de la bataille en contrebas.

La tête de l'artilleur skrall explosa, laissant derrière elle un geyser de sang qui se tarit au bout de plusieurs secondes; le corps du guerrier quant à lui mit plus longtemps à tomber, maintenu debout par la tension résiduelle de ses muscles. Lorsqu'enfin le cadavre chuta sur le côté dans un bruit mat, Trayx avait déjà en joue une autre cible, prêt à faire feu.


[HRP]Attaque normale sur artilleur skrall, avec émetteur IEM adjoint à mon bâton rahkshi --> élimination de l'artilleur, ainsi que de 5 autres unités rattachées au bataillon (l'escouade portant au départ 10 unités).

Effets totaux: élimination de six artilleurs skralls avec une seule attaque normale.[/HRP]


Dernière édition par Trayx le Dim 22 Mar - 21:43, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tanika

avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/700  (700/700)
Jauge de Vie:
700/1000  (700/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 4800 | DEF : 2050

MessageSujet: Re: [Chutes Sombres][Event] La bataille du Col de la croix noire   Mar 24 Fév - 1:06

Voilà qui semble intéressant. Vorona semblait écouter ce que Aerellys semblait lui répondre. Il y avait une part de vérité, peut être qu'elle aussi a un bon sens déductif, ou juste qu'elle jouit de chance, cette fois. Mais qu'importe, Les dires de la skrall peuvent être tout aussi bien dénués de sens. La vortixx mit ses bras sur ses hanches, et prit encore un air sérieux et froid, mais elle ne pouvait pas s'empêcher d'être plutot contente intérieurement quand elle entendit l'autre parler de peur ou de destinée.

-En effet, dans un sens, ce que vous dites n'est pas faux, je peux avoir peur de moi-même, de ce que je pourrais devenir, de ce qui serait arrivé à notre monde si j'avais emprunté un autre chemin, ou encore de cette partie de moi même que j'ai réussi à enterrer et sceller, mais qui pourrait se libérer à tout moment. J'ai peur de moi-même, plus encore que toute menaces qui pourrait se trouver devant mes yeux. Mais cela ne m'empêche pas de de battre pour mes convictions, car pour vaincre, il faut d'abord affronter et surmonter ses peurs, au lieu de les renier. Et alors, si je peux avoir peur de moi-même, vous auriez tôt fait d'être aussi effrayée, qui sait ce que ce corps d'habitante de l'univers matoran peut bien cacher à l'intérieur d'aussi menaçant car voyez vous un peu la place que chaque être a eu dans nos différentes faction? A l'époque de ce que nous appelions l'Alliance criminelle dans notre univers, Tericarax ne fut que le bras droit et sorcier attitré du chef de cette faction. Aujourd'hui, la confrérie des makuta a compté comme bras droit et sorcier attitré le puissant Shrecki, qui remplaça son chef, Phantrakk plus tard sur un coup d'état. Le premier est devenu ni plus ni moins le Seigneur de la Mort en personne, quand au second, il est devenu le plus grand stratège que notre monde aie porté, Et si je vous disais que je suis la sorcière attitrée de l'Impératrice de l'Ordre?
-quand à ces histoires de destinée, seul Mata Nui prétend que la destinée est immuable, inchangeable. Mais cela n'a de valeur pour ceux qui ont été directement créé par lui. Or, autant vous révéler que ce n'est pas mon cas. Le makuta Nui vous a certainement bien renseigné sur le fonctionnement de l'univers matoran, mais ma destinée à moi n'est pas toute tracée, et si votre théorie disant que les portes du futur se ferment plutôt que s'ouvrent, alors je me chargerais de fermer celles qui ne m'intéresse pas, pour garder la meilleure d'entre elle. Et je sais très bien que j'en suis capable car qui dans ce monde oserait donner de faux pouvoirs à quelqu'un. Si mes capacité n'avaient que l'illusion de fonctionner, je l'aurais su un jour ou l'autre. Mais assez parlé de moi, passons un peu à vous, puisque c'est pour vous que je suis venue. Je sens en vous une très grande volonté créée par votre amour, mais en même temps une colère, une frustration car vous avez de la peine à arriver à vos fins malgré tout les artifices que vous mettez en place. Je sens les émotions comme si elles ne n’agissaient que d'un parfum corporel alors prouvez moi que ce que je ressent est faux.

Elle marqua alors une petite pause et continua.

-mais nous voilà au devant de deux gros problèmes que vous ammenez ici: Le premier est que nous avons retrouver ce qui restait de votre enveloppe charnel dans le vaisseau de Zero. Vous êtes alors morte, et pourtant, par un miracle, vous avez réussi à échapper aux griffes de Tericarax et vous vous êtes réfugiée ici. Et le second qui est précisément ce que vous insinuez: les skralls mâles et femelles sont séparé depuis des lustres. A ce qu'il parait, le fait d’obtenir des pouvoirs psychiques a fait effrayé les skrall mâles qui furent obligé de vous bannir. Rehad lui même montre parfois ses angoisses par rapport à ceux qui maitrisent de grands pouvoirs psy, les makuta entre autres. Le seul moyen de se sortir de ce problème politique est encore d'essayer de faire comprendre à Rehad que si vous pouvez vous battre à ses côté, peut être reprendra t'il confiance en vous ou en vos semblables? mais je doute que ce soit possible. C'est presque utopique. Et si il vous faut vraiment un corps, d'un être du psychisme, afin de pouvoir de nouveau être à côté de votre bien aimé. eh bien, ne comptez pas sur moi pour vous livrer ce que vous voulez. L'Ordre de Mata nui ne mettra jamais une de nos membre toa du psychisme en pâture pour ressuciter quelqu'un qui ne fait pas partie officiellement de nos alliés. Et puis, si Rehad vous a tué, c'est qu'il y a une raison, peut être en avait t-il si marre de vous.

Elle se mit à regarder aux alentours, observatrice.

-vous savez, je n'avais pas encore testé d'entrer dans les profondeurs de l'esprit d'un skrall. Et c'est comme je l'imaginais. Et la mémoire de Rehad est si pleine d'informations, lui qui a vécu des dixaines de milliers d'années. je peux voir qu'il a connu Ikinat pendant très longtemps. je me demandais même si il savait des choses sur sa fin précipitée. Je pensais au départ lui demander, mais tout est écrit ici. Rehad parle lui aussi, comme je le pensais moi même que la cheffe fantôme a été possédée par quelqu'un maitrisant le contrôle mental. Pendant longtemps, j'ai tenté de trouver le coupable, en vain. Mais bref, j'ai assez perdu de temps., il semblerait que le dialogue ne mène à rien. Si vous ne voulez pas laisser l'esprit de Rehad en paix, je vais devoir employer la manière forte, je ne voulais pas en arriver là, au vue des céquelles au cerveau que cela pourrait lui causer. nous sommes en guerre, nous avons besoin de Rehad pour diriger l'armée Skrall, donc ne touchez pas à quelconque partie de son subconscient et je ne vous attaquerais pas.

Elle braqua soudainement sa main devant elle, en signe de mise en garde.

***

Pendant ce temps, dans le monde réel, les explosions retentissent, les ennemis sont aux portes de la forteresse de Roxtus. Heureusement, la base skrall est bien protégée. L'ennemi était obligé de passer par un col montagneux pour rejoindre la forteresse, les regroupant au même endroit. Le col de la Croix noire. Les canons crachent leur obus et les deux armées ennemis sont déjà arrivé au corps à corps comme deux flots qui s'entrechoquent. Les skralls ont mobilisé tout leurs moyens. Les défenses de la forteresse et les deux tanks les plus puissants qu'ils possèdent. De l'autre côté, la légion du protectorat ne semble n'avoir sortit que des robots. Etrange, pas de Séide à l'horizon? Pour attaquer un point clé au coeur de l'empire skrall? ca ne sent pas très bon. Pendant ce temps, Cordax, Stenrak et Raidark arrivèrent eux aussi. Le makuta sauta du Ragnord pour tomber lourdement sur le sol rocailleux, se relevant alors, dégainant son fusil d'assaut qu'il avait derrière son dos, il réajusta son casque et empoigna son arme, mit un chargeur dedans, et sans que lui ne dise un mot, l'arme émit le bruit caractéristique de son rechargement, un son qui voulait tout dire. Derrière lui, des capsules s'écrasèrent sur le sol et s'ouvrirent pour dévoiler les régiments de robots que l'Ordre avait emmené avec eux afin de soutenir les skralls. Mais où sont les Rakshi? Si Solok est ici, c'est qu'ils ne doivent pas tarder à arriver. Le makuta analysa la composition de l'armée adverse. Le même nombre de robots qu'ils ont détruit à la vallée du labyrinthe? aucun problème, ils l'ont fait une fois, ils vont pas se gêner pour le refaire une seconde fois. Il fonce alors, patinant sur ses chaussures à propulsion et se jette dans la mêlée, tirant les premiers coups de feu.
L'anarchie et le chaos était la plus complète. Les robots étaient alignés et tiraient sans cesse tandit que d'autres s'affrontait au corps à corps. Stenrak envoyait des volées de coups de poings aux protectors encore et encore. Faire tomber des tas de feraille avec ses muscles est toujours un vrai plaisir pour lui. Soudain un assassin bondit sur lui. il esquive ses griffes aiguisées de peu. Celui ci l'attaque sans relâche. Le glatorian qui esquivait et parait comme il le pouvait fut surpris de la puissance de cet assassin. Cordax qui était non loin de là fit marcher son lance-grenade placé sur son fusil d'assaut. La patate explosa juste devant Stenrak et l'assassin, quand à lui, esquiva la déflagration grâce à un saut périlleux arrière très bien réalisé.

-Il a l'air plus fort que les autres, celui là, je m'en occupe, déclara Cordax.

Il range alors son pétoire et sort son épée. Il saute en l'air puis disparait grâce à une téléportation. L'assassin faisait quand à lui un vrai massacre chez les skrall, attaquant quelques artilleurs qui ont eu le malheur de se trouver ici. Cordax apparut alors devant lui, frappant avec sa lame. Il esquive encore puis contre-attaque. Le makuta pare du plat de la lame et le repousse. Les deux s'affrontent. Les griffes du robot dansent alors, créant des étincelles à chaque fois qu'elles entre en contacte avec quelque chose, comme la lame de Arrondight, l'épée du makuta.


-je reconnais ces techniques, cette maitrise du combat rapproché.

Il tient alors son épée de la main droite, dégaine son canon cordak gauche, tire un missile, le robot l'évite en se décalant un peu sur le côté. Le missile explose sur un autre robot protector. Il reprend son épée à deux mains et à peine une demi seconde s'était passé après son tir, qu'il chargea, touchant sa cible de la pointe de son épée. Le robot avait les griffes devant lui, mais il avait frappé un peu plus en bas de où il prévoyait que son adversaire allait se protéger. Il enchaine un second coup, créant une entaille dans la cuirasse du robot et le fit chuter en arrière par la même occasion. Le makuta était toujours en garde, prenant le temps de repousser aussi un soldat protector qui l'attaquer par le flan. Soudain, l'assassin se mit à briller d'une lumière rouge intense, une lumière qui devint plus brillante à chaque instant.


-Dégage, Stenrak, ca va péter.

Le robot explose. Mais alors que des bouts de celui ci volait dans tout les sens, l'on pourrait penser qu'il soit vaincu. Et bien non, une lumière rouge s'éleva alors dans les airs. La lueur se tarit, dévoilant alors Tanika, qui lança directement une boule de plasma de ses deux mains vers Cordax, qu'il évita en sautant en arrière. C'était bien leur chance, se retrouver face à un de leurs alliés corrompu, comme si affronter des centaines de robots ne suffisaient pas. Tanika avait clairement changé, arborant cette fois une armure aux couleurs du protectorat. Le violet fut remplacé par du noir mat, et l'argenté devint du gris sombre. Les gemmes de ses poignets et de son cou sont maintenant des rubis. Et ses yeux luisent d'un éclat rouge sinistre. Elle portait également des armes sur son dos, mais difficile à savoir ce qu'elle a bien pu amené comme arsenal. Sans dire un mot, elle vole alors droit vers le Ragnord, évitant tout les tires des canons de celui ci par des esquives remarquables dont les déplacements vifs étaient presque invisible à l'oeil nu. Elle enchainait une vive-attaque droit sur le tank, mais s'arrêta en vol pour tirer un rayon de plasma, puis un second, puis un troisième, visant non pas le tank lui même mais celui qui était dessus. Elle effectua alors un coup de pied plongeant vers sa cible et même si il l'évite, cela lui permit de se trouver alors face au toa Solok, celui que ses supérieurs ont demandé d'attaquer.


[HRP]Edit fait pour corriger certaines choses, comme l'italique pour les narration et ajouts au monologue de Vorona pour aider Rehad pour son prochain RP.[HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solok
Toa Useless
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
400/400  (400/400)
Jauge de Vie:
980/1000  (980/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 3400/3400 | DEF : 1535/2500

MessageSujet: Re: [Chutes Sombres][Event] La bataille du Col de la croix noire   Dim 8 Mar - 21:26

Le commandant de l'Empire Skrall s'adressa au Toa de Glace. Il voulait savoir tout ce qu'il y avait a savoir sur Nui. Il lui faudrait pour ce faire aller a Roxtus, où l'armée se dirigeait. Il suivi la marche de la dite armée et pris place dans le char pour être directement sur le champ de bataille. Car même si quand il monta dans le Ragnörd, il n'était pas sur qu'une bataille aurait lieu en ces lieux, car l'ennemi aurait pu attaqué ailleurs, elle aurait bien lieu.

Solok sorti du char une fois qu'il fut arrivé à sa destination. Le masse noire à l'horizon? Les robots du Protectorat qui fonçaient droit sur Roxtus. La mission? Évidente : Il faut les repousser. Le Toa se sentait mieux que lorsqu'il était aux soins il y a peu de temps... En y réfléchissant, cela ne faisait qu'une poignée de journées depuis la défaite contre le Séide Étreinte... Il c'était assez remis de ses blessures depuis cette journée. Quelle journée d'ailleurs. Infiltration dans la Forteresse et combat contre un Séide... Et dire qu'il a fini par être l'un des trois qui ressortira non dominé par le Protectorat de cette bataille... Mais aussi aujourd'hui, le combat se déroulerait dans un champ de bataille dans lequel il se sentait plus à l'aise, puisqu'il avait neigé sur ces montagnes.

Les soldats étaient prêts à en découdre avec les esclaves du Maître, tous étaient en ligne... Tous si différents... Cela rappela étrangement les événements de Metru Nui à Solok. Il y avait tellement de personne qui combattait se jour là... Puis une voix cria "FEU". C'était Rehad, tête de l'armée du Dernier Ordre. C'est peut être le moment d'attaquer. Tout le monde fonce sur l'armée adverse et les lames s'entrechoquent, les explosions se font de plus en plus fréquentes et violentes...


Pour ce faire, la première étape sera de sortir de se char. C'est évident. On pouvait croire que l’évidence de la nécessité de cette tâche toute simple amènerait forcément a une tâche toute simple. Mais non, ce ne fut pas le cas. Car le Toa sorti, oui... Puis trois rayons de plasma furent tiré. Cela surpris l'agent de la Confrérie, mais il eu le reflex de sortir son Kanohi Crast, lui permettant de les repousser. Il regarda son agresseur. Tanika l'Impératrice. Commandante de l'Ordre de Mata Nui. Elle ne pris pas de pause et exécuta tout de suite un coup de pied plongeant droit sur Solok. Il eu largement le temps d'interposer son bouclier entre lui et elle. Il dégaina son épée et prépara son bouclier :

-"Je n'ai aucunement l'intention de vous affronter vous aujourd'hui. ...Vous êtes une Toa du Plasma, non? Vous m'avez certainement choisi pour adversaire car "Solok est un Toa de Glace, mon plasma aura raison de lui." Sachez que je ne me limite pas qu'à cela pour combattre."

Solok changea de Kanohi, arborant un magnifique Sanok. Le Plasma pouvait arrêter la glace, mais pouvait-il arrêter l'énergie pure générée par Électro? Celle qui est générée avant d'être transformée en énergie élémentaire de Foudre. Il transforma son arme, passant du mode Épée et Bouclier au mode Pistolame et Épée-Bouclier. Le Toa fit passer la Pistolame d'épée a pistolet en un rien de temps et utilisa le pouvoir de son épée pour accéléré ses mouvements, lui permettant d'enchainer les tirs à une très grande vitesse. Ceci pour pouvoir, une fois une dizaine de petites balles envoyées, se téléporté derrière son opposante grâce a son Kualsi, à quelque mètre, lui permettant de gagner du temps.

-*Où est le Skakdi de l'Ordre? C'est son supérieur, et son ami si je me souviens bien des informations dont je dispose... Peut être que ce combat entre eux deux pourrait faire avancer les choses... Je n'y crois pas trop, mais il faut au moins essayer, qui sait... Qui ne tente rien a rien... Il faut que je trouve Nui, Shrecki m'a demandé de m'en occuper avant notre retraite soudaine, et il faut que je sache se qu'il avait vraiment derrière la tête lorsqu'il m'a donné cet ordre.*

Le Toa regarda autour de lui, puis il aperçu Raidark. Mais il était trop loin pour que Solok puisse tenter de l'interpeller et l’amené à combattre Tanika. Il ne voyait cependant le Makuta nul part... Il sorti donc son communicateur, pour tenter une dernière fois d’attirer le Skakdi vers la convertie.

-"Commandant Raidark et l'Ordre de Mata Nui, ici le soldat Solok de la Confrérie Makuta. J'ai celle qui se prénomme Tanika en visuel, si vous voulez vous occuper d'elle vous même, n'hésitez pas a prendre ma place, vous me rendriez un grand service en plus."

Le Toa de Glace rangea son communicateur. Il repris donc le combat contre l'Impératrice. Il chargea ensuite un coup chargé d'énergie électrique, similaire à ce qu'il avait fait à la sortie d'Iconox lorsque lui et Nui c'était infiltré dans la cité, mais en nettement moins puissant. Il déclencha l'attaque. Seul l'extension d'énergie frapperait la Toa du plasma, car l'épée pourrait être endommager plus facilement si elle frappait directement. Si Tanika avait esquiver les balles, elle pourrait aisément s'envoler plus haut pour esquiver Solok et contre attaqué. Et qui sais, peut être que le Protectorat lui a donné le moyen de contrer un Sanok.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bionifigs.com/u1023
Nui
Chevalier Noir
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
430/500  (430/500)
Jauge de Vie:
700/1000  (700/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 4975 | DEF : 4600

MessageSujet: Re: [Chutes Sombres][Event] La bataille du Col de la croix noire   Dim 15 Mar - 8:33

Destral.

Alors qu'une tumulte incommensurable agitait Bara-Magna dans les entrailles de l'île-forteresse qui tenait lieu, depuis l'aube des temps et du monde, de Quartier général à la Confrérie des Makuta un esprit était en proie à une tumulte bien différente.
Reclus dans son laboratoire le Makuta Narthox s'affairait, ses bras multiples allaient et venaient entre de nombreux instruments, interfaces et autres machines, son attention entièrement dirigée vers l'être qui prenait place au centre de cet agencement de science et de technique.
Cet être était un Steltian du nom de Redorak, il avait été trouvé dans les décombres d'Onu-Metru par une équipe de récupération à la suite de l'incident de Metru-Nui et ramener à Destral dans les heures qui suivirent.
Le Makuta avait d'abords penser avoir affaire à un cadavre de plus, mais il s'était bien vite avérer que si il n'était plus tout à fait vivant l'être n'était pas tout à fait mort non plus, en quelque sorte il était à un point d'équilibre entre ses deux états.
Ce Redorak aurait sans doute rejoint sa petite collection de curiosité si un certain Makuta Nui, visiblement le supérieur du Steltian, avait irruption dans son laboratoire, l'avait insulté puis ensuite défié de ramener cette être parmi les vivants. Un défi que Narthox avait bien évidement accepter de relever, non sans ourdir dans quelques recoins de son esprit un moyen de se venger de son insolent confrère.

Il avait donc examiné l'être sous toutes les coutures, sa structure interne tout comme ses blessures n'eurent plus le moindre secret pour lui, et il en arriva à la conclusion suivante: L’Énergie était la clé.
Le corps du Steltian était bâtit autour d'un complexe réseau énergétique, si la périphérie avait été purement oblitérer le noyau lui était toujours intact, est-ce l’œuvre d'un calcul de la part de l'assaillant ou bien de la pure chance ?
Toujours est-il que cela signifiait que si ce noyau était correctement stimuler il serait possible de "redémarrer" l'être, cela était le but des multiples câbles qui étaient connecter à chacune de ses perforations. Un regard profane aurait sans doute estimé que les brancher directement sur le noyau aurait été plus simple. Avant de désintégrer ce dit Regard Profane, ou après, Narthox aurait expliquer qu'injecter plus d'énergie dans le Noyau alors que le réseau de distribution était endommager serait, au mieux inutile car elle s’échapperait simplement avant d'être répartit, au pire désastreux car ne pouvant évacuer l'énergie le noyau entrerait en surcharge et exploserait.
Toute l'astuce de la manœuvre consistait donc à recréer un semblant de circulation périphérique tout en induisant un flux inverse dans le noyau, cela ayant pour objectif de provoquer une forme d’électrochoc qui permettrait de réactiver la conscience de l'individu, du moins en théorie.

Une fois le dispositif mis en route les câbles prirent une teinte cramoisie à mesure que l'énergie les parcouraient pour pénétrer dans le corps de Redorak, sur plusieurs moniteurs Narthox surveillait sa progression et les réactions qu'elle provoquait.
Une minute s'écoula avant que le noyau ne se mette à réagir, le Scientifique se raidit légèrement, c'était le moment crucial où sa théorie allait être mise à l'épreuve, le fugitif instant qui séparait la réussit de l'échec.
L’œil valide du Steltian s'ouvrit, son corps pris d'une terrible convulsion se tordit dans un angle inquiétant tandis que de sa bouche sortit un son, un mot, un nom.

- NUUUUUUIIIIIIIIII !!!

Le Makuta impassible se contenta de relever les mesures que lui donnait ses instruments et de prendre des notes mentales quand au comportement du guerrier. Ce dernier était en proie à une grand agitation, se débattant à la fois contre un ennemi invisible et le dispositif auquel il était rattacher, lâchant périodiquement de confuses questions.
- Où est-ce que je suis ?...Où est la Lumière verte ?...T'es qui toi le Guignol avec beaucoup trop de bras ?...et...où...EST...NUUIIII ?

* Le sujet est dans un état avérer de confusion causé par la perte total de repère spatial et temporel...ne semble pas conscient qu'il est été inconscient...continuité dans ses perceptions...persuadé d'être toujours en plein combat...obtenir des précisions concernant la "Lumière verte" *

Narthox était en partie satisfait, le spécimen était vivant et conscient, peut-être même un peu trop. Il était des plus bruyant, des plus agité aussi, et ne semblait pas vouloir se calmer et encore moi se taire. Le remettre en stase semblait donc une évidence mais il voulait d'abord collecter plus de données sur les conséquences d'un flux inverse sur son corps. Redorak ne lui en laissa pas le temps, après une énième convulsion, animé d'une force nouvelle conférer par l'énergie qui se déversait en permanence en lui, il réussit à s'arracher au dispositif. Il s'avançait à présent vers le Makuta, induisant une dangereuse tension dans les câbles toujours connecté à son corps.
- Où je suis ? Qui t'est ? et Où est Nui ? Tu as cinq secondes...ça en fait déjà deux. Lança le Steltian à son supposé tortionnaire.

Narthox considéra toute la scène comme une simple extension de son expérimentation et ne montra en temps que tel pas plus de surprise que cela, il se décida cependant à lui répondre.
- Vous êtes à Destral, dans mon laboratoire. Je suis le Makuta Narthox. Et quand au Makuta Nui, il n'est...pas ici pour l'instant.

Redorak émis une grognement qui aurait pu tout aussi bien être un ricanement.
- Deux sur trois, c'est pas mal, mais tu t'es louper sur la plus importante des trois Guignol, où...est...mon boss !

Alors qu'il veut brandir le seul poing qu'il lui reste en guise de menace il se rend enfin compte des câbles qui l'entrave, sans s'interroger sur leur utilité il en saisit autant que sa main peut en tenir.
- Abstenez vous d'arracher ces câbles Dit alors un Narthox toujours impassible. ils sont la seule chose qui vous permette de bouger à l'heure actuelle.

Le Steltian paru hésiter un instant, un instant seulement.
- Ce ne sont pas ces câbles qui me font bouger Il raffermit sa prise la seule chose qui fait bouger Redorak et d'un coup sec arracha les câbles qui étaient brancher sur son torse c'est...Redorak... Il vacilla quelques peu, encaissant les conséquences de son geste mais surprenamment resta debout et trouva même assez de force pour lancer son poing sur le Makuta.
Il n'atteint cependant jamais sa cible, une multiple de fils fait d'Ombres étaient apparu, immobilisant complétement le Guerrier au poing, ce tour évidement l’œuvre de Narthox qui était à cet instant telle une araignée ayant pris un moucheron dans sa toile.

- Assez de ces stupidités; Dit-il sur un ton parfaitement neutre. C'est le Makuta Nui qui vous à "confié" à moi afin que je vous "soigne", il est actuellement en mission, sur Bara-Magna, très loin d'ici. Ce qu'il y fait et quand il reviendrait ne sont pas des informations que j'ai réussit à obtenir, pour l'instant.

A l'entente de ses explications le Steltian parut se détendre de façon imperceptible, le Makuta le remarqua ce cependant car aucun détail n’échappait à ses quatre yeux.
- Bien, la première étape, qui consistait à vous ramener parmi les "vivants", étant accomplit nous pouvons à présent passer à la seconde, les réparations en elles-mêmes, si vous voulez bien vous donnez la peine de vous rallonger.

C'était évidement un pur sarcasme et ce fut donc Narthox qui le manipula via ses fils pour le placer dans la bonne position et qui ensuite le remis en stase.

*****

Une connexion, le Cyclope était visiblement arrivé à la même conclusion que lui: Entre son esprit et celui de Shrecki une connexion s'était créer, cependant le Cyborg ne semblait pas en savoir plus que lui à ce sujet et, surprenamment, semblait même s'en réjouir.
Nui, lui, ne trouvait rien de réjouissant à cette ignorance, bien au contraire elle s'ajoutait au cortège déjà fort long de ses inquiétudes, mais il n'avait aucune intention de contredire l'agent du protectorat sur ce point, surtout que l'attention de ce dernier avait été happé par une des ses mystérieuses communications. Était-ce là l’œuvre d'une forme de télépathie ou bien d'un communicateur à sens unique ? Toujours est-il qu'une fois qu'il eut finit il avait de nouveaux ordres à donner aux Recrues.

Après avoir été dûment soignés et améliorés le temps était désormais venu pour les convertis de faire leur preuves sur le champ de bataille, les voici donc quittant l'imposant complexe pour se mêler aux noires légions qui convergeaient vers le portail.
Ainsi procédait le Protectorat, point de débat futiles, de planifications nébuleuses, de négociations sans-issues, d'interminables querelles égotiques, juste des ordres et leur exécutions dans l'instant. C'était si simple, si pure.
Avait-il un jour connu quelque chose de semblable ? Jamais. Le voici donc, ombre parmi les ombres, ironique fraction d'une nuée si semblable à celle qu'il avait autrefois affronté sous Metru-Nui, nuée qui avançait au pas et en rythme au travers du Portail.

La sensation que Nui éprouva en retournant dans son univers fut différente du simple malaise que ne manquait de provoquer la transition entre deux plans de l'existence, mais elle ne lui était pas étrangère pour autant, il avait déjà ressentit ce glissement auparavant et il savais ce que cela impliquait, une nouvelle vision.


*****

Il savait où il était, dans Shrecki, il savait ce qu'il voyait au travers de ces ténèbres familières, des données et des diagrammes.
Le Makuta était toujours plonger dans son étude des amplificateurs, mais il n'était pas seul cette fois-ci, Solok et Raidark étaient eux aussi présent. Était-il en train d’assister à quelque chose de crucial ? Cela en avait tout l'air, aussi s’attarda t-il sur les moindres détails.

Il remarqua qu'il manquait quelque chose, les sons, les sons étaient absents de cette vision, du moins jusqu'à ce que Shrecki ne se mettent à parler, lui il l'entendit même si les mots qu'il prononçait ne lui disait rien.
La salle, et les êtres présents à l'intérieur, se retrouva alors prise dans la glace, Nui ne fut pas surpris de ce phénomène, Shrecki possédait ce pouvoir depuis un certain temps déjà, il l'avait obtenu de Solok via son étrange capacité d'absorption. Quand au but de cette manœuvre il lui semblait évident, le Makuta savait que l'un des deux êtres avait été acquis à la cause du Maitre, il les immobilisaient donc pour évité toute réaction fâcheuse de leur part. Ce qui signifiait qu'il avait trouver un moyen de détecter un tel changement d’allégeance, voire pire, un "remède". Ce qui allait suivre allait donc être du plus grand intérêt.

C'est sur le Skakdi que se porta le dévolu de Shrecki, ce dernier parla à nouveau, ces mots-ci Nui les saisit parfaitement et ils virent alimenter le brasier de ses interrogations. Savait-il pour la connexion ? Non, mais il le soupçonnait et quand on était Shrecki ces deux notions avaient tendances à se fondre l'une dans l'autre.
Le Chef de la Confrérie posa ensuite ses mains sur les tempes du Commandant de l'Ordre mais rien ne sembla se produire au premier abord, il se rappela alors qu'il n'était connecté qu'aux perceptions les plus périphérique de Shrecki. Et si ses sens ne lui révélait rien de ce qui était en train de se passer, son instinct de son coté lui affirmait qu'au contraire quelque chose était bel et bien en train d'arriver.
Quelque chose que la sphère de ses perceptions actuelle ne lui permettait pas de saisir, peut-être d'ordre télépathique ou encore une manipulation d'énergie avancée. Puis les conséquences notables sur ses propres sens commencèrent à se manifester.

Il connaissait le chaos de la véritable vue de Shrecki, mais ce qui se déroulait devant lui à cet instant était différent, c'était toujours cette superposition mais son déroulement s'en trouvait altérer. Les choses parfois allaient trop vites, et d'autres fois elles ne bougeaient plus du tout, et enfin il eut un moment où elles s'écoulaient carrément dans l'autre sens.
Le Temps, ou peut-être seulement la vision que Shrecki en avait, était pris dans une sorte de distorsion, était-ce là une cause ou une conséquence de sa manœuvre ? En plus des images les sons aussi s'en retrouvèrent dénaturer, tous sauf un seul, un rire, un rire qu'il n'avait jamais entendu auparavant, un rire qu'il ne pensait jamais pouvoir entendre, le rire de Shrecki. Et pour la troisième fois le Makuta s'exprima, Nui nota chacun de ses mots, une provocation évidente à l'encontre du Protectorat mais aussi révélateur de l'avancement des expérimentations de Shrecki.
Oui, il avait découvert la Paix qui commençait à s'infiltrer dans le Cœur de Raidark, oui il l'en avait chasser, mais il était bien aisé de fermer les yeux d'un être qui ne les avaient jamais ouvert. Le Skakdi n'était qu'un accident opportun, il aurait pu avoir une utilité et avec le temps il aurait peut-être finit par marcher à ses cotés, mais le Destin avait tranché. Déchet il était et Déchet il resterait jusqu'à la toute fin.
Mais Lui était différent, Lui avait vu la vérité et l'avait comprise, Lui avait été magnifier par celle-ci afin d'emprunter le chemin qui s'était ouvert devant lui, le Chemin de la Paix et Rien, pas même Shrecki et ses multiples manipulations ne saurait l'en détourner.

Il se sentit glisser à nouveau, sa vision s'achevait.


*****

Lorsque sa conscience retrouva une unité de temps et de lieu il se rendit compte qu'il n'avançait plus, que lui et la légion dont il faisait désormais partie se tenaient à l'entrée de la Forteresse. Une présence qui allait devenir vite familière s'abattit alors sur lui, Étreinte.
La scène qui se déroulait en cet instant était un parfait miroir de celle auquel il avait assisté lorsqu'il essayait de s'infiltrer dans la Forteresse, Le Seide se tenait face à eux, les surplombaient pour être plus précis, et, non pas par la voix mais via son écrasante aura, leur transmettait la Volonté du Maitre. Aussitôt toutes les questions et inquiétudes lié à ses visions s’estompèrent, réduites à de dérisoires futilités qui n'avaient par leur places dans les événements à venir.
L'armée se remit en marche, chacun de ses pas la rapprocherait de sa destination, les montagnes des pics noirs, chacun de ses pas sonnait la fin du temps des interrogations et annonçait le début de celui des leçons et celle que le Protectorat allait inculquer aux Skrall était la suivante: Comment Mourir.


*****

Nui partageait un point commun, outre le fait d'être aux ordres du Maitre, avec les machines qui l'entourait, l'absence de besoins naturels auquel il fallait subvenir, comme eux donc il n'éprouvait ni la soif, ni la faim et encore moins la fatigue. Cet état de fait permettait, à lui et à ses pairs, de tenir des cadences qui auraient eut tôt fait de mettre à genoux même les êtres de son univers.
Il ignorait combien de temps exactement s'était écoulé depuis la fin de la bataille de la Vallée, la façon dont le temps s'écoulait selon les dimensions pouvant grandement différer, mais en se fiant à la course des astres et au paysage qui défilait autour de lui il estimait qu'il avançait très vite, bien plus vite que lorsque lui et et Solok durent ralliés cette fameuse Vallée qu'il venait de quitter.
Il ignorait aussi où se trouvaient les autres convertis, si ce n'est qu'ils faisaient aussi partie de la Légion qui faisait route vers le Coeur de l'Empire des Skrall, mais de cela il ne s'en souciait guère, ils devaient être dans un autre bataillon voilà tout.
Enfin, et cela lui avait été plusieurs fois spécifiés via de silencieuses inflexions, il n'avait aucune autorité au sein de cette armée, en dépit de ce qu'il était, et de ses pouvoirs, il n'avait aux yeux du Maitre pas plus d'importance que l'un des soldats mécaniques avec lesquelles il marchait à cet instant. Son égo aurait du, ou peut-être avait du, s'insurger à ce sujet, mais une fois encore il n'en avait que cure, ce n'était point la Gloire ou la Renommée, la Richesse ou même le Pouvoir qui était son but, cela ne l'avait jamais été.
Son but était son Devoir, son Devoir était sa Destinée, sa Destinée était la Paix. Tout ce qu'il accomplirait une fois rendu à sa destination serait ce qui devait être fait, au nom de la Paix et du salut du monde futur.


* Vous étiez perdu. *

Une autre voix qui ne lui était pas étrangère. Alors qu'il sortait de la Forteresse et qu'il n'était alors plus qu'un nuage d'Antidermis vacillant, dans les brumes de sa confusion, un peu avant que ne s'ouvre devant ses yeux le vrai chemin de la Paix, cette voix s'était faite entendre.
Et maintenant, alors que mourrait le beige-ocre délimitant la Vallée du Labyrinthe, il l'entendait à nouveau, dans sa tête comme la dernière fois, cette voix de femme. Son timbre avait une douceur qu'il n'avait jamais entendu dans la bouche d'aucun des êtres qui ne s'étaient jamais adresser à lui, pourtant elle avait une ampleur qui semblait aussi écrasante que la présence d'Étreinte, non, pas écrasante, étouffante plutôt, peut-être même enveloppante. Il ne pouvait l'ignorée, il ne voulait l'ignorée.


* Mais vous avez retrouver votre chemin. *

La dernière fois il lui avait sembler avoir aperçu l'entité source de cette voix comme un mirage distant accroché à l'horizon, maintenant elle se tenait juste à sa gauche, l'espace les séparant était si maigre qu'un disque Kanoka n'aurait pu si glisser, marchant au même rythme que lui et le reste de la Légion. Tournant la tête sans pour autant infléchir sa course il eut le loisir de l'examiner dans les moindres détails.
Elle avait approximativement la taille d'un Toa si bien que sa tête arrivait à peine au niveau de l'épaule de sa nouvelle armure.
Son corps était entièrement enveloppé dans un lacis chaotique de bandes de tissus noirs, seule exception son visage qui lui était caché par un masque nacré peint d'un motif de huit yeux, chacun d'une couleur différente, ce qui offrait un contraste saisissant par rapport à la noirceur du reste de son habillement. Les Sombres étoffes qui s'échappaient de son dos pour onduler parallèles au sol comme portées par un vent inexistant, ses pas qui ne laissaient s'échapper aucun son sur un sol pourtant si rocailleux, qui ne déplaçaient pas le moindre caillou, faisait d'elle une sorte de spectre, une vision irréel et pourtant si présente.
Une vision de laquelle il dut se résigné à détourner le regard, car plus il la regardait plus sa perception des perspectives s'en retrouvait fausser, la rendant à la fois plus grande et plus petite, plus lointaine et plus proche.


* Vous ne vous en détournerez plus à présent. *

Il ne répondit pas, car il n'avait pas à répondre, seulement à écouté. Sa curiosité endormi par le Protectorat ne pouvait lui permettre plus de toute façon, il ne s'interrogerait ni sur sa nature, ni sur la raison de sa présence et encore moins sur le sens ses mots, tant qu'elle n'interférait pas avec sa progression elle pouvait même marcher à ses cotés autant qu'elle le souhaitait.

Le noir était présent même à l'horizon désormais, ils avaient franchit les contreforts des montagnes des Pics Noirs depuis un moment déjà, pourtant il lui avait sembler qu'il y a quelques minutes encore il quittait seulement la Vallée du Labyrinthe.
Combien de temps cela avait-il pris à ces trois phrases pour être prononcées ? Faisait-il que se remémorer une chose qui était en réalité arrivée bien avant ? Y avait-il eut de si grands intervalles entre chacune d'elles où il s'était simplement arrêter de penser ? Qu'elle était donc cette conversation à sens unique où chaque mot semblait s'étirer sur des kilomètres ?

Alors que le monde autour de lui était en train de virer au blanc elle posa sa main sur son épaule, ses doigts étaient anormalement longs et son contact était si froid que son essence frissonna malgré les multiples couche de métal Protector qui étaient sensés l'en protéger.
Pourtant, il y avait quelque chose dans ce froid qui lui était plaisant, quelque chose d'accueillant, d’apaisant, un peu plus et il aurait voulu le laisser l'engourdir complétement, qu'il l'envahisse jusqu'à ce ne plus rien ressentir sur du tout.


* Le moment que vous attendiez tant est venu. *

Sa main voyagea de son épaule à son visage, la sensation glacée redoubla alors d'intensité.

* Le moment où vous leur montrez la personne merveilleuse que vous êtes devenu... *

Elle est devant lui à présent, pourtant il n'avait pas l'impression de s'être arrêter d'avancer pour autant, était-ce donc elle qui marchait à reculons ? C'était absurde...Il pris conscience de l'envergure de la main qui enserrait sa tête quand il voulu bouger cette dernière et qu'il ne put, il était condamner à contempler ses yeux fixes, prisonnier de leur étreinte hypnotique.

* Déployez vos ailes...Ange de la Paix. *

A l'instant où il lui sembla que ses doigts allaient "pénétrer" dans sa tête, elle disparu. Le monde blanc qui s'imposa à sa vue en lieu et place de ces yeux multicolores le troubla un instant avant qu'il ne rende compte qu'il se trouvait à présent à une altitude suffisante pour que le noir des pics soit recouvert par le voile blanc d'une neige fraichement tombée. Son esprit à peine libéré de la capiteuse apparition avait déjà remisé celle-ci dans un coin de sa mémoire pour tendre tout sa concentration vers ce qui se dévoilait loin à l'horizon: Roxtus.

Hier la vague des puissants s'était élancer pour venir se fracasser sur le roc qu'était Étreinte, aujourd'hui c'était au tour du Protectorat de déferler et ce n'est pas un roc mais bien la montagne toute entière qu'il comptait emporter.


*****

Roxtus, la Cité de Pierre, engoncé dans les plus profonds replis des montagnes des pics noirs elle était le Cœur de l'Empire Skrall, un Cœur que le Maitre désirait arracher. La manœuvre était d'une logique implacable, en plus de mettre en évidence l'idiotie et la faiblesses des Fantômes des sables. La Forteresse de la Vallée du Labyrinthe, dont ils se targuaient d'en avoir fait le Quartier Général, n'était en effet distante de la capitale des Skrall que d'une poignée de Kio, bien plus proches que toute autre positions que ses "rebelles" n'avaient jamais posséder. Une fois Roxtus nivelé et l'Empereur et sa suite éliminés cette empire de cafard s’effondrerait sur lui-même avant de se disperser aux quatre vents, conquérir le reste des terres serait alors une formalité.
Mais au lieu de profiter de cette avantage tactique évident ils avaient préférer jouer les conquérant de bas-étages dans un monde qui n'était, et ne serait jamais, le leur. Et quand, enfin, ils possédèrent une force militaire somme toute convenable, selon leur standard, passèrent-ils enfin à l'offensive ? Non, ils passèrent chaque jour que Mata-Nui faisait à péroré sur des futilités, faisant comme si ils avaient déjà gagner la guerre alors que leur "Oppresseurs" étaient solidement implanté sur près des trois-quart de la planète, largement plus nombreux qu'eux et commençaient même à réduire l’écart technologique, seul avantage dont les Fantômes disposait réellement.
Évidement il fallait la puissance nécessaire pour réalisé une telle percée sans être refouler, une puissance que le Protectorat possédait largement, comme le fiasco des Puissants face à Étreinte l'avait prouvé.

Un sifflement se fit entendre, il alla en grandissant jusqu'à ce que quelque chose à sa droite n'explose, réduisant en pièce une grappe de soldat; un tir d'artillerie. Les Skrall leur souhaitaient la bienvenue dans leur montagnes.
Ce n'était pas surprenant en soit, les cafards étaient ici chez eux et n'auraient jamais laisser leur capitales sans défense, surtout en sachant ce qu'il s'était produit dans la vallée, ce qui se traduisaient par une connaissance certaine du terrain et un relatif avantage stratégique mais rien qui soit en mesure d’arrêter l'avancement de la colonne. Sa progression se poursuivit sous les tirs d'obus mais ni les bombardements, ni la relief de plus en plus tortueux ne suffirent à faire infléchir son rythme. Elle continuait son avancée, implacable, inépuisables, inarrêtable. Nui lui-même n'éprouvait nul peur ou appréhension quand aux mortiers qui pleuvaient tout autour de lui, la majorité d'entre-eux le rataient copieusement et quand à ceux qui auraient pu le toucher il n'avait qu'à activer son Crast, le projectile se figeait alors dans les airs pendant moins d'une seconde avant de repartir d'où il venait.

Ce petit manège se poursuivit pendant plusieurs heures jusqu'à ce, s'engageant dans un nouveau col plutôt escarpé, ils trouvent face à eux un armée en ordre de bataille et une voix hurlant "Feu", un voix que Nui connaissait.

- ...Commandant des cafards... Lâcha t-il dans un murmure qui se perdit dans les échos de la bataille naissante.

Pour la première fois depuis le début de sa marche guerrière il ralentit le pas, se laissant dépasser par les bataillons mécaniques qui déjà s'élançaient sur les Skrall, pour prendre le temps d'analyser la situation et la stratégie de Rehad.
Les tirs à longues distances avaient pour objectifs de dégrossir au maximum les rangs du Protectorat avant qu'ils n'arrivent à portée d'épée, ensuite ils s'engageaient dans ce Col qui était à la fois un passage stratégique mais aussi un goulet d'étranglement. Là, l'armée bloquait l'avancée des machines tandis que nombres de tireur de tout calibres, allant du simple arbalétrier jusqu'aux obusiers, posté sur le versant de la montagne ouvraient le feu sur elles. Nui devait le reconnaitre c'était là une défense parfaitement valable, elle aurait même pu réussir, si cela n'avait pas été le Protectorat, si cela n'avait pas été lui.

En première ligne une rangée de tirailleurs abattait encore quelques soldat avant le contact fatidique, le Makuta regarda l'un d'entre eux, son arme commença à rouiller au point de devenir inutilisable, le temps qu'il s'en rende compte et ne se décide à reculer un robot s'était jeter sur lui et lui avait ouvert la gorge, quel Kanohi utile que ce Jutlin.  Les tireurs restant reculèrent derrière une ligne de Skrall dotés de bouclier bien plus large que la moyenne, ces derniers s'emboitèrent entre eux pour former une muraille d'acier contre laquelle la première vague de Soldat Protector vint s'y fracasser dans un bruit proprement assourdissant. Elle tient bon cependant, Nui pouvait entendre les défenseurs gémirent sous le poids de l'effort et certains s'intimer de continuer à pousser, un effort bien inutile. La deuxième vague de machine prit littéralement appuis sur la première pour sauter par dessus la rangée de boucliers et s'abattre sur les bataillons retrancher derrière, à cet instant la bataille dégénéra en un chaos d'explosions et de métal s'entrechoquant.

Le Makuta n'avançait plus, devenu soudainement réticent à se jeter dans la mêlée au cotés de ses "pairs". Certes il voulait tester les capacités de ce nouveau corps que le Protectorat lui avait offert et certes il éprouverait un plaisir certain à réduire en poussière tout les Skrall qui aurait la malchance de croiser son chemin. Mais il gardait aussi à l'esprit qu'il n'affrontait pas les Skrall de Rehad mais le Dernier ordre de Shrecki, à moins bien sur qu'un événement radical n'ai changé la donne en son absence, ce en quoi il doutait fortement.
Ce qui signifiait qu'ils allaient devoir composés avec quelque chose d'un peu plus coriace qu'un soldat Skrall et que charger tête baisser n'était pas la meilleurs façon d'utiliser ses capacités. Il lui fallait une vue d'ensemble de la situation afin d'évaluer les forces en présences.

Son regard se tourna vers le versant de la montagne où les tireurs abondaient, il disparu alors pour réapparaitre juste derrière une rangée d’arbalétrier qui était occupé à arrosés copieusement les robots en contrebas de carreaux explosifs.
Entre les doigts de Nui plusieurs arc électrique crépitèrent, avant que les soldats ne puissent réagir le Makuta lança sur eux une chaine d'éclairs, la charge électrique sauta d'un skrall à l'autre entrainant la détonation de leur carquois respectif, au final c'est plus de la moitié de la ligne qui fut pulvérisé, donnant à Nui une vue dégagé du champ de bataille.
Sous ses yeux s'étendait le col tortueux où la colonne du Protectorat se mêlait à celle des Skrall en un sombre magma, compliquant grandement la tâche des tireurs postés à flanc de montagnes. Mais ce n'était pas cela qui l’intéressait, c'était ce qu'il y avait au-delà de cette ligne de front, en l'occurrence l'imposant Indomptable, l'équivalent terrestre d'un croiseur pour les Skrall, placé au centre de la formation des guerriers de la Roche ses canons tirait de lourds obus à une cadence aussi implacable que les bataillons encore distant qu'ils visaient.
Encore au-delà, là où le col rejoignait une autre montagne pour former une passe, se trouvait une grande muraille qui s'étendait d'un versant à l'autre. Un seul regard suffit au Makuta pour comprendre qu'il s'agissait d'une des forteresses marquant la frontière du domaine intérieur de Roxtus, de ses portes grandes ouvertes se déversait un flot incessant de soldats, ce n'était pas des Skrall cependant mais des Maxilos et des Exo-Toa portant le blason de l'Ordre de Mata-Nui.
Deux des trois factions composant le Dernier Ordre étaient présentes, seule manquait à l'appel la Confrérie, que ce soit au sol, dans les airs ou même au sommet de la muraille, il ne trouvait de Rahkshi nul part. Cette absence l'intrigua, les forces personnelles de Shrecki ne prenaient point part à cette bataille ? Ou attendaient-elle simplement le moment propice, embusquées ou en attente de servir de renfort si la situation tournait mal pour les Puissants ? Et ces fameux puissants où se trouvaient-ils d'ailleurs ?
Il n'y avait pas besoin de cogiter longuement pour comprendre que la méthode la plus simple pour gagner cette bataille était celle que le Protectorat pratiquait depuis longtemps: Tranchez la Tête et le Corps flétrira. La plus belle des stratégie est inutile si elle ne parviens jamais aux troupes censé l'appliquer, privé de ses commandants l'armée du Dernier Ordre pourra être aisément vaincu. Quand à savoir où étaient ses fameux commandants, la Muraille et l'Indomptable étaient les deux localisations les plus probables.

Plusieurs perles de lumière éclatèrent à proximité de l'Indomptable, Tanika attaquaient-elle le char ? Non elle attaquait quelqu'un qui se trouvait dessus et Nui était curieux de savoir de qui il s'agissait. Après s'être téléporté au sommet du Croiseur terrestre il vit que ce quelqu'un n'était autre que le Toa Solok, après un rapide scan télépathique qui lui indiqua qu'il n'y avait personne d'autre digne d'intérêt à l’intérieur de l'Indomptable il en vint à la conclusion qu'il s'agissait, pour l'instant et à sa connaissance, du seul être affilié à la Confrérie présent sur le champ de bataille. Cela l'intrigua suffisamment pour qu'il se décide à poser quelques questions au Toa au lieu de laisser l'ancienne impératrice de l'Ordre l'incinérer.


* Vous perdez votre temps avec lui Tanika, ce n'est qu'un petit soldat comme les autres, le peu que contient sa petite tête je suis plus à même que vous de l'en extraire. Voyez cette muraille au loin, c'est là que les commandants du Dernier Ordre doivent se terrer, une fois débusqués et éliminés leur armée s'effondrera d'elle-même. Allez-y, dite à Trayx de faire de même si le croisez sur votre chemin, je vous y rejoindrait moi-même une fois que j'en aurais fini avec celui-là.*

Après ce bref message télépathique à son allié le Makuta s'adressa de vive voix au Toa, une voix des plus glaciales.
- Solok, je vais vous poser une question et je vais même vous laissez la chance de pouvoir y répondre par vous même. Si vous me refusez cette réponse je serais dans l'obligation de détruire chaque parcelle de votre esprit pour l'obtenir. De plus, si il vous en prenait l'idée de me mentir ou de tenter un coup de bluff, sachez que cela serait parfaitement vain Sur son non-visage se dessina alors les contours d'un Rode. et aurait pour seule conséquence que votre corps se retrouverait à partager le sort de votre psyché.
Voici donc ma question: Où est Shrecki et le reste des forces de la Confrérie ?

[Hrp]Épée d Labyrinthe(Iem) Equipée - Attaque normale sur un artilleur.[/Hrp]


Dernière édition par Nui le Dim 15 Mar - 8:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Master Game

avatar

Masculin

MessageSujet: Re: [Chutes Sombres][Event] La bataille du Col de la croix noire   Dim 15 Mar - 8:33

Le membre 'Nui' a effectué l'action suivante : Actions

'Initiative de rapidi' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanika

avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/700  (700/700)
Jauge de Vie:
700/1000  (700/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 4800 | DEF : 2050

MessageSujet: Re: [Chutes Sombres][Event] La bataille du Col de la croix noire   Mer 18 Mar - 1:43

Le toa de glace en représaille esquiva les tirs et sortit son équipement qui pouvait d'ailleurs se transformer. Un pistolet mitrailleur tirant des balles électriques. Il lanca plusieurs salves d'une précision effarante. Pas de doute que l'un de ses kanohi doit l'y aider. Le Sanok, permettant de locker ses cibles sans avoir besoin d'interface tête haute. Tanika sortit son bouclier de plasma sur son bras gauche et bloqua tout les tirs. Solok se téléporte un peu plus loin et sort son communicateur précipitement avant d'enchainer une nouvelle attaque. Un coup d'épée dans le vide, une lame d'énergie. Elle fit un simple saut périlleux arrière, simple mais gracieux et elle esquiva, le projectile passant dessous elle. Est ce dont tout ce qu'il est capable? Il tente d'utiliser des attaques à distance afin de gagner du temps. Mais peu importe ce qu'il fera pour vivre quelques secondes de plus, il reste un toa, et un toa a déjà une destinée écrite à l'avance. Elle l'aurait bien attaqué au corps à corps mais c'est à ce moment que nui apparut entre les deux. Décidé à s'occuper de Solok à la place de Tanika, il lui conseilla de s'occuper des têtes pensantes de l'ennemi d'habord.

-Bien, je vous le laisse, faites juste pas trop long avec lui alors. Si Shrecki se pointe, nous aurons besoin de vous.

Elle s'envola alors sans en dire plus. Solok pu quand même admirer autour de lui quelques marres de plasma que Tanika a laissé à son attention. Elle a eu tout son temps de poser les fameux pièges quand son ennemi communiquait. Histoire de bien poser le terrain et pour le coup, aider Nui. Et alors qu'elle déchainait les frappes aérienne, les voix du protectorat, la voix du maitre lui parlait dans sa tête tels des murmurs. Le chef des skrall serait déjà en difficulté? Son instinct, ou peut être est ce le protectorat, lui disait de détruire les lieutenants. Elle se demandait qu'est ce qu'ils entendaient par "il tombera de lui même et son armée avec" mais une chose est sur, elle n'est pas là pour réfléchir, mais pour obéir au ordres et détruire un maximum d'ennemis avec la froideur et l'efficacité d'une machine.
Elle atteint bientôt la muraille de défense. un peu plus bas elle appercut alors Raidark. La toa allait foncer droit sur lui mais à cet instant, ses réflexes se mirent à parler. Elle dévia soudainement à gauche et évita de peu une salve de missiles. un être apparut alors devant elle dans un flash bleuté et sans formalité, frappa de son épée droit sur elle, ce qui l'éjecta droit contre le sol et les unités en plein combats qui s'y trouvaient. Au milieu de son petit cratère qu'elle avait formé par l'impact, elle se releva et vit encore que Cordax était devant elle, prêt à s'occuper de son cas. Elle connait bien le makuta et elle sait qu'il est franc et directe et que pour lui, les notions d'amitiés n'existent plus sur le champ de bataille, seul les ordres recus par plus hauts que soi compte pour lui aussi. la main contre le sol, son épée Solis dans l'autre, elle serrait des dents. A ce moment, quelque chose se passa dans sa tête. le système électronique protector dans son cerveau se met en branle et s'active. Quelque chose se passe dans son métabolisme, tout à coup. Elle rangea alors son épée et leva sa main droite. Des disques de plasma se formèrent dans son poing entre ses phalanges, des armes de lancer faites de son élément ressemblant à des scies circulaire. Elle les lancea. plusieurs skralls furent atteints. un artilleur ne put riposter et s'effondra au sol, en perdant quelques makokis qu'il avait sur lui. un autre skrall bloqua l'attaque comme il le pouvait avec son bouclier. Elle forma une autre boule pour la lancer droit sur un skrall qui la prit en plein dans le ventre, mais la boule n'avait pas explosé, elle restait collée à son torse et était entrain de faire fondre l'armure puis les vicère du guerrier de la roche. Une pirouette de plus, elle esquiva un assaut directe de Cordax et partit droit sur le skrall et le frappe d'un uppercut qui le projette droit contre ses potes. La boule de plasma explose. Détonation et brûlure au 10ème degré pour tous. D'autres boules de plasma se forment autour d'elle, elles tournoient autour de son corps comme des électrons avec leur noyau. les balles tirées par un lieutenant avec son arme de poing furent bloqués par ces fameuses boules qui ressemblait plus à des étoiles miniatures. Elle les envoya sur le lieutenant. Il n'en restera pas grand chose. Et pendant ce temps, plusieurs skralls tentèrent de lui sauter dessus tous en même temps. Ils étaient tous sur elle, mais au moment oû ils se trouvaient à un mètre d'elle, la toa serra ses poings et les abattit contre le sol, créant des collonnes de matière en fusion. les skralls étaient projetés en l'air, volant dans tout les sens avant de s'écraser contre le sol. Et là, devant elle se trouvait désormais Raidark. Ces soldats ont été inefficaces pour protéger leur commandant allié. A présent, rien n'empêcherait Tanika de s'occuper de ce qui fut sa propre main il n'y a pas si longtemps.
Cordax était assez étonné. Elle a appris de nouvelles techniques? Le Protectorat est fort pour ce qui est d'apporter des améliorations mortelles à ses soldats. A en juger par son comportement proche d'un robot protector, elle semble avoir perdu l'esprit, parfaitement sous le contrôle de Etreinte. Elle possède encore ses souvenirs, mais c'est comme si sa personnalité a été effacée. Il se dit que la stellaire n'a normalement pas de facon de se battre aussi brutales qu'un robot ayant pour seul ordre d'exterminer tout. Mais bon, l'efficacité des troupes protector est bien quelque part. Il y avait pourtant quelques chose d'autre qui l'étonnait. C'était la maitrise de ses pouvoirs élémentaires. Si les connaissances de Cordax sont exact et que les émotions guide les pouvoirs de la stellaire, d'après les assauts qu'elle a fait, se pourrait il que son cerveau soit sous l'influence d'au moins trois émotions à la fois? Mais non d'un chien, que lui ont t'ils donc fait à la douce étoile qu'il connaissait si bien.

Pendant ce temps, Rehad était en retrait, opservant ses troupes à l'oeuvre


*si Aerellys compte contrôler ou détruire le cerveau de Rehad, je dois agir, et vite* ]se disait Vorona. Le chef skrall eu mal à la tête. Alors qu'il avait le champ de bataille se profilant sous ses yeux, il voyait une vision. Est ce une allucination? sa partie consciente lui dira que évidement que non puisqu'il sait ce qui se passe. Vorona était devant lui tel un fantôme. Elle était apparue exactement comme Aerellys le faisait quand celle ci le faisait alluciner par le passé. Sa voix légèrement rauque avait cette fois un écho et provenait semble t'il de sa propre tête, comme si il pensait mais avec la voix de la vortixx.

-Commandant Rehad, vous m'entendez? je suis sur le point de trouver votre problème. Cette soeur skrall, Aerrellys loge en ce moment même dans votre esprit. Je ne sais pas encore pourquoi elle est là ni ce qu'elle cherche à faire, mais une chose est certain, elle en a après vous. Son corps a été retrouvé dans le vaisseau de Zéro lors de l'attaque de Metru nui par Emrakul, mais il semblerait que son esprit aie survécu. Ce qu'elle prétend ne semble pas avoir beaucoup de logique. Elle dit vous aimer, être "amoureuse de vous". Je peux voir dans votre mémoire et dans vos souvenirs. Cela fait depuis quelques mois qu'elle semble vous harceler et elle semble être attirée par les massacres. Mes théories disent que vous n'êtes pas le premier sous son contrôle mental. D'autres meurtriers ont certainement déjà tué sous son joug. Mais mon travail semble porter ses fruits. Nous sommes trois esprits dans un même cerveau. Votre cerveau ne pourra pas tenir bien longtemps avec un fardeau aussi lourd, ce qui forcera moi et elle à quitter votre esprit d'un instant à l'autre. En attendant, évitez de combattre. Vous n'êtes peut être pas en état de combattre à vos pleines capacités.

la vision disparut alors.

[hrp]Arme équipée: épée du labyrinthe équipée elle même d'un émetteur IEM. Attaque normal sur un lieutenant skrall. Le bataillon de lieutenants de 5 perd trois d'entre eux.
Ceci n'est pas un tour supplémentaire de ma part, ceci représente juste ma première attaque contre une unité robotisée que je n'avais pas faite au précédent RP.[/hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Chutes Sombres][Event] La bataille du Col de la croix noire   Dim 22 Mar - 22:15

Deux, trois pas encore. Là, parfait. Décidément, Trayx ne manquait pas de chance en ce jour. Il pressa la détente.

Le skrall qu'il visait se retrouvé découpé en deux au niveau de la poitrine, les côtes et l'armure arrachées par le projectile Protector. Mais la balle ne s'arrêta pas là; la trajectoire rencontra ensuite une réserve de Thornax qui s'était retrouvée exposée le temps d'un instant, lorsqu'un défenseur impérial avait été submergé par plusieurs assassins Protectors.

L'explosion qui suivit souffla la neige sur une dizaine de mètres, tuant au passage les quatre skralls les plus proches. Os, chair, métal et neige mêlés à la fumée, aux flammes qui brûlaient la peau et roussissaient les armures. Trayx laissa un léger sourire apparaître sur son visage synthétique, tandis qu'en son esprit montait une ferveur bien connue.


*Un tir parfait...*

Le rahkshi se recula légèrement, prenant soin de ne pas faire de geste brusque; au vu de l'efficacité de ses tirs, les guerriers ennemis - et notamment les membres du Dernier Ordre - ne tarderaient pas à le repérer... si ce n'était pas déjà fait. Mais en attendant, minimiser les risques de détection ne serait pas superflu; à chacun de ses tirs, la défaite de ceux qui pensaient pouvoir résister au Maître s'approchait un peu plus. A chaque seconde, la marée de métal s'enfonçait plus en avant dans les lignes impériales. La victoire n'était plus qu'une question de temps.

Le Réprouvé laissa un léger regard fuiter en direction d'un skrall, plus petit et épais que ses semblables.


*Et bien, ainsi nous retrouvons-nous; mais en ce jour, nous chacun de notre côté du champ de bataille, l'issue de cette bataille est inéluctable. Votre défaite, est inévitable.*

Trayx replaça Pitié, regardant un seul instant dans sa lunette avant de tirer; la balle frappa cette fois le sol, aux pieds de Rehad. Le projectile s'enfonça de quelques centimètres sous le sol, broyant la roche sur son passage.

Le tir avait - volontairement - été tout sauf létal. Cependant, désormais, le leader Impérial savait que la marque du destin lui avait été apposée. Le combat qui l'opposerait au Réprouvé de l'Empire était désormais imminent...
Revenir en haut Aller en bas
Rehad
Skrall philosophe
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/900  (700/900)
Jauge de Vie:
1000/1000  (1000/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 3100 – DEF : 4150

MessageSujet: Re: [Chutes Sombres][Event] La bataille du Col de la croix noire   Dim 29 Mar - 15:57

- Finalement vous le voyez. Cet avantage irrémédiable que j'ai sur vous. Détruire quelqu'un est bien plus facile que de le réparer ou le protéger. Si je ne peux vous atteindre, je peux toujours l'atteindre lui ; Il me suffirait d'une pensée pour causer des dommages irréversibles. Il vous faudrait des années pour les réparer.  Je préférerais éviter de le faire, cependant rien ne m'empêcherai de détruire son psyché pour le reconstruire après d'après mes propres souvenirs. Personne d'encore vivant ne le connaîtrais assez pour sentir la différence.

Vous par contre, c'est une autre histoire. Les Skralls se méfient naturellement des personnes de notre espèce. Vous êtes la seule personne présente dans la pièce avec lui. Et vous pensez vous en sortir comment s'ils le trouvaient s'évanouit ici ? Pensez vous qu'il vous croirez si vous disiez que c'est une morte qui lui a fait ça ? C'est parfaitement ridicule. Qui croirez pareil histoire ? Mais si vous pensez pouvoir vous justifiait devant eux, vous n'avez qu'à m'attaquer, nous verrons bien ce qu'il arrivera.

Cependant vous avez raison sur un point. Je suis frustré. Frustré de voir cette imbécile foncez vers sa perte. Il a échoué. Sur tous les plans, il a échoué. Ce choix fut pourtant simple. Savoir et mourir, ignorer et vivre. A l'époque, il avait choisit d'ignorer A quoi bon vivre dans l'ignorance ?! Si ce n'était pas pour lui, j'aurais abandonner. Mes sentiments, mes espérances, l'espoir que j'avais en lui. C'est ce qui est arriver à Ikinat. Elle a échoué, et est tombé dans la folie. Le reste ne dépendait plus de moi, c'était ses propres peurs, ses propres pulsions qui se manifestait sans étreinte au travers de sa folie. Je n'ai fais que l'observer descendre plus profondément dans son gouffre. Ce fut ma foi divertissant au moins. Cependant je ne pourrait pas l'abandonner lui. Pas après avoir vu sa vrai valeur. Pas après avoir vous tous ce qu'il pourrait être, comment il pourrait faire bouger l'empire, et à travers lui ce monde désolé et sans avenir.

C'est dans sa fin que l'on découvre la vrai valeur d'une personne. C'est quand elle est exposé à son plus grand ennemi, irrésistible et magnifique, celui dont personne ne saurait se défaire. Ce n'est qu'à se moment que la vrai valeur d'un homme se manifeste, au delà de leurs idéaux, aux delà des barrières qu'elle forme avec le monde extérieur pour se protéger elle même des autres et les êtres de lui même. Ce n'est qu'ainsi mis à nue que l'on peut juge une âme. Ce que j'ai vu ce jour là, alors que son esprit écorché vif se retrouvé sur le point de se rompre, que les échos de la créature résonnait dans une symphonie assourdissante dans son esprit ébranlé. Cette tragédie magnifique alors que dans ce combat perdu d'avance il se relevé une fois de plus, refusant de laisser ni son corps, ni son esprit l'entraver. Je ne peux me résoudre à l'abandonner après avoir vu cela. Il est de mon devoir de sublimer cette existence, même si elle même le refuse.

Voudriez vous que je laisse quelques choses comme cela, quelques choses si magnifique, une telle force mourir en vain, de manière si pathétique ? Rehad est capable de bien plus que ce qu'il croit pouvoir faire, de se qu'il accepte de faire. De bien plus que ce qu'il aurait fait si je n'était pas là. Alors qu'ils pourraient faire tellement plus il se borgne a accepter un destin aussi  pathétique et misérable ! Il l'accepte sans même se poser de questions et n'ose même pas le défié, ce destin, ce maître qui ne lui apportera que le malheur ! Comment peut on vivre ainsi ?  Faire un tel choix n'a aucun intérêt si on accepte ainsi de payer le prix de cette connaissance. Pourtant il continue

Je ne comprend pas...
Accepter de telles règles sans les remettent en questions.
Maintenant qu'Il se sont révélé, la situation n'est plus la même qu'à l'époque d'Ikinat ou de ma mort, vous le consentirez sûrement.  
Pourtant il continue de d'agir comme si rien n'avait changé ?
Ce n'est qu'un fou.

Comment peut-il se complaire dans ça.
Comment peut-il l'accepter comme ça.
Comment peut-il continuer dans cette voie.
Comment peut-il ne pas hésiter.
Comment peut-il continuer de se battre aussi désespérément.
Comment peut-il accepter de jouer cette farce ridicule.
Comment peut-il accepter ainsi sa propre mort ?
Comment peut-il encore obéir à un maître aussi ridicule, inutile, lâche, faible ?
Comment ? Comment ? Comment ? COMMENT ? COMMENT ? COMMENT ?

Ce n'est qu'un fou. Je ne comprend pas. Je ne le comprend pas. Je ne le comprend plus. Quand ? Quand est-il devenue ainsi ?Je ne comprend pas.

Si vous vous êtes abroger d'informations dans son esprit il vous manque pourtant l'information essentiel. Celle qui le définit entièrement. Celle selon laquelle toute sa vie d'après fut construite. Et celle là ? L'information qui me manque ? Est ce à cause de cela qu'il refuse de se lever ? Cette stupide promesse. Aurait-il l’intention de la briser après tous ce temps ? Ou ne comprend-il pas qu'il ne pourra la tenir en continuant ainsi ?

Ce monde continue de me rejeter. Ne serait ce pas normal après tout ? Chaque chose ici tend à revenir à un état d'équilibre et je suis un agent du chaos, rompant ce fragile état où rien n'évolue plus. Cependant ne vous méprenez pas. Tous comme il y a une différence entre l'ombre et les ténèbres, tous comme il existe une différence entre la lumière et la clarté. Ce que je veux n'est pas si éloigné de vos objectifs. Du moins de ceux les plus proches. La paix, but que vous élevez au rang de but ultime de votre ordre sans doute, ou du moins que votre cheffe semblait avoir à cœur n'est clairement pas quelques choses que je consentirais. Du moins pas celle qu'elle a en ce moment en tête, elle corrompu et souillé si profondément, de manière si pure qu'il serait difficile si on ne l'eut pas aperçut avant pour définir la limite entre elle et ce qu'Il lui murmure. C'est cette paix là que je combat. Cette chose abjecte.

Comme le saurais-je ? Ce qu'il prévoit de faire ? Je ne sais pas. C'est étrange. C'est comme si je l'avais toujours su. Si j'en sais plus que vous, si je vois plus loin que vous, pourtant j'en sais toujours moins que lui. Je me demande. Comment peut-il en savoir autant. Qui lui a révélé ce qu'il sait ? Qui m'a révélé ce que je sais. Pourquoi ai-je l'impression que plus le temps passe, plus la réalité elle même s'altère, devenant quelques choses d'étranger, sans que personne d'autre ne le remarque ? Comme si le monde me reniait, reniait me considéré comme une chose lui appartenant, refusant de me changer de la même façon que tous le sont. Ou bien est ce moi qui est altéré ?

Quelques choses ne va pas. Cela fait longtemps que je le sais, que je le sens du plus profond de mon âme. C'est presque physique, comme si je pouvais la touché, cette sensation étrange. Comme si les fils du destin était coupé, modulé, transformé un à un sous le volonté de quelqu'un... Non de plusieurs. Se serait plus propre s'ils n'étaient pas plusieurs. Il y aurait moins de défaut, plus de cohérences. On dirait presque une bataille de dieux, s'affrontant pour déterminer qu'elle vision du monde est la plus juste. Serait-ce la volonté de l'univers ? L'univers a-t-il seulement une volonté ? Même si elle en avait une, comment pourrait-elle la faire respecter ? Il me manque quelques choses... Ou peut être le sais-je déjà. Peut être ai-je déjà cette information, perdu parmi toutes les autres. Cette clef qui me permettrait de comprendre, comment infléchir les fils du tissage.

Soudain la Soeur Skrall parut en situation de déséquilibre. Ce qui était étrange alors qu'elle ne se préoccupé même pas du haut et du bas, qu'elle ne faisait que flottait dans du vide. Le masque qu'elle portait sembla se fissuré par endroit, jusqu'à crée une fissure verticale parcourant la totalité du masque et le séparant en deux, cependant il restait en place, ne bougeant pas du visage désorienté de la sœur Skrall.


- Excusez moi, il semble que j'ai quelques peu dérivé de notre conversation initiale. M'enfin c'est assez compliqué. Je préférerais éviter de retourner là bas... Survivre ne devrait pas être un problème, je ne supporterais simplement pas la douleur. Cette douleur est vraiment douloureuse vous savez ? Imaginer que vous mourrez mais que la mort ne vient pas vous voir, que votre corps reste en vie malgré la douleur qui se propage qui reste, qui insiste malgré vous supplications. Ce corps qui refuse de mourir, car il n'est pas fait pour mourir. Il n'est pas autorisé à mourir. C'est cruel. Je préfère encore rester ici à observer ce que j'aurais pu avoir si j'appartenais à cet espace, à ce temps différent du miens. Vous ne pouvez certes pas dire que vous avez eu une belle vie, cependant il y en a de bien pire, plus cruel. Peut être les verrez vous un jour. Cependant nous ne parlons pas de demain mais d'aujourd'hui. Vous souhaitez me combattre ? Très bien. Dans ce cas trouver moi. Dans se déluge de souvenirs constituant l'esprit de Rehad, trouvait la première fois où je l'ai rencontrer. Et peut être pourrez vous espérez me chasser.  Sinon vous pouvez aussi me laisser ici, et je finirais par happé sont esprits. Le choix est vôtre !

L'image d'Aerellys devint peu à peu transparente, avant de s'évanouir. Cependant elle était encore là, dans l'esprit de Rehad.

**

Du haut de la forteresse dominant le col, le vent soufflait avec une violence inouïe. Rehad se réjouissait. Il aimait le vent. Il aimait imaginer cette force, invisible mais bien présente, envahir le champs de batailles pour balayer toutes traces de leurs crimes. Cependant une détonation, plus forte que les autres le ramena à la réalité. Tout était en place. Sous les conditions actuelles, l'empire remporterais cette bataille. Il ne pouvait en être autrement. Cependant le nombre de pertes n'étaient pas encore fixer. Combien perdrait la vie dans cette bataille ? Il regarda en contrebat, observant deux des renégats prêt de l'un des indomptables. Il était vrai qu'il savait volé. Ce devait être grisant, de s'envoler dans le ciel, de voir le monde s'étendre en dessous. De voir ses ennemis incapable de l'atteindre car eux ne savaient pas. Il avait pu expérimenter les dirigeables de guerres de l'ordre noires, mais ce n'était pas pareille. C'était plus comme se tenir en haut d'un bâtiment. Ce n'était pas comparable à ce qu'il imaginais lorsqu'il entendait le mot « vole ». Allait-il venir le chercher ? Le combattre peut être ? Ce n'était pas son rôle. Il n'allait pas prendre place dans la bataille. Du moins pas de son plein gré. Alors que projectile manqua de le toucher, il sentait qu'on essyait de l'atteindre lui. Un esclave avec un minimum d'intelligence peut être ? Une provocation ? Un tir de sommation ? Qui que ce soit, c'était un idiot. Un crétin profond qui n'avait jamais rien connus de la guerre. On ne loupait jamais une cible. Question de vie ou de mort. Volontairement ou non. On tuait, sans posé de questions, et si l'on était chanceux on survivait, c'était les guerres qu'avaient vécu les Skralls depuis toujours. Mais peu importait. Le combat se déroulait. Les Skralls en premières lignes avait déjà souffert de lourdes pertes.  Les armées du protectorat profitant peut être un peut trop de l'étroitesse du terrain, ils avaient causé plus de dommages qu'espéré. Cependant les forces de l'ordre était encore suffisamment solide pour, d'un instant à l'autre, passé à l'action et permettre d'ouvrir une brèche dans la formation du protectorats. Pour l'instant tous se déroulait plus ou moins selon ses prévisions.Il rentra dans la forteresse, sa main sur la poignée de son arme. Si quelqu'un voulait l'affronter, il devrait venir sur son terrain, à l'intérieur de la forteresse.


[hrp]
Actions du protectorat
Attaque de Trayx et attaque de Nui : Destruction d'un bataillon d'artilleur.
25 bataillons de soldats protectorats attaque les 25 bataillons d'attaquants Skralls,
> Les 25 bataillons d'attaquants sont éliminés
25 bataillons d'Assassins protectors attaque les 25 bataillons de Maxilos
> Les bataillons de Maxilos perdent tous 375 de défenses
12 bataillons d'assassins attaque les 12 bataillons de 10 défenseurs Skralls
> Les bataillons de défenseurs perdent tous 210 de défenses
1 Bataillons d'assassin attaque le bataillon de 5 défenseurs Skralls
> Ce bataillon perd 420 de défenses  
L'assassin isolé attaque le bataillon de 5 défenseurs Skralls
> Ce bataillons perd 224 défenses. Sa défenses baisse à 1156
Les restes des Soldats protectors attaque le bataillons de 5 défenseurs Skralls
> Ce bataillon est détruit

Actions de l'armée Skrall
Attaque des 2 bataillons de lieutenants sur 2 bataillons d'assassins protectors
>  2 bataillons d'assassins perdent 1000 de défenses.
Attaque de 2 bataillons d'artilleurs sur les assassins protectors affaiblit.
>  2 bataillons d'assassins détruit

********

Armée Skrall

24 Bataillons de 10 artilleurs [1000 – 1250 – 35] rapidité par bataillons : 350
12 Bataillons de 10 défenseurs [400 – 1590 – 20] rapidité par bataillons : 200
2 bataillons de 5 lieutenants [2000 – 2000 – 75] rapidité par bataillons : 375

Armée du Protectorat :
40 bataillons de 10 Soldats protector [1200 – 1200 - 25] rapidité par bataillons : 250
31 bataillons de 3 Assassins protector [2500 – 1400 - 40] rapidité par bataillons : 120
1 Assassin isolé [2500 – 1400 – 40]
[/hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Chutes Sombres][Event] La bataille du Col de la croix noire   Ven 3 Avr - 2:37

[HRP]Je me permets de poster ce message un peu en avance car il me vient une subite inspiration, et surtout parce que je serai absent pendant quatre jours par la suite; afin d'éviter de trop vous faire attendre, j'écris donc mon passage avant celui de Raidark. Si jamais cela pose problème, n'hésitez pas à m'en faire part et j'éditerai/supprimerai mon message en conséquence. Merci d'avance ! : )[/HRP]

Trayx se releva précautionneusement, faisant attention à être le moins repérable possible, par tous les moyens; la Bête du Protectorat, se mouvant dans les ombres, tel un serpent s'apprêtant à fondre sur sa proie; chacun de ses mouvements était le plus lent possible, à la fois calculé et doux, mélange de savoir-faire mécanique et de tendresse animale. Ironiquement, car chacun de ces mêmes mouvements avait pour unique but de prolonger la série de meurtres du Réprouvé, qui s'allongeait déjà dangereusement pour ceux qui représentaient la pseudo-faction du Dernier Ordre.

Le rahkshi huma l'air; autour de lui, les rafales de vent hurlaient aussi fort que les agonisants en contrebas. Les fers se croisaient, les tirs fusaient, de toutes parts il n'existait que le chaos, l'entropie totale, l'ordre battu et déchiré au sein même de son existence, remplacé par une mare bouillonnante de flammes et de sang. Les odeurs du combat ravivèrent une fois de plus les instincts bestiaux du guerrier. L'appel du sang se faisait de plus en plus fort; son envie de prédation parviendrait bientôt à son paroxysme, et alors plus rien n'empêcherait la Bête de jeter à corps perdu dans une mêlée aussi sauvage que sanglante.

Derrière les affres du combat, un des barbares s'était enfermé dans sa forteresse, à l'image d'un escargot rentrant dans sa coquille, croyant être à l'abri des crocs du renard affamé. Mais les murs de roche et d'acier, tout comme les canons qui ornaient leur sommet, n'étaient rien de plus qu'une protection illusoire, un rêve bien éloigné de la terrible réalité: il n'existait aucun rempart, aucune barrière qui pouvait arrêter Trayx dans son avancée. La forteresse aurait tout aussi bien pu être faite de verre et de papier...

Le rahkshi recula de quelques mètres, lança un dernier regard sur le gouffre sans fond qui le séparait de la forteresse ennemie, puis se retourna et commença à courir, sautant ensuite de la corniche où il se trouvait pour rejoindre un plateau en contrebas; là, l'attendait le porteur Protector et l'arsenal aussi varié que mortel qui lui couvrait le corps, les hanches et les cuisses. Reposant Pitié sur son portoir magnétisé, Trayx n'eut pas besoin de réfléchir une seule seconde avant de savoir quelles armes il allait ensuite choisir.


***

Rehad patientait à l'intérieur de sa forteresse; peut-être attendait-il un moment précis pour passer à l'action, ou alors se donnait-il du courage, à l'intérieur des épais remparts, avant de ressortir pour faire face au tumulte de la tempête et aux fracas de la guerre. Tout cela n'importait plus, en fait; car quoi qu'il ait prévu, cela n'était plus d'actualité.

Au-dehors, des cris de souffrance, de surprise et de peur retentirent, étouffés par l'épaisse paroi de roche et de métal; rien d'extraordinaire en soit lors d'une bataille, mais cette fois la provenance des râles était toute proche - juste de l'autre côté du mur, en fait. Peut-être Rehad se retourna-t-il, ou bien fut-il tenté de reculer pour s'éloigner; toutefois, tandis que le mur se teintait d'un vermillon vif et brillant, illuminant la semi-obscurité de l'intérieur de la forteresse, il ne put qu'assister, impuissant, à la détonation qui fit littéralement exploser le mur en face de lui, créant une trouée large d'au moins dix mètres. Les débris volèrent de toutes parts, griffant le sol et les parois encore intactes avant de se briser en bout de course; plusieurs blocs mineurs frappèrent l'armure du skall, l'obligeant à reculer pour ne pas tomber.

Mais il ne fut pas au bout de ses surprises; aussi incroyable que cela pouvait paraître, il était là. Une forme noire, indistincte, recouverte de motifs sinueux extrêmement sombres. Dans son dos, une colonne de piques noires descendaient de la nuque aux reins, tandis deux yeux synthétiques brillaient d'un rouge sinistre, sombre, lueur de désespoir dans les ténèbres ironiquement réconfortantes de la forteresse. Il était venu le chercher, faisant fi des centaines de soldats qui défendaient le col de la croix noire et sa place forte, des canons perchés bombardant le sol en contrebas, des Indomptables prêts à ravager toute formation d'infanterie, des remparts qui auraient résisté au tir d'un croiseur de l'univers matoran.

Trayx était là.


***

La paroi est glissante; autant léviter alors. Il flotte, à quelques centimètres à peine du mur de glace et de neige compactée; de temps à autres, il s'écarte très légèrement pour éviter un éperon rocheux proéminent. Puis il arrive à destination: le sommet de la montagne. Là, le vent souffle à une vitesse effroyable, manquant un instant de déstabiliser le rahkshi. Ce dernier ajuste la poussée cependant, et parvient à maintenir sa position.

En-dessous de lui, à plus d'une centaine de mètres en contrebas, la bataille continue de faire rage; les lames se brisent contre les armures ou tranchent chairs et circuits. Les thornaxx explosent de toutes parts, emplissant l'air une fumée nauséabonde mais cependant sans effet sur les soldats Protector - même si on ne peut pas en dire autant pour l'effet de souffle et les projectiles à haute vélocité qui perforent ou arrachent sans problème le blindage et les composants superficiels des troupes mécanisées. Au-dessus du carnage, Trayx profite un court instant du calme singulier qui règne au sommet de la montagne: le temps d'un battement de cœur, les bourrasques s'arrêtent subitement, comme pour respecter le moment de repos du Réprouvé - à moins qu'il ne s'agisse d'un deuil prématuré, en prévision des innombrables morts qui auront lieu en ce jour.

Le guerrier interrompt le flux de lévitation et commence immédiatement à chuter, la pesanteur reprenant possession de ses droits. La tempête reprend de plus belle, oubliant bien vite le calme dont elle avait fait preuve quelques instants auparavant. D'autres éclairs frappent les pics glacés non loin de Trayx, faisant exploser la glace et la roche à l'impact, créant une véritable averse de projectiles mortels, cependant rapidement brisés en milliers de fragments inoffensifs, poussière et neige mêlées en une singulière pluie de cristal et de fumée. Le sol s'approche à vitesse alarmante. Les soldats skralls, auparavant semblables à des fourmis, sont désormais aussi gros que le poing.

Inversion de poussée. Très forte décélération. Les artilleurs sautent pour s'écarter du point d'impact; trop tard. Le choc fissure la roche, mais Trayx a suffisamment ralenti pour éviter tout dégât inutile; cependant, avant même que les soldats ne reprennent leurs esprits, il brandit haut l'épaisse Morgenstern qu'il tient dans sa main droit. Dans un cri de rage guerrière, il l'abat sur la tête du skrall le plus proche; les piques métalliques qui ornent la sphère massive pénètrent sans problème le casque du soldat, mort sur le coup. Étendant soudainement son bras gauche, le Réprouvé déploie ensuite une chaîne noire, étrangement semblable à celles que maniait Étreinte dans la vallée du labyrinthe; les maillons s'enroulent autour du cou d'un autre artilleur. Un mouvement brusque, et la chaîne se retire, non sans emporter dans sa course la tête du malheureux, qui rebondit au sol avant de s'immobiliser définitivement, un rictus de souffrance pétrifié sur son visage.

L'esprit de Trayx bouillonne, empli de sensations nouvelles, de sentiments novateurs. L'appel du combat mène à la violence, à une rage sanguinaire sans limite. Le rahkshi ne s'en écarte pas, bien au contraire; il plonge la tête la première, se laisse emporter. En ce jour, le combat est sien. Nul besoin de retenue, nul besoin de réflexion superflue. Seul subsistent la force, la souffrance, le sentiment joyeux d'ôter la vie à celui qui tente de faire de même avec vous. Au milieu de cet océan déchaîné, subsiste cependant un îlot de raison, seul rempart avant la folie belliqueuse, la violence sauvage et animale.

Cet éclair de lucidité permet au Réprouvé de stopper son carnage, se concentrant désormais sur le mur. Devant lui, épais d'au moins un mètre - sûrement bien plus - le rempart de roche et d'acier qui le sépare de sa proie.

Totalement inutile.

D'un simple mouvement, il enroule de nouveau la chaîne autour de son bras gauche; il se propulse ensuite, droit sur la paroi blindée. Une vapeur rougeoyante émane de ses yeux brillants, tandis que la collerette de piques se hérisse dans son dos. La Morgenstern file à une une vitesse hallucinante, puis frappe la roche; cette dernière se veine de milliers de formes sinueuses et lumineuses, brillant dans l'obscurité de la tempête, telles des fissures ou des serpents à la recherche de la moindre faiblesse structurelle pour pénétrer à l'intérieur du rempart. Les "doigts" se propagent d'une manière presque... intelligente; d'aucuns n'hésiteraient pas à dire... "consciente".

Puis tout explose; la roche, le métal, les dispositifs internes, rien n'est épargné. Trayx est là, en plein milieu de cette tempête, le seul épargné par l'explosion. Autour de lui, la roche, la poussière et les débris métalliques volent en tous sens, s'éclatant sur les murs avec fracas. La fumée est repoussée par la vitesse de sa lévitation, illuminée d'une manière singulière par ses yeux rougeoyants et l'étrange vapeur luminescente qui s'en échappe. Les piques de son dos frétillent d'excitation, tandis que les dessins tribaux sombres qui ornent son armure ondulent avec grâce. La roche s'écrase de toutes parts, des cris de surprise et d'avertissement retentissent derrière le Réprouvé. Mais lui ne voit plus rien, à part sa proie qui lui fait face. Elle est là, immobile, complètement prise au dépourvu. Sans défense.

Les deux se font face, un unique instant; le temps semble alors s'arrêter, tandis que l'un et l'autre échangent un seul regard. Inutile d'être un expert en matière militaire pour comprendre que ce qui va suivre n'est autre qu'un combat mortel, une danse fatale qui ne s'achèvera probablement qu'avec la mort de l'un des belligérants. La main de Rehad est déjà posée sur la poignée de son arme, mais aucun skrall n'aurait le temps de réaction nécessaire pour anticiper un tel assaut. A peine les informations transmises par le système nerveux périphérique du guerrier Bara-Magnien ont-t-elles le temps d'atteindre le cerveau de ce dernier que la chaîne du rahkshi s'enroule autour de ses jambes, raillant les plaques de blindage et griffant les parties plus explosées; Trayx n'a plus qu'à tirer d'un mouvement sec, et son adversaire se retrouve au sol, percutant durement la surface plane.

De nouveau, une puissante impulsion de lévitation, et le Réprouvé se retrouve au dehors de la forteresse... suivi de son colis spécial, toujours solidement attaché aux chevilles par le maillons métalliques. Les artilleurs et défenseurs skralls ne peuvent qu'assister, impuissants, à l'enlèvement de leur leader. En quelques secondes à peine, le ravisseur est déjà loin, hors de portée même de leur artillerie lourde et de leurs Indomptables...


***

Le choc à l'arrivée fut plutôt rude, mais rien de bien dangereux pour un skrall solidement bâti comme Rehad. Sans doute avait-t-il même anticipé l'impact, et tendu les muscles de son corps juste avant le choc pour amortir plus encore le coup. Toujours était-il, cependant, qu'il se retrouvait désormais face à Trayx; seul. Ce dernier avait de nouveau enroulé la chaîne autour de son bras gauche; dans sa main gauche, la Morgenstern, longue de plus d'un mètre, frappait le sol à intervalles réguliers, arrachant à chaque fois un peu plus de glace et de roche. Un seul regard suffit au skrall pour comprendre qu'il se trouvait sur un haut plateau rocheux, isolé du reste des pics noirs par un profond gouffre; la chute, inévitablement mortelle à cette altitude, ne laissait qu'une seule échappatoire: escalader le versant escarpé qui menait, après quelques dizaines de minutes de marche, directement au col de la Croix Noire. Tenter de s'enfuir de cette manière cependant, transformerait le skrall en une véritable cible vivante, aussi facile qu'un loup de fer dont on aurait amputé les pattes avant.

Il ne restait dont plus qu'une option, désormais.

Le combat.

Trayx perdit rapidement patience, cependant; la soif su sang qui bouillait en lui l'empêcher d'attendre plus longtemps. Ouvrant un instant son crâne métallique, il laissa apparaître son corps organique à l'air libre, goûtant l'air glacé avant de s'enfermer à nouveau dans son réceptacle synthétique. A l'instant exact ou les différentes parties de son visage artificiel se verrouillaient, le rahkshi céda complètement à la rage bestiale qui emplissait son esprit brumeux. Un battement de cœur plus tard, la Morgenstern de la Bête volait droit sur les jambes de Rehad, prête à broyer et déchiqueter indifféremment os, chair et armure par son poids et ses piques métalliques effilées...


--> Attaque normale sur un artilleur skrall, qui est détruit sur le coup; utilisation de l'émetteur IEM, qui étend les dégâts à la moitié du bataillon (soit 5 unités supplémentaire). Total: 6 artilleurs mis hors de combat.

[HRP] J'imagine que les nouvelles règles des bataillons n'entrent pas en compte pour cet évent; si c'est tout de même le cas, alors l'émetteur IEM est sans effet sur les soldats skralls, de nature organique.

Si possible, début du combat RP avec Rehad; ce dernier pourra créer un topic dédié (afin d'accélérer le rythme des messages et peut-être éviter de trop faire traîner cet Event en longueur) comme il en a déjà été discuté sur la Chatbox.[/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Raidark
Main de l'Impératrice
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/700  (700/700)
Jauge de Vie:
790/1000  (790/1000)
Capacités du Personnage: ATK:2050 DEF:0000

MessageSujet: Re: [Chutes Sombres][Event] La bataille du Col de la croix noire   Sam 4 Avr - 16:25

En entendant le "FEU" du commandant Skrall, la bataille commença réellement avec l'attaque des soldats Skralls contre la troupe Protector. En peu de temps cette armée du Protectorat donna avec violence le coup d'attaque, faisant tombé quelques un des Skralls, et mis en déroute les Maxilos et Exo-Toa de l'Ordre.

-Lancer l'assaut !

Ordonna le Skakdi a ses troupes robotique qui commença à contre-attaquer. Des lors, Raidark se jeta également dans la bataille pour renforcé le moral des troupes. Ce fut ainsi qui remarqua un Assassin Protector isolé du reste de son bataillon. Commençant son duel, la Main de l'Impératrice tira de son lanceur de sphère zamor, mais l'unité robotique esquiva avec aisance. N'ayant pas vus ce dont les robots d’Élite pouvais faire lors de la bataille de la Vallée du Labyrinthe, le Skakdi comprit donc que le Maître ait retenu quelque peu la leçon concernant ses unités robotique.

-Si il y a une chose que j'ai négligé la dernière fois, c'est de ne pas montré tout ce dont je suis capable.

Une lueur brun émanent de son épée et circulent sur tout le Skakdi. Il sentit alors la puissance grandirent en lui, lui donnant une grande force. Et alors de front,il donna un puissant coup d'épée sur l'Assassin Protector qui vola en éclats. A partir de cet instant il se concentra et il fit un grand geste de son épée, canalisé du pouvoir de la roche et la baissa soudain. De bruit d'un éboulement se retentit sur tout le col, et des lors, des têtes se levèrent pour regarder le haut. Une tombée de pierres possédant une résistance suffisante à la chaleur cognant au sols et rebondirent à chaque fois avant d'entamé une chute sur la troupe ennemi. La Main de l'Impératrice observa alors le champ de bataille pour où en est la situation, des lors il trouva le Toa de la Glace, aux prise avec le Makuta Nui et Tanika. Ainsi donc les soumis d’Étreinte.. Ces Spectres du Protectorat font partie de cette troupe Protector. Pire encore, Raidark observa avec inquiétude à quel point la stellaire ait changé physiquement. Elle a embrasé l'ensemble de ces "ténèbres" par la faute du Maître.
Empreignant d'une part de rage, Raidark s'avança, ignorant le message de communication que Solok lui ait envoyé, sachant parfaitement de quoi ça en retourne. A cet instant, le Skakdi se jeta entre le Toa de la Confrérie et la stellaire et braqua son épée pour contré celle de l'Impératrice.


-Solok de la Confrérie, la pluie de roche que j'ai provoqué suffira à faire encombré quelque uns de l'armée ennemi, mais vous pourriez en faire d'avantage en utilisant votre pouvoir de glace. Faite ce qui est à faire contre Nui, je me charge de Tanika.

Citation :
Raidark
Attaque :2050
Défense : 2200
Rap : 68
PV : 1000/1000
Énergie : 500/500
PA Utilisés : 8/8
Techniques utilisées:
Lourdeur:
 

Pluie de Pierre:
 

Action effectué:
Les Maxilos lancent une attaque sur les bataillons d'Assassin Protector.
Les Exo-Toa lancent une attaque sur les bataillons d'Assassin Protector à la suite des Maxilos.
Utilisation de la Technique "Lourdeur" de niveau 4.
Utilisation de la Technique "Pluie de Pierre de niveau 2.
Attaque normale sur l'Assassin Protector isolé.
Engagement si possible en combat rp contre Tanika.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solok
Toa Useless
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
400/400  (400/400)
Jauge de Vie:
980/1000  (980/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 3400/3400 | DEF : 1535/2500

MessageSujet: Re: [Chutes Sombres][Event] La bataille du Col de la croix noire   Sam 11 Avr - 0:13

Le Toa pu voir Tanika s'envoler vers un autre point du champ de bataille, pour s'occuper d'autre chose. Il remarqua tout de suite les pièges de plasma. En même temps, dans de la neige, ils s'en retrouvaient que plus visible. Son Kualsi fut rapidement sorti puis rangé, pour s'extraire de se piège. Nui était là, il avait des questions à posé à Solok. Il lui demandait une simple chose : Où est-ce que pouvais donc bien se trouver Shrecki et le reste de la Confrérie à l'heure actuelle? Il menaçait en sortant son Kanohi Rode, le masque de la vérité. Il était donc impossible au membre de la Confrérie de mentir à son interlocuteur. Il proféra aussi des menaces, sur "Chaque parcelle de son esprit" et son "corps". Mais tout ceci ne changerait rien à la réponse que fournira le Toa de Glace dans quelques secondes, car lui même ne sait pas où se trouve actuellement le chef de sa faction. Ni les Rahkshi qu'il avait amené avec lui lors du combat face au Séide Étreinte. Il planta son épée au sol, et fini par dire :

-"Je n'en ai pas la moindre idée. Vous avez devant vous l'intégralité des forces de la Confrérie que je sais présente sur le champ de bataille."

Il ne mentait pas, il disait toute la vérité. Les capacités des Makuta à lire les pensées et la simple utilisation du Rode par le Makuta converti faisait penser au Toa qu'il y avait une chance que cette vérité ne soit pas mal interprétée. Lui vint une question, a laquelle il avait déjà partiellement la réponse.

-"Mais pourquoi en avoir toujours après Shrecki? Je me le demande. Pourquoi accordé autant d'importance a une seule et unique personne? Je dois certainement être mal placé pour posé cette question... Je ne suis aucunement important, je ne suis qu'un Toa parmi tant d'autre. Aucune grande destinée ne m'attends au bout du chemin. C'est certainement pour cela, que vous lui accordez tellement d'importance, entre autre."

Sans qu'il n'eut le temps de recevoir de réponse concrète, il reçu une communication de Raidark. Il répondit au commandant de l'Ordre :

-"Je ne suis pas dans une situation où il serait raisonnable de tenter une attaque à échelle assez grande. L'ennemi est en face de moi."

Le Toa jeta son communicateur dans son rangement, en le désactivant. Il ne pouvait se permettre d'être distrait, il savait sur quoi cette discussion déboucherait, qu'il donne ou non des informations au Makuta. Puis un Assassin Protector tenta de l'attaquer dans le dos. Le sentant venir, il concentra son énergie élémentaire, ouvrant son poing avant de le fermé brutalement. Cela provoqua une petite pluie de stalactite de glace, faisant tomber l'assassin sur le coup. La rapidité de cette action trouvait sa justification dans le champ de bataille enneigé, lui même causé par une température basse du milieu du combat.

Une fois l'assassin écarté par son brutal décès, le Toa pu s'adresser une nouvelle fois à Nui.


-"Bon, je ne suppose pas que vous me laisserez partir en vie. Vous êtes mon ennemi aujourd'hui. N'est-ce pas?"

Il se ressaisi de son épée, qu'il avait planté précédemment, la faisant passé au dessus de son Kanohi, afin de la porté comme à son habitude, vers sa droite, le bouclier baisser, la lame accrochée dessus pointant à droite du Makuta.

-"Qu'est-ce que le destin peut nous jouer de drôle de tour parfois. Alliées il y a de cela quelque jours, ennemis aujourd'hui même. Par ailleurs, j'ai toujours des ordres a exécuté." *J'espère que derrière ces ordres se cachent autre chose, on verra se qu'en dira le destin. Je n'aime pas tué mes alliées, mais si je n'ai pas le choix... Je ne peux laisser l'ennemi s'en tiré aussi facilement.*

Solok était prêt pour combattre. À voir comment répondra Nui.

Citation :
Nom : Toa Solok
Élément : Glace
ATK : 3400
DEF : 2500
RAP : 60
PV : 1000/1000
Energie : 600/600 (Épée du Labyrinthe)
PA Utilisés : 0/8
Techniques utilisés : N/A
Actions Effectués : Attaque normale sur un Assassin Protector (1400 - 3400 = -2000) qui meurt sur le coup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bionifigs.com/u1023
Tanika

avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/700  (700/700)
Jauge de Vie:
700/1000  (700/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 4800 | DEF : 2050

MessageSujet: Re: [Chutes Sombres][Event] La bataille du Col de la croix noire   Sam 16 Mai - 1:44

Vorona croisa les bras en écoutant attentivement Aerellys. Pendant son moment de "délire totale" sur une sorte d'incompréhension du monde actuelle, elle ne pouvait s'empêcher de faire un petit sourire une nouvelle fois, contente de savoir que ses intuitions étaient bonnes. ses dernières paroles l'a fait réagir et elle a donc pu dire tout ce que la vortixx avait à savoir. Maintenant qu'elle connait ses intentions profondes et même ses motivations, il était temps de passer à l'action. Enfin non, elle ne connait pas tout à fait ses motivations, ou du moins, elle sait que la skrall n'a aucune motivation logique, juste pour le fun du chaos.

-Oh, ne vous en faites pas pour moi, répondit t'elle. je m'en sortirais très bien d'une manière ou d'une autre. Ma réputation ne va pas en pátir de sitôt. pour la simple et bonne raison que je n'ai rien à cacher sur mes intentions et qu'il existe au moins un moyen dans notre monde pour révéler les vérités et dissiper les mensonges et les illusions. Si il arrivait que Rehad deviennent ni plus ni moins qu'un légume par votre faute, je n'aurais qu'à dire que j'ai échoué partiellement à ma mission qui m'a été donné par Rehad lui même. Aidé par le fait que dire qu'il déteste les êtres de l'Univers matoran n'est pas tout à fait vrai. Il déteste également toutes personnes possédant des pouvoirs psychiques, y compris vous, nous traitant de sorciers et sorcières. Les communautés des skralls masculins et féminins sont séparé pour une raison précise, peut être justement qu'ils se détestent mutuellement. Et si ce sont les créations des Grands êtres qu'il n'aime pas, vous en faites partie, car d'après les légendes, d'ou viennent vos fabuleux pouvoirs?

Elle se mit en position de combat et brandit alors sa main vers la skrall.

-Mais bref, fini de parler pour rien. Vous n'oserez pas toucher à l'esprit de celui que vous aimez le plus au monde. Les années de dur labeur pour réparer son cerveau, ce n'est pas moi qui les fera. J'ai d'autres occupations qui requièrent ma présence. Vous semblez souffrir? votre corps est mort mais vous souffrez car la Mort refuse de vous délivrer? La Mort a toujours été un moyen efficace pour libérer quelqu'un de toutes ces douleurs et de tout ce qui lui pèse sur le dos, je vais vous y aider justement, Agent du Chaos, vous l'avez vous même avoué, mais aussi souveraine des mensonges et des illusions. Mon rôle dans ce monde est justement de combattre les individus de votre espèce, à savoir tout ceux qui font pourrir les deux univers par la destruction. Vous rendez vous compte que vous venez d'avouer vous même avoir initié la folie de Ikinat, sachant qu'elle deviendrait meurtrière, puis prendre du plaisir à observer la mort de milliers de personnes et tout ceci pour aucune raison précise, car l'amour et la folie ont des raisons que la raison ignore. Peu importe ce que vous voulez que Rehad fasse d'autre. Vous ne comprennez pas pourquoi il est ce qu'il est aujourd'hui et il fait ce qu'il croit juste pour lui? eh bien, je vais vous apprendre que chaque être est maitre de sa propre destinée. Personne n'a le droit de décider ce qu'il doit faire de sa vie à part lui, tout comme moi j'ai décidé, seule, de ce que je vais faire de ma vie dans cette univers, refusant la destinée qu'on m'a dictée dans le passé par quelqu'un d'autre.

Le monde changea alors autour de Vorona, elle se concentrait et voilà que l'espace se transforma en une terre magifique, faites de forêt et de rivières.

-ainsi donc les souvenirs lointains de Rehad ressemblent à ca. Aujourd'hui, ce lieu n'est qu'un désert aride mais Rehad se souvient encore à quoi ca ressemblait quand la planète s'appelait encore Spherus magna. Tous veulent revoir ce paysage aujourdhui et tous se chamaillent à grand coup de canons et d'épées pour savoir lequel d'entre eux aura le privilège de restaurer ce qui a été détruit il y a longtemps. Je ne vais pas perdre mon temps à chercher pourquoi cela ne vous a pas suffi que votre lieu de rencontre avec Rehad se soit transformé en un désert chaotique et sans vie et que vous désirez plus de chaos, mais approchez si vous voulez vraiment continuer à soumettre Rehad à votre volonté.

Une balle d'ombre apparut dans la paume de sa main et partit droit devant vers là ou se trouve Aerellys invisible, histoire de déclarer les hostilités.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rehad
Skrall philosophe
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/900  (700/900)
Jauge de Vie:
1000/1000  (1000/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 3100 – DEF : 4150

MessageSujet: Re: [Chutes Sombres][Event] La bataille du Col de la croix noire   Sam 23 Mai - 1:13

Le territoire dans lequel elles étaient été une des nombreuses montagnes, jadis au nord de ce qui deviendrait Bara magna. Déjà à cette époque la planète était ravager par la guerre pour le protodermis, cette vallée semblait cependant en paix contrairement au reste du monde, sans doute dût à son isolement géographique et le fait que Rehad n’ait jamais combattu lors de cette guerre.
Il était encore jeune à l’époque. Trop jeune pour partir à la guerre, il apprenait cependant déjà à manier une épée. Bien que la vallée était boisé, seul un type d’arbre dons le feuillasse était fait de pic poussait aisément dans ces territoires aux hivers rudes et aux étés chauds. La chaleurs en été n’était pas aussi insoutenable que sur Bara magna, et il était même agréable de venir flâner sous l’ombre des arbres lorsque la prairie en contrebas, prêt de la rivière d’eau limpide, se retrouvait en fleur. Cette endroit ne se situé qu’à sept kilomètres d’une des villes en aval de la vallée.

Cette endroit, spécifiquement était inhabité, à cause de l’altitude, et des pentes qui ne facilité sans doute pas l’installation de logis, ou bien encore à une sorte de mysticisme Skrall.
Cette endroit avait ainsi été laissé sauvage, contrairement à nombre d’autres vallées de la région, grignoter par une urbanisation désordonné. Rehad, plusieurs fois avait eu l’occasion de venir ici, accompagné d’Elinah, cette femelle Skrall que Rehad avait fréquenté.

La première fois que Rehad avait rencontré Elinah avait était ici, alors qu’il cherchait un endroit calme où se posé et réfléchir, déjà à l’époque avait-il cette tendance à ce poser et analyser tous ce qui l’entourait, ils avaient réussit à négocier cette journée de repos qu’il comptait passer à flâner dans la campagne. Elle était au milieu des fleurs, piétinant soigneusement toutes celles arborant la couleur rouge.

Si cette endroit était une part des souvenirs qu’avaient Rehad, son souvenir de Spherus contenait bien plus de souvenir urbains de la ville à sept kilomètres seulement. Il ne fallait qu’une heure de marche pour l’atteindre, cependant cette endroit semblait bien différent déjà, de l’atmosphère froide de la ville. Les villes Skrallls n’étaient pas connu pour leur faste ou leur vivant. Tous ce pliait à une utilisation pratique, muraille, champ de mars, forgeron, douve, prison, habitation, précaire pour les ceux qui, sans noms, n’était pas logé dans les baraquements de l’armée. Les bases de ce qui deviendra l’empire était déjà posé dans cette époque, la guerre obligeant à rationaliser, la menace plus tard extrêmisera cette idée, renforcé par cette peur cette menace, invincible qui se présentera à eux, les obligeant à fuir, eux peuples ci fière.

La balle d’ombre se déforma, prenant la forme de l’objet sur lequel elle était lancé, épousa les formes de cette personne. Celle ci cria, d’une voix fluette, mélange de surprise et de peur. L’invisibilité de la créature disparut alors. Et l’endroit sembla alors changer, prenant ses teintes d’hivers.

Un épais manteau de neige le couvrait, et seul les conifères et la rivières étaient toujours là. La prairie devenait un champ de neige, moins hospitaliers, les nuages recouvraient le ciel auparavant azuré, ses nuages, dispersant la lumière, les ombres semblaient moins marqué, et la lumière prenait une teinte blanchâtre, qui contrairement au ton chaud des rayons solaires, ne ravivait pas les couleurs, leurs donnant une teinte plus grisâtre, et pourtant plus vrai.

Elle vit un personnage, qui ressemblait par ces vêtements à Aerellys, cependant elle ne portait pas ce demi masque si distinctif de la soeur Skrall. Cette être était à terre désormais, elle épiait Vorona avec un regard presque... apeuré. Si on la découvrait ainsi, on aurait pu douter que cette créature était Aerellys tant son attitude, sa gestuelle était différent. Mais Vorona savait que c’était elle. Elle avait la même présence, la même signature psychique. Quoi que, différente peut être. Sa présence semblait moins imposante, moins assurer, presque tremblante, hésitante. Était-ce vraiment Aerellys, ou une personne différente? Le doute s'immisça plus profondément dans l’esprit de Vorona quand celle ci parla.

- De quoi parlez vous? Je… N'ai rien fait de mal ! Laissez moi tranquille! Je n’ai rien à voir avec vous. Je ne… Ce n’est pas de ma faute !

Quelques choses n’allait pas. Cependant ceci pouvait également être une ruse d’Aerellys pour tromper la Vortix. Elle semblait sûre que c’était là la première fois que Rehad avait rencontré Aerellys, il n’y avait pas de doute possible, non?

La respiration de cette être était forte, comme si elle commençait à paniquer. Une de ses mains se posa sur ce qui sembla être un poignard à la ceinture. Elle réagissait à l’agressivité de Vorona, cependant elle n’attaquait pas, elle épiait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanika

avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/700  (700/700)
Jauge de Vie:
700/1000  (700/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 4800 | DEF : 2050

MessageSujet: Re: [Chutes Sombres][Event] La bataille du Col de la croix noire   Mer 10 Juin - 1:19

Vorona avait encore cet air assuré et déterminé. Elle s'était préparée à ce genre de chose. Jusque là, ca n'a pas été facile pour elle, mais elle reste convaincue qu'elle est sur la bonne voie. Elle se montrait aggressive, mais elle n'était pourtant pas en colère. Elle avait au contraire un sentiment de contrôle sur ce qu'elle faisait. Elle était bien la seule qui soit assez forte pour déstabiliser la skrall sans être déconcentrée par ses dires sans queues ni tête. La forcer de s'en aller de son plein gré n'ayant pas fonctionné, elle devait le faire d'une autre manière. Devant la vortixx se tenait la même soeur skrall mais à l'aspect plus jeune. Il semblerait qu'elle aie prit une forme qu'elle avait à cette lointaine époque où le monde ne ressemblait pas à ce qu'il est maintenant. Elle plaidait son innocence, mais Vorona savait que ceci n'était rien d'autre qu'une ruse. A l'époque de Spherus, elle était effectivement plus saine d'esprit. C'était sympathique de sa part de montrer à Vorona via une illusion comment elle était dans le passé. Mais sachant que Aerellys est une virtuose dans l'art des illusions et des mensonges dans le but de manipuler. La vortixx connaissait la solution : ne croire qu'en son propre opinion. Aerellys était prête à se défendre au moindre signe d'hostilité. Les deux femmes s'observaient avec attention. Le moindre geste serait alors le départ de grandes conséquences. Vorona se remit à parler sa voix légèrement rauque, calme mais déterminée. Alors que non loin de là, un oiseau vint se poser sur une branche d'un des arbres sans feuilles et couverts de neige.

-Elinah, regarde un peu plus loin. Tu est encore jeune, mais l'on dit que croiser le regard d'un corbak est mauvais présage. Tu fera dans le futur des actes qui mèneront à la folie et à la déchéance. Des actes qui mettront également l'être qui t'est le plus cher au monde en danger. En tant que Crieur de mauvais augures, je te conseille de ne pas prendre ces paroles à la légère. Aerellys. Le futur, c'est aujourd'hui. Ton très cher amour est obligé de se battre afin de protéger la planète entière ainsi que tout le peuple skrall de la plus grande des menaces qui n'aie jamais existé et jusqu'à présent, tu n'a fait qu'entraver ses actions. Est tu pour Rehad, ou bien pour ses ennemis. Moi, je sais de quel côté je me trouve. Et je vais faire en sorte d'éviter que le cerveau de ton amant n'explose, la planète avec lui.

Jusque là, elle n'avait pas bougé. Le vent frais du nord soulevait un peu sa cape, elle n'avait pas froid pour autant. Elle avait toujours les yeux sur la skrall qui elle même faisait de même, mais la vortixx avait déjà réfléchit à ce qu'elle allait faire. Comme Aerellys est en position pour réagir à ses actions, elle a un avantage d'une demi-seconde, le temps qu'elle capte ce qui va se passer et qu'elle réagisse. Alors il faut que son mouvement se fasse de manière instantané. Le silence régnait. Les deux étaient figées, le paysage aussi, comme si le temps s'était arrêté. Puis soudainement, Vorona serra le poing et une explosion d'ombre survint droit devant le visage de Elinah redevenant Aerellys, cela ayant servit à briser l'illusion. La première dégaina alors une paire de pistolets, des desert eagle argentés et la deuxième, ses couteaux. La vortixx tirait en courrant et la skrall parrait tout les tirs. S'engagea alors un affrontement au corps à corps. Vorona avait rangé ses premières armes pour sortir celles de circonstance. Des dagues égallement. Des stilletoes argentés plutôt courts et facilement dissimulable. Dans l'orgie de coups de poings et de pieds, il y avait aussi beaucoup d'esquive. Aucune des deux n'arrivaient véritablement à se toucher, les attaques étaient toutes bloquées par des esquives et des parades. La vortixx fit un coup de pied rotatif, puis une esquive, elle saute, esquivant une autre attaque, donne une série de coups aériens qui sont eux aussi bloqués, elle lance une de ses dagues. Le temps se mit alors comme à s'arrêter, permettant à la skrall d'attraper l'arme. Elle disparut et réaparut derrière Vorona qui rattrape alors son arme que l'autre lui lance contre elle. La vortixx fait sortir un rocher du sol par télékinésie, qui fut esquivé sur le coté. L'échange continua. Elle se baissa juste à temps pour éviter un coup tranchant horizontal de Aerellys qui fut si vif qu'il avait découpé le tronc de l'arbre juste derrière. Ca n'était logiquement pas faisable avec des lames aussi petites, mais la skrall venait de sortir une seconde arme. Une faux. La vortixx n'en était pas surprise et restait pareille. Elle enchaina par un coup verticale tout aussi rapide, mais que cette fois, l'autre bloqua avec ses deux mains sur le plat de la grosse lame courbe. Elle retira la faux et la fit tournoyer, enchainant de suite sur un autre combo destructeur, surtout pour les arbres et les rochers qui les entoures. Dans une suite de coups de cris d'efforts. Ce combat ressemblait clairement à une gracieuse chorégraphie d'attaques et d'esquives, de preuves d'agilités et de maitrise. Une danse funeste entre deux femmes qui n'arrivent pas à se départager, et cela pendant des dizaines de minutes. Quand Vorona esquvait in extremis les coups, le temps semblait ralentir légèrement pendant un moment, l'espace devenir légèrement flou. Les réflexes devenant meilleurs, les calculs et les pensées allant plus vite que les actions.

-Nous sommes des psioniques, mais c'est aussi en grande partie de ta faute que nous sommes surnommées « sorcières » à titre péjoratif. Tu est morte, tu est donc une âme, un fantôme qui a perdu son corps. En tant qu'être issu des ténèbres, je me ferais une joie de te livrer à Tericarax. A moins que tu aie envie de te réincarner en utilisant l'un des nombreux cadavres qui jonche le sol de cette planète. Très souvent, c'est en ne faisant pas attention aux mises en gardes que l'on finit par mourir bêtement, ne restant qu'un repas pour les corbaks. Rehad t'avait avertit qu'il pourrait te tuer avant qu'il finisse par le faire réellement.

Alors que les deux étaient toujours en conflit, quelque chose se passa. Le sol se fissura. Des failles apparurent et s'aggrandissent. Un grondement retentit et un liquide sortit de sous le sol et des fissures des falaises. On pourrait croire au réveil de volcans ainsi qu'à de la lave. Mais ce liquide jaillissant de toute part était argenté et très brillant. Plus encore que la mer d'argent à Metru nui. Les deux se rendirent compte que les souvenirs de Rehad s'agitent et que le monde autour d'elles évolue à chaque instant au rythme de l'activité de l'esprit du skrall. La terre se brisa sous leur pieds, il y eu des explosions et des rochers qui s'envole autour d'elles. Les deux psioniques finirent par ailleur à se retrouver sur un rocher en plein millieu du ciel en guise d'arène de combat. Mais elles ne relâchaient pas leurs efforts. Est ce donc ce que se souvient Rehad du fracassement de la planète. Encore cet étrange liquide argenté qu'elle avait vu aussi dans les souvenirs de Ikinat. Il y en avait autant que ca sur spherus il y a si longtemps ? Alors que ce qu'on appelle Protodermis énergisé, il n'y en a plus beaucoup dans l'univers matoran, juste quelques bassins disséminés dans le robot monde. Mais que faisait tout ce métal liquide énergétique dans les entrailles de la planète. Et maintenant qu'elle est devenue Bara magna, il y en a t'il encore sous terre ? En tout cas, pas le temps de réfléchir plus à ces théories sur l'histoire du monde vue à travers ceux qui l'ont vécu.
L'espace changea à nouveau. Cette fois, plus de paysage naturel. Elles étaient sur des cellules organiques, littéralement. Celles si était connectées entre elle, et des décharges éléctriques passaient de l'une à l'autre. Des neurones ? Les deux femmes avaient fait une légère pause le temps de s'observer à nouveau. Elle se trouvait à un synapse d'écart. Vorona sauta sur le neurone adjacent, évitant dans le même temps un arc électrique, signe de transmission de données d'un neurone à l'autre. Et les deux psioniques recommencèrent. Elle courraient, foncaient droit l'une sur l'autre. Et lorsqu'il y eu contact. Une onde de choc et une lumière surgit à partir du point de contact. Qu'allait donc alors arriver à Rehad ? Vorona qui était déterminée à faire sortir le parasite de l'esprit de ce dernier, voyant que la mission était plus dure que prévu, ne pouvait pas prévoir quels conséquences cela aurait sur la psychée du skrall. Au moins, l'on peut penser que même Aerellys qui aime Rehad aurait tout de même empêché que son amour de longue date finisse par devenir aussi intelligent qu'un légume à cause de cet incident. Toujours est-il qu'il est difficile de savoir comment cela va se terminer et quels effets tout ceci aura sur Rehad lui même...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rehad
Skrall philosophe
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/900  (700/900)
Jauge de Vie:
1000/1000  (1000/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 3100 – DEF : 4150

MessageSujet: Re: [Chutes Sombres][Event] La bataille du Col de la croix noire   Lun 22 Juin - 17:21

   Vorona avait réussit à imposer son rythme dans ce début de confrontation. Aux dernières paroles de la sorcière de l’ordre, celle du chaos avait perdu son sang froid. Elle ? Éviter que la planète n’explose? Elle ne savait rien ! Ne comprenait rien ! Ne pouvez rien faire, enfermé dans son immobilisme perpétuel ! Comment osait-elle ainsi la regarder de haut ! Qu’avait-elle donc fait? Rien, rien, rien, rien, rien, Rien, Rien, RIen, RIEn, RIEN, RIEN !!!

- Si Rehad est obligé de se battre pour cette planète, pétasse, c’est à cause de vous ! Vous, créations des Grands êtres qui avait oublié jusqu’à la raison de votre existence dans votre sot orgueil ! Espérez vous devenir entier en faisant ce que vous faîtes? Vous êtes et saurez toujours vide, vous qui ne savez vous détacher de votre dieu. La plus grande menace qui n’ait jamais existé? C’est ce robot de milliers de kilomètres debout sur la planète et le cinglé qui le contrôle !

Aerellys avait laissé son opposante imposé son propre rythme, la laissant ainsi prendre l’ascendant dans le combat. C'était une erreur.  Quelque chose qu’elle ne faisait jamais. Ce n’est que quand la sorcière de l’ordre parla a nouveau qu’elle se rendit compte de ce qu’elle était en train de faire. Elle jubila alors au parole de sa consœur. Elle n’avait toujours pas compris l’essentiel.

- Oui, bien sûr… Je suis “morte”. Morte, je l’avais presque oublié vous savez? … Morte… C’est ce que Rehad crois après tout, alors pourquoi ne serait-ce pas le cas, n’est ce pas? Je ne lui en veut pas, les circonstances sont atténuantes. Et il a démontré une redoutable volonté. Oh, mais c’est vrai que vous n’êtes pas au courant. Vous ne l’avez jamais vu ainsi. Les Skralls sont si orgueilleux que même la mort ne pourrait les stopper, n’est ce pas? Avez vous déjà vu un Skrall au bord de la mort? Bien sûr que non. Vous n’avez jamais vu l’essence, dans sa plus pure expression de l’orgueil des Skralls. Si les mâles en sont capables, pourquoi nous, femelles, en serions nous incapable? Tss… Vous ne comprenez pas. Ce n’est pas grave, vous n’avez pas besoin de comprendre.  

Aerellys essaya ensuite de reprendre l’ascendant dans le combat, cependant Vorona ne lâchait rien. En réaction au combat entre les deux psyoniques dans cette matérialisation du psyché du commandant Skrall, l’environnement frémit et se mit a se désagréger. Les souvenirs du skralls commençaient à se mélanger, et l’une des constituantes essentiels de la personnalité actuelle de Rehad se manifesta, le grand fracassement. La personnalité d’un individu est forgé par ses souvenirs, cependant ils n’occupent pas tous une même valeur, ne forme pas tous de la même manière un individu. Celui ci était l’un des deux fondateurs, l’autre était la mort de Devos. C’était à partir de ces deux évènements que le reste de la personnalité de Rehad c’était construite. C’était autour de ces deux évènements que le Skrall, dans sa globalité c’était construit pour devenir qui il est aujourd’hui.
Aerellys elle même eut du mal à comprendre où elle se trouvait une fois qu’elles eurent quitter cette endroit, cependant elle était sûr que ce n’était pas l’œuvre de Rehad. Elles étaient sur quelques choses d’organiques, mais elle ne savait pas ce que c’était. Ce n’était aucunement un souvenir, et cette endroit n’était sûrement pas du faîtes de l’esprit du commandant. L’autre sorcière? Elle supposa que cette endroit avait été invoqué par l’autre sorcière, pour empêcher Aerellys de toucher au souvenir du fracassement. C’était un endroit dans l’esprit de Rehad, mais il n’était pas matérialisé par celui ci, ou même par Aerellys, c’était donc comment la sorcière de l’ordre percevait l’esprit du Skrall. C’était à la fois troublant et intéressant pour la sorcière du chaos, et, ironiquement, ce fut à cette instant que la sorcière du chaos put reprendre l’ascendant sur son adversaire. Elle dressa sa main gauche vers l’avant, pointant ainsi son adversaire, et au dessus d’elle apparut une dizaine de points lumineux, brillant d’une chaude lumière doré. Le masque d’Aerellys commença alors à se fissurer. Cette être était là à se battre contre elle car Rehad lui avait demandé.

- Pourquoi me refuses-tu ainsi Rehad ! Je peux t’aider à réaliser tes ambitions ! Tuer Tuma, prendre le pouvoir sur l’empire, le changer dans ses fondements même, le renouveau de cette empire que tu as vu ce déchoir, l’unification, enfin de notre race ! Pourquoi refuses-tu mon aides aussi obstinément, REHAD !

* Ta vie n’est qu’un tissu de mensonge. *

- Là bas, pourtant, tu me faisais confiance et moi pas. C’est drôle n’est ce pas? C’est regrettable. Mais si tu veux me voir à nue Rehad, très bien. This is you, and this is me, and this is the world who abandon you !  

La skrall femelle leva sa main au ciel et ce monde de souvenir sembla se désagréger, remplacer par un autre. Vorona sentit qu’elle n’était plus dans l’esprit de Rehad, c’était un esprit inconnu. Celui d’Aerellys? Son masque se brisa en deux, dévoilant son visage nu. Un ciel ardent, aussi rouge que la lave, envahi par la poussière et les canons. Devant Vorona, une armée, Skralls, Agori, Glatorian, Vorox, chasseur d’os, la plupart des espèces de Bara magna réunis. Sur une colline, au loin elle pouvait observer Rehad, un regard froid et dure, qu’elle n’aurais pu observer sur lui que lors de la bataille du labyrinthe un peu plus tôt, quand le Skrall c’était rendu compte qu’elle avait été perdu. A côté de lui, une chose bien plus surprenante, un paradoxe inqualifiable car il était impossible pour cette être d’être là, d’avoir rencontrer Rehad.

* Peux tu toi même démêler la vérité de tes mensonges ? *

Un être en armure noir et rouge, tenant dans sa main droite une lance, deux chaînes parcouraient son corps s’enroulant autour de lui sans pour autant semblé la restreindre. Les plaques de protoaciers dans leurs formes pures prenant une couleur argenté claire semblaient teintes d’une couleur malsaine. Deux ailes membraneuses s’échappaient de ses omoplates et se déployait dans l’espace environnant, renforçant la prestance de cette être et le rendant plus menaçant. L’un des trois “héros” sacrifiés sur l’hôtel du masque de vie, la Makuta renégat ayant finit par rejoindre l’Alliance criminel, Eminax. Derrière Vorona, une chose plus improbable encore, une armée de toa, des dizaines, des milliers, s’élançant contre les Bara magnien. Parmi eux, certain que la Vortixx avait pu connaître mais donc les noms étaient pour certain désormais perdu dans les flots du temps, Brême, Armorial, Rajeus Nefen, Colbalt, Tahli, Kinurahk et d’autres qui lui étaient totalement inconnus. Cette armée était accompagné de rahi et de Rahkshi de toutes origines. Derrière se dressait Mata nui pointant sa paume contre la planète, de l’énergie semblait se chargé dans ses paumes, comme s’il comptait attaquer lui même l’armée à ses pieds alors que ses propres forces étaient déjà à terre.

* Comment pourrais-je faire confiance à quelqu'un comme toi *

Loin dans le ciel, entre le sol et Mata nui se dressait un petit point, s’interposant entre le colosse et la planète qu’il foulait, un minuscule bout de femme, une toa de la foudre flottant dans les cieux, à peine visible à la hauteur qu’elle était, seul l’énergie qu’elle semblait dégageait aurait pu aidé à la localisé, des éclairs l’entouraient en effet, dansant avec elle dans le ciel. Rien dans cette scène surréaliste ne semblait bouger, tous était figer, comme si le temps s’était arrêter ici pour toutes choses sauf Aerellys, se tenant entre la vortixx et Rehad, faisant dos à ce dernier. Elle souriait et pourtant une larme semblait se détachait sur sa joue, où était ce l’air chargé de poussières qui jouait des tours à l'acuité de la vortixx?  

- J’ai trouvé un livre un jour, écrit par un grand être. Dedans il était écrit que quand on observe quelques choses, on le force à prendre un état. Tant qu’on ne l’observe pas les deux états se superposent, il est dans les deux états à la fois. Cela veux dire, que tant que je refuse de me retourner, il est toujours en vie, n’est ce pas?  

* Nous n'avons fais que nous trahir mutuellement depuis le début, Elynah, Rehad, Aerellys. *

   Les sphères de lumière apparut au dessus de la sorcière était toujours là et commencèrent à se mouvoir, puis après quelques secondes de mouvements désordonnés se mirent à foncé vers la sorcière de l’ordre, suivant pourtant une trajectoire courbe, prenant ainsi l’ennemi en tenaille. La lame d’Aerellys se déforma, sa faux devenant informe et prenant des proportions gigantesques, sans que sa manieuse n’ait pourtant l’air d’en être gêné. Elle la fit tournoyé, il y avait pourtant une bonne dizaine de mètre entre les deux adversaires, mais cette faux démesuré pouvait certainement touchait la vortixx même à une quinzaine de mètre. Mais même si elle esquiver, la faux semblait crée devant elle un vent surnaturelle, mélange d’ombre, d’air et de miasmes. La vortixx ne pouvait espéré s’échapper de cette endroit, du moins pas sans l'assentiment, ou la faiblesse d'Aerellys. Ce n'était pas un psyché aussi ouvert que celui de Rehad, sans protection, c'était un esprit bien plus complexe, et seul la porte vers cette endroit lui avait été ouverte cependant elle s'était déjà fermé et retourné dans l'esprit de Rehad était peu probable... De plus, n'était-ce pas ce qu'elle voulait? Pouvoir se battre sans s’inquiéter des répercutions sur le Skrall qui la commanditait.


* Il est tant que cela cesse. *

_____

Vesna regarda un instant la créature qui était devant elle. Un frisson lui parcourut l’échine quand elle s’aperçut que son bras commençait à bouger, elle reprenait peu à peu connaissance semblait-il, et son visage se déformait déjà en ressentant à nouveau la douleur qui était la sienne.

_ Sérieusement, Je ne sais pas comment vous avait fait pour vous en sortir. Même pour un matoran, ce genre de blessure serait mortelle. Quand elle m’a demander de vous sauver, je pensais déjà que vous étiez morte. Donc? Qu’avez vous fait? Vous avez vendu votre âme à Karzahni?


La survie de la soeur Skrall interrogeait Vesna, avoir réussit à survivre à cette blessure s’apparentait à un miracle. Vesna en semblait sûr. Elle l’avais réparé… ou plutôt soigné, mot plus approprié pour ceux n’étant pas mécanique, du mieux qu’elle pouvait. Elle avait constaté avec un certain malaise que les corps au fond de la salle était toujours en vie, si on pouvait appeler ça être en vie vu leurs états, elle avait greffé ces organes à la sorcière au centre de la salle, pour remplacer les organes inutilisables car trop détérioré, certain carrément coupé en deux morceaux. Était-ce la même magie qui les retenait en vie, ces corps et la sorcière ? Elle en voyait pas d’autres explications.

C’était répugnant, tous dans cette salle était répugnant. Elle frissonna quand elle pensa que ceci devait être l’oeuvre de Spirithia. Elle qui pourtant se comportait comme un enfant aurait pu faire pareil chose? La faîtes de faire ce genre de choses étaient, bien d'horrible, imaginable dans le monde où vivait Vesna, la guerre avait poussé certains à des extrémités impossible à imaginer en temps de paix. Mais le comportement enfantin et innocent de Spirithia rendait cela d’autant plus dérangeant.
Étonnement, l’opération avait marché. Vesna n’y croyait pas au début, mais il semblerait qu’elle ait réussit à stabiliser l’état de la soeur Skrall allongé au milieu de cette salle. La vie de cette personne qu’on lui avait demandé de sauver ne devait plus être en danger mais... Vesna ne connaissait pas les créatures de ce monde, mais il lui semblait qu’au vu du sang perdu, des blessures qu’elle avait, et de l’état de certain de ses organes, que dans la situation critique dans lequel elle l’avait trouvé, Aerellys n’aurait que difficilement tenu plus de 24 heures. Pourtant, selon les dires de Spirithia, cela faisait des mois qu’elle était dans cette état.

Vesna tourna alors la tête, voyant Spirithia danser autour d’ombres.

C’était un spectacle étrange, que cette toa insouciante, s’amusant au milieu d’ombre en voulant à sa vie. Quand il s'approchait trop prêt, elle étirait les dimension d’un simple geste de la main, comme un élastique, quelle relâchait une fois mis hors de porté. Vesna ne comprenait pas d’où venait ce pouvoir, de son masque peut être? Elle n’en connaissait pourtant pas ayant de telle capacité. Elle ne savait pas d’où venait ces ombres, elles ne s’étaient pas préoccupé d’elle, uniquement de Spirithia.

Cette dernière semblait ne pas prendre un seul instant la menace au sérieux. Se rendait-elle seulement compte du monde qui l’entourait? Vesna lui demanda si elle voulait de l’aide, Spirithia se tourna vers Vesna, sourit, se pencha un peu en avant, tendit les bras. Des éclairs surgirent de ses doigts, transpercèrent les ombres, la lumière de la foudre les fit disparaître. Si ces ombres avaient été envoyé pour assassiner la toa de foudre, pourquoi était-il aussi mal équipé pour l’affronter? A moins que ce ne soit que des sentinelles, ayant reconnu un intrus en Spirithia… Mais dans ce cas pourquoi ne pas avoir attaquer aussi la matoran?

Spirithia, loin de ces considération se téléporta dans les bras de Vesna et la serra dans ses bras, frottant sa joue contre le kanohi de la matoran bleue. La soeur Skrall reprenait peu à peu connaissance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanika

avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/700  (700/700)
Jauge de Vie:
700/1000  (700/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 4800 | DEF : 2050

MessageSujet: Re: [Chutes Sombres][Event] La bataille du Col de la croix noire   Dim 12 Juil - 21:51

Le monde se transforme encore. Le combat entre les deux sorcières continuait et finalement, quand les deux s'étaient entrechoqués, elles avaient à nouveau voyagé à un autre endroit. Le choc, si puissant fut il a fait reculler de dix mètres l'une de l'autre. Les voilà maintenant dans les airs au dessus du désert de Bara magna. En dessous d'elles, une bataille opposant les plus grandes forces des deux mondes connus. Les êtres vivants de Bara magna, et les habitants de l'univers matoran de l'autre. Mais ceux qui se battaient n'étaient pas n'importe lesquels. Ils étaient le fruit de nombreux souvenirs. De Rehad, de Vorona, de Aerellys. Mais le plus marquant dans tout ceci, c'était le ciel teinté de rouge sang, cette poussière formant une sorte de brouillard de guerre et le fait que ce sont l'Univers matoran et Bara magna qui s'affrontent. Comme l'avait pensé Vorona, ainsi Aerellys révèle l'un de ses désirs. La vortixx sentait avoir moins de contrôle sur ce qu'il se passait à présent, et pour cause, l'énergie psychique autour d'elle était de nature différente, elle sentait comme si celle qui se trouvait devant elle voulait la paralyser juste en la regardant. Elle comprit rapidement qu'elle a été aspirée dans l'esprit et les pensées d'Aerellys. Pourquoi a t'elle fait ca ? La solution était pourtant clair, pour essayer d'entraver Vorona dans un esprit bien plus complexe et difficile à parcourir que celui de Rehad. C'est intelligent de sa part. Hurlant encore des suppliques à Rehad qui à présent était montré comme étant le dirigeant des forces de Bara magna contre les attaquants matoran, elle continuait de blâmer le fait que le skrall est têtu et qu'il ne veut pas être ce qu'elle veut qu'il soit. Mais en observant les alentours, quelques choses sortaient complètement de l'ordinaire. Que fait la makuta Eminax aux côtés de Rehad. Peut être une manifestation d'une partie de l'histoire de Aerellys ou Eminax qu'elle ne connait pas encore. Non, ca n'avait pas de sens. Elle n'y prêta pas attention car après tout, dans ce monde tout peut se produire, même le plus grand de tout les paradoxes, là où ils ne pourraient pas avoir lieu dans le monde réel. Et enfin quelque chose, ou plutôt quelqu'un se trouve haut dans le ciel, impossible de voir qui cela peut bien être mais la signature énergétique et psychique montre une chose : l'élément foudre.
En bas, sur la terre ferme, les deux fronts entrent en colision. Plusieurs combattants des deux côtés pouvaient être reconnus. Des visages du passé et du présent. Même des guerriers morts ou disparu il y a longtemps. Des rémanences du passé et des souvenirs. Mais cette fois, pas ceux que Vorona a décidé de faire montrer, ceux que Aerellys a décidé de faire montrer. Après avoir déclaré quelques mots, elle attaqua. Des boules de lumière se formèrent et foncèrent droit vers Vorona alors que celle ci remit ses bras sous sa cape bleue et ne bougea absolument pas. Les boules de lumière avaient prit une trajectoir courbe, se rapprochant dangereusement de la vortixx... avant de disparaitre. Des illusions. La psionique avait juste cligné des yeux afin de faire disparaitre ces faux projectils avec ses pouvoirs, ayant fait appel à une technique lui permettant de déceler et faire disparaitre les illusions. Mais la skrall ne s'arrête pas là. Elle avait sortit sa faux, comme pour dégainer son arme ultime avec laquelle elle donne l'un des coups les plus amples et les plus forts qu'elle aie pu voir donné par Aerellys jusqu'à présent. Anticipant l'endroit précis où elle frappe, elle esquive la lame faucheuse en montant en l'air. L'onde de choc la frappe alors de plein fouet. Une attaque impossible à esquiver certes mais il ne fallait pas autant sous estimer la psionique de l'ombre qui sans une certaine expérience serait certainement tombée dans le vide. Au moment où elle recut l'onde de choc sur elle, la vortixx s'évapora dans un nuage de fumée noire et une effusion de plumes toutes aussi sombres qui flottent dans les airs, portés par les vents. On aurait dit comme un makuta échappant à une attaque par téléportation. Aerellys disparut elle aussi. Quelques détonations plus tard, la skrall réapparut, Vorona aussi un instant d'après. Il semblerait qu'une petite rayure semble être apparue sur l'armure légère de la vortixx. Que s'est il donc passé ? Un spectateur de la scène n'aurait rien comprit mais si en vérité, il s'est écoulé en une seconde à peine une frénésie d'attaques et de téléportations des deux sorcières. La skrall ne faisant que feinter ses coups que une fois sur deux, la vortixx ne faisant que de s'en défendre au cas où ils étaient réels.
Vorona s'avanca de trois pas vers la skrall, marchant d'un pas "féminin" dans le vide comme si il s'agissait d'un sol en dur.


-Les livres sont source de savoir infini, et le savoir est une forme de pouvoir. C'est ainsi que sont créés les dimensions et d'ou provient l'infinités de celles ci, dit elle de sa voix assurée. Qu'il soit vivant ou mort, dans une dimension il est dans un état, dans l'autre, il est dans l'autre état. Et il suffit de le regarder pour savoir dans quel dimension nous nous trouvons. Crois tu que je n'avais pas deviné ce qui risquait de se passer dans notre monde ? Quelqu'un a changé notre avenir, sans la présence de certains êtres, la guerre entre les forces de l'Univers matoran et de Bara magna tel que montré ici aurait été inévitable. C'est le futur que tu aspire à créer. En se nourissant de la haine des Grands Etres et l'instinct de survie, les personnalités influentes de Bara magna auraient signé notre arrêt de mort. Ikinat, Gladius, puis Rehad, manipulés par un seul être, ou peut être deux. Elynah, Aerellys. Dommage seulement que Rehad soit moins facile à convaincre. Ne faisant pas l'erreur de ses confrères fantômes des sables, il sait qui est le véritable ennemi.

Elle joignit ses mains afin de former une sorte de signe étrange. A ce moment, derrière elle, apparut des portails. Les vortex grandirent encore et encore, jusqu'à ce qu'il soit assez grands pour laisser en sortir d'énormes croiseurs noirs et rouge. Ceux ci larguèrent ensuite des vaisseaux plus petits, des capsules de débarquement. Celle ci s'ouvrirent libérant de nombreuses créatures difformes. Certaines sont bipèdes, d'autres ressembles plus à des animaux. Mais toutes ont des points communs. Elles sont si noires qu'elles sont visible seulement parce qu'elles se détachent de l'arrière plan lumineux et coloré, elles ont toutes les mêmes quatres yeux rouge sang sur la tête et se mettent à attaquer sans distinction aucune n'importe qui, décimant aussi bien les habitants des deux mondes les uns après les autres.

-peut être Rehad a t'il enfin compris que nous ne sommes pas les Grands êtres. Nous ne sommes que leur créations. Et après 100 000 ans d'existances, nous avons finit par nous émanciper de la parole de nos créateurs pour faire ce que bon nous semble, n'obéissant qu'à notre grand esprit Mata nui. Mais l'un des grands êtres a décidé de nous attaquer et mettre fin à notre monde. Le Maitre et le Protectorat de l'Ombre. Si un seul Grand être est capable d'affronter l'Univers matoran tout entier. Si ils voulaient détruire Bara magna, ils l'auraient fait depuis longtemps sans avoir besoin de nous. Le futur que tu tente de créer de par l'affrontement entre les deux mondes auraient causé la destruction de toute vie sur cette planète par l'écrasante victoire du Protectorat face à des combattants affaiblis par le fait de s'entretuer. Mais le futur a été changé, et le destin de Spherus également grâce à des êtres qui n'ont fait que leur travail. Assurer la vie de ce qui est appelé notre « dieu ». Il est temps que vous compreniez une chose importante, skrall : Mata nui n'est pas un dieu. Il est comme son nom l'indique un grand esprit. Il est un être vivant et les habitants de l'univers matoran sont aussi des êtres vivants faisant partie intégrantes de son corps. L'Ordre n'a fait que comprendre aux fantômes des sables et à l'Empire skrall que nous somme les nombreuses cellules d'un corps dont Mata nui est l'esprit. Mes confrères ont joué le rôle de système immunitaire face à un virus venant l'infecter. Ikinat a été incitée par toi même à nous attaquer afin de déclencher une guerre entre nos deux mondes. Voya nui a subit les séquelles des affrontements. Mais vu de la taille de Mata nui, il n'a eu que des grosses brûlures d'estomac. et au faite...

elle avait les mains sur les hanches.

-Bravo, je ne pensais pas que la santé du cerveau de Rehad était aussi importante que ca pour toi à ce point. Il semblerait que ses neurones n'aient de justesse pas été touchés. Alors que penser de ceux de Mata nui. Le tout puissant Emrakul n'était en réalité qu'un simple ver parasite s'étant fixé au cortex de Mata nui, la ville de Metru nui et commencait à le dévorer. Heureusement que le système immunitaire de son corps fait bien son boulot.

Vorona restait stoique, droite, n'était plus aggressive et restait là, mais à ce moment, quelque chose se produisit. Les souvenirs de l'attaque de Metru nui reviennent aussi. La psionique fermait les yeux, elle voyait une vision, étant spectatrice d'une scène particulière s'étant déjà produite. Quelque chose de nouveau dont elle ne s'imaginait pourtant pas voir avant. Une matoran qui soignait le corps de Aerellys alors que tout le monde la croyait morte. Et cet être mystérieux à côté, avec cette signature mentale de foudre. Une toa ? Voilà désormais la réponse qu'attendait la vortixx. La skrall n'est pas morte. Elle ne le faisait que croire. Tout s'éclaire maintenant. La vision s'arrêta. Alors que le sol sous les deux sorcières, là où les guerriers de deux mondes se battent, se mit à nouveau à se fissurer, à s'écarter et à laisser apparaitre ce liquide argenté bouillonnant comme de la lave en fusion. Vorona disparut encore une fois et apparut derrière Aerellys qui eu évidement le temps de se retourner pour se défendre de quoi qu'elle puisse faire, mais Vorona ne fit rien pendant une seconde. Elle sortit ensuite un miroir de sous son vêtement. Un mirroir gris orné uniquement d'un simple rubis au dessus. Elle le braqua devant Aerellys et contre toute attente, un vortex apparut devant le miroir. Un portail qui ressemble à un trou noir, grandissant encore et encore et finissant par aspirer les deux sorcières. Un instant après, Vorona se trouvait encore séparé de Aerellys d'une dizaine de mètre, mais cette fois dans un nouveau lieu. Un endrois complètement vide et sombre. Un lieu qui ressemble au vide interstellaire avec la majorité des étoiles au loins qui sont rouge, et avec comme seul endroit où poser pied à terre un simple rocher plat. Une unique plate-forme où les deux femmes se trouvaient de chaque côté de celle ci. Dans quel pensées, rêves ou souvenirs ont elles bien pu arriver cette fois ? Aerellys n'est peut être pas la seule à avoir vu cet endrois.

-alors, si ton corps fonctionne toujours, retourne y à l'intérieur et laisse à Rehad son libre arbitre. Pourquoi autant de pression sur un skrall qui n'a rien demandé et qui veux vivre en paix ? Et qui plus est pour quelle raison ? Déclencher la plus grande guerre mondiale connue suivit de la fin du monde. L'Amour entre skrall n'existera plus si il n'y a plus de skrall à sauver. Et puisque nous y sommes et que nous sommes là pour parler de votre terre natale, dites moi un peu ce que vous savez du Protodermis énergisé. Pourquoi est il le magma de vos volcans. Ceci n'est pas une invention des Grand Etres que je sache.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rehad
Skrall philosophe
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/900  (700/900)
Jauge de Vie:
1000/1000  (1000/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 3100 – DEF : 4150

MessageSujet: Re: [Chutes Sombres][Event] La bataille du Col de la croix noire   Jeu 16 Juil - 2:27

La sorcière du chao se tenait par les côtes et se tordaient alors qu’un rire grandiose se faisait peu à peu entendre. Elle jubilait, au point que du bord de ses yeux on aurait pu sans son masque déceler des larmes. Ce que les créatures de la sorcière de l’Ordre avait détruit se mit alors à se reconstruire en quelques secondes reprenant l’exact état dans lequel il avait été laissé.

- Le monde que j’aspire à créer? Vous pensez vraiment que je me démènerai pour une pareil mascarade? Vous dîtes vous êtres émancipés de la volonté de vos créateurs? C’est pourtant exactement pourquoi j’agis. J’ai certes de la rancoeur envers les grands êtres, cependant je sais qu’ils ne sont pas stupide. Fou ils le sont, stupide certainement pas. Les grands êtres n’auraient permis que leurs créations leurs échappent à nouveau et détruise plus encore ce qui fut un jour notre monde. Non. Le vrai danger est là. Vous vous êtes émancipés de vos créateurs dîtes vous? Mais êtes vous pour autant libre? Vous continuez de suivre aveuglément la parole de votre grand esprit. Il n’est pas un dieu dîtes vous? Appelez vous comme vous le souhaiter mais il rempli envers vous exactement la même fonction. Un être au pouvoir extraordinaire qui contrôle votre destin. Vous pouvez refusez de l’appeler dieu mais vous le considéré comme tel pourtant. Que ce passerait-il si Mata nui vous demandait de détruire le monde et le moindre de ses habitants? De piller la moindre de ses maigres ressources? De le réduire en cendre ? De tuer le moindre de ses petits être mortels qui peuple sa surface? Encore une fois vous avez l’esprit trop fermé. Le Chaos ne s’oppose pas à l’ordre, mais au néant ! Vous ne voyez pas l’évidence… Non ! Vous refusez de la voir ! Vous avez besoin en votre fort intérieur de séparé les gens. Il y a les gentils, vous je présumes, les méchants, moi évidement, et tous sont classifiés selon votre piteux système d’écolier. Ce monde n’est pas le fruit d’un fantasme Sorcière de l’ordre ! Cet endroit n’est pas issu d’un de mes rêves, il s’agit d’un souvenir. Le souvenir du monde que VOUS avez ravagé inutilement! Incendié par votre cupidité et votre foi aveugle ! Cette peste de Makuta, cynique, arrogante, absolument détestable ! C’est pourtant la seule d’entre vous qui éprouva entièrement sa liberté. Sans doute son égo démesuré en était pour quelques choses, elle ne pouvait simplement pas accepté de perdre, même contre le dieu l’ayant crée. J’étais presque déçu en entendant ce qui était arrivé à la votre. Mais vous avez raison, votre avenir a été changé. Ce n’est cependant peut être pas celui que vous croyez. Que ce serait-il passé à votre avis si le protectorat n’avait pas attaqué votre monde?

   La Skrall souriait. Les créatures invoqués par Vorona disparaissaient alors comme du sable emporter par le vent, puis il en fut de même pour tous les combattants des deux mondes, tous les habitants de ce monde illusoire, ce souvenir d’un autre temps. Les couleurs semblaient s’être évaporé elle aussi, la scène laissant place à une immense étendu terne. Mata nui était toujours là, cependant des dommages considérable étaient visible de l’extérieur, notamment dans sa poitrine, là où aurait dût se trouver Karda nui se dessinait une énorme brèche. Il était cependant encore actif et foulait d’un pas victorieux une planète morte. Un seul endroit restait pourtant le même la dune de sable où se trouvait précédemment Rehad. Il n’avait pas bouger… Non, c’était plutôt qu’il était figé, lui est ceux qui comme lui se trouvait sur la dune était figé. Les couleurs se reflétant sur cette portions de sables était toujours rouges vifs, comme s’il s’agissait d’un mauvais collage du précédent souvenir. Aerellys sentit pourtant qu’elle lâcha échapper quelques choses qu’elle n’aurait pas voulut que la Vortixx voit. Pendant quelques instants elle pu entendre avec ses oreilles et voir avec ses yeux, sans pour autant pouvoir agir d’aucune sorte. Cependant cette scène fut vite balayer, la vortixx se servant d’un curieux artefact, un miroir mystique qui les transporta jusqu’à une nouvelle arène mental, sans doute se sentait-elle trop faible pour affronter une psychique dans son propre esprit. En vérité Aerellys était soulagé. Se battre dans son esprit la rendait d’autant plus forte qu’elle en devenait vulnérable. Cependant cette endroit disait quelques choses à la sorcière du Chao, sans pourtant pouvoir mettre le doigt dessus, une dérangeante sensation de déjà-vu.

- Vous partagez avec cette peste la même arrogance. Vous le balayer d’un revers de la main, mais qu'est ce qui vous fait croire que ce monde n'est pas réel? Qu'est ce qu'un monde réel? Et surtout parmi la myriade de versions du monde existant, cohabitant ensemble y'en a t-il un seul de plus réel que les autres? Mon monde est aussi réelle que le votre, Vortixx. Sa vérité est aussi juste que celle du votre. Ma vérité est aussi juste que la votre. Le plus grand de vos héros n’étaient qu’un fou, et le plus fou de vos tyrans était un héros. Tout n’est qu’une question de perspectives. L'arrivée de ce protectorat ne change en rien mes objectifs. Vous êtes et restez une menace trop dangereuse pour que je vous laisse vagabonder gentillement sur la surface de cette planète. Vous n’êtes pas mieux qu’eux. D’ailleurs n’y a-t-il pas que les vôtres qui sont passé à l’ennemi pour l’instant? N’est pas un signe de votre volonté intrinsèque de vous faire dominer? D’obéir à une puissance “supérieur”? Tant que vous ne revendiquez pas votre liberté et obéissez servilement à ce que l’on vous ordonne de faire, ne vous attendez pas à ce que je vous traître en égal.  
Encore une fois vous parlez de Rehad, de ce qu’il voudrait, mais vous n’avez aucune idée de qui elle est vraiment, de ses plans, ses ambitions, ses sacrifices. Vous l’avez bien vu avec les fantômes? La révolte gronde dans l’empire, les Agori ne peuvent supporter la domination Skrall, ils ne savent ni ne comprennent la teneur des évènements qu’ils vivent. Rehad est le seul Skrall pouvant unifier durablement ces peuples, tous les peuples de Bara magna quel qu’il soit. Cependant il ne pourrait réussir seul. Il n’est pas un homme qui supporterait d'endosser seul une telle responsabilité. Bien sûr il ne l’avouerait jamais. Je veux juste lui ouvrir les yeux. Il a besoin de moi tout autant que j’ai besoin de lui. Et vous ne pourrez vous mettre au travers de notre destin.
Quand à ce liquide qui aiguise à ce point votre intérêt… Disons que c’est ce pourquoi la totalité de votre monde a été crée. ~ For the sake of this thing

Dans ce nouvelle endroit, le dernier sans doute de cette affrontement mental, Aerellys leva la main encore une fois et de nouvelles lumières apparurent au dessus d’elle. Non pas deux, non pas une dizaine, mais précisément cent lumière apparurent au dessus d’elle, comme une myriade d’étoile. Si elle faisait attention, Vorona pouvait s’apercevoir que les lèvres de la Soeur avait bougé, timidement et n’aurait pu qu’à peine discerner dans un murmure ~Hekatón...~ De sa position, les lumières ressembleraient presque aux yeux d’une créature titanesque. L’air commençait à danser autour de la Skrall et ce vent surnaturel semblait siffler une étrange mélodie bercé de mélancolie.

- Je ne m’attend pas à ce que vous me compreniez ou acceptiez mes actions, microbe, cependant je peux peut-être vous aidez à voir le monde sous une autre perspective. Si vous rencontriez quelques semblant inoffensif et même pacifiste, mais que vous saviez qu’il finirait avec certitude par annihiler votre monde, que vous l’auriez vu de vos propres yeux et porterait encore dans votre propre coeur les blessures encore béantes de cette perte, que feriez vous? Pourriez vous le laissez vivre en sachant le nombre d’innocent qu’il aura bientôt sur les mains? Pourriez vous lui laisser le bénéfices du doute quand des millions de vies sont en jeu? Pourriez vous ignorer l’appel de toutes ses âmes qui ne demandaient que de vivres?

Les derniers mots sortirent de la bouche de la sorcière avec mélancolie, alors que les lumières commençaient à bouger, frappant tel des rasoirs le lieu de la bataille, vraisemblablement dans le but d’encercler puis de trancher Vorona à 360°

- Il n’est pas mort… Tant que je ne me retourne pas, il n’est pas mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rehad
Skrall philosophe
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/900  (700/900)
Jauge de Vie:
1000/1000  (1000/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 3100 – DEF : 4150

MessageSujet: Re: [Chutes Sombres][Event] La bataille du Col de la croix noire   Lun 17 Aoû - 18:24

Soudain un message fut transmit au communicateur de tous les lieutenants du dernier ordre. Ce message était envoyé par leur commandant, le skrall Rehad qui n'avait plus était vu depuis une bonne heure déjà. Il n'était toujours pas visible, ni sur le champs de bataille, ni dans la forteresse gardant le dernier chemin vers Roxtus.

*

A tous les soldats du dernier ordre, repliez vous immédiatement !

Je répète repli immédiat !


Que le Gunwald fasse s'écrouler la forteresse sur le chemin, bloquant ainsi le col et couvrant la fuite de nos troupes.

Une fois hors d'atteinte des attaques des soldats du protectorats abandonnez immédiatement vos armes ! N'en conservez aucune !

La mort silencieuse est à nos portes !

La mort silencieuse est ...
*


La communication s'arrêta brusquement. Un vent de paniques secoua les skralls aux dernières paroles de leurs commandants, et ils s’exécutèrent sans y réfléchir à deux fois, abandonnant le champs de batailles. Les membres de l'ordre pouvaient se questionner sur la pertinence de cette ordre et certain désirait rester, cependant abandonner par les skralls, ils durent rapidement les suivre dans la fuite. Le Gunwald, alors que les troupes protectors suivaient la cacophonie des soldats le Gunwald tira, comme ordonné sur la forteresse verrouillant le passage du col. Des débris s'écroulèrent sur des machines, mais également sur certains soldats, pas assez prompt dans leurs fuites. Voir l'armée impériale skrall dans un pareil chaos étaient inhabituelles, et rapidement les agents de l'ordre comprirent pourquoi. La mort silencieuse. Les baterra, étaient l'unique prédateur des Skralls, un ennemi naturel effroyable qui avait réduit l'empire à ce qu'il est aujourd'hui. Et quand ils se rendirent compte que les machines du protectorat elle même commençaient à tomber comme des mouches, ils comprirent toutes la terreur que pouvait ressentir les skralls fassent à pareil ennemi. Ce n'était plus l'ordre qui régnait, mais l'anarchie !

La bataille du col de la croix noire était un échec, pour les deux parties.



Armée Skrall

23 Bataillons de 10 artilleurs [1000 – 1250 – 35] rapidité par bataillons : 350
1 Bataillon de 4 artilleurs [1000 – 1250 – 35] rapidité par bataillons : 350
12 Bataillons de 10 défenseurs [400 – 1590 – 20] rapidité par bataillons : 200
2 bataillons de 5 lieutenants [2000 – 2000 – 75] rapidité par bataillons : 375

Armée de l'Ordre

Les bataillons de Maxilos: 25 bataillons de 4: un bataillon correspond à 180 de rapidités.
Les bataillons d'Exo-Toa: 9 Bataillons de 5: un bataillon correspond à 175 de rapidités.

Armée du Protectorat :
40 bataillons de 10 Soldats protector [1200 – 1200 - 25] rapidité par bataillons : 250
31 bataillons de 3 Assassins protector [2500 – 1400 - 40] rapidité par bataillons : 120
1 Assassin isolé [2500 – 1400 – 40]
[Détruit]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanika

avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/700  (700/700)
Jauge de Vie:
700/1000  (700/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 4800 | DEF : 2050

MessageSujet: Re: [Chutes Sombres][Event] La bataille du Col de la croix noire   Ven 28 Aoû - 20:43

Alors que Aerellys réalisait une incantation et invoquait toute une myriade de disques lumineux, semblant faits de lumière, Vorona restait particulièrement calme. Les membres relâchés et les yeux fermés. Elle semblait comme réfléchir ou reprendre en main ses émotions. Les disques se mirent à tourner autour de Vorona, formant un cercle parfait avant de fondre sur elle, ce qui l'aurait entaillé de toute part, de tout les côtés à 360 degrés. A ce moment précis, Aerellys s'arrêta net. Les disques s'arrêtèrent à quelques centimètre de leur cible. La soeur skrall sentait comme prise d'une soudaine peur, comme si elle même ne voulait pas subir cette attaque qu'elle allait elle même infliger. Elle aurait remarqué une seconde avant que les même disques entouraient la skrall faisant exactement la même chose que ceux autour de Vorona, mais ceux ci sont faits d'ombre et non de lumière. Alors que les deux adversaires étaient entourés de ces scies circulaires, de lumière et d'ombre, que une seconde plus tard, elles seraient toute deux coupés en deux au niveau du bassin, Vorona rouvrit les yeux et se remit à parler.

-Microbe ? Savez vous à qui vous vous adressez ? Pas juste à une simple servante de Mata nui, j'espère. Je ne me considère pas au même niveau que l'une de vos cellules organique permettant à votre corps de fonctionner et qui prierait sa déesse si elle avait une conscience. Non, je suis bien plus que ce que vous croyez. Et je vais vous le démontrer.

Elle faisait une référence étrangement tournée à Aerellys comme étant considéré comme une grand esprit pour les innombrables cellules, globules rouges, blancs et neurones de son organisme.

-Ceci, continua t'elle, est l'effet de ce que beaucoup ont oublié et n'ont pas : L'empathie. Pouvoir ressentir les émotions des autres. Avoir une telle intelligence émotionnelle pour s'imaginer vivre à la place de son prochain. Voyez la crainte de subir l'attaque que vous avez vous même lancé. Voyez comment les émotions ont un impact si fort sur l'esprit, leurs transmissions d'un être à l'autre est facile, mais les maitriser est tout un art. L'Empathie, le fait d'écouter et transmettre les émotions est un don que beaucoup ont renié et trouvent inutile.

À ce moment là, les lames de lumières et d'ombre disparurent soudainement. Volant en éclat, s'évaporant dans l'obscurité de ce lieu.


J'ai eu tout ce que je voulais savoir de vous, il est temps de vous révéler à mon tour la raison de ma présence ici, le pourquoi j'existe devans vous. Regardez bien...

Vorona montra le ciel en hauteur, la voute étoilées, constellé que d'étoiles brillant faiblement d'un éclat rouge sang.

-Ces étoiles n'en sont pas. Il s'agit de représentations de multiples dimensions. Elles sont rouges car dans ces dimensions ne réside que le néant. Il y avait des planètes et des galaxies dans chacunes d'elles, mais c'est de l'histoire ancienne, tout ceci a été consumé dans les flammes de l'Enfer.

Le ton de sa voix était un peu plus sérieux vers la fin de la dernière phrase, l'on peut sentir l'impression qu'elle seule sait ce qu'elle insinue.

-La lumière, l'Ombre, le Chaos, le Néant, le Bien, le Mal... Je connais bien plus le Mal que vous ne le croyez. Et le Protectorat de l'Ombre n'en est qu'une infime partie. L'Incarnation origine de tout les maux se sert de diverses émotions qui nous sont familières comme l'Orgeuil ou l'Avarice pour provoquer des guerres et des conflits afin de livrer un maximum d'être vivants au royaume des morts dans le but de mettre fin à toute existance. J'ai décidé de vouer ma vie à l'arrêter et l'empêcher qu'il ne consume notre univers dans les flammes de son Enfer. Je ne suis pas encore prête à atteindre mes buts, mais ca ne saurait tarder. Nous échanger quelques attaques m'a permit de me le confirmer. Revenons à présent où nous étions, voulez vous ?

Soudainement, le sol se mit à se fissurer. Sans qu'elle ne pense ca possible, le sol se déroba sous les pieds des deux Psioniques, les deux chutèrent alors dans ce qui semble être un portail sombre. Un trou noir ? Peut après, les voilà revenu au même endrois qu'avant. Au dessus de Bara magna, et derrière Vorona, le robot monde, qui semblait hors service, le coeur (karda nui) défoncé. Vorona, tourna légèrement le regard, vers le robot monde qu'est Mata nui.


-Je dois vous avouer que me montrer la possible mort de Mata nui et de son corps était bien tenté pour me faire réagir, mais je n'ai que faire de Mata nui car en vérité, je ne lui obéis pas du tout. Il est temps de vous révéler que dans l'Ordre de Mata nui, fiers serviteur de cette « divinité » se trouvait deux êtres étrangers à son corps. Pas créé par lui, ils ne sont donc pas programmés à obéir au doigt et à l'oeil au Grand Esprit. Et qui sont ces deux êtres ? L'impératrice en personne... et moi même. Donc si Mata nui me donne un ordre, contrairement à un simple toa, j'ai le choix d'accepter ou de refuser, et autant vous dire que peu m'importe ce qui pourrait lui arriver. Il n'est qu'un robot créé par les grands êtres. Mais dans quel but, tel est la question. Peu le savent mais il s'avère qu'il y a longtemps, Mata nui, avant que nous foulons le sol de Bara magna, avait ordonné à tout les êtres de son corps d'envahir la planète des sables. Les makuta se sont exécuté. Mais l'Ordre ont fait les choses autrement car l'Impératrice en fonction, Tanika, libre de la volonté du Grand esprit, elle a préféré négocier des alliances plutôt que s'accaparer des terres chez vous, persuadée que Mata Nui est victime d'un bug ou d'un virus car en pleine santé, le Grand esprit n'aurait pas ordonné ceci. Et j'étais la seule à la croire et à la suivre dans ses décisions. Tout les autres étaient juste frustrés de pas pouvoir déclarer la guerre ouvertement à Bara magna car ne pouvant s'échapper de la volonté de leur dieu. Tanika vient en vérité d'un monde qui a déjà subit une invasion de la part d'êtres assoiffé de pouvoir. Alors, elle ne pouvait que refuser d'obéir à Mata nui, se disant qu'il lui demande de jouer le rôle de ceux qui l'ont fait souffrir par le passé. Et c'est comme ca que l'Univers matoran échappa de peu à une guerre ouverte entre nos deux mondes. Toas et Skralls, exténués par les conflits interraciaux, auraient été balayés par le Protectorat qui n'attendaient que ca pour agir. Aujourd'hui ils s'entraident et sont toujours en vie malgré la présence du Protectorat. Moi, dans tout ca, je l'avais prévu. Depuis que Tanika craignait que le Maitre ne soit pas mort, j'ai pensé à son éventuel retour, et j'ai aidé l'impératrice à éviter les conflits inutiles. Le futur a bien été modifié.

Elle regarda à nouveau Aerellys, toujours avec une posture droite. Sa main qui était sur sa hanche, déplaca sa cape un peu plus en arrière, et elle sortit de on ne sait où une pierre précieuse grise. Quelque chose qui semble être une des pierres du chaos. Elle la faisait tourner dans sa main, histoire que Aerellys remarque cet étrange objet, puis elle le rangea. Des voix se faisaient entendre, semblant venir de nulle part, elles avaient plusieurs accents, c'était en réalité des citations d'autres personnes que Aerellys connaissait ou pas.

-les pierres du chaos ne sont ni bonne ni mauvaises, c'est l'utilisation qu'on en fait qui est importante.
-l'ennemi, c'est toujours celui qui est en face de nous, le bien et le mal, ce n'est juste qu'une question de point de vue.
-la vie de milliers de Agoris est elle plus importante que la vie de milliers de matoran ?
-je me battrais pour que plus personne n'aie à souffrir d'avantage.

-les héros peuvent devenir des tyrans, et un tyran peut être un héros. Celui qui fait le mal est toujours celui que l'on combat. Mais l'important est avant tout la raison pour laquelle nous faisons ce que nous faisons. Se battre pour préserver l'équilibre de la vie et l'égalité de chacun, ou se battre que pour ses intérêts personnels, n'écoutant que son envie, son orgeuil, sa soif de pouvoir, son avarice et sa colère destructrice. La deuxième raison amène à se battre pour l'émancipation d'un seul individu plutôt qu'à la vie de tous en général. Ceux qui sont imbues d'eux même, assoiffés de pouvoirs et de richesses finiront par faire appel à la destruction et à la mort pour assouvir leur volonté. Ceux si sont totalement dépourvus d'Empathie. Et comme je vous l'ai dis, mon but dans la vie n'est pas d'obéir aveuglément à Mata nui, mon but est de mettre fin à ces émotions sources de tout les conflits. De ce fait, voulais voir comment vous réagissiez face à une fervente serviteure de Mata nui, et aussi pour savoir quelle sont vos réels aspirations dans votre vie et je suis plutôt satisfaite de voir que c'est la vie de tout les skralls qui vous motive. Cocernant Mata nui, nous ne savons pas pourquoi les Grands êtres l'ont créés, mais il n'a pas été créé pour détruire ce monde, sinon, les grands êtres l'auraient déjà fait eux même. Même moi, je ne sais pas si Mata nui est bon ou mauvais pour nous tous, je tente moi aussi de le découvrir, alors qu'un de ses habitants créé par lui dira qu'il est forcément bon par servitude envers lui. Les Grands êtres n'ont pas construit un robot de 12 000 Kio de haut pour rien. Le corps de Mata nui doit avoir une fonction précise à l'échelle planétaire, mais laquelle. Je suis venue voir les habitants de Bara magna pour chercher des réponses, et voir que sous ce désert de sable se cache le même minerais qui compose ce robot, cela m'a encore plus intéressée. Alors que pendant ce temps, le Maitre n'a qu'un seul objectif, nous le savons : s'asseoir sur cette planète en ruine et sans vie, raison pour laquelle tout ses soldats sont des robots. Une fois ses ennemis morts, il n'y aura plus de vie, sauf la sienne et celle des machines qu'il a créé, chose qui précipitera l'arrivée de l'Enfer et de ses démons dans notre dimension.

L'environnement au dessus de la planète des sables imaginé par Aerellys devint un peu plus sombre. Les guerriers qui se battaient ne devenant que de simples ombres, sauf un seul, Rehad. Un signe évident que c'est sur lui qu'il faut se concentrer.


-mais trêve de parler des mystères de la vie et de la guerre, ajouta Vorona. Si je suis venue ici, c'est par ordre de Rehad, car j'avais avant tout un message à vous transmettre de sa part. Tout comme vous, la vie de ses soldats skralls l'intéresse plus que tout, il veut voir prospérer les skralls sur Bara magna et assurer la pérennité de l'espèce skrall. Il fera tout pour ce faire. Je sais que vous voulez absolument l'aider dans sa mission de chef et meneur des skrall, que vous voulez le soutenir dans sa lutte face aux ennemis des skrall, mais voilà, vous vous êtes confronté à une difficulté de taille : Rehad, comme beaucoup de skralls de haut rangs est fier, imbue de sa personne. Il a une très grande estime de lui. En tant que meneur de l'armée skrall dans son intégralité, il est le successeur de Tuma et Haeron, donc il ne peut pas supporter qu'il aie besoin de l'aide d'une soeur skrall tel que vous pour réaliser ses objectifs, se disant que les précédents chefs tels que Tuma se battaient et sortaient victorieux tout seuls. Il n'admettra donc jamais, au grand jamais se montrer plus faible face à ses ennemis car aidé par vous pour les combattre et il est inutile de le forcer à l'avouer. Il ne vous reste qu'une solution pour vous : sortir de son esprit, le laisser seul et l'observer. Il faut qu'il soit livré à lui même pour qu'il soit le seul à juger de sa véritable force. Seul le Maitre et le Protectorat en affrontant Rehad sera à même de lui faire ravaler ou lui confirmer sa fierté en fonction de si il gagne la guerre contre lui ou pas. Ce n'est donc en aucun cas, votre présence mentale incessante dans son esprit qui le forcera à avouer avoir besoin de vous à ses côtés. Si vous arrivez à comprendre ceci et faire ce que Rehad veut vraiment de vous, en l'occurence que vous le laissiez prouver sa force ou son impuissance devant vous, alors je pourrais dire que ma mission ici sera un succès, pas avant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rehad
Skrall philosophe
avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/900  (700/900)
Jauge de Vie:
1000/1000  (1000/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 3100 – DEF : 4150

MessageSujet: Re: [Chutes Sombres][Event] La bataille du Col de la croix noire   Dim 6 Sep - 16:10

- Vous êtes une personne extrêmement chiante Vorona. Vous m'ennuyez au plus au point. Vous prétendez ignorer ce que vous savez, vous prétendez comprendre ce que vous ignorez, vous prétendez cherchez ce que vous ne pourrez jamais trouver. Vous prétendez sentir ce que vous ne pourrez jamais ressentir. Vous ne me connaissez pas, tous comme vous ne le connaissez pas, comme vous ne connaissez rien au monde qui vous entoure. Si je ne sais rien, si je ne comprends rien, qu'êtes-vous, vous ? Cependant, vous pensez savoir, vous pensez connaître, alors que personne ne sait rien.

~ There is nothing that you know

Considéré que le protectorat est une menace négligeable? Cela en deviendrait drôle. Drôle, si drôle. Peut être que si vous aviez été là, la situation aurait été différente. Vous devez être l'une des nombreuses divergences entre ce monde et ... Peut être Tanika en est-elle une aussi. Cependant, vous pouvez changer de chemin, vous ne changerez pas de destination. Les guerres que vous dîtes combattre, vous ne pourrez jamais les arrêter. Peut être le protectorat le pourrait, lui, cependant il renierait l'essence même de la vie pour ce faire. Ni vous ni moi ne voulons ça, n'est-ce-pas?

~ A frozen world of black sand

Vous avez tort cependant. Arrêter d'essayer de me donner une étiquette, car vous n'y arrivez pas et je doute que vous y arriviez un jour. Je ne préoccupe pas de l'avenir des Skralls. Du moins pas autant que vous l'imaginez. Je veux juste être avec lui. Tuma peut aller en enfer. Tous ces pions sans âmes ni pensé peuvent l'accompagne s'il le désire. Cependant je ne les autorise pas à Le faire souffrir plus longtemps. Je ne les autorise pas à le rabaisser. Je veux le voir réaliser ses ambitions, je veux le voir en paix. Et vous êtes un obstacle à cette paix.

~ His wish is my wish


J'en ai assez de voir à travers ces yeux, cette malédiction venue de votre monde. Même si je ferme mes paupières je les vois toujours, même si je m'endors elle me suive toujours, même si je me les arrache elles m'harcèlent ! Et ils reviennent, ces visions funestes d'un monde à l'agonie. Le monde peut brûler dans le chaos, cela ne me fait plus rien. Il peut s'effondrer dans le néant, j'ai déjà baissé les bras. Je veux juste qu'il brûle, brûle jusqu'à la fin. Pensez vous que l'ordre peut contrer le néant? Ou craignez vous que le chaos ne puisse pas le faire survivre même si ce n'est qu'une minute, une seconde, un battement de cils. Même si vous refusez cette réalité, vous ne la reniez pourtant pas. Je suppose que c'est le mieux que je pourrais tirer de vous.

~ The fight is meaningless

Vous savez, j'aime Rehad… Et lui aussi m'aime, bien qu'il ne l'avouera jamais. Pas à d'autres personnes et encore moins à lui-même. L'amour, une émotion “faible”. C'est sans doute vrai. Si seulement il acceptait mon aide, peut être pourrais-je le sauver. Mais même en sachant ce que ça lui coûte il la refuse. Il est sans doute trop fier pour admettre cette nécessité. Ou alors il ne se sent pas prêt, pas “digne”? Je ne comprends pas et ne comprendrais jamais comment on peut aussi obstinément foncer vers la mort. Je suppose que si j'avais été là quand vous l'avez rencontré, celui qui fauche, j'aurais certainement mieux compris.

~ The despair of the living

Je n’ai plus envie de vous combattre, vous n’êtes point drôle. M'enfin très bien. Si vous insistez… Je vais laisser Rehad mourir, seul. Maintenant que j'ai retrouvé Spirithia il me suffit de tous effacer à nouveau, tous recommencer, et prier pour que la prochaine fois soit la bonne. Sérieusement, pourquoi est-ce-que je me fatigue autant.

~ This world is already condemned

Before i go, je vais vous révéler une ultime information. La trame de l'espace se déforme ici. Des choses qui ne devraient pas exister apparaissent. Des personnes mortes reviennent à la vie. Ce monde s'effondre peu à peu. A votre avis, qu'elle sera le prochain symptôme?

~ What will happen next ?

Je suis l'étoile qui brille dans le ciel nocturne, existante au-delà du vide. Je vous souhaite un bon voyage. Et puissiez vous éviter de vous faire manger par un autre microbe.


~ To the next life, my beloved

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanika

avatar

Masculin
Fiche d'identité
Energie:
700/700  (700/700)
Jauge de Vie:
700/1000  (700/1000)
Capacités du Personnage: ATK : 4800 | DEF : 2050

MessageSujet: Re: [Chutes Sombres][Event] La bataille du Col de la croix noire   Ven 11 Sep - 0:21

Vorona croisa les bras alors qu'elle entendait Aerellys, avant de répondre. Voilà qui n'était pas sans la contenter

-Qu'importe que je sois chiante entre guillemets, ou que je ne sois pas drôle, je ne suis pas venue ici pour m'amuser. Je fais ce que j'ai à faire avec sérieux et je le fais car j'ai une bonne raison de le faire. Rassurez vous. Rehad ne sera pas laissé à une mort certaine. Ou alors toute notre discussion n'aurait eu aucun sens. Nous savons tous que cette guerre contre le Protectorat ne peut pas être gagnée sans lui. Si vous l'aimez plus que votre propre existence, grand bien vous fasse, mais il semblerait que vous ayez fini par comprendre par lassitude que de le harceler mentalement était inutile. Ceci étant fait, je pense avoir accompli mon devoir. Je vais donc me retirer moi aussi. Encore de longues épreuves et des obstacles innombrables attendront Rehad aux tournants de sa vie. Et je sais que vous serez là pour le protéger, quoi qu'il lui arrive, mais pour la dernière fois, ce n'est pas en s'écroulant par terre de douleur comme cela lui est arrivé à la forteresse des grands être que cela l'aidera à les surmonter. Non, vous n'êtes pas la seule à veiller sur lui. Ce n'est pas seulement votre vision de la paix qu'il est capable de faire réaliser.

Ce qui se trouvait dans le ciel, cet être indiscernable car trop éloigné dans les hauteurs de l'atmosphère, il se mit à briller plus intensément encore. L'espace autour se déformait encore plus. Vorona sentait une aura terriblement puissante en émaner mais aussi maléfique, signe de mauvais présages. Spirithia ? Qui est-ce ? Est-ce cet être. D'après Aerellys, elle l'aurait retrouvé, et elle s'en servirait pour altérer la réalité, donner une nouvelle existence et supprimer celle actuelle. La psionique devait absolument rassembler des informations sur Spirithia, elle pourrait s'avérer être une menace pour la planète entière, et peut être même pas seulement. La sœur skrall n'étant qu'un être désespéré de ne pas pouvoir vivre d'amour et de lumière avec son bien aimé. Mais de là à demander à quelqu'un de modifier et réinitialiser la réalité juste parce qu'elle ne lui convient pas, c'est une méthode un peu trop drastique à son goût.


-Le monde est condamné, en effet, je le sais. Je suis chargée de le prévoir et de l'annoncer à tout ceux qui ne veulent pas y croire. Vous l'avez vu de vos propre yeux, de milliers de dimensions, il n'en reste que le néant et les flammes de l'enfer, notre monde n'est que le suivant. Le Maitre n'est pas le seul à avoir des séides, les événements passés comme le retour des morts à la vie ne faisait qu'annoncer leur arrivée et la faucheuse en recevra les bénéfices, prenant soin de réserver une place dans son royaume des morts à tout le monde. Mais certains croient encore à l'espoir de profiter des derniers jours d'existence qu'il leur reste de la meilleure façon possible, aussi microbe soit-ils, d'ailleurs dites moi qui n'en est pas un dans l'immensité de notre univers alors que les incarnations de ses lois inhérentes, transcendant toutes notions se battent pour savoir quel sort lui réserver. Ne vous méprenez pas, la source de tout les maux que certains appellent « Diable » existe, seulement ne faites pas ce qu'il veut que vous fassiez.
Je suis les ailes et les serres de la nuit, le crieur de mauvais augures, qui rend les êtres amoureux de tout ce qui brille les maudissant pour l'éternité, le seul des sept ayant décidé de reforger sa destinée. Nous aurons l'occasion de nous revoir, soyez en sûre, quoi qu'il nous arrive...

**

-Rehad ? Commandant ?

C'était Vorona qui parlait, mais cette fois dans le monde réel. L'esprit de la vortixx ayant reprit sa place initiale, la projection astrale fut un succès. Très peu de temps s'était écoulé. Elle se leva.

-j'ai de bonnes nouvelles à vous annoncer. Vos problèmes était dues à la présence de la soeur skrall que vous connaissez bien. J'ai pu la convaincre de laisser votre esprit en paix pour le moment, mais sachez qu'elle ne vous laissera jamais tomber. En vérité, elle est amoureuse de vous, plus encore que ce que vous pouvez l'imaginer. Elle vous aime plus que tout au monde et d'après ses revendications, elle veut que vous l'aimiez vous aussi du même amour passionnel. Trop timide, elle vous harcelait mentalement pour essayer de vous le faire comprendre. J'ai pu arranger la situation mais je crains fort qu'il est grand temps de conclure un accord entre vous et elle afin qu'elle ne recommence plus. Sur ce, nous avons tout les deux des tâches qui requièrent notre présences, je dois m'en aller.

Elle partit alors, remettant sa capuche sur la tête, laissant Rehad seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Chutes Sombres][Event] La bataille du Col de la croix noire   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Chutes Sombres][Event] La bataille du Col de la croix noire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Chutes Sombres][Event] Raidark VS Tanika
» [Event] La Bataille de Ruven [Achevé]
» Bataille. Rivière/ Tonnerre [ EVENT 2013 libre à tous ]
» Bataille Ombre - Vent [Event 2013 - Ouvert à tous]
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Guerres de Spherus :: Mondes débloqués :: Montagne des Pics Noirs :: Les Chutes sombres-
Sauter vers:  

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit
BIONIFIGS.com | Le Mur de l'Histoire | Espace des Joueurs | Centre de communication | Nuvapedia.com | JDR Hero Factory | Lettre d'infos